Saint-Sauveur-de-Landemont

Saint-Sauveur-de-Landemont
Saint-Sauveur-de-Landemont
La grotte de Lourdes dite de l'Ilette.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Cholet
Commune Orée d'Anjou
Statut Commune déléguée
Maire délégué
Mandat
Florian Truchon
2020-2026
Code postal 49270
Code commune 49320
Démographie
Gentilé Saint-Salvatorien
Population 923 hab. (2013)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 17′ 06″ nord, 1° 15′ 17″ ouest
Altitude 77 m
Min. 13 m
Max. 91 m
Superficie 11,69 km2
Élections
Départementales La Pommeraye
Historique
Date de fusion 15 décembre 2015
Commune(s) d'intégration Orée d'Anjou
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Sauveur-de-Landemont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Sauveur-de-Landemont
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Saint-Sauveur-de-Landemont
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Saint-Sauveur-de-Landemont

Saint-Sauveur-de-Landemont est une ancienne commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle d'Orée d'Anjou[1].

Géographie

Commune angevine des Mauges, Saint-Sauveur-de-Landemont se situe au nord de Landemont en limite du département de la Loire-Atlantique, sur les routes D 153, Champtoceaux / La Boissière-du-Doré, et D 253, Drain[2].

Toponymie

On retrouve le nom d’Ecclesia Sancti Salvatoris dans les Archives d'Anjou, entre les années 1126 et 1151 puis, à partir du XIIe siècle Saint-Sauveur-de-Landemont.

Ses habitants sont les Saint-Salvatoriens et Saint-Salvatoriennes.

Histoire

Le bourg est bâti sur un promontoire rocheux dominant les vallées profondes des ruisseaux de la Forêt du Parc et de La Boucherie qui vont grossir la Divatte en bordure de la commune de Barbechat et de la Loire-Atlantique.

L'église dans sa construction actuelle date de 1744. Une restauration a allongé le chœur en 1875. Les registres paroissiaux les plus anciens remontent à 1613, avec de nombreuses lacunes. Ils sont conservés à la mairie de Landemont.

Une seule trace antique est signalée : la voie romaine de Champtoceaux à Montfaucon, qui traverse la Forêt du Parc, en limite de la commune de Drain ; et dont il ne reste que quelques petits ponts voûtés en pierre.

On parle également d'un lazaret qui existait jusqu'en 1140 dans la Forêt du Parc et qui accueillait voyageurs, malades et lépreux.

La loi du transféra le chef-lieu de la paroisse et de la commune à Landemont, centre acquis aux idées nouvelles, au détriment de Saint-Sauveur, animé de sentiments royalistes. Les deux communes furent rétablies en 1802, puis réunies de nouveau le , au profit cette fois de St-Sauveur ; puis ont de nouveau été séparées par ordonnance du .

Au XVIIe siècle, une foire avait lieu tous les ans le jour de la Saint-Sixte, c'est-à-dire le 1er septembre[3].

En 2014, un projet de fusion de l'ensemble des communes de l'intercommunalité au sein d'une commune nouvelle se dessine. Tous les conseils municipaux se prononcent en faveur du projet entre le 1er et le [4], et la nouvelle commune Orée d'Anjou voit le jour[5].

Politique et administration

Administration municipale

Administration actuelle

Depuis le , Saint-Sauveur-de-Landemont constitue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Orée d'Anjou et dispose d'un maire délégué[1].

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
15 décembre 2015 mai 2020 André Martin[6]    
mai 2020 En cours Florian Truchon[7],[8]    
Les données manquantes sont à compléter.

Administration ancienne

Liste des maires successifs[9]
Période Identité Étiquette Qualité
1789 1790 P.-H. Papin   notaire royal
1790 1824 La Poëze de la Colaissière    
septembre 1824 1826 Prudent de Boussineau    
janvier 1826 1830 Eugène de Boussineau    
septembre 1830 1840 Jean Toublanc    
1840 1854 Charles de la Pouèze    
1854 1860 Pierre Housset    
1860 1870 Pierre Housset fils    
1870 1881 Gustave de Lusançay    
1881 1908 Arthur du Fort    
1908 1925 Adrien Dousset    
1925 1947 Goslen de la Poëze    
1947 1971 Olivier de la Poëze    
1971 1982 Joseph Chené (fils)    
1982 1991 Jean MOreau    
1991 ? Paul Le Calonnec    
         
mars 2008 décembre 2015 André Martin[10] DVD Président du syndicat mixte Pays des Mauges
Président de la C.C.
Les données manquantes sont à compléter.

Ancienne situation administrative

La commune est membre en 2015 de la communauté de communes du canton de Champtoceaux[11], elle-même membre du syndicat mixte Pays des Mauges. La création de la commune nouvelle d'Orée d'Anjou entraîne sa suppression à la date du , avec transfert de ses compétences à la commune nouvelle[1].

Jusqu'en 2014 Saint-Sauveur-de-Landemont fait partie du canton de Champtoceaux et de l'arrondissement de Cholet[12]. Le canton compte alors les neuf mêmes communes que celles intégrées dans l'intercommunalité. C'est l'un des quarante-et-un cantons que compte le département ; circonscriptions électorales servant à l'élection des conseillers généraux, membres du conseil général du département. Dans le cadre de la réforme territoriale, un nouveau découpage territorial pour le département de Maine-et-Loire est défini par le décret du . Le canton de Champtoceaux disparait et la commune est rattachée au canton de La Pommeraye, avec une entrée en vigueur au renouvellement des assemblées départementales de 2015[13].

Population et société

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1831. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 923 habitants, en augmentation de 8,46 % par rapport à 2008 (Maine-et-Loire : 3,2 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  
1831 1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872
752754753784853896895935876
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
938932944888851763742701606
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
639629611641641643597590612
1990 1999 2007 2012 2013 - - - -
587653828904923----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %).

Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (49,9 % contre 48,7 % au niveau national et 48,9 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 28,3 %, 15 à 29 ans = 15,5 %, 30 à 44 ans = 27,6 %, 45 à 59 ans = 15,5 %, plus de 60 ans = 13,1 %) ;
  • 50,1 % de femmes (0 à 14 ans = 28 %, 15 à 29 ans = 14,7 %, 30 à 44 ans = 24,1 %, 45 à 59 ans = 13,5 %, plus de 60 ans = 19,7 %).
Pyramide des âges à Saint-Sauveur-de-Landemont en 2008 en pourcentage[18]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,2 
4,1 
75 à 89 ans
8,7 
9,0 
60 à 74 ans
10,8 
15,5 
45 à 59 ans
13,5 
27,6 
30 à 44 ans
24,1 
15,5 
15 à 29 ans
14,7 
28,3 
0 à 14 ans
28,0 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[19].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale

Brasil Festival : En 2007 a eu lieu la deuxième édition du Brasil Festival dans la vallée de l'Ilette, qui se déroule au début du mois de juin. La première de cet événement s'est déroulé en 2005 en l’occasion de « l’année du Brésil en France ». Ce projet a été porté par l'association « les Buccantropes ». Ce festival s'articule autour de ces quelques domaines artistiques : la danse, les saveurs, les images et les couleurs, les sons. Ainsi nous pouvons assister à d’étonnants défilés d’écoles de samba dans les rues de Saint-Sauveur-de-Landemont, des démonstrations de Capoeira et autres chorégraphies. En parallèle est exposé un reportage photographique sur le Brésil. S’ensuit de grandes tablées, autour d’un repas traditionnel brésilien,et de la projection d'un film[20].

Économie

Sur 45 établissements présents sur la commune à fin 2010, 38 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 2 % du secteur de l'industrie, 20 % du secteur de la construction, 36 % de celui du commerce et des services et 4 % du secteur de l'administration et de la santé[21].

Lieux et monuments

  • Château de la Colaissière, porche du XIVe siècle, habité par la famille La Poëze du XIIIe au XXe siècle[22].
    Aux confins des deux provinces d´Anjou et de Bretagne, la Colaissière dépendait de Châteauceaux. Après la restitution par Louis XI de Champtoceaux à la famille Brosse du duché de Penthièvre, René de Brosse céda en 1522 la Colaissière à François de La Poëze, son chef des armés de Bretagne. Au XVIIe siècle un nouveau logis fut construit, lequel contraste avec le vieux château médiéval avec ses tours basses et rondes et ses remparts. En , pendant le soulèvement vendéen et la Terreur, la partie nord du château fut incendiée. Vers 1894 le comte Yves de La Poëze fit restaurer le château par l'architecte Émile Libaudière, élève de Viollet-le-Duc. Le château fut transformée fin du siècle dernier en hôtel.
  • Château de la Guilletière, entièrement rénové au XIXe siècle[22].
  • Église Saint-Sauveur, du XIIIe siècle, restaurée au XIXe siècle[22].
  • Grotte de Lourdes, appelée Grotte de l'Ilette, érigée en 1938 (photo en haut de page).

Personnalités liées à la commune

Voir aussi

Bibliographie

  • Célestin Port (édition révisée par André Sarazin et Pascal Tellier), Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : S-Z, t. 4, Angers, H. Siraudeau, , 2e éd. (BNF 35857376), p. 235-237

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références

  1. a b et c Préfecture de Maine-et-Loire, Recueil spécial des actes administratifs no 89 - 25 novembre 2015. Pages 15-16-17, arrêté no DRCL/BCL/2015-79 du 23 novembre 2015 portant création de la commune nouvelle d'Orée d'Anjou.
  2. IGN et BRGM, Géoportail Saint-Sauveur-de-Landemont (49), consulté le 11 novembre 2012.
  3. D'après le Dictionnaire historique de l'Anjou de Célestin Port.
  4. « Champtoceaux. Une cinquième commune nouvelle dans les Mauges », sur Ouest-France, .
  5. « Champtoceaux. La commune nouvelle s'appellera Orée-d’Anjou », sur Ouest-France, (consulté le ).
  6. « L'équipe municipale », sur Mairie d'Orée d'Anjou, (consulté le ).
  7. « Orée d’Anjou. Aline Bray élue maire, sans surprise », sur Le Courrier de l'Ouest, Le Courrier de l'Ouest, (consulté le ).
  8. « Orée-d'Anjou. Premier conseil municipal d’André Martin », sur Ouest-France, Ouest-France, (consulté le ).
  9. Célestin Port 1996, p. 236.
  10. Ouest-France, Le conseil a élu trois nouveaux adjoints, article du 31 mars 2014.
  11. Insee, Composition de l'EPCI du Canton de Champtoceaux (244900783, consulté le 3 octobre 2013.
  12. Insee, Code officiel géographique, Fiche de la commune de Saint-Christophe-la-Couperie, consultée le 22 février 2015.
  13. Légifrance, Décret no 2014-259 du 26 février 2014, portant délimitation des cantons dans le département de Maine-et-Loire.
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  18. « Évolution et structure de la population à Saint-Sauveur-de-Landemont en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  19. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 » [archive du 27 juin 2011], sur le site de l'Insee (consulté le )
  20. brasil festival - saint sauveur de landemont - 2-3 juin
  21. Insee, Statistiques locales du territoire de Saint-Sauveur-de-Landemont (49), consultées le 20 mai 2013.
  22. a b et c Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, 1874-1878, Édition révisée de 1996 par André Sarazin et Pascal Tellier, t. 4, p. 235.