Renaissance du Lille Ancien

Renaissance du Lille Ancien
Logo de l’association
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Cadre
Forme juridique Association loi de 1901,
But Sauvegarde du patrimoine architectural et urbain
Zone d’influence Nord et Pas-de-Calais
Fondation
Fondation
Fondateur Mme Six-Thiriez
Identité
Siège 20/22 rue de la Monnaie 59000 Lille
Président Jean-Yves Méreau
Secrétaire Francis Gaillot
Trésorier Olivier Spriet
Membres 500
Slogan Patrimoine, Ville, Environnement
Site web https://www.lille-ancien.com

Renaissance du Lille Ancien est une association de sauvegarde du patrimoine architectural et urbain de Lille fondée en 1964 dont l’action s’est étendue en 2016 à la région et au soutien financier par création d'une fondation.

Création

L’association Renaissance du Lille Ancien a été créée le pour la sauvegarde des monuments et sites de la métropole et leur mise en valeur sur le constat du manque d’intérêt pour le patrimoine de Lille et de son état d’abandon général. Cette création faisait suite aux destructions et menaces de disparition de bâtiments historiques lors de la rénovation en cours à cette date du quartier Saint-Sauveur. Sa fondatrice Madame Thiriez-Six, Présidente de la Section départementale du Nord de Vieilles maisons françaises faisait partie d’une famille de grands industriels textiles du Nord.

Des commissions sont créées : recensement des monuments, archives, arts, technique, juridique, sociale (relogement), propagande et relations avec les médias[1].

Action de l’association en matière d’urbanisme

A la suite des travaux de la Commission de recensement en son sein, l’association a adressé en mars 1965 un dossier de demande de secteur sauvegardé au Ministère des Affaires culturelles comprenant 3 rapports, historique établi par Louis Trenard, géographique par André Gamblin et esthétique par Michel Marcq. La demande de la Ville de Lille en juin 1965 dans ce sens obtient l’accord du Ministère en pour la création d’un secteur de 58 ha[1].

L’association s’est opposée dans les années 1970 au projet de percée de la Treille, axe routier à 4 voies qui aurait relié la gare au boulevard de la Liberté par la rue des Canonniers (seul tronçon réalisé), la place aux Bleuets, la place Louise-de-Bettignies, le parvis de la Treille, la rue de Weppes, la rue Thiers en éventrant des quartiers du cœur historique et, plus récemment, à l’extension du stade Grimonprez -Jooris qui aurait défiguré les abords de la Citadelle[2]. L’association milite en faveur du projet de remise en eau de la Basse Deûle (avenue du Peuple belge), projet remis sine die par la Ville.

Activités

Renaissance du Lille Ancien dialogue avec les pouvoirs publics et conseille les personnes privées pour la création d’une architecture de qualité. L’association organise des conférences, des visites en formant des guides agréés par la Caisse des Monuments historiques, des expositions, des voyages et, plus généralement, s’efforce de sensibiliser le public à la valeur du patrimoine lillois. Son action a contribué à la désignation de Lille comme Ville d’Art en 1974[1]. Renaissance du Lille Ancien édite un bulletin semestriel[3].

Développement

L’action de Renaissance du Lille Ancien, limitée au cours de ses premières années au centre historique de Lille, s’est ensuite étendue à l’ensemble de la métropole et depuis 2016 à la région. En 2016, l’association a créé la Fondation Renaissance du Lille Ancien au sein de la Fondation de Lille. Cette fondation participe au soutien financier de la restauration du patrimoine dans l’ensemble du Nord et du Pas-de-Calais et secteurs limitrophes[4],[5].

Notes et références

  1. a b et c Louis Trénard, « Du Lille ancien au Lille renaissant », Revue du Nord,‎ , p. 399-424 (lire en ligne)
  2. « Renaissance du Lille ancien ressuscite pour son jubilé la fête du Vieux-Lille », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne)
  3. « Renaissance du Lille ancien », sur AJP. Association des journalistes du patrimoine, (consulté le )
  4. « Renaissance du Lille ancien déploie ses ailes sur trois fronts », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne)
  5. « Un fonds Renaissance du Lille ancien dope les rénovations », sur CAUE du Nord, (consulté le )