Région administrative du Québec

Une région administrative, au Québec, est la première division du territoire après celle de l'État. Le Québec est divisé en 17 régions administratives. Comme leur nom l'indique, il s'agit de divisions administratives et non politiques.

Il n'existe pas d'instance politique élective responsable de gérer une région et celles-ci ne bénéficient pas de la personnalité morale. Cependant, un ministre responsable, appelé à traiter des enjeux locaux avec le gouvernement provincial ou au nom de ce dernier auprès de la population, est nommé pour chaque région.

Les régions servent à organiser les services gouvernementaux et le développement du territoire en fonction des particularités régionales. Elles jouent également un rôle identitaire important, les réalités socio-économiques et historiques variant parfois beaucoup en raison de la superficie et de la densité démographique du Québec.

Les dix premières régions sont créées le , puis une réorganisation est faite le .

Histoire

Les plus anciennes divisions régionales sur le territoire qui constitue aujourd'hui le Québec remontent à la colonie française du Canada, au XVIIe siècle. Elles sont alors au nombre de trois : le gouvernement de Québec, le gouvernement de Montréal et le gouvernement des Trois-Rivières. À la Conquête ces trois régions existent encore jusqu'à la fin de la guerre en 1763. Les Britanniques divisent ensuite le territoire en deux districts, ceux de Québec et de Montréal. La carte Canada-East de Mitchell en 1850 fait plutôt état de quatre districts : le district de Trois-Rivières (« Three Rivers ») a été recréé, alors que le district Bonaventure est constitué de portions des actuelles régions 01 et 11 et du Nouveau-Brunswick. Les réformes de 1966 et 1981 comptent 10 régions. Les frontières actuelles sont mises en place en 1987 avec 16 régions, sauf la création de la région 17 dix ans plus tard.

Districts provinciaux

Avant 1966, les régions étaient nommées « districts »[1].

Conférences régionales des élus

Entre 2003 et 2016, chaque région a possédé une conférence régionale des élus (CRE), à l'exception de la Montérégie et du Nord-du-Québec qui en ont possédé plusieurs. Une CRE était composée de personnes nommées par le gouvernement du Québec et par des élus municipaux de la région. Son mandat était de conseiller le gouvernement et de superviser à l'échelle régionale les politiques adoptées par les municipalités régionales de comté. Un droit de regard et de surveillance appartient alors, de manière égale, à toutes autres municipalités de la région ou CRE, sur le territoire de l'une d'elles, dans les affaires relevant des compétences régionales[Quoi ?]. Ce système est disparu avec le projet de loi no 28, adopté le [2]. Le processus d'abolition est achevé le .

Régions administratives

Liste des régions administratives

Chaque région administrative possède un code numérique, en plus de son nom. Elle regroupe un ou plusieurs paliers supra-locaux : soit une municipalité régionale de comté ou un territoire qui lui est équivalent (dont certaines agglomérations urbaines). Il n'existe plus de siège régional depuis l'abolition du système de conférence régionale des élus, mais la ville la plus populeuse est ici mentionnée.

Nom Code Subdivisions Population (2015) Population (2013) Superficie (km²) Densité (hab./km²) Plus grande ville Ministre responsable
Bas-Saint-Laurent 01
199 557 201 091 22 405 8,9 Rimouski Marie-Eve Proulx
Saguenay–Lac-Saint-Jean 02
277 209 278 069 104 035 2,7 Saguenay Andrée Laforest
Capitale-Nationale 03
737 455 725 095 19 286 37,5 Québec Geneviève Guilbault
Mauricie 04
266 907 266 542 39 748 6,7 Trois-Rivières Jean Boulet
Estrie 05
322 099 318 350 10 187 31,3 Sherbrooke François Bonnardel
Montréal 06
1 999 795 1 959 987 504 3 888,9 Montréal Chantal Rouleau
Outaouais 07
385 579 381 200 32 841 11,6 Gatineau Mathieu Lacombe
Abitibi-Témiscamingue 08
147 700 147 931 64 700 2,3 Rouyn-Noranda Pierre Dufour
Côte-Nord 09
93 932 95 552 300 281 0,3 Sept-Îles Jonatan Julien
Nord-du-Québec 10
44 769 43 999 718 229 0,1 Chibougamau Pierre Dufour
Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine 11
91 786 93 284 20 937 4,5 Gaspé Marie-Eve Proulx
Chaudière-Appalaches 12
421 832 418 704 15 128 27,7 Lévis Marie-Eve Proulx
Laval 13
425 225 417 304 245 1 703,3 Laval Eric Girard
Lanaudière 14
496 086 488 927 13 528 36,1 Terrebonne Pierre Fitzgibbon
Laurentides 15
592 683 580 966 21 563 26,9 Saint-Jérôme Sylvie D'Amours
Montérégie 16
1 520 094 1 499 088 11 114 134,9 Longueuil Christian Dubé
Centre-du-Québec 17
240 872 239 245 6 926 34,5 Drummondville André Lamontagne

Source: Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire du Québec

Liste des anciennes régions administratives

Régions du Québec en 1923.
  • Bas-Saint-Laurent–Gaspésie (1966-1987) : Dissoute le 22 décembre 1987, elle était composée des actuelles régions administratives du Bas-Saint-Laurent et d'une partie de Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine.
  • Cantons-de-l'Est (1966-1981) : En 1981, elle est devenue principalement la région administrative de l'Estrie. Les anciens cantons d'Arthabaska, Brome, Compton, Drummond, Frontenac, Mégantic, Missisquoi, Shefford, Stanstead et Wolfe furent intégrés dans d'autres régions administratives : Montréal (06) (aujourd'hui Montérégie (16)), Trois-Rivières (04) (aujourd'hui Centre (17)), et Québec (03) (aujourd'hui Chaudière-Appalaches (12)). D'autres portions des Cantons-de-l'Est avaient été redistribuées un siècle plus tôt[3].
  • Mauricie–Bois-Francs (1987-1997) : Avant le 22 décembre 1987, elle était la région administrative de Trois-Rivières. Dissoute le 30 juillet 1997, elle était composée des actuelles régions administratives de la Mauricie (04) et du Centre-du-Québec (17).
  • Montréal-Laval-Lanaudière-Laurentides-Montérégie (1966-1987) : Cette région administrative qui portait le numéro 06 a été subdivisée en cinq régions administratives : Montréal (06), Laval (13), Lanaudière (14), Montérégie (16) et la moitié sud-est de Laurentides (15).
  • Nord-Ouest (1966-1981) : En 1981, elle est devenue la région administrative de l'Abitibi-Témiscamingue.
  • Nouveau-Québec (1966-1987) : Le 22 décembre 1987, elle est devenue la région administrative du Nord-du-Québec.
  • Québec : Le 15 décembre 1999, elle est devenue la région administrative de la Capitale-Nationale (sans changer de frontières).
  • Trois-Rivières (1966-1987) : Le 22 décembre 1987, elle est devenue la région administrative de Mauricie–Bois-Francs.
  • Saguenay-Lac-St-Jean-Chibougamau (?-1987) : La région 02 a été amputée de sa portion nord-ouest selon la ligne de partage des eaux du St-Laurent tout en changeant de nom. Le reste a été transféré à la région Nord (10)[4].

Autres changements :

  • Outaouais (07) était anciennement une région de forme ronde. Son nord-est est devenu la moitié nord-ouest de Laurentides (15) à la formation de cette dernière en 1987.
  • Abitibi-Témiscamingue (09) s'étendait plus au nord jusqu'en 1966 ou 1981 (?) puis presque jusqu'à la Baie-James jusqu'en 1987, quand la moitié nord de la région (donc une partie importante de l'Abitibi) a été réassignée à la région Nord-du-Québec. La nouvelle frontière nord est tellement au sud que des villages fondés comme faisant partie de l'Abitibi durant la crise économique des années 1930 n'en font désormais plus partie. Notamment, le célèbre roman Les Filles de Caleb 2 se passait de part et d'autre de la frontière de 1987, dont une bonne partie à Villebois (Jamésie).
  • La sous-région Chibougamau faisait partie de l'Abitibi jusqu'à son transfert à la région 02 en 1966 ou 1981 (?), puis à la région 10 en 1987.

La société Brault et Bouthillier a publié la carte des 10 régions administratives du Québec de la réforme de 1981, généralement pour usage dans les classes d'écoles primaires.

Incertitudes frontalières

Quoique les frontières interrégionales sont toutes clairement définies, les frontières avec d'autres provinces le sont moins, et les trois principaux cas concernent chacun une seule région administrative. En particulier;

  • La frontière terrestre de Côte-Nord/Labrador telle que définie en 1927 est contestée depuis 1927, ce qui fait une grosse différence de superficie de la Côte-Nord selon qu'on choisit la définition du gouvernement du Québec ou celle des autres (gouvernements du Canada et de Terre-Neuve-et-Labrador).
  • La région Nord (10) ne possède pas les eaux de sa propre côte, contrairement à la coutume, ce qui rend la région Nord plus dépendante de décisions fédérales.
  • La région Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (01) n'a pas ce problème, mais sa frontière marine avec Terre-Neuve pourrait être contestée dans le futur : par exemple, au début des années 2010, on parlait de pétrole du Golfe qui serait le long de cette frontière (« gisement Old Harry », au large du village madelinot du même nom).

Notes et références

  1. Une source pour cette affirmation se retrouve ici : « Jacques Leclerc, Chaire pour le développement de la recherche sur la culture d'expression française en Amérique du Nord (CEFAN), « (1) Informations préliminaires », sur L'aménagement linguistique dans le monde (consulté le 20 janvier 2020) », mais d'autres sources plus précises doivent être trouvées. Le lien suivant mentionne que durant le régime britannique (1763-1867), quatre districts existaient (Québec, Montréal, Trois-Rivières et Gaspé) « Gwenaël Cartier, « Québec 1608-2008 : 400 ans de statistiques démographiques tirées des recensements », Cahiers québécois de démographie,‎ (ISSN 0380-1721, e-ISSN 1705-1495, lire en ligne, consulté le 20 janvier 2020) », mais au courant du XIXe ce sont les comtés qui sont devenus la principale subdivision administrative du Québec.
  2. http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=5&file=2015C8F.PDF.
  3. axl.cefan.ulaval.ca.
  4. Pierre Bérubé, L’organisation territoriale du Québec: dislocation ou restructuration ?: Urgence d'agir, Québec, Les Publications du Québec, , 172 p. (ISBN 2551155894).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes