Saint-Sauveur (Haute-Saône)

Saint-Sauveur
Saint-Sauveur (Haute-Saône)
L'église de Saint-Sauveur.
Blason de Saint-Sauveur
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Luxeuil
Maire
Mandat
Jacques Deshayes
2020-2026
Code postal 70300
Code commune 70473
Démographie
Gentilé Salvatorien
Population
municipale
1 922 hab. (2018 en diminution de 5,04 % par rapport à 2013)
Densité 160 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 48′ 16″ nord, 6° 23′ 07″ est
Altitude Min. 268 m
Max. 304 m
Superficie 12,02 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Luxeuil-les-Bains
(banlieue)
Aire d'attraction Luxeuil-les-Bains
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Luxeuil-les-Bains
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Saint-Sauveur
Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône
Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Saint-Sauveur
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Sauveur
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Sauveur
Liens
Site web st-sauveur.fr

Saint-Sauveur est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie

Situation de Saint-Sauveur.

Communes limitrophes

Hydrographie

La commune de Saint-Sauveur est traversée par le Breuchin et le Vay de Brest.

Urbanisme

Typologie

Saint-Sauveur est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Luxeuil-les-Bains, une agglomération intra-départementale regroupant 6 communes[4] et 12 225 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Luxeuil-les-Bains, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 41 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (50,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (54,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (46,2 %), prairies (16,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (14,8 %), zones urbanisées (11,7 %), zones agricoles hétérogènes (4,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (4,2 %), eaux continentales[Note 3] (2,1 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Histoire

Origine

Saint-Sauveur était de la terre de l'abbaye de Luxeuil. En 1225, Winet de Saint-Sauveur lui donna tout ce qu'il y possédait[réf. nécessaire].

Époque moderne

La paroisse de Saint-Sauveur s'étendait sur une grande circonscription : Luxeuil-les-Bains, Saint-Valbert, Froideconche, Esboz-Brest, La Chapelle, Breuchotte et Baudoncourt (qui en fut démembrée en 1771). Elle est très ancienne et devait certainement préexister à l'établissement de saint Colomban, puisque Luxeuil y était rattachée.

1789 : bailliage de Vesoul. Décanat de Luxeuil ; 1790 : district et canton de Luxeuil.

Paroisse du doyenné de Luxeuil. Succursale par décret du . Église sous le titre de la Sainte-Trinité.

L'église a été entièrement reconstruite : le clocher en 1831, le reste en 1865. L'ancienne était de grandes dimensions et semble dater du XIIe siècle ou du XIIIe siècle. De la nef, on pouvait voir six autels latéraux et l'autel majeur. Le clocher carré a trois étages, couvert par une toiture à quatre pans. Le portail en plein cintre sous un portique à deux colonnes ioniques et fronton triangulaire. Un porche voûté de deux cloches (1821 et 1888).

L'intérieur se compose de trois nefs de quatre travées de style ogival néo-gothique. Dans le bas du collatéral nord, cuve baptismale en pierre, sculptée avec art et de forme octogonale. Huit arcatures en plein cintre retombant sur des culots abritent les images de saint Jacques, saint André, saint Pierre, le Christ rédempteur, le baptême du Christ, le Christ en croix, une Vierge de pitié. L'ensemble repose sur quatre lions couchés et date du XVIe siècle. Deux toiles dans cette chapelle : Nativité de la Vierge, d'assez belle facture, et la mort de saint François-Xavier, toutes deux du XVIIIe siècle. La table de communion a été déposée derrière les fonts.

Au-dessus de la porte d'entrée, grande toile du XVIIIe siècle représentant la Trinité, seul vestige du retable de l'autel majeur. Dans le transept nord, toile représentant saint Ambroise, XVIIIe siècle. Dans le transept sud, bas-relief en bois sculpté et peint figurant sainte Vaudre, une des compagnes de sainte Ursule, une palme à la main. En face, toile de saint Roch et saint Antoine, XVIIIe siècle, seul souvenir de la confrérie de Saint-Roche, érigée en 1636 lors de la peste (avec la chapelle Saint-Roch construite près de Sainte-Marie-en-Chanois).

Sanctuaire polygonal avec mobilier néo-gothique ; deux toiles XIXe siècle.

Nouvel autel composé d'un antependium en bois sculpté de guirlandes et entrelacs, fin XVIIe siècle. À la sacristie, statuette de confrérie de la Vierge et ornement en velours de Gênes violet qui provient de l'abbaye de Luxeuil, fin XVIIe siècle.

Dans le mur du presbytère (grande maison de la fin du XVIIe siècle) est encastrée une inscription : "No domo Dns sed Dno o Domus. Pb. 1591". Une statue du XVIe siècle y était adjointe, qui a été transportée à l'ermitage de Villersexel.

La Grand-Pont sur le Breuchin fut reconstruit en 1682, par Charles Barbier, maître ingénieur en structure, qui s'engagea à rétablir l'oratoire de Sainte-Cécile qui était sur l'ancien. Détruit en 1944, il a été refait à neuf. Dans le bois appelé le Vay de Brest est une source dite de Saint-Ursule ou de Sainte-Vaudre, dont l'eau avait la vertu de guérir les fièvres intermittentes. D'après la légende, sainte Vaudre, fuyant les Barbares, serait tombée trois fois, sa quenouille à la main, et ce serait l'origine des trois sources de cet endroit.

Époque contemporaine

La base à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

La base aérienne 116 Luxeuil-Saint Sauveur est établie, pourune grande partie de sa superficie, sur le territoire de la commune de Saint-Sauveur. Créée au cours de la Première Guerre mondiale à partir du , à la célèbre Escadrille La Fayette de volontaires américains.

L'activité de la base, réduite dans l'entre-deux-guerres, reprit en 1939-1940, puis en 1944-1945. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale l'activité fut stoppée à nouveau durant quelques années avant de reprendre son essor au début des années 1950 avec la décision de la réalisation d'une grande base aérienne de type Otan pendant la guerre froide.

Au début du XXIe siècle, la base aérienne est équipé de Mirage 2000D et près de 1 200 personnes travaillent en relation avec la base.

Politique et administration

Carte départementale représentant en rouge la communauté de communes du Pays de Luxeuil.

Rattachements administratifs et électoraux

La commune fait partie de l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Luxeuil-les-Bains, puis, lors de sa scission en 1985, la commune est devenue chef-lieu du nouveau canton de Saint-Sauveur[11]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est à nouveau rattachée au canton de Luxeuil-les-Bains, qui compte désormais 12 communes.

Intercommunalité

La commune fait partie de la communauté de communes du Pays de Luxeuil, créée le .

Tendances politiques et résultats

Politique municipale

La commune s'est dotée en 2015 d'un conseil municipal des jeunes[12].

Liste des maires

La mairie.
Liste des maires successifs[13]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1900 avril 1908 Victor Jeandesboz    
avril 1908 mai 1925 Auguste Amiot    
mai 1925 mai 1935 Auguste Piercy    
novembre 1929 mai 1935 Albert Barrey    
mai 1935 décembre 1944 Auguste Vallot    
décembre 1944 janvier 1969 Alfred Menigoz    
janvier 1969 mars 1995 Marc Roussel PRG Conseiller général de Luxeuil (1970 → 1973)
Conseiller général de Saint-Sauveur (1973 → 2001)
Président du Conseil général (1998-2001)
mars 1995 mars 2008 Jean-Claude Ghettini PRG Conseiller général de Saint-Sauveur (2001 → 2008)
mars 2008 mai 2020 Christiane Bey DVG Retraitée hospitalière
mai 2020[14] En cours
(au 30 mai 2020)
Jacques Deshayes   Président de la Communauté de communes

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[16].

En 2018, la commune comptait 1 922 habitants[Note 4], en diminution de 5,04 % par rapport à 2013 (Haute-Saône : −1,23 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8599751 0331 0991 3481 2161 2431 2171 259
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2241 2571 2451 1901 2221 2871 4891 5361 546
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5941 6131 6382 0571 5191 5761 6051 4513 088
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 9322 1822 1082 1612 0472 0372 0952 1081 917
2018 - - - - - - - -
1 922--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine

Le monument aux morts.

Lieux et monuments

  • L'église.
  • Fontaine miraculeuse Sainte-Vaudre, dans le bois du Vay de Brest, vénérée dès le XIIe siècle[18].
  • Anciens établissements industriels[19],[20],[21].

Personnalités liées à la commune

  • Léo Valentin, « L'homme-oiseau », inhumé au cimetière de Saint-Sauveur.

Héraldique

Saint-Sauveur
Blason de Saint-Sauveur Blason
De gueules à la mairie du lieu d'argent, accompagnée en chef d’un sabot à dextre et d’un Mirage IV (avion) posé en barre à senestre, le tout d'or ; à la champagne ondée d'azur*.
Ornements extérieurs
  • Croix de guerre 1914-1918
  • Un soleil non figuré à dextre, figuré à senestre, en timbre
  • Deux branches de laurier non-liées aux flancs, leurs branches en pointe entourant la Croix de Guerre.
Détails
* Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives (champagne d'azur sur champ de gueules, interdit en héraldique).

Bibliographie

  • Jean-Pierre Chambon, « Le sabotier et le linguiste : un texte oral en parler comtois de Saint-Sauveur (Haute-Saône, France) recueilli par Paul Passy à la fin du XIXe siècle », Zeitschrift für romanische Philologie, De Gruyter editions,‎ (lire en ligne)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 de Luxeuil-les-Bains », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 3 avril 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 3 avril 2021).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Luxeuil-les-Bains », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 3 avril 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 3 avril 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 16 mai 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 16 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. « Les idées fusent au conseil des jeunes », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  13. « Les maires de Saint-Sauveur », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 3 novembre 2016).
  14. « Premier mandat de maire pour Jacques Deshayes », sur L'Est républicain, (consulté le 30 mai 2020).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. « La Fontaine Sainte-Vaudre : Les vertus de la fontaine dans le bois du Vay à Saint-Sauveur », L'Est républicain, édition de Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  19. « Fonderie Meyer, puis Vialis, actuellement maison », notice no IA70000277, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Flature de coton Baudouin, Risler et Cie, puis Koechlin et Cie, actuellement Fonderie de Saint-Sauveur et ateliers municipaux », notice no IA70000260, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. « Fonderie de Saint-Sauveur, puis Redoutey », notice no IA70000259, base Mérimée, ministère français de la Culture.