SNCF Mobilités

SNCF Mobilités
logo de SNCF Mobilités
Logo de SNCF Mobilités.

Création
Disparition
Forme juridique EPIC
Siège social 9 Rue Jean-Philippe Rameau 93200 Saint-Denis
Drapeau de France France
Actionnaires Société nationale des chemins de fer français
Activité Exploitation ferroviaire (voyageurs et marchandises)
Société mère SNCF
Sociétés sœurs SNCF Réseau
Effectif 95 000 personnes (en 2015)
SIREN 552049447
Site web sncf.com

Fonds propres en augmentation 9,4 milliards € (2018)
Dette Increase Negative.svg 11,1 milliards € (2018)
Chiffre d'affaires en diminution 31,7 milliards € (2018)
Résultat net en augmentation 4,5 milliards € (2018)

SNCF Mobilités était l'un des trois établissements publics à caractère industriel et commercial (EPIC) composant la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) entre le 1er janvier 2015 et le 31 décembre 2019.

Créée dans le cadre de la réforme ferroviaire prévoyant la réunification de Réseau ferré de France (RFF) et de la SNCF, SNCF Mobilités était chargée notamment de la circulation des trains de voyageurs et de marchandises [1].

Le , le périmètre de SNCF Mobilités est redéfini et les activités de transports de voyageurs deviennent SNCF Voyageurs.

Présentation

SNCF Mobilités avait pour but de s'occuper de l'exploitation des trains de voyageurs et de marchandises en France. En 2015, SNCF Mobilités emploie environ 95 000 personnes[2] (près des 2/3 des effectifs de la SNCF).

En 2019, ses différentes catégories de trains et marques commerciales sont Intercités, Ouigo, RER, TER, TGV, TGV inOui et Transilien. Les liaisons internationales à grande vitesse sont assurées par ses filiales Eurostar, Lyria et Thalys.

Le transport de marchandises est réalisé par Fret SNCF et VFLI, filiales qui sont depuis 2020 sous le giron de SNCF Logistics, elle-même filiale de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF)[3].

Historique

Le , le ministre des transports Frédéric Cuvillier annonce la réunification de RFF et de la SNCF au sein d'un groupe public ferroviaire unifié.

La loi portant réforme du système ferroviaire est adoptée le . Elle prévoit la création de trois établissements publics à caractère industriel et commercial : SNCF, SNCF Réseau et SNCF Mobilités[4].

La nouvelle organisation de la SNCF entre en vigueur le . RFF, SNCF Infra et la Direction de la circulation ferroviaire sont regroupés au sein de SNCF Réseau tandis que le reste de la SNCF devient SNCF Mobilités.

SNCF Mobilités s'inscrit dans la continuité de l'EPIC SNCF, alors que Réseau ferré de France (RFF) devient l'EPIC SNCF Réseau et que l'EPIC de tête SNCF est créé de toutes pièces[5].

Le décret no 2015-138 du , relatif aux missions et aux statuts de SNCF Mobilités, prévoit que la nouvelle organisation entre en vigueur au plus tard au [6].

En , SNCF Mobilités annonce une dépréciation de 2,2 milliards d'euros. Fin 2015, la dette de SNCF Mobilités était de 7,8 milliards d'euros[7].

Le , alors que la SNCF et ses filiales deviennent sociétés anonymes, SNCF Mobilités est démantelée, SNCF Gares & Connexions étant cédé à SNCF Réseau, tandis que les activités de logistique et de fret ferroviaire (notamment Geodis et Fret SNCF) et l'opérateur de transports publics Keolis sont rattachés directement à la structure de tête. Le reste de l'ex-SNCF Mobilités, c'est-à-dire notamment les TGV, les Intercités, les TER, les trains de banlieue franciliens et le site Oui.sncf, devient une société anonyme baptisée « SNCF Voyageurs »[8],[9].

Organisation

SNCF Mobilités comportait jusqu'en 2019 trois branches d'activités :

Voir aussi

Notes et références

  1. « Loi du 4 août 2014 portant réforme ferroviaire », sur vie-publique.fr, (consulté le 1er janvier 2020)
  2. La réforme ferroviaire sur le site du Gouvernement (consulté le 31 août 2016).
  3. Le Figaro avec AFP, « La «Nouvelle SNCF» naît mercredi, malgré la grève », sur Le Figaro.fr, (consulté le 1er janvier 2020)
  4. LOI n° 2014-872 du 4 août 2014 portant réforme ferroviaire (1) (consultée le ).
  5. « Publications Financières SNCF Mobilités | SNCF », sur www.sncf.com (consulté le 5 octobre 2017)
  6. Décret n° 2015-138 du 10 février 2015 relatif aux missions et aux statuts de SNCF Mobilités (consulté le ).
  7. Direction de la Communication, « Rapport financier SNCF Mobilités », SNCF (consulté le 1er octobre 2016)
  8. « En plein mouvement sur les retraites, la SNCF devient une société anonyme qui n’embauche plus au statut de cheminot », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 1er janvier 2020)
  9. « SNCF: Christophe Fanichet nommé PDG de la future SNCF Voyageurs », sur Challenges, (consulté le 1er janvier 2020)

Articles connexes