Rassemblement national des indépendants

Rassemblement national des indépendants
(ar) التجمع الوطني للأحرار
(ber) ⴰⴳⵔⴰⵡ ⴰⵏⴰⵎⵓⵔ ⵢ ⵉⵏⵙⵉⵎⴰⵏⵏ
Image illustrative de l’article Rassemblement national des indépendants
Logotype officiel.
Présentation
Président Aziz Akhannouch
(depuis le )
Fondation 1978
par Ahmed Osman
Siège Drapeau : Maroc High Tech Hall A, Secteur 9, 5e étage Av. Annakhil Hay Riad, Rabat
Symbole Colombe[1]
Positionnement Centre droit[2]
Idéologie Libéralisme[3]
Royalisme[3]
Réformisme[3]
Libéral-conservatisme
Affiliation internationale Parti populaire européen
(membre partenaire)
Couleurs bleu ciel
Site web https://rni.ma/fr/
Représentation
Représentants
102  /  395
Conseillers
8  /  120

Le Rassemblement national des indépendants (RNI) (arabe : التجمع الوطني للأحرار ) est un parti politique marocain de centre droit[2] fondé en 1978 par Ahmed Osman. Son président actuel est Aziz Akhannouch.

Historique

Fondation

Le parti est créé le par les élus au parlement sans appartenance politique et présidé par Ahmed Osman, ancien Premier ministre et beau-frère de Hassan II.

Il participe ensuite au gouvernement d'alternance formant ainsi une coalition centriste.

Ahmed Osman nommé Premier ministre pour la période de 1972-1979, et Mohammed Haddou Chiguer nommé ministre de l'Intérieur pour la période de 1973-1976 ont conduit la Marche Verte en 1975. Ahmed Osman a présidé le Parlement durant deux législatures (1984-1992).

À la suite des élections législatives de 1977, création d'un groupe parlementaire composé de 167 députés sans appartenance politique au sein de la chambre des représentants.

Le parti compte tenu de ses orientations politiques appelant à une application effective et à une responsabilisation de tous les acteurs politiques, a participé au Gouvernement d'alternance en 1998 et continue d'occuper des postes ministériels au sein de l'actuel gouvernement.

Le parti a connu une scission donnant naissance au Parti national-démocrate (PND) en 1981, mais continue à occuper les devants de l'échiquier politique national avec une forte présence au niveau de la première et la deuxième chambre.

Nouvelle ère

Le RNI peine depuis l'amorce de l'ère de démocratisation à effacer l'image de « parti de l'administration » qui lui a été affublée durant le régime de Hassan II.

Ce parti essaie depuis 1997 et surtout depuis 2002 de se situer clairement comme étant un parti de droite modérée libérale économiquement et prônant la démocratie.

Ahmed Osman a été renversé en avril 2007 à la suite d'un coup de force mené par une partie du bureau politique mécontente de la gestion des affaires[réf. nécessaire]. Le RNI a organisé un congrès le 21-22- qui a abouti sur l'élection de Mustapha Mansouri, ministre de l'emploi, face à Mustapha Oukacha.

Mustapha Mansouri, donné perdant au tout début des tractations, a bénéficié d'une campagne de presse très favorable mais aussi du ralliement providentiel de l'ancien ministre des droits de l'Homme, Aoujar, après que celui-ci retira sa candidature à la présidence du parti.

Élection de Mezouar

Le à Marrakech, Salaheddine Mezouar a été élu président du Rassemblement national des indépendants, après avoir écarté Mustapha Mansouri grâce à son courant réformateur.

Législatives de 2011

Lors des législatives de 2011, Salaheddine Mezouar crée la surprise en annonçant la mise en place d’une coalition composée de huit partis politiques : le RNI, le PAM, le MP, l’UC, le Parti travailliste (PT), le Parti socialiste (PS), celui de la Renaissance et de la vertu (PRV), et le Parti de la gauche verte (PGV) [4]. La presse marocaine surnomme cette coalition le G8 [5].

Réélection de Mezouar

Le , il est reconduit dans ses fonctions lors du 5e congrès ordinaire du parti tenu à Rabat, avec 1 928 voix contre 115 pour son concurrent Rachid Sassi[6].

Dans le gouvernement El Othmani (depuis 2017), le RNI compte sept portefeuilles ministériels.

Organisation interne

Le conseil national du RNI, constitué de plus de 700 militants, élit le comité central (403 membres) qui constitue son parlement, son instance dirigeante.

Le comité, quant à lui, désigne le bureau exécutif (33 membres) constitué d’un conseil d’administration et d’un organe de gestion.

Représentation au sein du gouvernement marocain


Dans le gouvernement El Othmani I (depuis 2017): [7]

Nom du Ministre Portefeuille
  Mohamed Aujar Ministre de la Justice
  Mohamed Benchaâboun Ministre de l'Économie et des Finances
  Aziz Akhannouch Ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts
  Moulay Hafid Elalamy Ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique
  Rachid Talbi Alami Ministre de la Jeunesse et des Sports
  Mbarka Bouaida Secrétaire d'État auprès du l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts chargée de la Pêche maritime
  Lamiaa Boutaleb Secrétaire d'État auprès du Ministre du Tourisme, du Transport aérien, de l’Artisanat et de l’Économie sociale chargée du Tourisme

Dans le gouvernement El Othmani II (depuis 2019): [8]

Ministre Portefeuille
  Mohamed Benchaâboun Ministre de l'Économie et des Finances et de la réforme de l’Administration
  Aziz Akhannouch Ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts
  Moulay Hafid Elalamy Ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique
  Nadia Fettah Alaoui Ministre du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport aérien et de l’Économie sociale

Voir aussi

Articles connexes

Notes et références

  1. [PDF] « Arrêté du ministre de l'Intérieur no 2914-11 du 30 kaada 1432 (28 octobre 2011) fixant les symboles attribués aux listes de candidatures ou aux candidats appartenant aux partis politiques », Bulletin officiel du Royaume du Maroc, no 5992,‎ , p. 2386-2387 (lire en ligne)
  2. a et b « Notre identité », sur Site Web du Rassemblement National des Indépendants (consulté le )
  3. a b et c (en) « Our Campaigns - Political Party - National Rally of Independents (RNI) », sur www.ourcampaigns.com (consulté le ).
  4. « Salaheddine Mezouar : « Si mon parti l’emporte, j’assumerai mes responsabilités » », sur jeuneafrique.com, youssef aït akdim
  5. « UN G8 POLITIQUE POUR DÉFENDRE LA DÉMOCRATIE ET LA MODERNITÉ », sur La Vie Eco
  6. Congrès du RNI, Mezouar garde les commandes, Le Matin, 29/04/2012
  7. « Gouvernement El Otmani I », dans Wikipédia, (lire en ligne)
  8. « Gouvernement El Otmani II », dans Wikipédia, (lire en ligne)

Liens externes