Rue d'Enghien

10e arrt
Rue d’Enghien
Image illustrative de l’article Rue d'Enghien
La rue d’Enghien, depuis la rue du Faubourg-Saint-Denis.
Situation
Arrondissement 10e
Quartier Porte-Saint-Denis
Début 45, rue du Faubourg-Saint-Denis
Fin 20, rue du Faubourg-Poissonnière
Voies desservies Cour des Petites-Écuries
rue d’Hauteville
Morphologie
Longueur 420 m
Largeur 15 m
Historique
Création 1792
Dénomination 1814
Ancien nom Rue Mably
Géocodification
Ville de Paris 3307
DGI 3284

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue d’Enghien
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue d’Enghien est une voie du 10e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès

La rue d’Enghien est une voie publique située dans le 10e arrondissement de Paris. Elle débute au 45, rue du Faubourg-Saint-Denis, approximativement au bout des passages Brady et de l'Industrie, et se termine au 20, rue du Faubourg-Poissonnière, après avoir croisé la cour des Petites-Écuries et la rue d’Hauteville.

Odonymie

La rue s'est tout d'abord appelée « rue d'Enghien », en hommage à Louis Antoine de Bourbon-Condé, duc d'Enghien. Sous la Révolution, elle est devenue la « rue Mably », en l'honneur du philosophe Gabriel Bonnot de Mably, mort en 1785 alors que la voie était projetée. Elle a repris le nom de « rue d'Enghien » par un arrêté du [1].

Historique

Autorisée et dénommée « rue d’Enghien » par lettres patentes du , cette rue n'était pas encore ouverte en 1791. Elle le fut en 1792 sous le nom de « rue Mably », en mémoire de Gabriel Bonnot de Mably (1709-1785), philosophe et ancien chanoine de l'église abbatiale de l'Île Barbe.

En vertu d'un arrêté préfectoral du , elle reprit la dénomination de « rue d'Enghien ».

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire

Dans cette rue au XIXe siècle, Adolphe Goupil et ses associés ouvrirent un magasin d'édition d'art et vente d'estampes.

ancien siège du Petit parisien

En littérature

Honoré de Balzac met en scène les messageries de cette rue dans Un début dans la vie : « Cet hôtel, situé précisément à l’angle de la rue d’Enghien, existe encore, et se nomme le Lion d’argent. Le propriétaire de cet établissement destiné, depuis un temps immémorial, à loger des messagers, exploitait lui-même une entreprise de voitures pour Dammartin si solidement établie que les Touchard, ses voisins, dont les Petites-Messageries sont en face, ne songeaient point à lancer de voiture sur cette ligne[5]. »

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Références

  1. « Rue d'Enghien », Nomenclature officielle des voies de Paris, www.v2asp.paris.fr.
  2. Louis Charlet et Robert Ranc, Histoire générale de la presse française, Presses universitaires de France, , p. 100-101
  3. Jean-Pierre Arthur Bernard, Paris rouge, 1944-1964. Les communistes français dans la capitale, Champ Vallon, coll. « Époque », 1991, 272 p. (ISBN 2876731177), p. 24-27.
  4. [1], www.page2007.com (consulté le 14 février 2012).
  5. Honoré de Balzac, Un début dans la vie, édition Charles Furne, 1845, vol. IV, p. 417.