Ralliement (catholicisme en France)

Le Ralliement, aussi orthographié ralliement, désigne l'attitude d'une partie des catholiques en France qui, à la suite de l'encyclique Au milieu des sollicitudes du du pape Léon XIII, adhèrent à la Troisième République. Les tenants de cette position étaient appelés les Ralliés ou ralliés.

Selon Bruno Dumons, « [l]'émergence d'une République plus modérée invite à l'apaisement et au ralliement des catholiques. En autorisant une certaine ouverture, les autorités romaines et épiscopales contribuent à multiplier les initiatives pour tenter l'expérience d'une droite catholique conservatrice, renonçant à la monarchie et acceptant les institutions républicaines »[2].

Cette politique de rapprochement avec les républicains laïcs suscite une grande espérance dans les milieux ralliés - démocrates chrétiens et catholiques libéraux - mais se brise avec l'affaire Dreyfus à la fin du XIXe siècle : « La vague d’antisémitisme qui en résulte, submerge le catholicisme français malgré une poignée de catholiques dreyfusards. Cet épisode bien connu conduit à une crise politique qui débouche sur un éclatement des attitudes politiques des catholiques, de l'Action Française (1898) au Sillon (1899), et un gouvernement de "défense républicaine", soucieux de renouer avec la politique de laïcisation par crainte d’un retour du cléricalisme. »[2]

Attitude de l'Église catholique auparavant

Contexte

Le Ralliement intervient après l'échec du coup d'État de Boulanger en 1889. Cet échec avait prouvé la solidité des institutions républicaines françaises[3].

Fin 1889, le cardinal Ferrata est commissionné par Léon XIII pour faire un rapport sur la situation délicate de l'Église catholique en France. Ferrata raconte dans ses mémoires qu'il avait donné pour solution dans ce rapport, afin de résoudre les problèmes de l'Église catholique en France, que le catholicisme devait cesser d'être associé avec l'opposition au régime républicain. Ferrata, toujours selon ses mémoires, dit avoir a aussi donné dans son rapport les grandes lignes stratégiques de ce qui deviendra plus tard le Ralliement[3].

« Toast d'Alger » du cardinal Lavigerie

Le , le cardinal Lavigerie, archevêque d'Alger, reçoit à sa table dans sa résidence archiépiscopale de saint-Eugène (commune de la wilaya d'Alger) les officiers supérieurs de l'escadre française de la Méditerranée. Lors de cette réception, le cardinal lève son verre (d'où le nom de « Toast d'Alger » donné à ces propos) devant le vice-amiral Duperré, commandant de la flotte, et déclare haut et fort[4] :

« Quand la volonté d'un peuple s'est nettement affirmée, que la forme d'un gouvernement n'a rien de contraire, comme le proclamait dernièrement Léon XIII, aux principes qui peuvent faire vivre les nations chrétiennes et civilisées, lorsqu'il faut, pour arracher son pays aux abîmes qui le menacent, l'adhésion sans arrière-pensée à cette forme de gouvernement, le moment vient de sacrifier tout ce que la conscience et l'honneur permettent, ordonnent à chacun de sacrifier pour l'amour de la patrie. […] C'est ce que j'enseigne autour de moi, c'est ce que je souhaite de voir imiter en France par tout notre clergé, et en parlant ainsi, je suis certain de n'être démenti par aucune voix autorisée. »

La déclaration à Alger du cardinal Lavigerie est une préparation à l'encyclique Au milieu des sollicitudes du pape Léon XIII. En effet, le pape avait chargé le cardinal d'amorcer le mariage de raison entre l'Église catholique avec les républicains modérés, avant lui-même d'officialiser cette politique dite du « Ralliement » dans son encyclique[5],[6].

Encyclique Au milieu des sollicitudes

Le pape Léon XIII souhaite, dans son encyclique Au milieu des sollicitudes publiée le 16 février 1892, en finir avec le conflit entre l'Église catholique et les dirigeants laïcs de la Troisième République, qui divise la France et empêche les catholiques de participer à la vie politique de leur pays. Il s'agit aussi pour le pape d'un enjeu ecclésiologique majeur : affirmer la monarchie pontificale et son pouvoir spirituel à travers l'instrumentalisation du discours officiel des autorités ecclésiastiques qui encourage le Ralliement des catholiques français à la Troisième République, et ainsi répondre à une logique de conciliation entre nationalisme et ultramontanisme après que le Saint-Siège a perdu en 1870 les États pontificaux et son pouvoir temporel[7]. Le 20 février 1892, l'encyclique est publiée dans les journaux français[8].

Dans l'encyclique, Léon XIII affirme clairement que les catholiques français doivent accepter les actuels types de gouvernements, au nom de la paix et du bien commun ; cependant, les catholiques ne doivent pas accepter toute législation[8]. Dans cette encyclique comme dans toutes celle de Léon XIII, ce dernier défend l'opinion, selon Philippe Portier, que « l'État est, par la volonté de Dieu même, distinct de l'Église ; il ne peut pour autant en être juridiquement séparé. Il lui revient, pour le bien-être temporel de ses sujets, comme pour leur devenir spirituel, de reconnaître à la religion romaine le statut de religion officielle, et d'ordonner ses prescriptions juridiques à la vérité dont elle est le véhicule. De cette thèse dite de l' "État catholique"  (qui débouche en pratique sur une politique d'exclusion, ou au mieux de simple tolérance, à l'égard des opinions non catholiques) procède un jugement qu'on devine : en voulant laïciser les lois et les mœurs, en voulant fixer le religieux dans la seule sphère privée des individus, le gouvernement français commet une faute qui "crie vengeance vers le ciel ", d'autant d'ailleurs qu'au rebours de ses homologues belge ou américain, engagés eux aussi dans des politiques dissociatives, il conduit son entreprise sur un mode foncièrement irréligieux. » Cette position de Léon XIII sera défendue par les papes jusqu'à Vatican II[9].

Réactions

Selon Léon XIII, les évêques français, à l'unanimité, signèrent en 1892 une lettre d'approbation à l'encyclique Au milieu des sollicitudes[10].

Notes et références

  1. Jean-Dominique Durand (direction) et al., Cent ans de catholicisme social a Lyon et en Rhône-Alpes : la postérité de Rerum novarum, Editions de l'Atelier, (ISBN 978-2-7082-2954-9, lire en ligne), « Les lendemains de Rerum novarum dans la Loire », p. 71
  2. a et b Bruno Dumons, « Catholicisme et politique (XIXe siècle) », dans Bruno Dumons (dir.) et Christian Sorrel (dir.), Le catholicisme en chantiers. France, XIXe-XXe siècles, Presses universitaires de Rennes, (ISBN 978-2-7535-2801-7 et 978-2-7535-6951-5, DOI 10.4000/books.pur.114435, lire en ligne), p. 19-35
  3. a et b (en) James E. Ward, « The French Cardinals and Leo XIII's Ralliement Policy », Church History, vol. 33, no 1,‎ , p. 60–73 (ISSN 1755-2613 et 0009-6407, DOI 10.2307/3163260, JSTOR 3163260, lire en ligne, consulté le )
  4. Xavier de Montclos, Le Toast d'Alger. Documents 1890-1891, De Boccard, , p. 68
  5. Jeannine Verdès-Leroux, L'Algérie et la France, Robert Laffont, , p. 519
  6. Xavier de Montclos, Le Toast d'Alger. Documents 1890-1891, De Boccard, , p. 10-11
  7. Bernard Barbiche, « Fille aînée de l'Église », dans Philippe Levillain (dir.), Dictionnaire historique de la papauté, Fayard, , p. 676-677
  8. a et b Paola Vismara Chiappa, « Église et Etat en France au début du Ralliement. L'affaire des catéchismes électoraux d'après les Archives Vaticanes (1891-1892) », Revue d'histoire de l'Église de France, vol. 68, no 181,‎ , p. 213–233 (DOI 10.3406/rhef.1982.1699, lire en ligne, consulté le )
  9. Philippe Portier, « L'Église catholique face au modèle français de laïcité », Archives de sciences sociales des religions, no 129,‎ , p. 117–134 (ISSN 0335-5985, DOI 10.4000/assr.1115, lire en ligne, consulté le )
  10. « Notre consolation (3 mai 1892) | LÉON XIII », sur www.vatican.va (consulté le ) : « Notre consolation a été grande en recevant la Lettre par laquelle Vous adhériez, d'un concert unanime, avec tout l’épiscopat français, à Notre Encyclique au milieu des sollicitudes, et Nous rendiez grâces de l’avoir publiée, protestant avec les plus nobles accents de l’union intime qui relie les évêques de France et en particulier les cardinaux de la Sainte Église au siège de Pierre. »

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie complémentaire

Ouvrages

  • Bruno Dumons, Catholiques en politique. Un siècle de Ralliement, Paris, DDB, 1993.
  • Martin Dumont, Le Saint-Siège et l'organisation politique des catholiques français aux lendemains du Ralliement. 1890-1902, Paris, Honoré Champion, 2012.
  • Édouard Lecanuet, L'Église de France sous la IIIe République, vol. II, III, IV, Paris, 1930.
  • Roberto de Mattei, Le ralliement de Léon XIII : l'échec d'un projet pastoral, Paris, Cerf, 2016.
  • Jean-Marie Mayeur, Des partis catholiques à la démocratie chrétienne (XIXe – XXe siècles), Paris, Armand Colin, 1980.
  • Jean-Marie Mayeur, Catholicisme social et démocratie chrétienne. Principes romains, expériences françaises, Paris, Éditions du Cerf, 1986.
  • Xavier de Montclos, Le toast d'Alger, documents, 1890-1891, Paris, De Boccard, 1966.
  • Fernand Mourret, Les Directives politiques, intellectuelles et sociales de Léon XIII, Paris, 1920.
  • Philippe Prévost, L'Église et le ralliement. Histoire d'une crise (1892-2000), Paris, Centre d'études contemporaines, 2001.

Articles

  • François Renault, « Aux origines du Ralliement : Léon XIII et Lavigerie (1880 - 1890) », Revue Historique, vol. 281, no 2 (570),‎ , p. 381–432 (ISSN 0035-3264, lire en ligne)