Puys Chopine et des Gouttes

(Redirigé depuis Puy des Gouttes)
Puys Chopine et des Gouttes
Le puy Chopine (à droite) dépassant du puy des Gouttes (au centre).
Le puy Chopine (à droite) dépassant du puy des Gouttes (au centre).
Géographie
Altitude 1 181 m[1]
Massif Chaîne des Puys
(Massif central)
Coordonnées 45° 49′ 40″ nord, 2° 57′ 18″ est[1]
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Géologie
Âge Puy des Gouttes : 30 000 ans
Puy Chopine : 8 560 ans
Roches Trachyte, trachy-basalte, basalte
Type Volcan gris
Activité Endormi
Dernière éruption 6550 av. J.-C.
Code GVP 210020
Observatoire Aucun

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

(Voir situation sur carte : Puy-de-Dôme)
Puys Chopine et des Gouttes

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Puys Chopine et des Gouttes

Les puys Chopine et des Gouttes sont deux volcans de la chaîne des Puys, dans le Massif central. Ces deux structures sont imbriquées, le puy Chopine se trouvant à l'intérieur du puy des Gouttes. L'ensemble culmine à 1 181 mètres d'altitude au puy Chopine.

Géographie

Situation géographique

Le puy des Gouttes et le puy Chopine sont situés dans le Puy-de-Dôme, à environ 14 kilomètres à l'ouest-nord-ouest de Clermont-Ferrand et à 5 kilomètres au sud-est de Saint-Ours.

Topographie

Vue du versant méridional de la chaîne des Puys depuis le puy Pariou avec, de gauche à droite, le puy de Fraisse (derrière le conifère), le puy des Gouttes, le puy Chopine, le puy de Louchadière, le puy de la Coquille, le puy de Jume, le puy de Chaumont et le puy de la Nugère.

Le puy des Gouttes se présente sous la forme d'un croissant aux pointes tournées vers le nord. Ce cône de projections volcaniques, dont le sommet est situé à une altitude de 1 134 mètres d'altitude[1], a des pentes extérieures douces, creusées de ravins à disposition radiaire, et des parois intérieures abruptes. Il est dominé d'une cinquantaine de mètres par le puy Chopine, à 1 181 mètres d'altitude[1], qui a la forme d'un cône de 600 mètres de diamètre à la base et de 150 mètres de hauteur[2].

Géologie

Le puy des Gouttes, formé il y a 30 000 ans[réf. nécessaire], est un cône de scories composées de trachy-basaltes à olivine et augite ou de trachytes à augite et biotite, avec quelques bombes volcaniques trachytiques en « croûte de pain ». Ce cône a aussi produit une petite coulée de basalte à olivine qui a atteint le hameau des Fontêtes à 3 km de là.

Le puy Chopine est constitué d'une aiguille de trachyte gris à phénocristaux de feldspaths, pyroxènes et biotites mais aussi, surtout sur son flanc sud, de grands fragments de socle cristallin (granite, diorite, cornéenne…) remontés 200 mètres plus haut que leur point d'origine[2]. L'édifice est âgé de 9 500 ans[réf. nécessaire].

Histoire

Histoire géologique

Le puy Chopine, vu depuis le puy des Gouttes

L'histoire éruptive de ces édifices volcaniques débute il y a 30 000 ans[réf. nécessaire] par une petite coulée de lave basaltique s'épanchant vers l'ouest, suivie par une évolution du magma qui, devenant trachy-basaltique, conduit à des manifestations plus explosives. Cela mène à l'édification d'un cône de scories de type strombolien : le puy des Gouttes.

Plus de 20 000 ans plus tard, vers 6550 (+/-130 ans) av. J.-C.[réf. nécessaire], une forte explosion ouvre un grand cratère de type maar qui détruit partiellement le puy des Gouttes, épargnant la partie méridionale et un petit fragment du flanc septentrional du cône de scories. Cette explosion produit des nuées ardentes de nature trachytique qui couvrent plus de 20 km2 de terrain et suffisamment d’énergie pour propulser des bombes volcaniques jusqu'au puy de Louchadière, à 2 km de là[2]. Ces nuées couvrent de cendres blanchâtres et brûlent la forêt recouvrant les pentes du puy de Lemptégy[3]. Selon Maurice Krafft et François-Dominique de Larouzière, on aurait retrouvé des ponces issues de cette explosion jusque dans le lac de Chalain, dans le département du Jura, et même dans le lac de Constance, en Suisse[2]. Selon une étude de 2004, ces nuées dateraient d'environ 8670 BP, soit d'un âge moyen de 9 700 ans[4]. À la fin de cet épisode très explosif, de grands fragments de socle cristallin détachés glissent dans le cratère du maar.

Une fois le magma dégazé, une éruption de type péléen débute : une aiguille de trachyte très visqueux se met alors à remonter dans la cheminée volcanique, entraînant et repoussant les matériaux la surplombant, et forme ainsi le puy Chopine. C'est de cette façon qu'une énorme dalle de granite de 250 mètres de long et 200 mètres de large, notamment, a été remontée de plusieurs centaines de mètres et repose sur le flanc sud du puy Chopine[2]. L'activité s'est achevée par l'émission de quelques fumerolles.

Un lac, désormais disparu, se forme entre le puy Chopine et le puy des Gouttes[5].

Histoire humaine

Le puy Chopine aurait autrefois été appelé Campina (1313), ou Choupina (1370)[5].

Notes et références

  • Cet article est partiellement ou en totalité issu de l'article intitulé « Puy des Gouttes » (voir la liste des auteurs).
  1. a, b, c et d Cartes de l'IGN disponibles sur Géoportail
  2. a, b, c, d et e Maurice Krafft et François-Dominique de Larouzière, Guide des volcans d'Europe et des Canaries, Paris, , 455 p. (ISBN 2-603-00813-7), p. 68-70
  3. « Le volcan de Lemptégy », sur http://www.auvergne-volcan.com (consulté le 6 janvier 2015)
  4. Didier Miallier, Laurent Michon, Jacques Évin, Thierry Pilleyre, Serge Sanzelle et Gérard Vernet, « Volcans de la chaîne des Puys (Massif central, France) : point sur la chronologie Vasset–Kilian–Pariou–Chopine », Geoscience ; Comptes Rendus de l'Académie des Sciences, vol. 336, no 15,‎ , p. 1345-1353 (ISSN 1631-0713, lire en ligne)
  5. a et b Alain de Goër, « Approche toponymique des volcans de la Chaîne des Puys », Revue Société d'Histoire Naturelle d'Auvergne, 1999

Liens externes