Record du monde du saut à la perche

Record du monde du
saut à la perche
Image illustrative de l’article Record du monde du saut à la perche
Armand Duplantis détient depuis 2020 le record du monde masculin du saut à la perche avec 6,18 m.
Caractéristiques du record
Discipline Saut à la perche
athlétisme
Instance
homologatrice
IAAF
Genre Hommes / Femmes
Portée Monde
Record actuel masculin
Valeur 6,18 m
Titulaire(s) Armand Duplantis
Drapeau de la Suède Suède
Date du record
Circonstance Glasgow Indoor Grand Prix
Site Emirates Arena
Glasgow
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Record actuel féminin
Valeur 5,06 m
Titulaire(s) Yelena Isinbayeva
Drapeau de la Russie Russie
Date du record
Circonstance Weltklasse
Site Stade du Letzigrund
Zurich
Drapeau de la Suisse Suisse

Les records du monde du saut à la perche sont actuellement détenus par le Suédois Armand Duplantis qui a franchi 6,18 m le à Glasgow au Royaume-Uni [1], et par la Russe Yelena Isinbayeva qui a franchi 5,06 m le lors du meeting Weltklasse de Zurich en Suisse[2].

Le premier record du monde du saut à la perche homologué par l'Association internationale des fédérations d'athlétisme est celui de l'Américain Marc Wright en 1912 avec 4,02 m. L'Américain Brian Sternberg atteint les 5 mètres en 1963 et l'Ukrainien Sergueï Bubka, qui établit dix-sept records du monde durant sa carrière, les 6 mètres en 1985.

En 1992, la Chinoise Sun Caiyun devient officiellement la première détentrice du record mondial féminin avec un saut à 4,05 m. Le record mondial est amélioré dix fois par la Tchèque Daniela Bártová, onze fois par l'Australienne Emma George, dix fois par l'Américaine Stacy Dragila, et dix-sept fois par Yelena Isinbayeva qui est également la première perchiste féminine à franchir la barre des cinq mètres, en 2005.

Les records du monde en salle sont détenus par Armand Duplantis (6,18 le à Glasgow) et par l'Américaine Jennifer Suhr (5,03 m le à New York).

Record du monde masculin

Premiers records

Le premier record du monde masculin du saut à la perche homologué par l'Association internationale des fédérations d'athlétisme est celui de l'Américain Marc Wright qui franchit 4,02 m le à Cambridge dans le Massachusetts[3]. Ce record est amélioré le par son compatriote Frank Foss à l'occasion de sa victoire aux Jeux olympiques de 1920, à Anvers, avec un saut à 4,09 m, exécuté sous la pluie[4]. Le Norvégien Charles Hoff, qui domine la discipline de 1922 à 1927 et qui est le premier européen à franchir la barre des quatre mètres, améliore à quatre reprises le record du monde en établissant successivement 4,12 m le à Copenhague, 4,21 m le , toujours à Copenhague, 4,23 m le à Oslo, et enfin 4,25 m le à Turku.

Le record du monde de Charles Hoff est amélioré deux ans plus tard par l'Américain Sabin Carr, champion olympique en 1928, qui efface une barre à 4,27 m (14 pieds), le à Philadelphie, avant que son compatriote Lee Barnes, champion olympique quatre ans plus tôt en 1924, ne fixe le record mondial à 4,30 m le à Fresno[5]. Le , à l'Université Stanford de Palo Alto, William Graber améliore de 7 cm le record mondial de Barnes en établissant un saut à 4,37 m. Le record est porté à 4,39 m par Keith Brown le à Boston, puis à 4,43 m par George Varoff le à Princeton. Le , au cours d'une même compétition à Los Angeles, Bill Sefton et Earle Meadows améliorent tous deux le record mondial de Varoff en franchissant une barre à 4,54 m.

Au début des années 1940, l'américain Cornelius Warmerdam domine la discipline en faisant évoluer le record du monde de vingt-trois centimètres, établissant successivement 4,60 m le à Fresno, 4,72 m le à Compton, soit une amélioration de 12 cm de son propre record, et enfin 4,77 m le à Modesto[6]. Ce record, qui marque la fin de l'utilisation des perches en bambous remplacées progressivement par celles en aluminium, ne sera amélioré que quinze ans plus tard.

L'émulation américaine

John Pennel établit quatre records du monde de 1963 à 1969.

Le , l'Américain Robert Gutowski, qui utilise des perches en métal, améliore d'un centimètre le vieux record du monde de Cornelius Warmerdam en le portant à 4,78 m à Palo Alto, avant de réaliser 4,82 m quelques jours plus tard à Austin, mais seule la première performance sera homologuée par l'IAAF[7]. Le , quelques semaines avant son titre obtenu aux Jeux olympiques de Rome, son compatriote Don Bragg établit un nouveau record mondial en franchissant 4,80 m aux cours des sélections olympiques américaines de Palo Alto. Les perches en fibre de verre remplacent progressivement les perches en aluminium[8]. Le , à Boulder, George Davies établit un nouveau record du monde avec 4,83 m, avant que John Uelses ne porte celui-ci à 4,89 m, le à Santa Barbara.

Le , l'autre américain Dave Tork, dont le record personnel avec le métal n'est que de 4,47 m, efface une barre à 4,93 m à Walnut grâce à sa perche en fibre de verre[9]. Moins de deux mois plus tard, le , le Finlandais Pentti Nikula s'attribue le nouveau record du monde en franchissant 4,94 m à Kauhava, mettant fin à la série de records du monde de perchistes américains entamée en 1927. Approchée à plusieurs reprises par l'Américain John Pennel, la barre des cinq mètres est effacée pour la première fois par son compatriote Brian Sternberg, qui à dix-neuf ans seulement, s'empare du record mondial avec un saut à 5,00 m[10], le à Philadelphie. Sternberg franchit ensuite 5,08 m le à Compton avant que John Pennel n'améliore à deux reprises le record du monde, une première fois le à Londres avec 5,13 m, et une seconde fois le à Coral Gables avec 5,20 m.

En 1964, alors que les perches en fibre de carbone se généralisent peu à peu, l'autre américain Fred Hansen, champion olympique aux Jeux de Tokyo, améliore à deux reprises le record du monde en réalisant successivement 5,23 m le à San Diego, puis 5,28 m le à Los Angeles. Il est supplanté par son compatriote Bob Seagren, champion olympique quatre ans plus tard à Mexico, qui établit la marque de 5,32 m le à Fresno, avant que John Pennel ne reprenne son bien, le de la même année à Los Angeles, avec un saut à 5,34 m[11]. Le record du monde est porté par la suite à 5,36 m par Bob Seagren le à San Diego, à 5,38 m par Paul Wilson le à Bakersfield, et à 5,41 m par Bob Seagren le lors des sélections olympiques américaines, au Lac Tahoe, en altitude. En 1969, la règle selon laquelle un saut est invalidé si la perche bascule sous la barre, est annulée par l'IAAF. Le , à Sacramento, John Pennel établit le quatrième et dernier record du monde de sa carrière en franchissant 5,44 m.

La relève européenne

Le Suédois Kjell Isaksson est le premier perchiste à sauter au-delà des 5,50 m.

L'Est-allemand Wolfgang Nordwig, champion olympique en 1972 et triple champion d'Europe en 1966, 1969 et 1971, met fin à la suprématie des États-Unis en franchissant une barre à 5,45 m le à Berlin, record du monde qu'il porte ensuite à 5,46 m le à Turin. Le , le Grec Chrístos Papanikoláou améliore de 3 cm le record du monde de Nordwig en atteignant les 5,49 m à Athènes[12]. En 1972, le Suédois Kjell Isaksson, qui s'entraine aux États-Unis comme Papanikoláou, établit trois records du monde successifs en l'espace de deux mois : une première fois le à Austin avec 5,51 m, une deuxième fois le à Los Angeles avec 5,54 m, et une troisième fois le à Helsingborg avec 5,55 m. Le , Bob Seagren, dont le dernier record du monde remontait à 1968, améliore de 8 cm la performance du Suédois en franchissant 5,63 m à Eugene au cours des sélections olympiques américaines. Son compatriote Dave Roberts porte le record mondial à 5,65 m le à Gainesville, avant que l'autre américain Earl Bell n'efface une barre à 5,67 m le à Wichita. Les deux hommes se retrouvent le lors des sélections olympiques américaines, toujours à Eugene, où Dave Roberts est le seul à franchir une barre à 5,70 m, à son troisième et dernier essai[13].

Le record du monde de Dave Roberts est amélioré quatre ans plus tard, le , par le Polonais Władysław Kozakiewicz qui atteint la hauteur de 5,72 m à Milan, record porté à 5,75 m quelques jours plus tard par le Français Thierry Vigneron, le 1er juin à Colombes, et le à Villeneuve-d'Ascq, puis à 5,77 m par son compatriote Philippe Houvion au Stade Charlety de Paris[14]. Le , Władysław Kozakiewicz remporte le titre des Jeux olympiques de Moscou marqués par l'absence des perchistes américains pour cause de boycott. Il franchit une barre à 5,78 m à son deuxième essai et devient le nouveau détenteur du record mondial. Thierry Vigneron reprend son bien le en devenant le premier athlète à effacer une barre à 5,80 m, à Mâcon au cours de la rencontre d'athlétisme France-URSS[15], mais six jours plus tard, à Tbilissi, le Soviétique Vladimir Polyakov ajoute un centimètre au record du Français en franchissant 5,81 m. Le , le Français Pierre Quinon, champion olympique en 1984 à Los Angeles, améliore d'un centimètre le record du monde de Polyakov en réalisant 5,82 m à Cologne, record porté à 5,83 m trois jours plus tard à Rome par Thierry Vigneron.

L'ère Bubka

Sergueï Bubka, détenteur du record du monde de 1984 à 2014.

Le Soviétique Sergueï Bubka se distingue le à Bratislava en améliorant de 2 cm le record du monde de Thierry Vigneron avec un saut à 5,85 m[16]. Une semaine plus tard à Saint-Denis, il ajoute trois nouveaux centimètres à son record en le portant à 5,88 m[17]. Le de la même année, lors du meeting de Londres, il devient le premier perchiste à franchir la hauteur de 5,90 m en réussissant cette performance à son troisième essai[18]. Le , lors du meeting Golden Gala de Rome, Bubka est dépossédé de son record du monde par le Français Thierry Vigneron qui parvient à passer 5,91 m à son deuxième essai, quelques minutes avant que le Soviétique ne s'attribue de nouveau le record mondial en effaçant, dès sa première tentative, la barre suivante à 5,94 m, après avoir fait l'impasse à 5,91 m[19].

En 1985, Sergueï Bubka accepte au dernier moment de participer au meeting BNP de Paris et se laisse convaincre par les organisateurs qui proposent la somme de 10 000 dollars en cas de nouveau record du monde battu[19]. Au stade Jean-Bouin, le , Sergueï Bubka parvient à franchir la hauteur de 6,00 m à son troisième et dernier essai, et devient le premier homme à dépasser cette barrière symbolique. Son compatriote Rodion Gataullin la franchira en salle en 1989[20]. Le , Bubka remporte à Moscou le concours des Goodwill Games et ajoute un centimètre à son propre record du monde avec 6,01 m. Un an plus tard, le à Prague, il porte ce record à 6,03 m.

Sergueï Bubka, qui remportera notamment le titre olympique en 1988, ainsi que six titres aux championnats du monde d'athlétisme (de 1983 à 1997), améliore à deux reprises le record mondial en 1988 : une première fois le à Bratislava avec 6,05 m, et une deuxième fois le lors du meeting de Nice avec 6,06 m[21]. Malgré une blessure au tendon, il parvient à augmenter à quatre reprises le record du monde lors de la même saison 1991, réalisant successivement 6,07 m le à Shizuoka, 6,08 m le à Moscou, 6,09 m le à Formia et enfin 6,10 m le à Malmö[22]. Il récidive à trois reprises en 1992 en franchissant 6,11 m le à Dijon, 6,12 m le à Padoue, et enfin 6,13 m le à Tokyo[23].

Le , lors du meeting en altitude de Sestrières, en Italie, Sergueï Bubka établit son 17e record du monde, le 27e et dernier de sa carrière si l'on compte les records du monde en salle, en effaçant une barre à 6,14 m à son premier essai[24]. En onze ans, il fait évoluer le record du monde de 31 centimètres.

Renaud Lavillenie en 2014

À partir du , la règle de compétition 260.18a (anciennement 260.6a) de l'IAAF est modifiée de sorte que les records du monde peuvent désormais être établis dans une « installation couverte ou non couverte »[25]. La notion de records du monde en plein air n'existe plus alors que celle des records du monde en salle est conservée.

Le , lors du meeting en salle du Pole Vault Stars, à Donetsk en Ukraine, le Français Renaud Lavillenie franchit à son premier essai une barre à 6,16 m, améliorant d'un centimètre le record du monde en salle de Sergueï Bubka datant du , et établissant par la même occasion le nouveau record du monde, plein air et salle confondus[26],[27].

Armand Duplantis depuis 2020

Armand Duplantis, détenteur du record du monde depuis 2020.

Le lors du meeting en salle de Toruń, le Suédois Armand Duplantis améliore d'un centimètre le record du monde de Renaud Lavillenie en effaçant à son deuxième essai une barre à 6,17 m[28]. Une semaine plus tard, le au meeting en salle de Glasgow, Duplantis améliore d'un centimètre le record mondial en le portant à 6,18 m dès sa première tentative[1].

Le , Armand Duplantis franchit 6,15 m lors du Meeting de Rome, marque constituant la meilleure performance de tous les temps en plein air, 26 ans après les 6,14 m de Sergueï Bubka[29].

Progression du record du monde

74 records du monde masculins du saut à la perche ont été homologués par l'IAAF.

Évolution du record du monde masculin[30]
Hauteur Athlète Lieu Date
4,02 m Drapeau : États-Unis Marc Wright Cambridge
4,09 m Drapeau : États-Unis Frank Foss Anvers
4,12 m Drapeau : Norvège Charles Hoff Copenhague
4,21 m Drapeau : Norvège Charles Hoff Copenhague
4,23 m Drapeau : Norvège Charles Hoff Oslo
4,25 m Drapeau : Norvège Charles Hoff Turku
4,27 m Drapeau : États-Unis Sabin Carr Philadelphie
4,30 m Drapeau : États-Unis Lee Barnes Fresno
4,37 m Drapeau : États-Unis William Graber Palo Alto
4,39 m Drapeau : États-Unis Keith Brown Boston
4,43 m Drapeau : États-Unis George Varoff Princeton
4,54 m Drapeau : États-Unis Bill Sefton Los Angeles
4,54 m Drapeau : États-Unis Earle Meadows Los Angeles
4,60 m Drapeau : États-Unis Cornelius Warmerdam Fresno
4,72 m Drapeau : États-Unis Cornelius Warmerdam Compton
4,77 m Drapeau : États-Unis Cornelius Warmerdam Modesto
4,78 m Drapeau : États-Unis Robert Gutowski Palo Alto
4,80 m Drapeau : États-Unis Don Bragg Palo Alto
4,83 m Drapeau : États-Unis George Davies Boulder
4,89 m Drapeau : États-Unis John Uelses Santa Barbara
4,93 m Drapeau : États-Unis Dave Tork Walnut
4,94 m Drapeau : Finlande Pentti Nikula Kauhava
5,00 m Drapeau : États-Unis Brian Sternberg Philadelphie
5,08 m Drapeau : États-Unis Brian Sternberg Compton
5,13 m Drapeau : États-Unis John Pennel Londres
5,20 m Drapeau : États-Unis John Pennel Coral Gables
5,23 m Drapeau : États-Unis Fred Hansen San Diego
5,28 m Drapeau : États-Unis Fred Hansen Los Angeles
5,32 m Drapeau : États-Unis Bob Seagren Fresno
5,34 m Drapeau : États-Unis John Pennel Los Angeles
5,36 m Drapeau : États-Unis Bob Seagren San Diego
5,38 m Drapeau : États-Unis Paul Wilson Bakersfield
5,41 m Drapeau : États-Unis Bob Seagren Lac Tahoe
5,44 m Drapeau : États-Unis John Pennel Sacramento
5,45 m Drapeau : Allemagne de l'Est Wolfgang Nordwig Berlin
5,46 m Drapeau : Allemagne de l'Est Wolfgang Nordwig Turin
5,49 m Drapeau : Grèce Chrístos Papanikoláou Athènes
5,51 m Drapeau : Suède Kjell Isaksson Austin
5,54 m Drapeau : Suède Kjell Isaksson Los Angeles
5,55 m Drapeau : Suède Kjell Isaksson Helsingborg
5,63 m Drapeau : États-Unis Bob Seagren Eugene
5,65 m Drapeau : États-Unis Dave Roberts Gainesville
5,67 m Drapeau : États-Unis Earl Bell Wichita
5,70 m Drapeau : États-Unis Dave Roberts Eugene
5,72 m Drapeau : Pologne Władysław Kozakiewicz Milan
5,75 m Drapeau : France Thierry Vigneron Paris
5,75 m Drapeau : France Thierry Vigneron Lille
5,77 m Drapeau : France Philippe Houvion Paris
5,78 m Drapeau : Pologne Władysław Kozakiewicz Moscou
5,80 m Drapeau : France Thierry Vigneron Mâcon
5,81 m Drapeau : URSS Vladimir Polyakov Tbilissi
5,82 m Drapeau : France Pierre Quinon Cologne
5,83 m Drapeau : France Thierry Vigneron Rome
5,85 m Drapeau : URSS Sergueï Bubka Bratislava
5,88 m Drapeau : URSS Sergueï Bubka Saint-Denis
5,90 m Drapeau : URSS Sergueï Bubka Londres
5,91 m Drapeau : France Thierry Vigneron Rome
5,94 m Drapeau : URSS Sergueï Bubka Rome
6,00 m Drapeau : URSS Sergueï Bubka Paris
6,01 m Drapeau : URSS Sergueï Bubka Moscou
6,03 m Drapeau : URSS Sergueï Bubka Prague
6,05 m Drapeau : URSS Sergueï Bubka Bratislava
6,06 m Drapeau : URSS Sergueï Bubka Nice
6,07 m Drapeau : URSS Sergueï Bubka Shizuoka
6,08 m Drapeau : URSS Sergueï Bubka Moscou
6,09 m Drapeau : URSS Sergueï Bubka Formia
6,10 m Drapeau : URSS Sergueï Bubka Malmö
6,11 m Drapeau : Ukraine Sergueï Bubka Dijon
6,12 m Drapeau : Ukraine Sergueï Bubka Padoue
6,13 m Drapeau : Ukraine Sergueï Bubka Tokyo
6,14 m Drapeau : Ukraine Sergueï Bubka Sestrières
6,16 m (i)[31] Drapeau : France Renaud Lavillenie Donetsk
6,17 m (i)[31] Drapeau : Suède Armand Duplantis Toruń
6,18 m (i)[31] Drapeau : Suède Armand Duplantis Glasgow

Record du monde féminin

De Daniela Bártová à Stacy Dragila

Stacy Dragila établit dix records du monde du saut à la perche de 1999 à 2001.

Le premier record du monde féminin du saut à la perche homologué par l'IAAF est celui de la Chinoise Sun Caiyun qui franchit une barre à 4,05 m le à Nankin. En 1995, soit quatre ans avant l'entrée officielle du saut à la perche féminin aux championnats du monde, quinze records du monde sont battus ou égalés. Le , à Taiyuan, Sun Caiyun et sa compatriote Zhong Guiqing portent le record mondial à 4,08 m. La Tchèque Daniela Bártová améliore à dix reprises ce record, souvent centimètre par centimètre, en réalisant 4,10 m le à Ljubljana, 4,12 m le à Duisbourg, 4,13 m le à Wesel, 4,14 m le à Gateshead, 4,15 m le à Ostrava, puis 4,16 m et 4,17 m les 14 et à Feldkirch. Dépossédée provisoirement de ce record par l'Allemande Andrea Müller qui franchit 4,18 m le à Zittau, Bártová reprend son bien en effaçant 4,20 m le à Cologne, 4,21 m le à Linz, et enfin 4,22 m le à Salgótarján. Toujours en 1995, l'Australienne Emma George bat à deux reprises le record du monde de Daniela Bártová : 4,25 m le à Melbourne, et 4,28 m le à Perth[32].

Emma George domine sa discipline dans la deuxième moitié des années 1990. Elle établit trois records du monde en 1996 (4,41 m le à Perth, 4,42 m le à Reims et 4,45 m le à Sapporo), deux en 1997 (les 8 et à Melbourne en respectivement 4,50 m et 4,55 m), trois en 1998 (4,57 m le à Auckland, 4,58 m le à Melbourne, et 4,59 m le à Brisbane), et un en 1999 en établissant avec 4,60 m, le à Sydney, le onzième et dernier record du monde de sa carrière[32].

Le , lors des championnats du monde de Séville, l'Américaine Stacy Dragila remporte le premier titre mondial féminin au saut à la perche et égale à cette occasion le record du monde d'Emma George de 4,60 m. Elle améliore cette marque lors de la saison hivernale en salle 2000 en franchissant 4,61 m le à Pocatello, puis 4,62 m le à Atlanta. En effet, à partir du , les règles de compétition de l'IAAF stipulent que les records du monde peuvent désormais être établis dans une enceinte couverte. Le , en plein air, Dragila porte son propre record du monde à 4,63 m à l'occasion des sélections olympiques américaines de Sacramento. Championne olympique en 2000, elle égale son propre record du monde de 4,63 m le à New York lors du meeting en salle des Millrose Games, record du monde battu moins de deux semaines plus tard, le à Dortmund, en salle, par la Russe Svetlana Feofanova qui atteint les 4,64 m. Six jours plus tard, le lors du meeting en salle de Pocatello, Stacy Dragila reprend son bien en franchissant lors du même concours 4,66 m, puis 4,70 m. Créditée de 4,70 m en extérieur le , toujours à Pocatello, elle établit la marque de 4,71 m le à Palo Alto, performance qu'elle améliore de dix centimètres lors de la barre suivante en parvenant à effacer une barre à 4,81 m[32].

Yelena Isinbayeva au-dessus des cinq mètres

Yelena Isinbayeva, actuelle détentrice du record du monde avec 5,06 m.

Le record du monde de Stacy Dragila est battu par la Russe Yelena Isinbayeva qui réalise un saut à 4,82 m, le à Gateshead. Neuf records du monde sont améliorés durant la saison 2004. Le Yelena Isinbayeva fixe la meilleure marque mondiale à 4,83 m lors du meeting en salle Pole Vault Stars de Donetsk[33], avant que sa compatriote Svetlana Feofanova ne porte le record à 4,85 m, une semaine plus tard, à Athènes, toujours en salle. Isinbayeva reprend le record le en effaçant une barre à 4,86 m lors du meeting en salle de Budapest, puis franchit la hauteur de 4,87 m le à Gateshead. Dépossédée une nouvelle fois de ce record par Feofanova qui efface une barre à 4,88 m le à Héraklion, Yelena Isinbayeva établit quatre records du monde consécutifs : 4,89 m le à Birmingham, 4,90 m le à Londres, 4,91 m le à Athènes en finale des Jeux olympiques, et enfin 4,92 m le à Bruxelles.

En 2005, Yelena Isinbayeva améliore à cinq reprises son propre record du monde, franchissant 4,93 m le lors du meeting Athletissima de Lausanne[34], et 4,95 m le à Madrid. Le , lors du London Grand Prix, à Londres, elle améliore tout d'abord d'un centimètre son propre record du monde avec 4,96 m, puis tente et franchit à son premier essai une barre placée à 5,00 m, devenant la première athlète féminine à atteindre cette hauteur symbolique que l'Américain Brian Sternberg avait passée en 1963[35]. Le , à Helsinki elle est sacrée championne du monde en ajoutant un centimètre à son record du monde (5,01 m)[36].

En 2008, elle porte le record du monde à 5,03 m le à Rome, à 5,04 m le à Monaco, et enfin à 5,05 m le à l'occasion de son titre olympique remporté aux Jeux de Pékin[37]. Le , lors du meeting Weltklasse à Zurich, Yelena Isinbayeva améliore d'un centimètre son propre record du monde en franchissant une barre à 5,06 m[38].

Progression du record du monde

55 records du monde féminins du saut à la perche ont été ratifiés par l'IAAF.

Évolution du record du monde féminin[39]
Hauteur Athlète Lieu Date
4,05 m Drapeau : Chine (République populaire de) Sun Caiyun Nankin
4,08 m Drapeau : Chine (République populaire de) Sun Caiyun Taiyuan
4,08 m Drapeau : Chine (République populaire de) Zhong Guiqing Taiyuan
4,10 m Drapeau : Tchéquie Daniela Bártová Ljubljana
4,12 m Drapeau : Tchéquie Daniela Bártová Duisbourg
4,13 m Drapeau : Tchéquie Daniela Bártová Wesel
4,14 m Drapeau : Tchéquie Daniela Bártová Gateshead
4,15 m Drapeau : Tchéquie Daniela Bártová Ostrava
4,16 m Drapeau : Tchéquie Daniela Bártová Feldkirch
4,17 m Drapeau : Tchéquie Daniela Bártová Feldkirch
4,18 m Drapeau : Allemagne Andrea Müller Zittau
4,20 m Drapeau : Tchéquie Daniela Bártová Cologne
4,21 m Drapeau : Tchéquie Daniela Bártová Linz
4,22 m Drapeau : Tchéquie Daniela Bártová Salgótarján
4,25 m Drapeau : Australie Emma George Melbourne
4,28 m Drapeau : Australie Emma George Perth
4,41 m Drapeau : Australie Emma George Perth
4,42 m Drapeau : Australie Emma George Reims
4,45 m Drapeau : Australie Emma George Sapporo
4,50 m Drapeau : Australie Emma George Melbourne
4,55 m Drapeau : Australie Emma George Melbourne
4,57 m Drapeau : Australie Emma George Auckland
4,58 m Drapeau : Australie Emma George Melbourne
4,59 m Drapeau : Australie Emma George Brisbane
4,60 m Drapeau : Australie Emma George Sydney
4,60 m Drapeau : États-Unis Stacy Dragila Séville
4,61 m (i)[31] Drapeau : États-Unis Stacy Dragila Pocatello
4,62 m (i)[31] Drapeau : États-Unis Stacy Dragila Atlanta
4,63 m Drapeau : États-Unis Stacy Dragila Sacramento
4,63 m (i)[31] Drapeau : États-Unis Stacy Dragila New York
4,64 m (i)[31] Drapeau : Russie Svetlana Feofanova Dortmund
4,66 m (i)[31] Drapeau : États-Unis Stacy Dragila Pocatello
4,70 m (i)[31] Drapeau : États-Unis Stacy Dragila Pocatello
4,70 m Drapeau : États-Unis Stacy Dragila Pocatello
4,71 m Drapeau : États-Unis Stacy Dragila Palo Alto
4,81 m Drapeau : États-Unis Stacy Dragila Palo Alto
4,82 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Gateshead
4,83 m (i)[31] Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Donetsk
4,85 m (i)[31] Drapeau : Russie Svetlana Feofanova Athènes
4,86 m (i)[31] Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Budapest
4,87 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Gateshead
4,88 m Drapeau : Russie Svetlana Feofanova Héraklion
4,89 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Birmingham
4,90 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Londres
4,91 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Athènes
4,92 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Bruxelles
4,93 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Lausanne
4,95 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Madrid
4,96 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Londres
5,00 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Londres
5,01 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Helsinki
5,03 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Rome
5,04 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Monaco
5,05 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Pékin
5,06 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Zurich

Records du monde en salle

Hommes

Renaud Lavillenie

15 records du monde en salle masculins du saut à la perche ont été homologués par l'IAAF.

Évolution du record du monde masculin en salle[40]
Hauteur Athlète Lieu Date
5,97 m Drapeau : URSS Sergueï Bubka Turin
6,00 m Drapeau : URSS Rodion Gataullin Leningrad
6,02 m Drapeau : URSS Rodion Gataullin Gomel
6,03 m Drapeau : URSS Sergueï Bubka Ōsaka
6,05 m Drapeau : URSS Sergueï Bubka Donetsk
6,08 m Drapeau : URSS Sergueï Bubka Volgograd
6,10 m Drapeau : URSS Sergueï Bubka Saint-Sébastien
6,11 m Drapeau : URSS Sergueï Bubka Donetsk
6,12 m Drapeau : URSS Sergueï Bubka Grenoble
6,13 m Drapeau : URSS Sergueï Bubka Berlin
6,14 m Drapeau : Ukraine Sergueï Bubka Liévin
6,15 m Drapeau : Ukraine Sergueï Bubka Donetsk
6,16 m Drapeau : France Renaud Lavillenie Donetsk
6,17 m Drapeau : Suède Armand Duplantis Toruń
6,18 m Drapeau : Suède Armand Duplantis Glasgow

Femmes

Jennifer Suhr

57 records du monde en salle féminins du saut à la perche ont été homologués par l'IAAF.

Évolution du record du monde féminin en salle[41]
Hauteur Athlète Lieu Date
4,08 m Drapeau : Allemagne Nicole Rieger Karlsruhe
4,10 m Drapeau : Chine (République populaire de) Sun Caiyun Deux-Ponts
4,11 m Drapeau : Chine (République populaire de) Sun Caiyun Pulheim
4,12 m Drapeau : Chine (République populaire de) Sun Caiyun Berlin
4,13 m Drapeau : Chine (République populaire de) Sun Caiyun Karlsruhe
4,15 m Drapeau : Chine (République populaire de) Sun Caiyun Erfurt
4,20 m Drapeau : Tchéquie Daniela Bártová Prague
4,21 m Drapeau : Chine (République populaire de) Sun Caiyun Landau
4,27 m Drapeau : Chine (République populaire de) Sun Caiyun Erfurt
4,28 m Drapeau : Chine (République populaire de) Sun Caiyun Tianjin
4,30 m Drapeau : Australie Emma George Melbourne
4,40 m Drapeau : Australie Emma George Melbourne
4,40 m Drapeau : États-Unis Stacy Dragila Paris-Bercy
4,41 m Drapeau : Tchéquie Daniela Bártová Erfurt
4,42 m Drapeau : Islande Vala Flosadóttir Bielefeld
4,43 m Drapeau : Tchéquie Daniela Bártová Prague
4,44 m Drapeau : Islande Vala Flosadóttir Eskilstuna
4,45 m Drapeau : Ukraine Anzhela Balakhonova Valence
4,46 m Drapeau : Tchéquie Daniela Bártová Berlin
4,47 m Drapeau : Australie Emma George Adelaïde
4,48 m Drapeau : États-Unis Stacy Dragila Sindelfingen
4,48 m Drapeau : Tchéquie Daniela Bártová Sindelfingen
4,50 m Drapeau : Australie Emma George Adelaïde
4,55 m Drapeau : Australie Emma George Adelaïde
4,56 m Drapeau : Allemagne Nicole Humbert Stockholm
4,57 m Drapeau : États-Unis Stacy Dragila Pocatello
4,61 m Drapeau : États-Unis Stacy Dragila Pocatello
4,62 m Drapeau : États-Unis Stacy Dragila Atlanta
4,63 m Drapeau : États-Unis Stacy Dragila New York
4,64 m Drapeau : Russie Svetlana Feofanova Dortmund
4,66 m Drapeau : États-Unis Stacy Dragila Pocatello
4,70 m Drapeau : États-Unis Stacy Dragila Pocatello
4,71 m Drapeau : Russie Svetlana Feofanova Stuttgart
4,72 m Drapeau : Russie Svetlana Feofanova Stockholm
4,73 m Drapeau : Russie Svetlana Feofanova Gand
4,74 m Drapeau : Russie Svetlana Feofanova Liévin
4,75 m Drapeau : Russie Svetlana Feofanova Vienne
4,76 m Drapeau : Russie Svetlana Feofanova Glasgow
4,77 m Drapeau : Russie Svetlana Feofanova Birmingham
4,78 m Drapeau : États-Unis Stacy Dragila Boston
4,80 m Drapeau : Russie Svetlana Feofanova Birmingham
4,81 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Donetsk
4,83 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Donetsk
4,85 m Drapeau : Russie Svetlana Feofanova Athènes
4,86 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Budapest
4,87 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Donetsk
4,88 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Birmingham
4,89 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Liévin
4,90 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Madrid
4,91 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Donetsk
4,93 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Donetsk
4,95 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Donetsk
4,97 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Donetsk
5,00 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Donetsk
5,01 m Drapeau : Russie Yelena Isinbayeva Stockholm
5,02 m Drapeau : États-Unis Jennifer Suhr Albuquerque
5,03 m Drapeau : États-Unis Jennifer Suhr New York

Autres catégories d'âge

Le record du monde junior masculin du saut à la perche est actuellement détenu par le Suédois Armand Duplantis qui franchit 6,05 m le lors des Championnats d'Europe d'athlétisme 2018, à Berlin[42].

La Finlandaise Wilma Murto détient le record du monde junior féminin avec 4,71 m, franchis le , en salle, à Deux-Ponts[43],[44]. Les records du monde juniors en salle sont détenus par Armand Duplantis (5,88 m le à Clermont-Ferrand)[44],, et par Wilma Murto (4,71 m le ).

Les meilleures performances mondiales cadets sont la propriété du Grec Emmanouíl Karalís (5,55 m le à Ostrava[44]) et de la Suédoise Lisa Gunnarsson (4,50 m le à Pézenas et le à Angers)[45].

Hommes
Record Athlète Marque Date Lieu
Record du monde junior Drapeau : Suède Armand Duplantis 6,05 m Berlin
Record du monde junior en salle Drapeau : Suède Armand Duplantis 5,88 m Clermont-Ferrand
Meilleure performance mondiale cadet Drapeau : France Sasha Zhoya 5,56 m Sydney
Femmes
Record Athlète Marque Date Lieu
Record du monde junior Drapeau : Finlande Wilma Murto 4,71 m (i)[46] Deux-Ponts
Record du monde junior en salle Drapeau : Finlande Wilma Murto 4,71 m Deux-Ponts
Meilleure performance mondiale cadette Drapeau : Suède Lisa Gunnarsson 4,50 m
Pézenas
Angers

Records non officiels

Évolution du record du monde masculin non officiel
avant 1912
Hauteur Athlète Lieu Date
3,35 m Drapeau : Royaume-Uni John Allison Drapeau : Royaume-Uni Islington Avril 1867
3,35 m Drapeau : Royaume-Uni Robert Musgrave Drapeau : Royaume-Uni Islington Avril 1867
3,35 m Drapeau : États-Unis Hugh Baxter Drapeau : États-Unis New York Février 1889
3,58 m Drapeau : Royaume-Uni Robert Dickinson Drapeau : Royaume-Uni Kidderminster
3,62 m Drapeau : États-Unis Raymond Clapp Drapeau : États-Unis Chicago
3,66 m Drapeau : États-Unis H. Thurman Chapman Drapeau : États-Unis Chicago
3,67 m Drapeau : États-Unis Norman Dole Drapeau : États-Unis Stanford
3,69 m Drapeau : États-Unis Norman Dole Drapeau : États-Unis Oakland
3,69 m Drapeau : France Fernand Gonder Drapeau : France Paris
3,83 m Drapeau : France Fernand Gonder Drapeau : France Gradignan
3,85 m Drapeau : États-Unis Alfred Gilbert Drapeau : États-Unis Philadelphie
3,86 m Drapeau : États-Unis Alfred Gilbert Drapeau : États-Unis New Haven
3,90 m Drapeau : États-Unis Walter Dray Drapeau : États-Unis Danbury
4,00 m Drapeau : États-Unis Alfred Gilbert Drapeau : États-Unis Westville

Notes et références

Notes

Références

  1. a et b « Meeting de Glasgow : nouveau record du monde de la perche pour Armand Duplantis avec 6,18 m - Athlé - Perche », sur L'Équipe (consulté le 15 février 2020)
  2. (en)« Records du monde du saut à la perche », sur iaaf.org (consulté le 3 mars 2013)
  3. Parienté et Billouin 2003, p. 578.
  4. Parienté et Billouin 2003, p. 579.
  5. Parienté et Billouin 2003, p. 580.
  6. Parienté et Billouin 2003, p. 582.
  7. Parienté et Billouin 2003, p. 587.
  8. Parienté et Billouin 2003, p. 589.
  9. Parienté et Billouin 2003, p. 590.
  10. Parienté et Billouin 2003, p. 592.
  11. Parienté et Billouin 2003, p. 594.
  12. Parienté et Billouin 2003, p. 595.
  13. Parienté et Billouin 2003, p. 598.
  14. Parienté et Billouin 2003, p. 601.
  15. Parienté et Billouin 2003, p. 602.
  16. Parienté et Billouin 2003, p. 603.
  17. (en) « Bubka Sets Vault Mark », New York Times, (consulté le 24 février 2016)
  18. Parienté et Billouin 2003, p. 604.
  19. a et b Parienté et Billouin 2003, p. 606.
  20. Parienté et Billouin 2003, p. 607.
  21. (en) « Track and Field; Bubka Sets Record », New York Times, (consulté le 24 février 2016)
  22. Parienté et Billouin 2003, p. 609.
  23. Parienté et Billouin 2003, p. 610.
  24. Parienté et Billouin 2003, p. 611.
  25. (en) « IAAF - Competition Rules2016-2017, règle 260, p. 270 », sur iaaf.org (consulté le 24 février 2016)
  26. « Athlé - Donetsk - Record du monde pour Lavillenie », sur lequipe.fr, (consulté le 24 février 2016)
  27. Laurent Vergne, « Saut à la perche: Renaud Lavillenie bat le record du monde de Sergei Bubka avec un saut à 6,16 m », sur eurosport.fr, (consulté le 24 février 2016)
  28. « Record du monde du saut à la perche : « Armand Duplantis n’a pas de limites, comme Usain Bolt » », sur lemonde.fr, (consulté le 15 février 2020).
  29. « Mondo Duplantis franchit 6,15 m à Rome, record du monde en plein air de Sergueï Bubka battu - Athlé - LD - Rome », sur L'Équipe (consulté le 17 septembre 2020)
  30. [PDF] Progression du record du monde du saut à la perche masculin, www.iaaf.org, p.632 et 633, consulté le 22 février 2016
  31. a b c d e f g h i j k et l (i) : performance établie en salle
  32. a b et c Parienté et Billouin 2003, p. 928.
  33. (en) « Isimbayeva sets new World record of 4.83m », sur iaaf.org,
  34. (en) « Isimbayeva soars to 4.93m World record in Lausanne », sur iaaf.org,
  35. « Jusqu'où ira-t-elle ? », sur eurosport.fr,
  36. (en) « 5.01m Pole vault World record - Guess Who ? », sur iaaf.org,
  37. (en) « Isimbayeva again! 5.05m World Pole vault record in Beijing », sur iaaf.org,
  38. (en) « World record for Isinbayeva in Zurich: 5,06m », sur zurich.diamondleague.com,
  39. [PDF] Progression du record du monde du saut à la perche féminin, www.iaaf.org, p.752 et 753, consulté le 22 février 2016
  40. [PDF] Progression du record du monde en salle du saut à la perche masculin , www.iaaf.org, p.296 et 297, consulté le 22 février 2016
  41. [PDF] Progression du record du monde en salle du saut à la perche féminin, www.iaaf.org, p. 341 et 342, consulté le 22 février 2016
  42. (en) « Duplantis vaults 6.05m while Asher-Smith completes sprint triple as European Championships conclude », sur iaaf.org (consulté le 13 août 2018)
  43. (en) « Murto clears world U20 pole vault record of 4.71m in Zweibrucken », sur iaaf.org,
  44. a b et c En instance d'homologation
  45. (en)« Meilleures performances mondiales cadets en athlétisme », sur iaaf.org (consulté le 22 février 2016)
  46. i : indoor

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • Robert Parienté et Alain Billouin, La Fabuleuse Histoire de l'athlétisme, Minerva, , 1021 p. (ISBN 978-2-8307-0727-4)

Liens externes