Sainte-Anne-la-Condamine

Sainte-Anne-la-Condamine
Vue aérienne de la station.
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈

Vue aérienne de la station avec sa route d'accès.
Image illustrative de l’article Sainte-Anne-la-Condamine
Marque déposée 🛈
Administration
Pays France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Localité La Condamine-Châtelard
Site web www.sainte-anne.com
Géographie
Coordonnées 44° 28′ 06″ nord, 6° 43′ 12″ est
Massif Parpaillon
Altitude 1830 m
Altitude maximum 2400
Altitude minimum 1830
Ski alpin
Remontées
Nombre de remontées 7
Télésièges 2
Téléskis 4
Fils neige 1
Pistes
Nombre de pistes 17
Noires 2
Rouges 3
Bleues 5
Vertes 6
Total des pistes 35 km
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Crédit image:
Eric Gaba (Sting - fr:Sting)
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Sainte-Anne-la-Condamine
Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence
(Voir situation sur carte : Alpes-de-Haute-Provence)
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Sainte-Anne-la-Condamine

Sainte-Anne-la-Condamine est une station de ski alpin des Alpes du Sud. Elle est située sur la commune de la Condamine-Châtelard (Alpes-de-Haute-Provence), dans la Vallée de l'Ubaye. La station possède un domaine skiable de 35 km de pistes.

Domaine skiable

  • Altitude : 1 830 à 2 400 m
  • 35 km de pistes
  • 13 pistes : 6 vertes, 4 bleues, 2 rouges et 1 noires
  • 7 remontées mécaniques : 4 téléskis, 2 télésièges et 1 fil-neige
  • 1 espace luge
  • 1 jardin d'enfants[1]

Climat et enneigement

Le climat est de type montagnard mais à influence méditerranéenne. On compte ainsi en moyenne 2500 heures de soleil par an (à comparer aux 2900 heures de la côte entre Marseille et Toulon)[2].

L'exposition nord-est de la station et un microclimat favorisent un important manteau neigeux[3].

De ce fait on peut y skier quand les grandes stations de Pra-Loup et du Sauze ont peu de neige, en particulier en début ou en fin de saison skiable.

Voies de communication et transports

Par la route: De Paris et du Nord : via Lyon, Grenoble, Gap, Barcelonnette et Jausiers.

Du Sud de la France : via Aix-en-Provence, autoroute A51 jusqu’à Tallard, direction Barcelonnette puis Cuneo.

Navettes gratuites : depuis Barcelonnette 4 navettes par jour (en vacances scolaires)

Histoire

En 1951, la Société coopérative d'équipement « La Condamine Sports » est créée avec pour président, Jean Spitalier (alors maire de La Condamine-Châtelard et conseiller général du canton de Saint-Paul-sur-Ubaye).

Le , le permis de construire des remonte-pentes de Sainte-Anne (cotes 1690 à 1 830 mètres) et de l'Arpillon (cotes 1830 à 2 340 mètres) est accordé à « La Condamine Sports »[4]. Le préfet des Basses-Alpes accordera l'autorisation d'exploiter ces remonte-pentes le [5].

Le front de neige est alors basé à 1 690 mètres d'altitude, au chalet-hôtel du Belvédère.

En 1959, l'hôtel "Jeunesse de France" (actuelle Renardière) est construit à 1 800 mètres d'altitude par Jean Spitalier.

En , le front de neige est définitivement déplacé à 1 830 mètres d'altitude. Pour ce faire, le tronçon de route reliant le Belvédère (ancien front de neige à 1 690 mètres) au départ du remonte-pente de l'Arpillon (1 830 mètres) a été terminé.

De plus Jean Spitalier, alors propriétaire de la station, a décidé de déplacer le remonte-pente de Sainte-Anne (alors rebaptisé "du Belvédère") pour l'installer en parallèle de celui de l'Arpillon[6]. Jean Spitalier a alors revendu le chalet-hôtel du Belvédère.

Jean Spitalier décède en 1963. C'est sa femme Aline, qui devient alors propriétaire de la station de ski[7].

En 1964 et 1965, le front de neige s'étoffe avec l'installation d'une nouvelle remontée mécanique, dite de cote 2000 et la construction de l'hôtel-restaurant "le Grand Bérard" (actuelle "Pourvoirie")[8].

En 1984, le District des Hautes Vallées de l'Ubaye (Larche, Meyronnes, Saint-Paul-sur-Ubaye et la Condamine-Châtelard) rachète la station et la gère en régie directe")[9]. Celui-ci construira un télésiège et trois téléskis.

En 1985, "la Résinière", le restaurant d'altitude ouvre ses portes.

La gestion et l'exploitation de la station sont confiées à la Société d'Économie Mixte Haute Ubaye en . Celle-ci est dissoute en 1994. La station est alors prise en charge par la Communauté de Communes de la Vallée de l'Ubaye[9]. La CCVU installe un réseau d'enneigement artificiel avec 2 canons basse pression. Elle met également en place le fil-neige et le jardin d'enfants.

En 2008, dix chalets traditionnels sont construits le long des pistes, augmentant ainsi le nombre de lits touristiques de la station.

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Vue depuis le télésiège des Mastrètes

En 2009, la station est dotée d'un nouveau télésiège 4 places dit "des Mastrètes"[9].

Le , la station obtient le label "Station village des Alpes du Sud"[10].

On peut également noter que depuis un certain nombre d'années il y a une à deux fois par an le rassemblement d'une association créé par les chalets st Anne qui participe à un lâcher de cigales dans la vallée de l'Ubaye. Les Cigales Ubayenne Libre.

Liste des pistes de ski[11]

Les pistes Vertes

  • Les Cabanes
  • Les Vallons
  • La Traverse
  • Les Essalps
  • Les Essais
  • Les Minots

Les pistes bleues

  • La Traditionnelle
  • Les Lauzières
  • Les Bois
  • Verdun

Les pistes rouges

  • Les Viroullets
  • La Solitude

La piste noire

  • Le Parc

Activités complémentaires

Snowscoot

Le snowscoot est praticable sur tout le domaine excepté dans la zone débutant du front de neige[12].

Raquette à neige

Depuis 1999, il est possible de pratiquer la raquette à neige grâce à 2 circuits balisés de 3 et 6 km (1h15 et 2h environ).

Sports aériens

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Le front de neige vu depuis les airs.

La station dispose d'un décollage de parapente avec atterrissage à côté du front de neige.

Elle possède également des sites conventionnés pour pratiquer le speed riding[13].

Clientèle

La clientèle principale provient des Bouches-du-Rhône et du Var mais l'on rencontre aussi beaucoup d'italiens sur les pistes[14].

De 1964 à 2013, de nombreux marins venaient y skier. Ils profitaient en effet du Centre de Réoxygénation des Sous-Mariniers basé à la Condamine-Châtelard[15].

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Une autre vue aérienne de la station de Sainte-Anne-la-Condamine

Notes et références

  1. Magazine "Toute la vallée" n°5 - hiver 2000, page 22
  2. Carte de l'ensoleillement, Météopassion.com
  3. Courrier de la Vallée de l'Ubaye - n°26 - Janvier 2009, page 4
  4. Permis de construire, n°767 – 13 W 0030 (Archives Départementales des Alpes-de-Haute-Provence).
  5. Autorisation préfectorale, n°58–48 (Archives Départementales des Alpes-de-Haute-Provence).
  6. Contrôle des remonte-pentes, 0038 W 0114 - Équipement en remonte-pentes, station de la Condamine de 1958 à 1962 (Archives Départementales des Alpes-de-Haute-Provence)
  7. Toute la Vallée - La vie en Ubaye - n°5 - Hiver 2000
  8. Permis de construire, n°7845 – 13 W 349 -(Archives Départementales des Alpes-de-Haute-Provence)
  9. a b et c Guide "Vallée de l'Ubaye" 2010, page 30
  10. Journal la Provence - 23 février 2013 - Page 2 et 3
  11. CCVU, « Domaine skiable de Sainte-Anne », sur Sainte-Anne la Condamine - Au cœur des Alpes du Sud (consulté le )
  12. Journal la Provence - 23 février 2013 - Page 3 - "L'image du jour - place au snowscoot"
  13. Journal la Provence - 6 février 2012, page 28
  14. Source, Journal la Provence - 20 mars 2007
  15. Journal la Provence - 14 avril 2013, page 9

Liens externes