Saint-Martin-de-Ré

Saint-Martin-de-Ré
Saint-Martin-de-Ré
Vue des toits du centre-ville
depuis le clocher de l'église.
Blason de Saint-Martin-de-Ré
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement La Rochelle
Intercommunalité Communauté de communes de l'île de Ré
(siège)
Maire
Mandat
Patrice Déchelette
2020-2026
Code postal 17410
Code commune 17369
Démographie
Gentilé Martinais
Population
municipale
2 207 hab. (2018 en diminution de 8,23 % par rapport à 2013)
Densité 470 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 12′ 11″ nord, 1° 22′ 02″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 17 m
Superficie 4,70 km2
Unité urbaine La Flotte
(banlieue)
Aire d'attraction La Flotte
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de l'Île de Ré
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Ré
Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Ré
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Ré
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Ré
Liens
Site web www.saint-martin-de-re.net

Saint-Martin-de-Ré est une commune du Sud-Ouest de la France, située sur l'île de Ré, dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine). Ses habitants s'appellent les Martinais et les Martinaises[1].

Riche de plusieurs ouvrages fortifiés conçus par Vauban (citadelle, enceinte, corps de garde), la ville est intégrée au réseau des sites majeurs de Vauban et inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco depuis le [2].

Géographie

Situation de Saint-Martin sur l'île de Ré.

Saint-Martin-de-Ré est une petite ville fortifiée par Vauban située sur la côte Nord de l'Île de Ré, face au Pertuis breton.

C'est l'un des ports de plaisance, disposant d'un bassin à flot, les plus importants de l'île avec Ars-en-Ré.

La côte est bordée de petites falaises et de galets avec une petite plage artificielle.

C'est le principal centre administratif de l'île de Ré, étant à la fois le siège de la communauté de communes de l'Île-de-Ré et du Pays de l'Île de Ré. C'est également le bureau centralisateur (chef-lieu) du canton de l'Île de Ré, entré en vigueur en 2015.

Grâce à sa situation sur le littoral et à la richesse de son patrimoine urbain, Saint-Martin-de-Ré est également un centre touristique très attractif dans l'île de Ré (office de tourisme, musée, nombreux hôtels et restaurants, campings...).

Urbanisme

Typologie

Saint-Martin-de-Ré est une commune urbaine[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de La Flotte, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[6] et 4 993 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de La Flotte, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 4 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[9],[10].

La commune, bordée par l'océan Atlantique, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[11]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[12],[13].

Occupation des sols

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (53,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (54,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (32 %), zones urbanisées (25,6 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (19,6 %), zones agricoles hétérogènes (17 %), prairies (4,4 %), forêts (0,7 %), zones humides côtières (0,7 %)[14].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Histoire

En 1622, se déroula la bataille navale de Saint-Martin-de-Ré entre la flotte royale commandée par le duc Charles de Guise et la flotte protestante de La Rochelle commandée par son maire Jean Guiton.

En 1627, le duc de Buckingham débarque 5 000 soldats et 100 cavaliers pour appuyer les protestants français et pousser La Rochelle à la prise d’armes. Le siège est mis le 10 juillet. Le fort Saint-Martin, avec à sa tête le comte de Toiras, résiste, notamment grâce à un convoi de vivres de 35 bateaux qui entre le 16 octobre. Un corps spécial de 3 000 hommes est formé par Richelieu et débarque par surprise sur l’île, commandé par le maréchal de Schomberg. Le siège est levé, les Anglais laissant mille morts sur le terrain et s’échappant grâce à leur flotte. Le , Buckingham se présente à nouveau devant Saint-Martin, mais il est mitraillé et canonné et ne tente pas le débarquement[15].

En 1681, commencent les travaux de l'enceinte urbaine et de la citadelle voulues par Vauban. En 1696, les 15 et , Saint-Martin-de-Ré est bombardé par la flotte anglo-hollandaise.

Durant le XVIIIe siècle, le port est très actif avec le commerce du sel, du vin et des eaux de vie.

1873 : la citadelle de Saint-Martin-de-Ré sert d'étape pour les condamnés au bagne, notamment vers la Nouvelle-Calédonie puis vers la Guyane de 1897 à 1938.

Politique et administration

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Georgine Lafontaine    
2008 En cours Patrice Déchelette DVD Retraité de l'enseignement
Les données manquantes sont à compléter.

Historique des élections municipales

Élections de 2008

1er tour des élections de 2008
Liste conduite par Nombre de candidats % Voix (moyenne des listes) Élu(s)
Guy Mallet 19 35,2 % 395
Patrice Déchelette 19 28,9 % 324
Georgine Lafontaine 19 19,2 % 215
Eric Marissal 19 16,7 % 188
2e tour des élections de 2008
Liste conduite par Nombre de candidats % Voix (moyenne des listes) Élu(s)
Patrice Déchelette 19 39,8 % 484 12
Guy Mallet 19 37,2 % 453 7
Eric Marissal 4 12,2 % 148
Georgine Lafontaine 19 10,8 % 131

Jumelages

Jumelages et partenariats de Saint-Martin-de-Ré.
Jumelages et partenariats de Saint-Martin-de-Ré.
VillePaysPériode
Esperance[16],[17]Flag of Australia (converted).svgAustraliedepuis
Wappen Philippsburg.svgPhilippsbourg[16],[18]Flag of Germany.svgAllemagnedepuis le
Blason Saint-Laurent-du-Maroni.svgSaint-Laurent-du-Maroni[16]Flag of France.svgFrance

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[20].

En 2018, la commune comptait 2 207 habitants[Note 3], en diminution de 8,23 % par rapport à 2013 (Charente-Maritime : +2,13 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 8002 7232 2302 3332 5812 5232 2132 3492 285
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 2122 1602 1212 7402 6992 4722 8382 7652 459
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 7732 3802 2651 9651 8621 4271 3211 4062 172
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
2 2622 0962 1352 4002 5122 6372 5972 5882 415
2017 2018 - - - - - - -
2 2312 207-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Troisième ville[23] de l'île de Ré, elle forme avec La Flotte une petite agglomération urbaine de 5 531 habitants en 2008, ce qui la classe au 11e rang des unités urbaines de la Charente-Maritime et en fait le principal pôle urbain de l'île de Ré.

Enseignement

La ville est pourvue de deux écoles relevant de l'enseignement primaire public, une école maternelle et une école élémentaire.

Saint-Martin-de-Ré dispose de l'unique collège de l'enseignement secondaire public de toute l'île de Ré. Le CLG Les Salières rassemble 573 élèves à la rentrée scolaire 2010 qui sont enseignés par 42 professeurs[24].

Manifestations culturelles et festivités

  • Soirées Jazz en Ré : concerts gratuits de jazz et de blues sur le port de la ville, chaque mois d'août.
  • Jeudis des peintres : Tous les jeudis, entre mi juin et mi septembre, des peintres, amateurs ou professionnels, viennent créer leurs œuvres, les exposent et les vendent sur la place de l'Église de Saint-Martin.

Santé

Saint-Martin-de-Ré dispose d'un certain nombre de services dans les secteurs médical, paramédical et médico-social[25] qui lui permettent de figurer parmi les villes de son rang les mieux pourvues dans ce domaine en Charente-Maritime.

Les services médicaux

La ville dispose de deux cabinets médicaux dont les médecins généralistes exercent dans le centre-ville.

Trois cabinets dentaires sont également situés en ville.

Saint-Martin-de-Ré est équipée d'un centre de radiologie médicale ou IRM avec spécialisation en échographie, mammographie et ostéodensitométrie. Elle fait partie des onze villes du département à posséder un cabinet IRM[Note 4].

La ville dispose également de deux médecins spécialistes, l'un en ophtalmologie et le second en gynécologie. Pour le reste, les habitants de la ville comme de l'île vont habituellement consulter ceux situés à La Rochelle.

Du fait de l'insularité avant la construction du pont de l'île de Ré et de la situation géographique comme de l'héritage historique, Saint-Martin-de-Ré a pu préserver son hôpital local. L'hôpital Saint-Honoré, de catégorie hôpital local - sigle HL -, a une capacité de 190 lits et a comme spécialité principale la gériâtrie[26].

Du fait de l'orientation gérontologique de l'hôpital local, la ville comme l'ensemble de l'île dépendent entièrement du Centre Hospitalier de La Rochelle, situé à une vingtaine de kilomètres à l'est de Saint-Martin-de-Ré.

Les services paramédicaux

La petite agglomération de Saint-Martin-de-Ré est bien pourvue en prestations de ce genre ayant sur place un laboratoire d'analyses médicales[Note 5], un centre en soins infirmiers, un cabinet de kinésithérapie, un cabinet en diététique, un cabinet de pédicure-podologue ainsi qu'un ostéopathe.

À cela s'ajoutent une pharmacie, quinze toilettes publiques et deux opticiens-lunettiers, ainsi qu'un prothésiste dentaire.

Un service d’ambulanciers y est également présent et assure des interventions dans toute l'île de Ré, étant l'unique prestataire de ce type de service.

Ce chef-lieu de canton est également équipé d'un centre de secours où les pompiers sont habilités à intervenir dans les situations d'urgence médicale. Ce centre, qui relève du SDIS de la Charente-Maritime, dépend plus précisément du Centre de secours principal de La Rochelle.

Les services médico-sociaux

Implanté à l'est du centre-ville, sur la route de La Flotte, un important établissement public pour l'accueil de personnes retraitées a succédé à l'ancien hôpital local. La Maison de retraite dispose de 154 lits, permettant d'accueillir dans son foyer-logement des personnes valides et semi-valides. À l'intérieur de cette résidence pour retraités fonctionne une structure de type EHPAD[27].

Par ailleurs, fonctionnent un Centre d'accueil psychiatrique, structure hospitalière intervenant dans le domaine de la psychiatrie pour adultes, dépendant de l'Hôpital local[26] et un centre de convalescence, le Centre départemental d'accueil de Saint-Martin-de-Ré[28].

Économie

L'économie de la commune est basée sur l'agriculture et la pêche, le nautisme de plaisance et le tourisme.

Un chantier naval "Latitude 46" fabrique les célèbres voiliers "Tofinou".

La pêche et l'ostréiculture sont omniprésentes sur cette commune.

L'administration pénitentiaire avec la Maison centrale de Saint-Martin-de-Ré reste le premier employeur de l'île.

Le Phare de Ré, journal hebdomadaire d'informations locales de l'île de Ré depuis 64 ans dont le siège de sa rédaction se trouve sur le port de Saint-Martin-de-Ré.

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Patrimoine religieux

Le patrimoine civil

  • La citadelle et les remparts de Saint-Martin-de-Ré[29] : membre du Réseau des sites majeurs de Vauban. Saint-Martin-de-Ré a été fortifié par Vauban, à la suite du siège de La Rochelle, au XVIIe siècle pour protéger La Rochelle et Rochefort des invasions anglaises. La citadelle servit de nombreuses années comme lieu de rassemblement pour les forçats qui partaient pour les bagnes de la Nouvelle-Calédonie et de la Guyane. Elle fut ensuite transformée en pénitencier, puis en maison centrale (toujours en activité actuellement, avec plus de 400 détenus). La visite des remparts côté ouest de la ville et sur tout le front de mer est possible avec :
    • La porte de La Flotte, actuellement porte Thoiras (à l'est).
    • La porte de La Couarde, actuellement porte des Campani (à l'ouest)[30].
La place forte Vauban, exemple de réduit insulaire, est classée depuis le au Patrimoine mondial de l'UNESCO. Cette candidature a été soutenue au niveau local par l'Étoile de Vauban, une association présidée par le comédien Charles Berling.
Hôtel de Clerjotte.
  • L'hôtel de Clerjotte et le musée Ernest-Cognacq : c'est le plus bel exemple de patrimoine civil de l'Île de Ré, propriété de la commune de Saint-Martin-de-Ré et classé Monument Historique (1929). Il a été construit à la fin du XVe siècle puis remanié au XVIe et au début du XVIIe. Restauré en 1954, l'adjonction d'une nouvelle aile d'architecture moderne conçue et réalisée par l'architecte Christian Menu, inaugurée le , lui permet de présenter les expositions temporaires du musée de l'Île de Ré, le musée Ernest-Cognacq. L’hôtel de Clerjotte devrait être restauré dans les années à venir pour présenter à nouveau les collections Ernest Cognacq[32].
  • La maison natale d'Ernest Cognacq se trouve face à l'église.
  • Conservation de quelques maisons à colombage à encorbellements dans le style médiéval.
  • La Maison de la Vinatrie et de nombreuses bâtisses de la ville (quartier ouest de l'église).
  • L'apothicairerie de l'hôpital
  • Le port est constitué de deux bassins, un en eaux vives (à l'est), l'autre bassin à flots fermé par une écluse (à l'ouest), isolés l'un de l'autre par un îlot. Jadis port de commerce très actif (vins, sel), aujourd'hui, son usage principal est la plaisance et quelques pêcheurs l'utilisent encore et vendent le produit de leur pêche sur les quais.
  • L'Hôtel des Cadets, aujourd'hui hôtel de ville

Galerie

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Saint-Martin-de-Ré et la poésie

Bagnard je suis, chaîne et boulet,
Tout ça pour rien,
Ils m'ont serré dans l'Îl' de Ré,
C'est pour mon bien.

 Léo Ferré (Merde à Vauban)

Personnalités liées à la commune

  • Madame de Tencin, femme de lettres, mère de d'Alembert et célèbre pour son salon politique et littéraire. Le , un décret d'adjudication rendu au Parlement de Paris attribue le logis de la Baronnie de Saint Martin de Ré à Claudine, Alexandrine, Marie Guérin de Tencin. Le , sa sœur, Françoise de Guérin (marquise de Tencin, veuve de Laurent Ducros, chevalier, comte de Groslé, du Roussillon et autres places) hérite de la demeure.
  • Nicolas Baudin, (1754-1803), né à Saint-Martin-de-Ré, fut un marin, capitaine et explorateur. Après un voyage aux Indes, a commencé sa carrière dans l'armement de son oncle Jean Peltier Dudoyer, armateur à Nantes, mais né à Saint-Martin de Ré. À partir de 1800, le Directoire lui confie deux vaisseaux : Le Géographe et Le Naturaliste avec lesquels, à partir de 1800, il dirige plusieurs expéditions scientifiques pour la découverte de la Nouvelle-Hollande (Australie).
  • Antoine de Sagne de Lombard (1756-1842), général des armées de la République y est né.
  • Ferdinand-Auguste Lapasset, général de division français puis conseiller général du département de l'Aude, né à Saint-Martin le .
  • Ernest Cognacq (1839-1928), né à Saint-Martin-de-Ré, fondateur des grands magasins parisiens La Samaritaine ; généreux donateur, il offre à sa ville natale les collections de René-Théodore Phelippot pour la création du musée qui porte son nom.
  • Émile-Arthur Thouar, explorateur, né à Saint-Martin-de-Ré le .
  • Angèle Delasalle (1867-1939), artiste peintre française, y est décédée.
  • Roland Boisselier, (1898-1924), né à La Rochelle, fut aumônier à la citadelle de Saint-Martin et au bagne de Guyane. Brancardier pendant la Première Guerre mondiale, dans les Vosges, il a laissé de nombreux témoignages écrits sur la vie au front.
  • Alfred Dreyfus, Alexandre Jacob, Seznec ou encore Henri Charrière (alias Papillon) passèrent par la citadelle de Saint-Martin avant d'embarquer pour le bagne de Guyane.
  • André Migner (ca 1640-1727), soldat du régiment de Carignan-Salières y est né.
  • Louis Bertola (1891-1973), sculpteur français d'origine italienne, Premier Grand Prix de Rome en 1923 et son épouse Marcelle, peintre, y ont vécu de nombreuses années dans une maison donnant sur le port.

Héraldique

Blason Blasonnement :
Les armes de Saint-Martin-de-Ré se blasonnent ainsi : D'azur à la croix potencée d'argent.

Voir aussi

Bibliographie

  • Kemmerer, Dr Eugène, Histoire de l'île de Ré depuis les temps historiques jusqu'à nos jours, Mareschal, La Rochelle, 1868.
  • Tugdual de Langlais, L'armateur préféré de Beaumarchais Jean Peltier Dudoyer, de Nantes à l'Isle de France, Éd. Coiffard, 2015, 340 p. (ISBN 9782919339280).

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes et cartes

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  4. Les autres villes de la Charente-Maritime équipées au moins d'un centre de radiologie médicale sont par ordre alphabétique les suivantes : Jonzac, Rochefort, La Rochelle, Royan, Saintes, Saint-Jean-d'Angély, Saint-Martin-de-Ré, Saint-Pierre-d'Oléron, Saujon, Surgères
  5. Liste des villes de la Charente-Maritime équipées au moins d'un laboratoire d'analyses de biologie médicale (par ordre alphabétique) : Aytré, Châtelaillon-Plage, Jonzac, Marans, Marennes, Montendre, Pons, Puilboreau, Rochefort, La Rochelle, Royan, Saintes, Saint-Jean-d'Angély, Saint-Martin-de-Ré, Saint-Pierre-d'Oléron, Saujon, Surgères, Tonnay-Charente et La Tremblade. À cette liste de 19 villes s'ajoute le centre rural de Montguyon dans la Double saintongeaise.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 18 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Journal Sud Ouest du 8 juillet 2008
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 25 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  6. « Unité urbaine 2020 de La Flotte », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 25 mars 2021).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 25 mars 2021).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 25 mars 2021).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 25 mars 2021).
  11. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  12. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  13. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 18 avril 2021)
  15. Pierre Miquel, Les Guerres de Religion, Paris, Fayard, , 596 p. (ISBN 978-2-21300-826-4, OCLC 299354152, lire en ligne). p. 430-432.
  16. a b et c « Jumelage » (consulté le 15 octobre 2020)
  17. « Twinning with our French Twin Town » (consulté le 15 octobre 2020)
  18. Patrick Weick, « Frankreich-Austausch 2005: Wurstsalat und Austern » (consulté le 14 mars 2016)
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  23. Elle a été classée commune urbaine en 1982 selon les critères de l'INSEE.
  24. Fiche de présentation du collège de Saint-Martin-de-Ré
  25. Site de l'annuaire de la santé
  26. a et b Site de l'Hôpital Saint-Honoré
  27. Site de présentation de la MDR de Saint-Martin-de-Ré
  28. Fiche de présentation du Centre départemental d'accueil
  29. Les fortifications du littoral - La Charente Maritime - R Desquesne, R Faille, N Faucherre, P Prost, Éditions patrimoine et médias (ISBN 2-910137-03-1).
  30. Les fortifications Vauban de Saint-Martin-de-Ré
  31. Le Musée Ernest Cognacq de Saint-Martin-de-Ré