Quimper Kerfeunteun Football Club

Quimper KFC
Logo du Quimper KFC
Logo actuel du club (depuis 2011)
Généralités
Nom complet Quimper Kerfeunteun
Football Club
Surnoms QKFC, Stade Q
Noms précédents Stade quimpérois
(1905-1987) et (1990-2000)
Quimper Cornouaille FC
(1987-1990)
Stade quimpérois 2000
(2000-2008)
Quimper Cornouaille FC
(2008-2011)
Fondation 21 octobre 1905
Statut professionnel 1983-1990
Couleurs Noir et blanc
Stade Stade de Penvillers
(7 758 places)
Siège Stade de Penvillers
31 rue Léon Jouhaux
29000 Quimper
Championnat actuel Régional 2 Bretagne
Président Drapeau : France Yannick Crenn
Entraîneur Drapeau : France Eric Gaillard
Site web quimper-football.com
Palmarès principal
National[1] Vainqueur CFA 2 (Gr.F) en 2008

Maillots

Kit left arm blackshoulders.png
Kit body blackshoulders.png
Kit right arm blackshoulders.png
Kit shorts.png
Kit socks classicfootball.png
Domicile
Kit left arm.png
Kit body.png
Kit right arm.png
Kit shorts.png
Kit socks classicfootball.png
Extérieur

Le Quimper Kerfeunteun Football Club ou Quimper Kerfeunteun FC est un club de football français de la ville de Quimper dans le Finistère. Depuis 2010, le club enchaîne les relégations du CFA à la DRH, équivalent de la 9e division. Le club finistérien évoluera pour la saison 2018-2019 en Régional 2(D7) après avoir remporté son championnat de Régional 3.

Le club quimpérois est fondé en 1905 et évoluera en Division Régionale d'Honneur de la Ligue de Bretagne de football pour la saison 2014-2015. Il s'est successivement appelé Véloce Sport, Stade quimpérois, Quimper Cornouaille Football Club, Stade quimpérois 2000.

Le club prend son nom actuel à partir de la saison 2011-2012 lorsque le Quimper Cornouaille fusionne avec l'Étoile Sportive de Kerfeunteun. Le nouveau nom sera Quimper Kerfeunteun Football Club[2].

Le club a connu la 2e Division dans les années 1970 et 1980. Un kop nommé le Celtic Kemper 08 soutient le club.

Histoire du club

Historique des noms

  • 1905-1987 : Stade quimpérois
  • 1987-1990 : Quimper Cornouaille Football Club (Quimper CFC)
  • 2000-2008 : Stade quimpérois 2000
  • Depuis 2011: Quimper Kerfeunteun Football Club (Quimper KFC)

Débuts du club au niveau régional (1905-1949)

Débuts et premiers titres au niveau régional (1905-1928)

En 1905, le Stade Quimpérois est fondé dans la ville de Quimper, le club joua ses matchs jusqu'en 1920 au vélodrome du Ludugris. En 1921, le club participe à sa première Coupe de France, le club était inscrit en 1920 mais il a déclaré forfait dès le 1er tour. Cette même saison, le club participe pour la première fois à la Division d'Honneur de la Ligue de l'Ouest où il termine second du championnat. En 1924, le club termine premier de son groupe de DH pour la première fois. Lors de la finale entre les premiers de chaque groupe, le Stade Q s'imposent contre l'US Servannaise et remporte son premier trophée régional. Cette même saison, le club fait le doublé puisque le club quimpérois remporte sa première Coupe de l'Ouest. De 1925 à 1928, le club termine à trois fois d'affilée, premier de son groupe et durant cette période, remporte deux fois le tour final. En 1928, le SQ est le club le plus titré en DH avec le Stade Rennais et est le club ayant remporté le plus de titres régionaux puisque l'équipe a remporté à cette époque, trois DH et deux coupes de l'Ouest.

Premières prestations en Coupe de France (1926-1937)

En 1926, pour sa première participation en 32ème de finale de la Coupe de France, le club élimine le Limoges FC 4 à 1, il se qualifie pour les seizièmes de finale, le club joue contre l'AC Amiens mais il perd le match 2 à 1. En 1928, le club atteint de nouveau les 16èmes de finale mais est éliminé par le Red Star. En 1929, le club se fait éliminé par le CA Paris en 32ème de finale de la Coupe de France. Durant les années 30, le club atteint à trois reprises les 32èmes de finale de la Coupe de France, éliminé par le SC la Bastidienne Bordeaux, le Red Star et par le Stade Rennais. Lors de la saison 1932-1933, le club remporte de nouveau la DH, pour la quatrième fois et est avec le CS JB Angers, de nouveau le club ayant remporté le plus de DH. Durant cette saison, le club fait de nouveau le doublé puisqu'il remporte sa troisième Coupe de l'Ouest. En 1938, après avoir remporté la DH Ouest, le club participe à l'édition 1938 de la CFA.

Première expérience nationale (1937-1938)

Pour sa première participation à une compétition nationale, le club breton surprend puisqu'il remporte ses trois matchs de poule, deux buts à un contre l'AS Charentes, deux buts à zéro contre l'AAEE rue Saint-Jean et un but à zéro contre le Club deportivo espanol, durant ces trois matchs, le SQ encaisse seulement un but. Pour les demi-finales, l'équipe est tiré au sort avec le FC Scionzier. Le match se dispute à Juvisy, le 15 mai 1938, le match commence et le SQ domine la première mi-temps et marque un premier but rapidement. Peu après, un second but est évité, le tir s'écrasant sur la barre. À la reprise, les bretons, avec deux blessés, sont submergés et les Montagnards marquent trois fois. Comme la saison précédente, le FC Scionzier est en finale.

Nouvelles prestations en Coupe de France, montée en CFA (1938-1949)

En 1939, le club termine dans le milieu tableau, après cette saison, le club ne joue plus pendant deux saisons. En 1941, les championnats régionaux sont restaurés et pour cette première saison, le club termine premier de Division Supérieure. Après trois saisons dans le milieu de tableau, les championnats d'avant-guerre sont réintégrés. En 1945, le club joue en DH (4e échelon) jusqu'en 1949 ou en finissant 1er de DH, accèdent à la CFA (3e échelon). En 1948, le club atteint de nouveau les seizièmes de finale de la Coupe de France, mais l'OGC Nice les élimine 4 à 2.

Arrivée au niveau national (1949-1970)

Champion de CFA (1949-1951)

En 1949, le club remporte la DH et par conséquent monte en CFA. En 1950 et 1951, le club atteint de les 32è de finale de la Coupe de France, ils sont éliminés par le Red Star et par Troyes. Lors de la saison 1950-1951, le SQ termine premier de la poule "Ouest" de la CFA et participe à la poule finale. Le club ne parvint à remporter de match et termine dernier de la poule. Durant cette poule, les quimpérois vont encaissé huit buts lors d'un match contre le CS Sedan.

Stagnation puis retour au niveau régional (1951-1959)

Dès lors, le club va stagner en CFA et va naviguer dans le milieu de tableau, 7ème en 1953 et en 1954. En 1954, le Stade Rennais élimine le club en 32è de finale de la Coupe de France au Stade Ménez-Paul de Brest. En 1956, après une saison ratée, le club termine 11e sur 13 et redescend donc en DH, au niveau régional. Le club stagne en DH durant deux saisons. En 1958, le RC Paris élimine le club en 32e de Coupe de France. Mais lors de la saison 1958-1959, le club termine de nouveau 11ème, mais cette fois de DH, le club descend pour la première fois de son histoire en DRH.

Les années sous Edmond Le Maître, retour au niveau national (1959-1970)

En 1959, le club au plus bas voit l'arrivée d'Edmond Le Maître comme entraîneur. Pour sa première saison en DRH, le club surclasse ses adversaires, remportant 16 de ses 18 matchs, le club termine premier de sa poule et remonte en DH. Après une saison en DH au bord de la zone de relégation, le club termine de nouveau 1er et retrouve la CFA, 6 ans après l'avoir quittée. Après une neuvième place, le club termine second puis jouera dans le milieu de tableau pendant plusieurs saisons. En 1964, les Quimpérois sont éliminés en 32e de Coupe de France par l'US Le Mans. En 1968, le club déménage du stade de Kerhuel, trop vétuste, aujourd'hui utilisé par l'équipe féminine, pour le nouveau stade de Penvillers à Kerfeunteun. Pour sa première saison à Penvillers, le club termine troisième de sa poule à trois points du leader, le Stade lavallois. En 1970, malgré qu'il termine 6e à la suite de la réforme des championnats, le club accède à la nouvelle D2 sur dossier.

Ascenseur entre la D2 et de la D3 (1970-1983)

Débuts en Division 2 (1970-1972)

Grâce à la réforme des championnats, le Stade Quimpérois est donc promu dans la nouvelle Division 2. Pour sa première saison dans un niveau semi-professionnel, l’équipe d’Edmond Le Maître se maintient mais l’équipe possède la pire attaque des 3 groupes avec 24 buts marqués et elle est l’équipe qui a fait le plus de matchs nuls, 16 matchs nuls en 30 matchs. Cette saison est marquée par la présence du PSG, qui attire 8 450 spectateurs à Penvillers et de deux autres clubs bretons, le Stade brestois et le FC Lorient. En Coupe de France, le club atteint les seizièmes de finale et est éliminé par Mantes. La seconde saison du club en Division 2 ne sera pas sans son coach emblématique Edmond Le Maître, en poste depuis 1959, le nazairien laisse sa place à Marcel Mao. Cette saison sous son nouvel entraîneur est plus compliquée que la première saison, l’attaque marque tout comme la dernière saison ainsi que la défense qui encaisse autant que la saison précédente mais les résultats sont décevants, seul le début de saison est bon avec 2 victoires lors des 3 premiers matchs. Finalement, l’équipe termine dernière place de son groupe et est reléguée pour la première fois en D3.

Club instable en championnat (1972-1976)

Après la relégation en D3, le club retourne au niveau totalement amateur qu’il avait quitté il y a 2 années. L’équipe de Marcel Mao se retrouve dans la poule “Ouest” avec notamment l’US Concarneau, autre club sud-finistérien et le PSG qui, à la suite de son démantèlement, repart de zéro en D3. Cette saison est réussie mais pas assez pour être promu en Division 2, puisque le club termine cinquième et devra jouer en D3, la saison suivante. Durant cette saison, le club s'illustre en battant le PSG, à Penvillers, deux buts à zéro. La saison 1973-1974 est une nouvelle saison en D3 mais cette fois-ci le club joue la montée coûte que coûte mais le club termine second mais cela est suffisant pour monter car le premier était une équipe réserve. Le club retrouve la Division 2, deux ans après l’avoir quittée. En Coupe de France, le club est éliminé en 32ème de finale pour la première fois depuis 1965. La nouvelle saison en D2 est la troisième du club en D2, le club se retrouve dans le groupe A avec notamment le FC Lorient et le Stade Brestois. Cette saison, un système de points bonus est mis en place, un point est attribué à chaque victoire par deux buts ou plus d’écart. La saison est compliquée pour le promu, le club est au bord de la zone de relégation durant toute la première partie de saison mais la seconde partie est catastrophique et le club est relégué deux matchs avant la fin de la saison. Cette saison sera marquée par une affluence record, 10 193 spectateurs ont assisté au derby entre les quimpérois et le FC Lorient au stade de Penvillers. Le club retourne en Division 3. La nouvelle saison du club en D3, l’équipe se retrouve dans le groupe “Ouest” avec l’US Concarneau et le CS Penmarc’h comme clubs sud-finistériens. Durant la saison, le stade accueille plus de 3 000 spectateurs en moyenne à chaque match, ce qui plus que lors de deux saisons de D2 précédente. Le match Quimper-Concarneau se déroule devant 6 153 spectateurs, seconde affluence en Division 3. La saison est réussie pour le SQ puisque le club termine second et comme il y a 2 ans, le club est promu car le premier est une équipe réserve.

Stabilisation en D2 (1976-1983)

Dans le bas de tableau (1976-1982)

Le club remonte de nouveau en Division 2, cette saison, le club vise le maintien mais la saison sera une réussite. Marcel Mao quitte le club et c’est Robert Dewilder qui prend la tête de la formation finistérienne. Malgré un début de saison compliqué et une journée dans la zone de relégation, le club affiche des affluences records, 7 541 spectateurs contre Besançon, 5 310 contre le RC Strasbourg. Le club joue toute la fin de saison entre la 4e et la 7e place. Finalement, le SQ termine à une honorable 5e place pour un promu. La saison suivante est moyenne, le club se retrouve avec Rennes, Brest et l'EA Guingamp comme clubs bretons, l’équipe de Robert Dewilder, après un tout début de saison au haut de tableau, le club stagne et termine 13ème du classement. La saison 1978-1979 sous Jean Brélivet, est similaire à la saison précédente, le club joue dans le milieu bas du tableau et termine 14ème du classement. La saison suivante, 1979-1980, avec comme entraîneur Joël Le Bris, 3e entraîneur en 3 ans, est une meilleure saison que la précédente, le club joue le milieu de tableau durant toute la saison. Cette saison, le club subit une lourde défaite lors d’un derby contre le Stade rennais, au Stade de la route de Lorient par six buts à zéro. La première saison dans les années 1980 se termine par une 12e place et un nouveau maintien. La saison 1980-1981 commence et le club débute très bien et à la dixième journée, le SQ est 3e du groupe après 5 matchs sans défaite. Lors de la 14e journée, le club joue contre le Stade brestois, relégué de D1 et second. Un derby finistérien bouillant puisque 11 012 spectateurs se rendent à Penvillers, nouveau record du SQ à domicile. Les Brestois l’emportent. La deuxième partie de saison est décevante et les Quimpérois terminent finalement 13e du groupe. La saison 81-82 sous Marc Rastoll est un échec sportif, Quimper joue le maintien et jusqu’à 23e journée, le club est au bord de la relégation, mais une défaite le fait descendre dans la zone rouge dont elle ne sortira jamais, pire, le club termine finalement dernier de la poule et descend en D3, une première depuis 1975.

Retour éphémère en D3 (1982-1983)

De retour en D3, le club repart au niveau amateur. La saison commence et le club débute favori à la promotion et joue dans le haut de tableau. L’équipe connaît une période difficile avec une élimination de Coupe de France au 5e tour par la Stella Maris. Durant ce temps, Quimper s’offre un succès huit à zéro contre la réserve du Havre. La seconde partie de saison est une réussite avec neuf matchs sans défaite. Finalement, le club termine 3e mais est de nouveau promu car les équipes devant le SQ sont des équipes réserves.

Professionnalisation du club, lutte pour la montée en D1 (1983-1989)

Stabilisation dans le milieu de tableau (1983-1986)

Pour son retour en D2, l’entraîneur Marc Rastoll est remplacé par Jacques Castellan. Le club devient professionnel pour la première fois de son histoire. Cette première saison sous Castellan est compliquée pour le promu de D3, le club est la zone rouge pendant toute la première partie de saison, le club est éliminé au 7e tour de la Coupe de France. Durant la seconde partie de saison, les résultats du SQ sont meilleurs, mais le club joue le maintien mais grâce à une meilleure différence de buts par rapport au Red Star, le club se maintient en terminant 15e du groupe. Finalement, le Red Star sera repêché et le SQ est donc maintenu à partir de la 31e journée. À la suite d'un maintien, l’équipe joue en D2, la saison suivante que l’équipe commence mal, leur premier succès vient au bout de huit matchs contre Amiens. L’équipe remporte son second match lors de la douzième journée, alors que le club est relégable, ils surclassent Reims, cinq buts à zéro. A la vingtième journée, le club est 16e et Jacques Castellan est limogé et remplacé par Wlodzimierz Lubanski. Dès lors, les Quimpérois enchaînent quatre victoires en six matchs, sortant de la zone rouge. L’équipe ne s’arrête pas et enchaîne trois victoires entre la 29e et la 31e journée. Le SQ termine finalement 9e de son groupe et se maintient de nouveau en D2. Wlodzimierz Lubanski quitte le club et est remplacé par Pierre Garcia, qui a entraîné le Stade rennais, le Stade briochin et le SC Abbeville. Le début de saison est surprenant puisque l’équipe de Pierre Garcia remporte leur trois premier matchs, le club subit une lourde défaite cinq buts à zéro contre le RC Paris. La suite de la saison est difficile pour le Stade Q qui tombe dans le milieu de tableau entre la 9e et la 13e place et grâce à deux victoires lors des trois derniers matchs, le club termine finalement 9e du groupe.

Lutte pour la montée, Quart de finale de Coupe de France (1986-1989)

Le club se développe et a comme objectif de rester en D2, pour de bon et ne pas faire l’ascenseur entre la D2 et la D3. Durant le mercato 1986, le club recrute de nombreux joueurs. Les ambitions du club sont proches d’être compromises puisque l’équipe de Pierre Garcia ne remporte aucun de ses trois premiers matchs, deux nuls et une défaite, le club fait des hauts et des bas dans le classement enchaînant successivement 12e, 6e et 10e du classement. Jusqu’à la 11e journée, le club joue principalement dans le bas de tableau. Dès lors, il joue la montée en Division 1. Malgré une période avec des résultats un peu moyens, le club repart rapidement et se remet en course pour jouer la montée en D1 et enchaîne sept matchs sans défaite puis cinq matchs sans défaite. L’équipe termine le championnat, à la 5e place, à cinq points du dernier barragiste, le FC Mulhouse. Malgré une très bonne saison, le public était très peu présent, puisqu’en moyenne, les matchs du SQ à Penvillers ont été suivis par seulement 1 558 spectateurs. Le club se retrouve endetté et est menacé de dépôt de bilan. Grâce à la constitution d’une société d’économie mixte chargée de gérer la section professionnelle du club, le club est sauvé du dépôt de bilan. Ce groupe contient des sociétés privées comme le Groupe Leclerc. La saison 1987-1988 est placée sous le signe de la reconstruction financière et sportive. Le club voit le départ de Pierre Garcia, le coach est remplacé par Georges Peyroche, le nouvel entraîneur qui a entraîné comme dernier club, le Paris SG. Le club a de grandes ambitions, la montée en D1 d’ici quelques années. Le Stade Quimpérois recrute de nombreux joueurs. Le début de saison est décevant, l’équipe qui a le niveau pour jouer la montée, joue dans le bas de tableau et est relégable à plusieurs reprises. Hors championnat, le club se qualifie pour les 32ème finale de la Coupe de France. En championnat, le club fait des hauts et des bas dans le classement. Le Stade Q remporte son 32ème de finale contre le Stade rennais puis se qualifie en 8e de finale de la Coupe de France, après avoir battu le SO Cholet à deux reprises. Dans le courant du mois d'avril, Quimper se qualifie pour la première fois en ¼ de finale en battant la Roche-sur-Yon, 5 buts à 3 sur l'ensemble des deux matchs. Le tirage au sort a lieu et les finistériens tirent le FC Metz, club de D1 et vainqueur de l’édition il y a 4 ans. Le 10 mai, devant 10 089 spectateurs, Didier Monczuk offre la victoire sur coup-franc et prend une bonne option pour le match retour. L’équipe se rend à Saint-Symphorien pour le match retour, sans Monczuk, atteint d’une septicémie. Les messins ouvrent le score juste avant la mi-temps et reviennent à égalité avec les Quimpérois sur l’ensemble des deux matchs. En seconde période, les messins quatre fois et Quimper est éliminé et Metz remporte sa deuxième Coupe de France. Finalement, les Quimpérois terminent 14e du classement du groupe. Après une saison décevante, le club a pour objectif de monter en Division 1 d'ici 2 ans. Pierre Garcia remplace Georges Peyroche au poste d'entraîneur. Le Stade Q est dans le haut du classement L'équipe s'incline lors d'un derby bouillant contre le Stade brestois, deux prétendants à la montée en D1. Le club, dans le haut de tableau, accumule les bons résultats malgré une petite période de 3 matchs sans victoire. Dès lors, le club stagne à la cinquième place du groupe mais reste prétendant aux barrages. Le club s’impose contre le Stade brestois, deux buts à zéro, devant 11 159 spectateurs, record d'affluence du club en D2. En Coupe de France, le club s’impose contre l’US Concarneau et affronte l’OM en seizième. Après une défaite, quatre à un à l’aller, au retour le SQ tient le zéro à zéro. Le Stade Q s’arrête en 1/16. A la fin de la saison, le club vogue entre la 3ème et la 4ème place, la 3ème place est qualificative pour les barrages. Lors de l'avant-dernière journée, le FC Mulhouse, leader du groupe, se déplace à Penvillers tout comme 9 622 spectateurs qui assistent à la grande affiche entre le SQ, 3ème et le leader. Mulhouse s’impose trois à deux et le Stade Quimpérois et le Stade rennais se retrouvent à égalité de points avant la dernière journée. Malgré une victoire contre le SC Abbeville, cela ne suffit pas et c'est le Stade rennais qui jouera les barrages grâce à une meilleure différence de buts. Le SQ termine 4ème du groupe et échoue à l'accession aux barrages.

Un échec sportif et financier (1989-1990)

Après un échec au bord des barrages, le club veut toujours jouer la montée mais le club retrouve endetté de plusieurs millions de francs. Le club ne se retrouve pas en redressement judiciaire. De nombreux joueurs quittent le club, le début de saison est catastrophique, le club qui veut jouer la montée, joue le maintien. Après une saison totalement ratée avec seulement quatre victoires, le club termine dernier de sa poule et redescend en Division 3 et perd son statut professionnel acquit en 1983.

Stabilisation au troisième échelon, difficultés financières (1990-1997)

Retour au niveau amateur (1990-1993)

Après une relégation logique, le QCFC dépose le bilan et redevient le SQ qui repart en Division 3 avec l’ambition de remonter en D2. Le club débute par une large victoire, cinq buts à un contre l’US Montagnarde. Après deux défaites, les résultats du club sont très bon avec seulement 2 défaites en 17 matchs et une qualification pour le 8ème tour de la Coupe de France. Pour le 8ème tour, Quimper est tiré au sort avec le SCO d’Angers, à lutte pour la montée en D1. Au Stade Jean-Bouin, les angevins s’imposent deux buts à zéro et les Quimpérois sont éliminés. La fin de saison est moyenne et le SQ loupe la montée en D2 à 6 points d’Ancenis en terminant 5ème du groupe Ouest. La saison suivante est moyenne, surtout la fin de saison et pour la première fois, le SQ termine dans la deuxième partie de tableau en D3. Lors de cette saison, le SQ termine 10ème avec 29 points. La saison suivante est la dernière saison de la D3, les quatre premiers sont promus dans la nouvelle National 1. Le début de saison est catastrophique avec 5 défaites en 8 matchs, la suite de la saison est excellente avec seulement 2 défaites lors des 22 prochains matchs. En Coupe, le SQ est éliminé dès le 5ème tour, premier tour pour les clubs de Division 3. Le club termine 5ème, grâce à la montée du Stade briochin en D2, le club est promu dans la nouvelle National 1.

Retour au monde semi-professionnel (1993-1996)

Pour la première saison, le SQ tombe dans le groupe du Stade brestois 29, de l’EA Guingamp et du FC Lorient. La saison du SQ est moyenne, le club joue le maintien mais finalement, le club va se maintenir après une victoire contre le rival brestois, le club termine 13ème sur 18 à deux points du premier relégable, l’AS Evry. Pour sa seconde saison en National 1, le club a pour objectif le maintien mais cela va être compromis puisque le club gagne que 2 de ses 20 premiers matchs et se retrouve dans la zone des relégables. La fin de saison est meilleure mais cela ne suffit pas et le SQ termine 16ème et est donc relégué en National 2 mais à la suite de la rétrogradation administrative de cinq clubs, le SQ est maintenu. La saison est meilleure malgré aucune victoire lors des cinq premiers matchs. Durant la saison, le club vogue dans le milieu de tableau et termine sa saison à la 10ème place. Durant l’intersaison, le club est rétrogradé en National 3 par la DNCG mais en appel, la rétrogradation est annulé et le club participe à une nouvelle saison en National 1

Dépôt de bilan, retour au niveau amateur (1996-1997)

La saison suivante, le club est endetté de plusieurs millions de francs mais participe à la dernière saison de la National 1 avec la formule à deux groupes. Pour être maintenu, il faut terminer avant la 9ème place. Durant la saison, le club est dans le milieu de tableau et termine finalement 11ème sur 18 et est relégué en CFA. À la suite de ses problèmes financiers, le club dépose le bilan durant le mois de juin 1997 et le club est rétrogradé en DSR, second niveau amateur et septième niveau national.

Retour au niveau régional (1997-2007)

Entre la DSR et le DH (1997-2000)

De retour au niveau amateur, le club recommence à zéro tout le Stade briochin, qui la même année, dépose le bilan et repart en CFA 2. Le SQ repart quant à lui, en DSR, Division Supérieure Régionale. Pour sa première saison, le club réussit sa saison et monte en DH en terminant premier de son groupe. Pour sa première saison en DH, depuis 1962, le club a l’ambition de remonter au niveau national mais la saison est ratée et le Stade Q termine dernier et retourne en DSR, ce retour sera éphémère puisque le club remonte directement en Division d’Honneur en terminant de nouveau premier de DSR.

Stabilisation en DH (2000-2003)

Pour son retour en DH, le club renommé en Stade Quimpérois 2000 ne veut plus faire l’ascenseur entre la DH et la DSR et cela va se concrétiser avec une huitième place et un premier maintien en DH. La saison suivante, le club va jouer la montée en CFA 2 et la saison est réussie puisque le club termine second mais cela n’est pas suffisant pour monter en CFA 2 puisque le club ne participe pas aux barrages entre les second de DH. La saison suivante, le club est l’un des favoris à l’accession en CFA 2. En Coupe de France, le club réussit à atteindre les 32èmes de finale et lors du tirage au sort, il tombe avec le LOSC, club de Ligue 1. Dans un Stade de Penvillers, rempli par 6 571 spectateurs, le SQ s’incline trois buts à zéro après avoir le 0-0 durant toute la première période. En championnat, malgré une seconde place avec moins de points que l’année précédente, cette fois-ci le club participe aux barrages entre les clubs de DH que les Quimpérois remportent et par conséquent monte en CFA 2.

Retour éphémère au niveau national (2003-2004)

De retour au niveau national, le club a comme objectif, le club commence avec une première partie de saison moyenne avec beaucoup de matchs nuls, 9 nuls en 15 matchs et un quatre partout comme premier match de la saison contre Dives-Cabourg. La seconde partie est plus compliquée et malgré trois victoires lors des trois derniers matchs, le SQ 2000 est relégué en sans passer par les barrages, le club échoue au maintien à seulement 2 points, du premier non-relégable, Plabennec.

Retour au niveau régional (2004-2007)

La saison en DH est une saison moyenne avec, contrairement à la saison précédente, peu de matchs nuls. Malgré être dans le bas de tableau, le club se maintient assez facilement et termine à la 7ème place du groupe. La saison suivante, le club a pour objectif, la remontée en CFA 2 et échoue de très peu puisque malgré une très bonne saison, avec seulement 3 défaites, le club termine second et lors des barrages, le SQ 2000 s’incline et reste donc en Division d’Honneur. La saison suivante, le club est favori à l’accession en CFA 2 et après un échec, la saison précédente, le club réussit une saison presque parfaite avec notamment en championnat, une série de 13 victoires de rang entre la 8ème et la 20ème journée. A la fin de la saison, le club termine premier avec 87 points, 19 victoires en 26 matchs et seulement 13 buts encaissés.

Retour en CFA (2008-2010)

Lors de sa remontée en CFA 2, le club crée la surprise et termine 1er malgré être promu et remonte en CFA (4e échelon) mais après une saison en CFA où ils se sont maintenus lors de la deuxième saison en CFA, le club termine dernier et redescend en CFA 2.

Nouvelle chute jusqu'en DRH (2010-2017)

Après sa descente de CFA jusqu'en CFA 2, le club termine dernier de CFA 2 et redescend en DH 4 ans après l'avoir quitté. Pour la saison 2011-12, le club se maintient en DH en terminant 7e. La saison 2012-13 est plus compliquée, le club termine 14e et descend en DSE. La saison 2013-14 voit le club terminer 11e et descendre en DSR (Promotion de Ligue) et 8e échelon où le club termine 11e puis descend en District (DRH) et 9e échelon. Cela n'est jamais arrivé au club d'être dans une division aussi basse.

Nouveau départ (2017-....)

Maintenant en DRH, le club se maintient et la saison suivante le club termine 5e mais grâce à la réforme des championnats amateurs, le club est promu dans la nouvelle Régional 3 (8e échelon) et pour sa première saison en Régional 3, le club termine 1er du Groupe C et est promu en Régional 2 (7e échelon).

Pour cette saison 2018-19, le club termine 5e du Groupe B de Régional 2. Lors de la saison 2019-20, le club jouera en Régional 2 (7e échelon).

Équipe féminine

Il comprend également une section féminine créée en 1971, qui est une des équipes pionières du foot féminin en France. L'équipe qui évolue actuellement en Régional 1 (D3) après une relégation de Division 2. L'équipe féminine du Stade quimpérois a déjà évolué en première division féminine pendant plusieurs années.

Infrastructures du club

Stade de Penvillers

Le stade de Penvillers est un stade omnisports inauguré en 1968 comportant une piste d'athlétisme, une tribune de 2 717 places assises et des gradins de 5 041 places debout. Le club y jouait ses matchs. Aujourd'hui, le club joue sur le terrain synthétique de Kerfeunteun, juste à côté du grand stade.

Stade de Kerhuel

Le stade de Kerhuel est un stade de football inauguré en 1842 comportant un terrain de football, la capacité du stade est de 2040 places dont 40 places assises dans une tribune. Le club y jouait ses matchs de 1920 à 1968. Depuis le départ de l'équipe masculine au Stade de Penvillers, l'équipe féminine y joue pour ses matchs de Régional 1.

Palmarès et records

Palmarès

Palmarès en compétitions officielles
Compétitions nationales Compétitions régionales

Coupe de France

Le club atteint pour la première fois les 32e de finale en 1964-65. Puis il atteint plusieurs fois les 16ème de finale et 32e de finale. En 1987-88, Quimper se fait éliminer en quart de finale en gagnant 1-0 à l'aller devant 10 089 spectateurs et perd 5-0 au retour au stade Saint-Symphorien.

Dans les années 2000 et 2010, Quimper ira une fois en 32e de finale, quelquefois au 8e tour et Quimper jouera un match de rêve contre Auray à domicile, match perdu 2-1.

Vainqueur Finaliste Demi-finale Quart de finale 8e de finale 16e de finale 32e de finale 8e tour 7e tour 6e tour 5e tour 4e tour 3e tour 2e tour 1er tour
0 0 0 1 0 7 18 6 10 16 10 8 7 1 3

Évolution

Évolution du championnat disputé par le Quimper Cornouaille FC puis par le Quimper Kerfeunteun FC depuis 1945[3]
Niveau I Niveau II Niveau III Niveau IV Niveau V
Division 1 Division 2 CFA/Division 3 DH Ouest Ch. régional
1945-1949
1949-1956
1956-1959
1959-1960
1960-1962
1962-1970
Division 1 Division 2 Division 3 Division 4 DH Ouest
1970-1972
1972-1974
1974-1975
1975-1976
1976-1982
1982-1983
1983-1990
1990-1993
Niveau I Niveau II Niveau III Niveau IV Niveau V Niveau VI Niveau VII Niveau VIII Niveau IX
Division 1/Ligue 1 Division 2/Ligue 2 National 1/National National 2/CFA National 3/CFA 2 Régional 1/DH Régional 2/DSE Régional 3/DSR Départemental 1/DRH
1993-1997
1997-1998
1998-1999
1999-2000
2000-2003
2003-2004
2004-2007
2007-2008
2008-2010
2010-2011
2011-2013
2013-2014
2014-2015
2015-2017
2017-2018
2018-...
  • Championnat national professionnel
  • Championnat national professionnel et amateur
  • Championnat national amateur
  • Championnat régional amateur
  • Pas de promotion/relégation

Bilan saison par saison

Le tableau ci-dessous récapitule le parcours de Quimper en Championnat et Coupe de France depuis 1945:

Saison Division C Pts J G N P BP BC DB Coupe de France
1945-1946 DH Ouest 5e -
1946-1947 DH Ouest 2e 32 22 15 2 5 55 41 +14 -
1947-1948 DH Ouest 5e 24 22 12 0 10 50 37 +13 16e de finale
1948-1949 DH Ouest 1er 35 22 15 5 2 55 17 +38 -
1949-1950 CFA (Ouest) 6e 23 24 8 7 9 33 33 0 32e de finale
1950-1951 CFA (Ouest) 1er 34 22 15 4 3 45 15 +30 32e de finale
1951-1952 CFA (Ouest) 4e 28 22 12 4 6 43 24 +19 6e tour
1952-1953 CFA (Ouest) 7e 22 22 8 6 8 33 33 0 -
1953-1954 CFA (Ouest) 7e 20 22 9 2 11 38 38 0 32e de finale
1954-1955 CFA (Ouest) 4e 25 22 10 5 7 36 27 +9 6e tour
1955-1956 CFA (Ouest) 11e 19 24 7 5 12 29 40 -11 6e tour
1956-1957 DH Ouest 5e 26 24 12 2 10 51 40 +11 4e tour
1957-1958 DH Ouest 3e 32 26 15 2 9 41 27 +14 32e de finale
1958-1959 DH Ouest 11e 12 22 3 6 13 28 41 -13 5e tour
1959-1960 5e tour
1960-1961 DH Ouest 9e 20 22 9 2 11 27 31 -4 3e tour
1961-1962 DH Ouest 1er 36 24 16 4 4 52 26 +26 5e tour
1962-1963 CFA (Ouest) 9e 21 24 8 5 11 29 37 -8 6e tour
1963-1964 CFA (Ouest) 2e 27 22 11 5 6 38 25 +13 6e tour
1964-1965 CFA (Ouest) 8e 24 24 8 4 10 30 29 +1 32e de finale
1965-1966 CFA (Ouest) 7e 21 22 8 5 9 36 30 +6 6e tour
1966-1967 CFA (Ouest) 7e 21 22 8 5 9 46 40 +6 4e tour
1967-1968 CFA (Ouest) 7e 31 30 12 7 11 56 47 +9 4e tour
1968-1969 CFA (Ouest) 3e 34 26 15 4 7 53 29 +24 5e tour
1969-1970 CFA (Ouest) 6e 35 30 11 13 6 33 24 +9 6e tour
1970-1971 Division 2 (Groupe B) 11e 24 30 4 16 10 24 45 -21 16e de finale
1971-1972 Division 2 (Groupe B) 16e 20 30 7 6 17 24 46 -22 6e tour
1972-1973 Division 3 (Ouest) 5e 36 30 15 6 9 49 32 +17 6e tour
1973-1974 Division 3 (Ouest) 2e 39 30 18 3 9 56 36 +20 32e de finale
1974-1975 Division 2 (Groupe A) 17e 23 34 6 9 19 40 69 -29 32e de finale
1975-1976 Division 3 (Ouest) 2e 38 30 13 12 5 51 24 +27 32e de finale
1976-1977 Division 2 (Groupe B) 5e 36 34 15 6 13 48 44 +4 32e de finale
1977-1978 Division 2 (Groupe B) 13e 28 34 7 14 13 32 45 -13 6e tour
1978-1979 Division 2 (Groupe B) 14e 29 34 11 7 16 46 56 -10 16e de finale
1979-1980 Division 2 (Groupe A) 12e 29 34 11 7 16 38 54 -16 16e de finale
1980-1981 Division 2 (Groupe B) 13e 30 34 10 10 14 27 39 -12 32e de finale
1981-1982 Division 2 (Groupe B) 18e 20 34 6 8 20 33 59 -26 32e de finale
1982-1983 Division 3 (Ouest) 3e 43 34 18 7 9 61 34 +27 5e tour
1983-1984 Division 2 (Groupe B) 15e 26 34 7 12 15 28 48 -20 7e tour
1984-1985 Division 2 (Groupe B) 9e 33 34 11 11 12 40 43 -3 32e de finale
1985-1986 Division 2 (Groupe B) 8e 32 34 11 10 13 38 43 -5 32e de finale
1986-1987 Division 2 (Groupe B) 5e 41 34 14 13 7 48 36 +12 8e tour
1987-1988 Division 2 (Groupe B) 14e 29 34 10 9 15 42 43 -1 Quart de finale
1988-1989 Division 2 (Groupe A) 4e 65 34 19 8 7 55 29 +26 16e de finale
1989-1990 Division 2 (Groupe B) 18e 22 34 4 14 16 21 43 -22 8e tour
1990-1991 Division 3 (Ouest) 5e 37 32 13 11 8 43 29 +14 8e tour
1991-1992 Division 3 (Ouest) 10e 29 30 9 11 10 39 28 +11 6e tour
1992-1993 Division 3 (Ouest) 5e 34 30 11 12 7 41 30 +11 5e tour
1993-1994 National 1 (Groupe A) 13e 30 34 9 12 13 30 37 -7 7e tour
1994-1995 National 1 (Groupe A) 16e 27 34 6 15 13 28 43 -15 7e tour
1995-1996 National 1 (Groupe A) 10e 40 32 10 10 12 28 46 -18 5e tour
1996-1997 National 1 (Groupe A) 11e 39 34 10 9 15 32 52 -20 8e tour
1997-1998 -
1998-1999 DH Bretagne 14e 49 26 6 5 15 31 52 -21 7e tour
1999-2000 DSE Bretagne ?e 0 0 0 0 0 0 0 0 -
2000-2001 DH Bretagne 8e 62 26 10 6 10 28 26 +2 7e tour
2001-2002 DH Bretagne 2e 77 26 15 6 5 42 23 +19 7e tour
2002-2003 DH Bretagne 2e 73 26 13 8 5 42 21 +21 32e de finale
2003-2004 CFA 2 (Groupe H) 14e 66 30 8 12 10 35 40 -5 7e tour
2004-2005 DH Bretagne 7e 66 26 12 4 10 56 40 +16 7e tour
2005-2006 DH Bretagne 2e 75 26 13 10 3 39 19 +20 5e tour
2006-2007 DH Bretagne 1er 87 26 19 4 3 45 13 +32 7e tour
2007-2008 CFA 2 (Groupe H) 1er 87 30 17 6 7 37 26 +11 8e tour
2008-2009 CFA (Groupe D) 13e 73 34 9 12 13 28 41 -13 8e tour
2009-2010 CFA (Groupe D) 18e 59 34 5 10 19 23 57 -34 7e tour
2010-2011 CFA 2 (Groupe H) 16e 47 30 4 5 21 29 71 -42 4e tour
2011-2012 DH Bretagne 7e 59 26 10 4 12 32 39 -7 6e tour
2012-2013 DH Bretagne 14e 42 26 5 2 19 25 64 -39 6e tour
2013-2014 DSE Bretagne (Groupe A) 11e 45 22 6 5 11 21 35 -14 6e tour
2014-2015 DSR Bretagne (Groupe B) 11e 38 22 4 4 14 26 48 -22 6e tour
2015-2016 DRH Bretagne (Groupe A) 8e 48 22 5 11 6 31 37 -6 3e tour
2016-2017 DRH Bretagne (Groupe B) 5e 62 22 11 7 4 48 26 +22 3e tour
2017-2018 Régional 3 Bretagne (Groupe C) 1er 45 20 14 3 3 47 17 +30 3e tour
2018-2019 Régional 2 Bretagne (Groupe B) 5e 38 22 11 5 6 41 30 +11 4e tour
2019-2020 Régional 2 Bretagne (Groupe C) 4e 22 13 6 4 3 17 13 +4 3e tour
2020-2021 Régional 2 Bretagne (Groupe A) 9e 5 5 1 2 2 3 5 -2 4e tour

La Saison 2019-2020 n'est pas terminée en raison du Covid-19.

Champion / vainqueur Promu Relégué Rétrogradé administrativement

Joueurs et personnalités du club

Présidents

Entraîneurs

Anciens joueurs

Références

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. Fusion Quimper - Kerfeunteun. Sébastien Le Naour: «Il était temps»! sur LeTélégramme.com, article publié le 31 mai 2011, consulté le 12 juin 2011
  3. fef2006, « quimper », sur www.footballenfrance.fr (consulté le 25 septembre 2016)

Article connexe