René Taveneaux

René Taveneaux
Portrait de René Taveneaux
Biographie
Naissance
à Messincourt (Ardennes)
Décès
à Nancy
Nationalité Drapeau de France Français
Thématique
Formation Sorbonne
Titres Professeur titulaire à la Faculté des Lettres de Nancy
Profession Historien
Travaux
  • Le Jansénisme en Lorraine, 1640-1789, Paris, J. Vrin, 1960.
  • Jansénisme et politique, Paris, Armand Colin, 1965.
Distinctions Officier de la Légion d’honneur, officier dans l’ordre national du mérite, commandeur des Palmes académiques

René Taveneaux est un historien et universitaire français, né à Messincourt (Ardennes) le et décédé à Nancy le , spécialiste d’histoire religieuse des XVIIe et XVIIIe siècles, en particulier du Jansénisme et de l'histoire de la Lorraine. Il enseigna à l’Université de Nancy de 1952 à 1980.

Biographie

Origines et formation

René Taveneaux, fils de Théodore Taveneaux et de Pauline Aymond, est né en 1911 à Messincourt[1], issu d’une lignée d’agriculteurs et d’artisans du textile rural. Il passe son enfance à Remilly-Aillicourt, village situé à huit kilomètres de Sedan. Il évoquera plus tard dans un article la figure de son instituteur et celle du curé de sa paroisse qui contribuèrent à son éveil intellectuel et à sa future vocation d’historien. Il fait ses études secondaires au collège Turenne de Sedan et au lycée Faidherbe de Lille[2].

Il est ensuite étudiant à la Sorbonne et prépare une licence-ès-lettres d’Histoire, ayant notamment comme professeurs le médiéviste Charles-Edmond Perrin et le contemporanéiste Charles Seignobos, alors en fin de carrière. Soumis aux obligations militaires et ayant suivi une formation d’officier, il en sort sous-lieutenant au 155e régiment d'infanterie en 1936-37. Rappelé en 1938 et mobilisé en 1939, il participe au conflit dans le secteur de Montmédy avant d’être fait prisonnier en juin 1940. Il passe cinq années à l’Oflag XVII-A, en Autriche, jusqu'en juin 1945. Il consacre ce temps de captivité à de nombreuses lectures afin d’enrichir sa culture historique, religieuse et philosophique. Dès 1946, peu de temps après son retour, il est reçu à l’Agrégation d’histoire[3].

Carrière universitaire

René Taveneaux exerce d’abord comme professeur dans l’enseignement secondaire, au lycée Chanzy de Charleville, en 1945-46, puis au lycée Henri Poincaré de Nancy jusqu'en 1952. Il est ensuite nommé chargé d’enseignement à la Faculté des Lettres de Nancy. En 1960, il est proclamé Docteur d’État en histoire, après avoir soutenu à la Sorbonne une thèse principale, Le Jansénisme en Lorraine (1640-1789) et une thèse secondaire, Jansénisme et prêt à intérêt, la première publiée en 1960[3],[4], la seconde en 1977[3], l’une et l’autre à la Librairie philosophique Vrin, Paris.

En 1960, il est nommé professeur titulaire à la Faculté des Lettres de Nancy, qui sera intégrée à l’Université Nancy-II après 1968. Il est titulaire de la chaire d’histoire de l’est de la France et responsable de l’Institut d’études lorraines. À sa retraite, en 1980, il accède à l’éméritat.

Dans le cadre de ses fonctions universitaires, René Taveneaux organise plusieurs manifestations et réunions savantes. Du 24 au 27 octobre 1966, année du bicentenaire du rattachement de la Lorraine à la France, il est le maître d’œuvre d’un colloque consacré à La Lorraine dans l'Europe des Lumières. Du 22 au 24 mai 1987, il est un des trois co-organisateurs d’un colloque international portant sur Les Habsbourg et la Lorraine et placé sous le haut patronage de l’impératrice Zita, veuve du dernier empereur d’Autriche et Roi de Hongrie. Son fils, l’archiduc Otto de Habsbourg, honore de sa présence la séance conclusive. Les actes de ces colloques ont été publiés par les Annales de l'Est, revue dont René Taveneaux a assuré la direction durant de nombreuses années.

Distinctions et honneurs

En 1958, René Taveneaux devient membre titulaire de l’Académie de Stanislas de Nancy. En 1961, il y prononce son discours de réception consacré à Stanislas, philosophe chrétien. En octobre 1988, il reçoit l’Archiduc Otto de Habsbourg comme Docteur Honoris Causa de l’Université de Nancy. Le , il fait partie de la délégation qui représente la ville de Nancy aux funérailles de l’Impératrice Zita à Vienne. René Taveneaux est titulaire de la Croix de Guerre 1939-1945. Il est officier de la Légion d’Honneur, officier de l’Ordre national du Mérite et commandeur des Palmes académiques.

L’œuvre de l’historien

L’historien du Jansénisme et du Catholicisme dans la France classique

Fruit des recherches menées, non seulement à partir des fonds d’archives lorrains mais aussi de ceux conservées à l'Église vieille-catholique de l'Union d'Utrecht et au Vatican, la thèse sur Le Jansénisme en Lorraine, est considérée comme un ouvrage pionnier à plusieurs titres[5]. Elle institue l’histoire religieuse comme discipline universitaire à part entière, ce qui n’était pas évident dans les années 1950. Avec les études contemporaines de Jean Orcibal, elle contribue à la redécouverte du mouvement janséniste, non seulement sur les plans théologique et philosophique mais également en termes d’influences socio-économique et culturelle, l’auteur intégrant les influences de Max Weber et de Gabriel Le Bras[3]. Le jansénisme lorrain est pluriel et s’insère dans cette « frontière de catholicité », à la charnière des mondes français et germanique, selon l’expression de Pierre Chaunu. René Taveneaux invente ainsi le concept de « dorsale catholique », désignant cet espace correspondant à peu près à l’ancienne Lotharingie dans l’Europe religieuse du XVIIe siècle. Couvrant dans son étude le siècle et demi qui précède la Révolution française, il considère l’Abbé Grégoire comme un avatar tardif du Jansénisme lorrain.

Dans sa thèse secondaire sur Jansénisme et prêt à intérêt, l’auteur met en évidence la modernité de la réflexion économique des milieux jansénistes. Celle-ci apparait proche des propres théories de Calvin qui, en leur temps, furent mises en évidence par Max Weber dans L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme. La plupart des jansénistes rejettent, en effet, le dogmatisme de l’Église tridentine condamnant sans nuance le prêt à intérêt[6],[7],[8].

Quelques ouvrages destinés à un plus vaste public permettent à René Taveneaux de présenter, de façon plus globale, sa vision du jansénisme et du catholicisme post-tridentin. Jansénisme et politique (Armand Colin, coll. U, 1965) est constitué d’un recueil de textes mettant en lumière le rapport entre les disciples de Jansenius et la réflexion politique dans les cent-cinquante dernières années de la Monarchie absolue. Dans la collection éponyme de chez Hachette, La Vie quotidienne des Jansénistes aux XVIIe et XVIIIe siècles (1973, rééd. 1985) constitue une synthèse consacrée à ce mouvement qui touche simultanément au religieux et au politique[3]. Le Catholicisme dans la France classique (1610-1715), double volume d’abord destiné aux étudiants (SEDES 1980), complète ce corpus[3] ainsi que des contributions à l’Encyclopedia Universalis et à L’Histoire des Religions, Tome 2, publiée dans la collection de la Pléiade (réédition en Folio, 1999).

L’historien de Nancy et de la Lorraine

L’intérêt de René Taveneaux pour l’histoire de Nancy et de la Lorraine s’exprime dans la publication de nombreux articles et la participation à plusieurs ouvrages collectifs dans lesquels il couvre tout ce qui concerne la vie intellectuelle et religieuse aux XVIIe et XVIIIe siècles. Sont publiées ainsi, sous sa direction, une Histoire de Nancy chez Privat en 1978 (prix Thiers de l’Académie française) et, en plusieurs volumes, une Encyclopédie illustrée de la Lorraine, aux Presses universitaires de Nancy dans les années 1990.

Parmi les sujets ayant la faveur de l’auteur et abordés dans plusieurs articles et au cours de différents colloques, il convient de retenir tout ce qui concerne le personnage de Stanislas Leczinski, ancien Roi de Pologne devenu Duc de Lorraine à titre viager, jusqu’à sa mort en 1766. René Taveneaux s’est intéressé en particulier à la dimension philosophique et religieuse de ce prince contemporain des Lumières.

Dans un tout autre domaine, il s’est attaché à souligner les liens entre Maurice Barrès et la Lorraine au cours d’un colloque organisé à Nancy en 1962, année du centenaire de la naissance de l’écrivain[9].

Eléments essentiels de bibliographie

  • Le Jansénisme en Lorraine, 1640-1789, Paris, J. Vrin, 1960.
  • Jansénisme et politique, Paris, Armand Colin, 1965.
  • La Vie quotidienne des jansénistes aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Hachette, réédition 1985.
  • Jansénisme et prêt à intérêt, Paris, J. Vrin, 1977.
  • Le Catholicisme dans la France classique (1610-1717), Tomes 1 et 2, Paris, SEDES 1980.
  • Histoire de Nancy (Collectif), Privat, Toulouse, 1978 (prix Thiers de l’Académie française).
  • La vie en Lorraine, Tome 3 : La vie religieuse (Collectif), PUN, Nancy, 1998 (in Encyclopédie illustrée de la Lorraine).

Notes et références

  1. Laura Le Gac, Le fonds Taveneaux, la bibliothèque d'un historien spécialiste du jansénisme, Université de Lorraine, (lire en ligne), p. 11
  2. Alain Larcan, « René Taveneaux, un grand historien (1911-2000) », Le Pays lorrain, vol. 81, no 3,‎ , p. 163–182 (lire en ligne).
  3. a b c d e et f Louis Châtellier, « René Taveneaux », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  4. Pierre Chaunu, « Jansénisme et frontière de catholicité (XVIIe et XVIIIe siècles). À propos du Jansénisme lorrain », Revue historique, t. 227, fascicule 1,‎ , p. 115-138 (JSTOR 40949544).
  5. Pierre Chaunu, « Hommage à René Taveneaux », Revue d'histoire de l'Église de France, t. 75, no 194,‎ , p. 13-18 (DOI 10.3406/rhef.1989.3449, lire en ligne).
  6. Marc Venard, « René Taveneaux. Jansénisme et prêt à intérêt », Revue d'histoire de l'Église de France, t. 64, no 173,‎ , p. 258-260 (lire en ligne)
  7. Claude Michaud, « René Taveneaux : Jansénisme et prêt à intérêt. Introduction, choix de textes et commentaires », Dix-huitième siècle, no 10,‎ , p. 464 (lire en ligne)
  8. Émile Poulat, « Taveneaux (René). Jansénisme et prêt à intérêt », Archives de sciences sociales des religions, nos 46/2,‎ , p. 311-312 (lire en ligne).
  9. Jean-Marie Durupt, Barrès, la Lorraine et l'Alsace, Cour d'appel de Colmar (audience solennelle de rentrée du 16 septembre 1972), .

Liens externes