Rachel Keke

Rachel Keke
Illustration.
Crédit image:
NPA - L’Anticapitaliste
licence CC BY 3.0 🛈

Rachel Keke en 2021.
Fonctions
Députée française

(1 an, 11 mois et 18 jours)
Élection 19 juin 2022
Circonscription 7e du Val-de-Marne
Législature XVIe (Cinquième République)
Groupe politique NUPES-LFI
Prédécesseur Jean-Jacques Bridey
Biographie
Nom de naissance Raïssa Rachel Keke
Date de naissance (50 ans)
Lieu de naissance Abobo (Côte d'Ivoire)
Nationalité Française (depuis 2015)
Ivoirienne (depuis 1974)
Parti politique LFI (depuis 2022)
Profession Gouvernante

Rachel Keke, née le à Abobo (Côte d'Ivoire), de son nom entier Raïssa Rachel Keke, est une femme politique⁣⁣⁣ franco-ivoirienne, anciennement gouvernante.

Comme gouvernante, elle est l'une des porte-parole de la grève des femmes de chambre de l'hôtel Ibis Batignolles entamée en 2019[1],[2]. Cette mobilisation, aboutie après 22 mois, est considérée comme la plus longue de l'histoire de l'hôtellerie en France[3].

Investie par La France insoumise, elle est élue députée aux élections législatives de 2022 dans la 7e circonscription du Val-de-Marne.

Biographie

Carrière et vie personnelle

Raïssa Rachel Keke[4] est née en 1974 dans la commune d'Abobo, au nord d'Abidjan, en Côte d’Ivoire, d'une mère vendeuse de vêtements et d'un père conducteur d'autobus. Elle appartient à l’ethnie des Dida du peuple Krou. Son grand-père a servi comme supplétif au service des forces françaises pendant la Seconde Guerre mondiale[5]. Elle perd sa mère à l'âge de 12 ans et commence à travailler à 16 ans comme coiffeuse[6]. Elle travaille ensuite comme caissière et comme aide à domicile pour personnes âgées[7]. À cause du coup d'État de 1999 en Côte d'Ivoire, elle fuit en France à 26 ans[8] et y exerce son métier dans le salon de coiffure de son oncle également installé en France[9]. Naturalisée française en 2015, elle a cinq enfants de précédentes relations et s'est remariée en 2016[8] à Bobby Yodé, installé également en France, un ex-chanteur de zouglou, une musique urbaine ivoirienne[10].

Elle commence à travailler comme femme de chambre à l'hôtel Ibis Batignolles en avril 2003, employée par les sous-traitants successifs. Longtemps à temps partiel, ses demandes pour passer à plein temps n'aboutissent qu'en 2017[11]. Elle devient gouvernante en 2019. Ses conditions de travail ont des effets sur sa santé et elle est en arrêt maladie en février 2019[12]. Son salaire mensuel net passe de 1 300 à 1 700 euros grâce au succès de la mobilisation de 2019-2021[7]. Elle indique au sujet de ce métier qu'il « détruit le corps. Il y a des syndromes du canal carpien, des tendinites, des maux de dos… »[5]. Dans le cadre de ce travail, elle est également confrontée au racisme et à plusieurs tentatives d'agressions sexuelles[13],[14],[11].

Mobilisation à l'hôtel Ibis Batignolles

Le 17 juillet 2019, vingt-huit femmes de chambres de l'hôtel Ibis Batignolles majoritairement africaines, dont Rachel Keke, se mettent en grève pour une durée illimitée[15]. Elles dénoncent alors leurs conditions de travail et leur sous-rémunération auprès de leurs employeurs, le groupe hôtelier Accor et son sous-traitant STN[16].

Accompagnée de ses collègues, et notamment de la porte-parole Sylvie Kimissa[9],[17], elles subsistent grâce aux caisses de soutien et cagnottes en ligne mises en place par les syndicats et donateurs anonymes.

Le combat des femmes de chambre prend fin en mai 2021 par un accord où elles obtiennent une revalorisation des qualifications et des salaires, la prise en compte des heures supplémentaires et une prime de repas[18],[19]. Par contre, elles n'obtiennent pas la fin de la sous-traitance et l'intégration chez Accor.

Depuis la fin de cette mobilisation, Rachel Keke dénonce plus généralement dans les médias l’injustice que subissent les femmes noires dans la société française[20],[2]. Elle insiste sur les conséquences que les emplois précaires qu'elles occupent majoritairement ont sur leur santé physique et mentale (accidents du travail, harcèlement moral et sexuel, mépris, etc.)[6].

Engagement politique

Rachel Keke rejoint le Parlement de l'Union populaire, organisation visant à rassembler personnalités, associatifs et citoyens de la société civile autour de la campagne de Jean-Luc Mélenchon, candidat de La France insoumise à l'élection présidentielle de 2022[21]. Elle participe activement à la campagne et intervient à des réunions publiques au côté de députés insoumis[22].

Vêtue de la tenue africaine de fête qu'elle portait pour la signature de l'accord mettant fin à la grève de l'hôtel Ibis[23], elle réalise une intervention remarquée à la convention de lancement de la Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale du où elle évoque la situation des travailleurs essentiels et l'importance de les représenter à l'Assemblée. Sa prise de parole est décrite par les observateurs comme la plus applaudie par le public[24],[25].

Députée

Investie par La France insoumise, elle est candidate aux élections législatives de 2022 dans la septième circonscription du Val-de-Marne[26],[27], où elle réside[7],[28]. La circonscription est traditionnellement ancrée à droite[29].

Au premier tour de l'élection, Rachel Keke obtient 37,22 % des suffrages exprimés et termine en première position, en ballottage favorable, devant l'ancienne ministre des Sports du gouvernement Philippe II et du gouvernement Jean Castex Roxana Maracineanu (23,77 %)[30]. Elle est élue au second tour à 177 voix près avec 50,30 % des suffrages exprimés et 22,13 % des voix des électeurs inscrits (14 663 voix sur 66 273 inscrits), face à Roxana Maracineanu[30],[31].

Elle se fait remarquer lors de ses premiers pas à l'Assemblée, dénonçant le refus des députés de la majorité présidentielle d'augmenter le salaire minimum pour prolonger la prime Macron. Celle-ci accuse ces députés de ne pas savoir ce que c'est de toucher seulement 800 euros par mois, de mépriser les métiers essentiels et de ne pas connaître leur souffrance[32].

Résultats électoraux

Élections législatives

Année Parti et coalition Circonscription 1er tour 2d tour
Voix % Rang Voix % Issue
2022[33] LFI (NUPES) 7e du Val-de-Marne 11 200 37,22 1re 14 663 50,30 Élue

Polémiques

Durant sa campagne, elle a été la cible d'attaques de la part de son adversaire directe, Roxana Maracineanu. L'ancienne ministre des Sports explique alors que « ce qu'on demande, c'est d'être député, de porter des lois, un programme. Elle n'y va pas pour faire le ménage[34]. »

À la suite de son élection, certains de ses anciens messages sur Facebook circulent sur les réseaux sociaux. Ce sont des soutiens à Marine Le Pen, au Rassemblement national, en 2017, et au régime de Bachar el-Assad « contre ces prédateurs criminels qui sont les États-Unis, la France et l’Angleterre. » Elle partage un message homophobe visant Aya Virginie Touré et relaye des publications prétendant que le racisme serait très répandu au Maghreb[35]. Le , elle reconnaît avoir partagé ces posts, mais affirme qu'ils ne reflètent absolument pas qui elle est et ce qu'elle défend politiquement aujourd'hui[36].

Une fois élue, Rachel Keke continue à être la cible d'attaques à caractère raciste ou révélant d'un certain mépris de classe de la part de personnalités publiques. Ainsi, la journaliste Élisabeth Lévy déclara sur CNews : « Je n'avais pas envie qu'elle vienne en boubou à l'Assemblée[37]. »

En , le média Factuel[N 1] relève qu’elle occupe un logement social depuis son élection de . Son occupation étant légale, la députée déclare, après avoir discuté avec son bailleur, payer un sur-loyer. Elle fustige alors « une énième attaque de l’extrême droite »[39],[40].

Le 4 juin 2024, elle brandit un drapeau palestinien à l’Assemblée, lors des questions au gouvernement. Pour ce geste, un rappel à l’ordre avec inscription au procès-verbal est prononcé par la présidente de l'Assemblée[41].

Ouvrage

  • Cette rage dans mon cœur, éditions Michel Lafon, 2024, 224 p. (ISBN 978-2749956619)

Notes et références

Notes

  1. Factuel est un nouveau média, créé en avril 2023, parrainé par Christine Kelly et Dominique Rizet et dont les « financeurs penchent nettement à droite » selon Brice Laemle, journaliste du Monde[38].

Références

  1. « Invité du jour - Rachel Kéké, de l'Ibis Batignolles : « Que notre lutte donne l'exemple aux travailleurs sous-traités » », sur France 24, (consulté le ).
  2. a et b « Ils ont fait l'actu. Rachel Keke, au nom de la dignité », sur Franceinfo, (consulté le ).
  3. Florian Bardou, « Femmes de chambre en grève de l’Ibis-Batignolles : « Le soutien, c’est ce qui nous fait tenir » », Libération (consulté le ).
  4. JORF n° 0221 du 24 septembre 2015
  5. a et b « Rachel Kéké, une femme de chambre à l'assaut de l'Assemblée nationale », Le Point, .
  6. a et b « Épisode 76 - Rachel Keke - La Poudre » (consulté le ).
  7. a b et c « Législatives : Rachel Keke, la femme de chambre prête à faire « trembler l'Assemblée nationale » », sur France Info, (consulté le ).
  8. a et b Mustapha Kessous, « Législatives 2022 : Rachel Kéké, candidate des luttes invisibles », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. a et b Aline Leclerc et Francine Aizicovici, « Rachel Kéké et Sylvie Kimissa, femmes de chambre de l’Hôtel Ibis Batignolles : « Je vais reprendre le travail la tête haute, j’ai eu mes droits » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. Balla Fofana, « Rachel Keke, du(r) balai », Libération, (consulté le ).
  11. a et b « Rachel Kéké, « guerrière » et femme de chambre, bientôt à l’Assemblée ? », sur 20 Minutes (consulté le ).
  12. « En France, la révolte des femmes de chambre africaines », sur TV5 Monde, (consulté le ).
  13. « PORTRAIT. Législatives 2022 : Rachel Kéké, la lutte en cadence », sur France 3 Paris Île-de-France (consulté le ).
  14. https://psdhtml.me, « L'Expression: Internationale - La gauche tente de nouveaux visages », sur L'Expression (consulté le ).
  15. « « Parfois on pleure, tellement nous sommes fatiguées » : avec les femmes de chambre grévistes de l’hôtel Ibis », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. Kareen Janselme, « Physiquement, j'ai changé parce que je suis fière de moi », sur La Déferlante, (consulté le ).
  17. « Rachel Keke et Sylvie Kimissa, femmes de chambre à l’Ibis Batignolles : « Personne ne croyait en notre victoire » », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le ).
  18. « Fin de grève victorieuse pour les salariés du nettoyage de l’hôtel Ibis Batignolles », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. Frantz Durupt et photo Albert Facelly, « Femmes de chambres de l’Ibis Batignolles : la victoire après vingt-deux mois de combat », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. « Sous-traitance, maltraitance à l’Ibis Batignolles », sur binge.audio (consulté le ).
  21. « Les membres », sur Parlement de la NUPES (consulté le ).
  22. « Élection Présidentielle. Alexis Corbière (LFI) : « Pour que le peuple soit enfin souverain » », Le Dauphiné libéré (consulté le ).
  23. « Rachel Kéké, de l’Ibis Batignolles à l’Assemblée », L'Humanité, (consulté le ).
  24. « Elections législatives 2022 : à Aubervilliers, un premier exercice de concorde réussi pour la Nouvelle Union populaire », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. Christian Salmon, « La Nupes, un événement qui déjoue les scénarios de la Ve République », sur Slate, (consulté le ).
  26. À l’air libre, « À l’Assemblée nationale, l’urgence du renouvellement », sur Mediapart (consulté le ).
  27. « Rachel Keke, gouvernante à l’hôtel Ibis Batignolles : « Pour dire stop, ce qu’il faut, c’est la lutte » », Elle, (consulté le ).
  28. Marceau Taburet et Jade Le Deley, « «Elle deviendra une des vedettes de l’Assemblée»: Rachel Keke, de l’hôtel Ibis des Batignolles aux législatives », Libération (consulté le ).
  29. Louise Couvelaire, « Elections législatives : s’estimant peu représentés parmi les candidats, des militants des quartiers populaires déçus par la Nupes », Le Monde, (consulté le ).
  30. a et b . « Accueil Législatives 2022 > Val-de-Marne (94) > 7ème circonscription », sur Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  31. Mustapha Kessous, « La « guerrière » Rachel Keke, du combat des femmes de chambre de l’Ibis-Batignolles à l’hémicycle de l’Assemblée nationale », Le Monde, (consulté le ).
  32. « « Qui a déjà touché 800 euros par mois ? Personne » : Rachel Keke interpelle la majorité sur les salaires », Le Journal du dimanche (consulté le ).
  33. « Elections législatives 2022 », sur www.archives-resultats-elections.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  34. Agnès Vives et Céline Carez, « Second tour des législatives : le phénomène Rachel Kéké, une femme de chambre aux portes de l’Assemblée », Le Parisien, (consulté le ).
  35. Elsa de La Roche Saint-André et Vincent Coquaz, « Rachel Keke, élue sous l’étiquette Nupes, a-t-elle partagé des contenus d’extrême droite sur Facebook ? », sur CheckNews, Libération, .
  36. « La députée Rachel Keke, attaquée pour d'anciens posts sur les réseaux sociaux, répond aux accusations », sur France Télévisions, (consulté le ).
  37. Damien Mercereau, « "Je n’avais pas envie qu’elle vienne en boubou" : Élisabeth Lévy justifie son dérapage au sujet de la députée Rachel Keke », Le Figaro, (consulté le ).
  38. « Factuel, un nouveau média en ligne parrainé par Christine Kelly et Dominique Rizet », sur Le Monde, (consulté le ).
  39. Anaïs Condomines et Elsa de La Roche Saint-André, « La députée LFI Rachel Kéké a-t-elle le droit d’occuper un logement social ? », sur Libération, (consulté le ).
  40. « Attaquée parce qu’elle occupe légalement un HLM, cette députée insoumise se défend », sur Le HuffPost, (consulté le ).
  41. « La députée LFI Rachel Keke brandit à son tour un drapeau palestinien à l’Assemblée », sur l'Opinion, (consulté le )

Voir aussi

Article connexe

Liens externes