Plan prévisionnel de fumure

Une plan prévisionnel de fumure (PPF) ou plan de fumure est plan de gestion technique recommandé suivant un code de bonnes pratiques agricoles[1]. Il est établi pour toutes les parcelles de l'exploitation agricole, afin de respecter une fertilisation raisonnée en azote en quantité nécessaire selon la culture et au bon moment selon la saison. Il permet de limiter les sur-fertilisations et de limiter les pollutions des eaux par les nitrates. Il est obligatoire pour les "zones vulnérables"[2]. Le plan prévisionnel de fumure est à différencier du plan d'épandage qui lui concerne l'épandage des effluents d'élevage[3].

Cahier d'épandage

Pour son suivi, Il est aussi recommandé de tenir un cahier d'épandage des fertilisants[4]. C'est un outil qui permet d'adapter précisément les doses d'azote aux objectifs de production, en limitant les risques pour l'environnement. Ces documents de gestion technique de l'exploitation agricole, plan de fumure et cahier d'épandage permettent de respecter la réglementation Directive Nitrates.

Suivant un calendrier

Ce plan est réalisé, avant le 31 mars pour les grandes cultures et le 30 avril en maraîchage pour l’île de France. Sinon, avant le premier apport de fertilisant azoté réalisé en sortie d'hiver ou avant le deuxième apport réalisé en sortie d'hiver en cas d'un fractionnement des apports de fertilisant[5].

Pour une calcul global par parcelle

Le calcul de la dose d'azote à apporter nécessite la prise en compte des besoins en azote de la culture et la quantité d'azote fournie par le sol pour un juste nécessaire d'apport d'azote pour cette culture[6].

Somme des besoins en azote des plantes

Les paramètres principaux sont la prise en compte de la culture à effectuer avec sa date de semis et la gestion des résidus enfouis ou non de la culture précédente ainsi que :

  • L'objectif de rendement de la culture en q/ha
  • Le coefficient de besoin de la culture en azote en kg/q
  • La quantité d'azote non utilisé après récolte en kg/ha

Somme des fournitures en azote du sol

  • Reliquat d'azote en sortie d’hiver (RSH) en kg/ha
  • Minéralisation de l’humus du sol selon sa teneur en matière organique et le type de sol (argileux, calcaire, sableux, limoneux...) en kg/ha
  • Azote absorbé par les cultures en kg/ha
  • Effet du précédent apport d'azote en kg/ha
  • Apport d'azote par l’eau d’irrigation en kg/ha selon sa teneur en nitrates (mg N-NO3/I)
  • Azote disponible après des apports de Matière Organique en kg/ha
  • Effet CIPAN (Culture intermédiaire piège à nitrates) en kg/ha

Calcul d'apport d'azote prévisionnel

Cet apport d'azote représente la somme des besoins en azote de la culture à laquelle se soustrait la somme des fournitures en azote par le sol.

  • Type de fertilisant
  • Teneur en azote en %
  • Époque d'apport (mois)
  • Quantité épandue en kg/ha
  • Surface concernée en %

Notes et références

  1. « Arrêté du 22 novembre 1993 relatif au code des bonnes pratiques agricoles - Légifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le 22 janvier 2021)
  2. « S’informer en 5 minutes », sur Programme d'actions national nitrates, (consulté le 22 janvier 2021)
  3. « Arrêté du 07/03/02 relatif au projet d'amélioration des pratiques agronomiques | AIDA », sur aida.ineris.fr (consulté le 22 janvier 2021)
  4. « Arrêté du 22/11/93 relatif au Code des bonnes pratiques agricoles | AIDA », sur aida.ineris.fr (consulté le 22 janvier 2021)
  5. « Calcul du plan de fumure », sur www.ile-de-france.chambagri.fr (consulté le 22 janvier 2021)
  6. « Fertilisation azotée : réaliser son plan prévisionnel » [PDF], sur www.ile-de-france.chambagri.fr (consulté le 23 janvier 2021)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes