Séché Environnement

Séché Environnement
logo de Séché Environnement

Création 1985
Fondateurs Joël Séché
Forme juridique Société anonyme à conseil d'administration (s.a.i.) ()[1]
Action Euronext : SCHP
Siège social Changé (Mayenne)
Drapeau de la France France
Direction Maxime Séché
Activité Service à l'environnement
Filiales Trédi
Effectif 5 000 (2021)
Siren 306 917 535
SIREN 306917535[1]
Site web groupe-seche.com

Capitalisation 430,6 M€ au 19 avril 2021
Chiffre d'affaires 736 M€ en 2021[2]
Résultat net 28,4 M€ en 2021

Séché Environnement est un groupe industriel français spécialisé dans le traitement et la valorisation de tous types de déchets et les services de dépollution. La société est cotée à la Bourse de Paris.

Historique

En 1984, Joël Séché reprend la petite PME familiale de travaux publics. Il décide à son acquisition de positionner progressivement la société sur les métiers de l'environnement. Le groupe est porté par une dynamique de croissance à la fois interne et externe via de nombreuses acquisitions : En 1985, le groupe ouvre un centre de stockage de classe 2 (déchets non dangereux) à Changé (Mayenne). Ce centre s'agrandit en 1994 avec un site de stockage de déchets dangereux (Classe 1) proposant des solutions innovantes, de haute qualité environnementale, pour la gestion des déchets issus des activités industrielles. Le site accueillera un centre de tri en 1997[réf. nécessaire].

En 1997, Séché groupe entre au second marché de la Bourse de Paris[3].

En 2001, Séché rachète Alcor, ce qui lui permet d'étendre sa présence dans l'ouest et dans le sud de la France[4]. En 2002, Séché acquiert Tredi, ainsi que ses filiales Speichim et Valls Quimica, ce qui lui permet de doubler la taille de son chiffre d'affaires et de renforcer son activité dans les déchets industriels[5].

En 2007, Séché prend une participation de 33 % du capital de Saur. La Caisse des dépôts (47 %) et Axa (20 %) se partagent le reste de la participation[6]. En 2008, Joël Séché devient président de Saur. En 2013, Séché abandonne sa participation dans la Saur, au profit des banques créditrices, BNP et BPCE principalement[7].

De 2015 à 2019, le Groupe se développe à l’international et renforce des synergies européennes. Séché Environnement acquiert en 2015 une société péruvienne, spécialisée dans les DASRI, puis en 2017, deux sociétés de stockage de déchets, respectivement au Pérou et au Chili[8].

En 2015 le groupe créé deux nouvelles filiales : Seché Healthcare, spécialisée dans les déchets d'activités de soins à risques infectieux et assimilés (DASRI), et Séché Urgences Interventions, spécialiste des interventions d'urgence sur les catastrophes environnementales, qui interviendra notamment sur des opérations de dépollution liées à l'incendie de Notre Dame de Paris ou à la catastrophe de Lubrizol[9].

En 2016, l'entreprise inaugure son nouveau centre de tri sur son site initial de Changé (30 000 tonnes de déchets par an)[10]

En 2017, Séché Environnement inaugure la première chaudière de France fonctionnant aux combustibles solides de récupération (CSR), toujours à Changé[11].

Le groupe prend le contrôle de Solarca, société espagnole de  nettoyage industriel en 2017[12].

En 2019, deux nouvelles sociétés rejoignent le groupe : Interwaste : un des opérateurs majeurs de la gestion intégrée des déchets en Afrique du Sud[13]. Mecomer en Italie (tri et valorisation de déchets)[14]. En 2021, Séché Environnement acquiert une nouvelle société sud-africaine, Spill Tech, spécialisée dans les services d’urgence environnementale et de dépollution[15].

Frappé par la crise économique liée au Covid-19, Séché Environnement parvient toutefois à se maintenir en 2020. Son chiffre d'affaires ne recule que de 2 % à 673 millions d'euros[16]. L'entreprise est particulièrement mobilisée pour assurer le traitement des déchets médicaux, en très forte augmentation[17].

Début 2021, le groupe est retenu pour reprendre l'exploitation en délégation de service public de l'usine d’incinération de Montauban (Tarn-et-Garonne)[18]

Activités

L'entreprise intervient dans la collecte, le tri, la valorisation et le traitement des déchets dangereux et non dangereux, le traitement des PCB et gaz industriels, la dépollution et la réhabilitation de sites, la régénération et la purification de solvants.

Elle produit du CSR (Combustible Solide de Récupération) à partir de déchets non valorisables et des énergies renouvelables à partir de déchets, notamment du Biogaz pour la CODEMA (COopérative de DEshydratation de la MAyenne). Elle traite 27 000 tonnes de fourrage (ray-grass, luzerne, trèfle)[19].

Séché Environnement est client du cabinet de lobbying Public & Private link[20].

Actionnaires

Au [21], les actionnaires majoritaires sont Joël Séché et sa famille.

Nom Actions %
Joël Séché 1 0,00%
SAS Groupe Séché 4 859 483 61,84%
Pegase 53 564 407 7,18%
Actions propres 57 856 0,74%
Actionnariat salarié 42 338 0,54%
Public 2 333 647 29,70%

Références

  1. a et b Système national d'identification et du répertoire des entreprises et de leurs établissements, (base de données)
  2. https://www.groupe-seche.com/media/28773/22-02_CP_BN-21%20%281%29.pdf
  3. « Séché Environnement entre en Bourse », sur Le Moniteur,
  4. « Séché Environnement acquiert le groupe Alcor », sur Les Echos,
  5. « Environnement : Séché va acquérir Tredi », sur L'Usine Nouvelle,
  6. Elsa Conesa et Renaud Honoré, « Un consortium français mené par la CDC va racheter la SAUR », sur Les Echos,
  7. Nicolas Emeriau, « Le groupe Séché quitte la Saur et cède ses parts », sur Ouest-France,
  8. « SECHE ENVIRONNEMENT acquiert deux entreprises en Amérique latine », sur Capital,
  9. « Environnement : Séché dévoile sa feuille de route d'ici à 2022 », sur Les Echos, (consulté le )
  10. « Changé : Séché inaugure son nouveau centre de tri », sur Le Courrier de la Mayenne,
  11. « CSR : une première unité de combustion raccordée à un réseau de chaleur urbain », sur Actu Environnement,
  12. « SECHE ENVIRONNEMENT rachète 76% de Solarca », sur Capital,
  13. « Séché Environnement rachète Interwaste », sur Classe Export,
  14. « Séché Environnement s’offre l’italien Mecomer », sur Les Echos,
  15. « Séché Environnement s’offre le sud-africain Spill Tech », sur Investir (consulté le )
  16. « Résultats annuels 2020 en haut des objectifs », sur ZoneBourse.com, (consulté le )
  17. « Comment Séché Healthcare faire face à l'afflux de déchets médicaux », sur usinenouvelle.com,
  18. « Séché Environnement va moderniser l'usine d'incinération de Montauban », sur usinenouvelle.com,
  19. « Valoriser l’énergie des déchets », Agrodistribution, no 255,‎
  20. « Fiche Public & Private Link » (consulté le )
  21. « Document de référence »

Liens externes