Rue Jacques-Callot (Paris)

6e arrt
Rue Jacques-Callot
Image illustrative de l’article Rue Jacques-Callot (Paris)
La rue Jacques-Callot vue de la rue de Seine avec le restaurant La Palette.
Situation
Arrondissement 6e
Quartier Monnaie
Début 42-46, rue Mazarine
Fin 47, rue de Seine
Morphologie
Longueur 62 m
Largeur 15 m
Historique
Création 1912
Dénomination
Ancien nom Passage du Pont-Neuf
Géocodification
Ville de Paris 4709
DGI 4784
Géolocalisation sur la carte : 6e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 6e arrondissement de Paris)
Rue Jacques-Callot
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Jacques-Callot
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Jacques-Callot est une voie située dans le quartier de la Monnaie dans le 6e arrondissement de Paris.

Situation et accès

La rue Jacques-Callot est desservie à proximité par la ligne (M)(10) à la station Mabillon, ainsi que plus directement par les lignes de bus RATP 24 58 70.

Elle se trouve dans le prolongement de la rue Guénégaud, cernée par les rues Mazarine et de Seine.

Origine du nom

Elle porte le nom du graveur Jacques Callot (1592-1635). La plaque de la rue porte de façon erronée la mention « Jacques Callot, peintre et graveur », puisqu'on ne connaît aucune peinture qui puisse lui être attribuée, les seules peintures connues étant « d'après des gravures » de Jacques Callot[réf. nécessaire].

Historique

La rue a été ouverte en 1912 sur l'ancien passage du Pont-Neuf datant de 1823[1].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire

  • no 1, se trouve l'immeuble d'ateliers livré en 1933[2], conçu par l'architecte Roger-Henri Expert, chef d’un atelier d'enseignement d’architecture à l’École des Beaux-Arts. L’association des élèves et anciens élèves de l’École, dite Grande Masse, est à l’initiative de la création de ce bâtiment[3]. Toujours tourné vers l’enseignement de l’architecture, ce bâtiment classé Monument historique[4] a successivement hébergé :
    • À partir de 1933, cinq ateliers extérieurs d’enseignement de l’architecture de l’École des Beaux-Arts (ENSBA),
    • En 1968, l’Unité pédagogique d’architecture no 2 (UPA 2), qui, en 1976, s’installe à Nanterre.
    • En 1976, l’Unité pédagogique d’architecture no 9 (UPA 9), qui devient en 1986 École d’architecture de Paris-la-Seine (EAPS), puis en 2005 ENSA de Paris-Val-de-Seine, et qui, en 2007, déménage quai Panhard-et-Levassor.
    • En 2007, l’ENSA de Paris-Malaquais qui occupe le site depuis.

Notes et références

  1. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, fac-similé de l'édition de 1844, p. 563.
  2. Jean Margerand (ill. Roger-Henri Expert, photogr. Studio Jyska), « Les Ateliers extérieurs d'Architecture de l'École Nationale supérieure des Beaux-Arts », La Construction Moderne,‎ , p. 666 à 672 (lire en ligne)
  3. Le siège social de la Grande Masse a d'ailleurs occupé le rez-de-chaussée du bâtiment de 1937 à 2007. On y accédait par la porte donnant sur la rue Mazarine.
  4. Ministère de la Culture, « Immeuble (Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts) », sur pop.culture.gouv.fr (consulté le 16 septembre 2020)
  5. Ministère de la Culture, « Café La Palette », sur pop.culture.gouv.fr (consulté le 16 septembre 2020)