Résidence artistique

Résidence artistique

Une résidence artistique désigne l'octroi temporaire, par une institution publique ou privée, d'un espace à un artiste (ou un groupe d’artistes, par exemple une compagnie de théâtre ou un orchestre symphonique), afin de favoriser la création et l’exposition d’œuvres d’art, ou l’élaboration de spectacles vivants ou filmés. Elle peut consister aussi, outre l'accueil en un lieu, à la fourniture par une structure culturelle de moyens techniques, administratifs et/ou financiers à ces artistes.

Cette résidence peut aussi mener à la constitution d'une collection d'illustrations[1], à la publication d'ouvrages illustrés[2] ou de catalogues d'exposition[3].

On parle d'artiste en résidence pour désigner les artistes qui y travaillent.

Des appels à résidence sont régulièrement proposés, notamment via internet, par des collectivités publiques, des institutions privées sur des projets variables plus ou moins prédéfinis, qui sont ponctuels ou permanents.

Quelques résidences d'artistes

La villa Médicis à Rome

Créée en 1666 par Louis XIV, l’Académie de France à Rome, dite Villa Médicis, est sans doute la plus célèbre résidence d'artistes.

Villa Médicis à Rome

Ouverte internationalement à tous les champs de la création artistique, de l’histoire et de la théorie des arts, ainsi qu’à la restauration des œuvres d’art et des monuments, l’académie accueille artistes et chercheurs pour encourager leurs travaux, études et recherches.

Ingres, Berlioz, Carpeaux, Debussy, mais aussi de nombreux artistes et historiens de l’art aujourd’hui reconnus au niveau international y ont séjourné, tels que François Rouan, Henri Loyrette, Élisabeth Ballet, Ange Leccia, Bernard Frize, Patrick Faigenbaum, Marie NDiaye, Pascal Dusapin, Hervé Guibert, Xavier Beauvois, Yan-Pei Ming, Valérie Mréjen, Philippe Rahm, Bruno Mantovani, Yannick Haenel, Malik Mezzadrietc.

Recology San Francisco

Le Recology San Francisco Artist in Residence Program a été créé en 1990[4], à la suite d'une loi imposant à la ville californienne de mettre en œuvre des procédures de recyclage et de gestion des déchets[5].

Il se situe au San Francisco Transfer and Recycling Center qui est un centre de tri des déchets. C'est sans doute la plus écologique des résidences artistiques mondiales[6]. On peut aussi y trouver un jardin (le Sculpture Garden) contenant les œuvres, notamment sculpturales, d'anciens artistes en résidence[7].

C'est à la fin des années 1980 que Jo Hanson  propose de créer un programme de résidence d'artistes à l'intérieur de ces entrepôts de tri de la société Recology . Ainsi, les artistes qui viendraient y séjourner pourraient créer des œuvres d'art à partir de déchets récupérés, pour permettre au public de se questionner sur différents sujets environnementaux. Par la suite, la résidence a été reconnue au niveau international et récompensée de nombreuses fois. Depuis sa création, plus de 145 artistes professionnels et 40 artistes étudiants universitaires y ont effectué des séjours artistiques[5].

Autres résidences d'artistes

Notes et références

  1. « Résidences d'artistes au Jardin Botanique Alpin du Lautaret », Université Joseph-Fourier - Grenoble 1, (consulté le ).
  2. Francis Hallé, Philippe Danton, David Dellas, Juan Luis Castillo, Christophe Perrier, Collection Dominique Villars : L'illustration botanique en résidence au Jardin alpin du Lautaret, Grenoble, Jardin alpin du Lautaret, .
  3. Sandrine de Borman, Détours végétaux : Carnet-catalogue d'une année en résidence artistique au Jardin Botanique National de Belgique : Avril 2010 - mars 2011, Meise, Jardin botanique national de Belgique, , 47 p. (ISBN 978-90-72619-85-3).
  4. (en-GB) Barbara Pollack, « The Art of Recology: San Francisco's Pioneering Artist-in-Residence Program », sur Means and Matters,
  5. a et b (en-US) Recology, « Artist in Residence », sur Recology (consulté le )
  6. Julie Ackermann, « Les 5 résidences d’artistes les plus folles du monde », sur Beaux Arts, (consulté le )
  7. « Sculpture Garden : le recyclage devient un art à San Francisco », sur French District, (consulté le )

Bibliographie

  • Hugues Bazin, « Les ateliers-résidences d’artistes dans les quartiers populaires, un outil à quel service ? », dans Actes du colloque de Musiques de Nuit “culture et ville”, Bordeaux, (lire en ligne), p. 14-16.

Liens externes