Pierre Brossolette

Pierre Brossolette
Image dans Infobox.
Pierre Brossolette à Londres, 29 septembre 1942.
Biographie
Naissance
Décès
(à 40 ans)
Paris
Sépulture
Panthéon (depuis le )
Pseudonyme

Brumaire
Pedro
Polydor
Pierre Bourgat
Philippe Bernier
Paul Boutet
Paul Briand

Philippe Baron
Nationalité
Formation
Activités
Père
Léon Brossolette ()
Mère
Jeanne Vial ()
Conjoint
Enfants
Anne Brossolette ()
Claude Pierre-Brossolette
Autres informations
Parti politique
Membre de
Distinctions
Tomb of Pierre Brossolette in Panthéon.jpg
Vue de la sépulture.

Pierre Brossolette est un journaliste, homme politique et résistant français, Compagnon de la Libération, né le à Paris où il est mort le .

Responsable socialiste, il fut l'un des principaux dirigeants et héros de la résistance intérieure française. Arrêté et torturé par la SD (service de renseignements de la SS), il choisit de se suicider, se jetant par la fenêtre du siège de la Gestapo, avenue Foch, après avoir donné un nom, le sien. Ses cendres ont été transférées au Panthéon, le .

Biographie

Études, engagement civique et journalisme

Pierre Brossolette est né au 77 bis, rue Michel-Ange (16e arrondissement de Paris). Fils de Léon Brossolette, inspecteur de l'enseignement primaire à Paris et ardent défenseur de l'enseignement laïc au début du XXe siècle, et de Jeanne Vial, elle-même fille de Francisque Vial, directeur de l'enseignement secondaire, il poursuit des études au lycée Janson-de-Sailly[1], puis entre premier à l'École normale supérieure en 1922. Il n'est reçu que deuxième à l'agrégation d'histoire et géographie, derrière Georges Bidault, à la suite d'un petit scandale[2]. Au cours de ses études à l'ENS, il obtient un brevet de préparation militaire supérieure, désormais nécessaire aux normaliens afin d'être nommés officiers de réserve.

Brossolette se soumet sans enthousiasme, mais avec conscience, à ses obligations militaires[3]. Dans le cadre de cette préparation militaire effectuée notamment à la caserne de Lourcine, il obtient de bons résultats malgré une assiduité médiocre. Il est d'abord incorporé au 158e régiment d'infanterie et nommé caporal. En 1925, à l'issue de la PMS, il est nommé sous-lieutenant de réserve dans l'infanterie et est affecté au 5e régiment d'infanterie.

Pendant son service militaire, il épouse en 1926 Gilberte Bruel, avec qui il aura deux enfants, Anne et Claude, et ce avec l'autorisation du général Gouraud, gouverneur militaire de Paris, puisqu'il était encore sous les drapeaux[3]. Après la Libération, elle deviendra la première femme sénateur en France. Il se lance peu après dans le journalisme.

Membre de la Ligue des droits de l'homme, de la Ligue internationale contre l'antisémitisme et de la Grande Loge de France où il est initié le 22 janvier 1927 à la loge Émile Zola, il est ensuite reçu dans les hauts grades maçonniques dans la loge La Perfection latine du Suprême Conseil de France et s'affilie également à la loge du Grand Orient de France L'Aurore sociale, de Troyes [4],[5],[6]. Il adhère à la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO) en 1929, et participe au courant Bataille socialiste au cours des années 1930.

Il se présente d'abord aux élections cantonales de 1934 puis à la députation de l'Aube[7] sous l'étiquette du Front populaire en 1936 sans succès.

D'abord fervent défenseur des idéaux pacifistes et européens d'Aristide Briand, ses conceptions évoluent à partir de 1938 lorsqu'il prend conscience de la réalité de la menace nazie et de l'inévitabilité de la guerre.

Journaliste au sein de plusieurs journaux (l'Europe nouvelle, le Quotidien, le Progrès civique, les Primaires, Notre temps, Excelsior, Marianne et la Terre Libre), ainsi que celui de la SFIO Le Populaire (où il est rédacteur de politique étrangère), il travaille également pour Radio PTT, dont il est licencié en janvier 1939 lorsqu'il s'oppose dans une émission aux accords de Munich.

La bataille de France

Au début de la Seconde Guerre mondiale, il est mobilisé avec le grade de lieutenant au 5e régiment d'infanterie Navarre, puis promu capitaine avant la défaite à la Bataille de France et est décoré avec la première Croix de guerre 1939-1945 avec étoile de bronze le , en raison de son attitude au cours de la retraite de son unité (il réussit à ramener tous ses hommes avec leurs armes).

Résistance

Hostile au régime de Vichy, il rejoint le Groupe du musée de l'Homme pendant l'hiver 1940-1941, présenté à son fondateur Jean Cassou par Agnès Humbert. Au même moment, il écrit le dernier numéro du journal Résistance appartenant au mouvement, et échappe de peu à son démantèlement. Puis, il participe à la formation des groupes de résistance Libération-Nord et Organisation civile et militaire dans la zone occupée.

Pierre Brossolette et son épouse rachètent une librairie russe à Paris, au 89, rue de la Pompe, qui sert de lieu de rencontre et de « boîte aux lettres » pour les Résistants. Dans la bibliothèque tournante dans le sous-sol, plusieurs documents ont été échangés pendant cette période dont les plans de l'usine Renault.

Il devient également professeur d’histoire au Collège Sévigné et est présenté par son collègue Louis François au Colonel Rémy. Après sa rencontre, il devient chef de la section presse et propagande de la CND - Confrérie Notre-Dame sous le nom de code Pedro « parce qu'il a quelque chose d'espagnol dans le regard » selon Rémy.

Librairie-papeterie au 89, rue de la Pompe dans le 16e, Paris.

Au cours de l’hiver 1941-1942, il a envoyé à la France Libre une série de rapports très documentés sur la situation de la France et sur la Résistance embryonnaire. Par son intermédiaire et via la CND, les mouvements Libération-Nord et OCM – Organisation Civile et Militaire sont entrés en contact avec Londres. C'est avec un mandat de divers mouvements et organisations syndicales que Christian Pineau, qui a fondé Libération-Nord, gagne Londres en mars 1942 et négocie son ralliement à de Gaulle[8].

Après un court séjour en avril 1942 au sud de la ligne de démarcation destiné à parfaire son information sur l’état de la Résistance en zone sud, il s’est envolé clandestinement en Angleterre dans la nuit du 27-28 avril 1942, en tant que représentant de la Résistance pour rencontrer Charles de Gaulle[9].

France Libre et BCRA

À peine arrivée à Londres, Brossolette est pris en main par le BCRAM, les services secrets de la France Libre. Au cours de son séjour dans la capitale anglaise, il rédige neuf textes et des compte-rendu pour les services gaullistes. Pilier central de ce panorama, le « Rapport politique » du 28 avril consiste en une description sans concession de la France depuis la signature de l’Armistice, un tableau de la Résistance naissante et une analyse des projets de rénovation en cours[10].

Il propose au général de Gaulle de repartir en France pour y rallier à la France Libre d’éminentes personnalités politiques. Fort de l’accord de De Gaulle, il fait venir à Londres les SFIO Louis Vallon et André Philip, ainsi que Charles Vallin, le numéro deux du PSF - Parti Social Français du colonel François de La Rocque[11].

Pierre Brossolette prononçant un discours d'hommage aux morts de la France combattante au Royal Albert Hall à Londres, 1943.

Promu commandant, il travaille pour les services secrets de la France Libre, le Bureau central de renseignements et d'action (BCRA), en liaison avec la section RF du Special Operations Executive (SOE) britannique et le Secret Intelligence Service section R.

À la suite de deux perquisitions successives effectuées par les autorités allemandes à son domicile à Paris en mai 1942, son fils Claude de 14 ans a été interrogé pendant 36 heures par la Police française et la Gestapo[12], rue de Saussaies. Il repart en France pour sa première mission, vend la librairie, fait franchir à sa famille la ligne de démarcation en juillet 1942, navigue vers Gibraltar en felouque et sa famille parvient en Écosse en cargo et à Londres par train, où le colonel Passy les attendait à la gare. Il poursuit son action dans la Résistance seul en France tandis que Gilberte Brossolette assure la liaison entre le Commissariat à l'Intérieur de la France libre et la BBC.

Le 29 septembre 1942, il s’engage officiellement dans les « Forces Françaises Libres », au même temps que le ralliement de Charles Vallin à Londres. L’arrivée conjointe à Carlton Gardens des deux hommes jusqu’alors opposés politiquement est une opération de communication censée illustrer l’assise élargie de la France Combattante[13] et fut considérée un événement assez important pour être filmée par la presse anglaise :"Rivals Join De Gaulle"[14],[15],[16].

Le général de Gaulle nomme Brossolette compagnon de la Libération, le 17 octobre 1942.

Le 1er octobre 1942, Brossolette est nommé adjoint du colonel Passy et il prend la tête de la section opératoire, service chargé de faire le lien entre la Résistance extérieure et les mouvements de la Résistance intérieure.

Il proposé à Passy de séparer l’action politique de celle du militaire, le BCRAM devient BCRA, avec le rattachement le service secret d’action politique[17]. Cette réforme est validée par André Philip, Commissaire national à l’intérieur, et par Jacques Soustelle, chef des services secrets[18],[19]. Le BCRA devient le soutien logistique et l’instrument de l’action, non seulement militaire mais politique, du CNF auprès de la Résistance[20].

Radio Londres

Pierre Brossolette est aussi le porte-voix à Londres des combattants de l'ombre. Dans un discours à la BBC le 22 septembre 1942, il rend un vibrant hommage aux « soutiers de la gloire », expression qui deviendra par la suite usitée. Il prendra la parole à 38 reprises au micro de la BBC - Radio Londres en remplacement de Maurice Schumann.

Pierre Brossolette écrira des articles, dont un le 27 septembre 1942 "Renouveau Politique en France" dans La Marseillaise, destiné à la Résistance Extérieure comme aux Français établis depuis 2 ans en Angleterre et aux États-Unis qui persistent à se défier de la France Combattante[21], qui par la suite sera considéré par certains comme un des textes fondateurs du gaullisme de guerre[22],[23]. Brossolette est décrit par De Gaulle comme « Le philosophe du Gaullisme »[24],[25].

Mission Arquebuse-Brumaire

Brossolette est parachuté pour la deuxième fois en France le 27 janvier 1943 pour la mission Arquebuse-Brumaire[26] et sera rejoint le 27 février par André Dewavrin, alias le colonel Passy et Forest Yeo-Thomas alias « Shelley », agent du SOE surnommé familièrement « le Lapin Blanc ». Cette mission est considérée comme historique car ils vont parvenir à unifier l'ensemble des mouvements de Résistance de la Zone occupée et préparer les réseaux en vue du Débarquement.

De Gaulle les a chargés d'une mission centrée sur l'unification de la résistance armée et de rechercher les cadres d’une administration provisoire de la Zone Occupée en vue de former un Comité directeur central[27]. Passy et Brossolette étaient donc fondés à considérer que leur mission déboucherait naturellement sur la création du CCZN - Comité de Coordination en Zone Nord pour organiser leurs services « Action » sous l'autorité de la France Combattante[28].

Les groupements de la Zone occupée avaient beaucoup d’objections au Conseil National de la Résistance et n’étaient pas sensibles d’établir un lien de représentation entre la commission et le Conseil de la Résistance. En plus, ils ne souhaitaient pas les partis politiques et défendaient l’idée des familles spirituelles[29]. Brossolette a considéré qu’il était trop tôt pour fusionner des éléments qui s’ignoraient encore, voire qui se défiaient et donc qu’une organisation unique des mouvements de résistance des deux zones apparaissait impossible[30].

Unification de la Résistance de la Zone Nord et création du CCZN

Après des longues et âpres négociations[31], le CCZN crée le 26 mars 1943 regroupera tous les mouvements de l'ancienne Zone Occupée et est composé d'un représentant de l'Organisation civile et militaire (OCM) - Maxime Blocq-Mascart, de Libération-Nord - Charles Laurent, de Ceux de la Résistance (CDLR), Jacques Lecompte-Boinet, de Ceux de la Libération (CDLL) - Roger Coquoin et du Front National (FN) - Pierre Villon. Le ralliements explicite des plus importants mouvements de Résistance de l’ex zone occupée, conjointement leur regroupement sur le plan paramilitaire est un succès de taille[32].

Le 3 avril, le membres du CCZN furent rassemblés et présentés à Rex (Jean Moulin), qui a entériné sa création[33]. Comme indiqué par Brossolette[34], le CCZN, au même titre que son homologue de la zone sud - CCZS, était une étape provisoire pour permettre le processus d'unification de la Résistance, qui a abouti avec la création du Conseil National de la Résistance (CNR), fondé et présidé par Jean Moulin le 27 mai 1943 à Paris, avec l’inclusion des partis politiques et des mouvements de Résistance[35],[36].

À la fin du printemps 1943, des marques éminentes de reconnaissance furent accordées à Pierre Brossolette. À Londres, le 6 avril il reçoit la Médaille de la Résistance avec rosette et le 25 mai Charles de Gaulle le cita à l’ordre des Forces Françaises Libres avec l’attribution de la Croix de Guerre avec palme de vermeil[37]. Il est également nommé membre du conseil de l'ordre de la Libération et membre de la commission de la Médaille de la Résistance française.

Le succès du bilan laissé par Brossolette à son retour mission à Londres a été salué par les témoins de l’époque. Passy, Brossolette e Yeo-Thomas ont réussi à séparer le renseignement des réseaux d’action, effectuer un inventaire rigoureux des forces que les groupements de résistance de la Zone Nord pouvaient mettre réellement en œuvre en vue de la libération du territoire. Ils ont fait de Paris occupée la capitale de la Résistance[38].

En absence de De Gaulle, parti à Alger, Brossolette fut le premier orateur de l'anniversaire du Appel du 18 juin en 1943 à l’Albert Hall, où il prononça son discours « Hommage aux morts de la France combattante ».

Voyage à Alger et dernière mission  

Le 13 août 1943, Pierre Brossolette part à Alger rencontrer De Gaulle et obtient l’autorisation, malgré son refus initial, de partir en France pour sa troisième mission. Il arriva en France le 19 septembre 1943, avec Yeo-Thomas, pour aider à réorganiser la Résistance à la suite de nombreux dysfonctionnements au sein de la Délégation de la Zone Nord à Paris[39]. Par la suite, la perquisition du secrétariat de la délégation le 25 septembre, l’affaire dite « de la rue de la Pompe », a amené une réelle percée du Sicherheitsdienst (les services secrets de la SS, chargés du renseignement) dans son organisation, avec la saisie de doubles de courriers et télégrammes avec des noms et des adresses laissés en clair. Des nombreuses arrestations furent effectuées par la Gestapo[40],[41].

L’action et l’intervention conjointe de Brossolette et Yeo-Thomas pendant cette mission marqua un jalon en matière de coopération militaire entre la Résistance intérieure et les alliés[42].

Le BCRA a joué un rôle majeur dans l’unification de la Résistance française et a été considéré par Winston Churchill et Harold Macmillan (qui a participé des négociations qui ont abouti à la victoire du Général De Gaulle sur le Général Giroud), comme le principal atout de la France pour le débarquement du Jour J. En effet, les renseignements et les actions sur le terrain en Zone Nord étaient structurées pour fragiliser la présence des Nazis et, par conséquent, aider la Libération de la France par les Alliés. La participation à l'opération ultra-secrète Jedburghs conférèrent au BCRA un rôle important lors du débarquement et ont été un des plus grands atouts pour le général de Gaulle dans ses relations avec les alliés[43].                                                                                                         

Arrestation

Plogoff : monument commémoratif de l'échouage du Jouet des Flots le à Feunteun Aod

Après avoir échappé plusieurs fois à des arrestations, Brossolette veut rentrer à Londres pour présenter au général de Gaulle le nouveau délégué général du CFLN auprès du CNR, Émile Bollaert. Plusieurs tentatives d'exfiltration par Lysander échouent. Brossolette et Bollaert décident de rentrer par bateau. Ils quittent alors Paris en train, direction Quimper. Sur place, l'officier de renseignement James Bargain[44] et le lieutenant de vaisseau Yves Le Hénaff, tous deux originaires de l'Île-Tudy, préparent cette évacuation nommée opération Dahlia[45]. Le , partant de la plage du petit port bigouden, la pinasse le Jouet des Flots qui doit les conduire à une frégate britannique au large de l'île de Sein fait naufrage à cause d'une voie d'eau et du mauvais temps près de la pointe du Raz, s'échouant à Feunteun Aod à Plogoff. Les deux chefs de la Résistance ainsi qu'une trentaine d'hommes, marins et aviateurs alliés échouent sur la côte, où ils sont accueillis par des Résistants. Parmi les rescapés figurait également Edmond Jouhaud[46]. Lors d'un barrage de routine, alors qu'ils arrivent à Audierne dans une voiture à gazogène, ils sont dénoncés par une collaboratrice, contrôlés par un poste volant de la Wehrmacht et emmenés dans la prison Jacques-Cartier de Rennes, siège de la Kommandantur locale.

Plusieurs semaines passent sans qu'ils soient reconnus. Finalement, le 16 mars, Ernst Misselwitz (Hauptscharführer du Sicherheitsdienst, ou SD) se rend à Rennes en personne pour identifier Brossolette et Bollaert et les fait transférer, le 19 mars, au quartier général de la Gestapo à Paris, 84, avenue Foch. On sait aujourd'hui à travers le témoignage de Roger Lebon[47] que son identité a été découverte à la suite d'une imprudence de la part de la Délégation générale à Paris, représentée par Claude Bouchinet-Serreules et Jacques Bingen : un rapport semi-codé rédigé par les services de Daniel Cordier aurait été intercepté sur la frontière espagnole, alors que son grand ami Yeo-Thomas se trouvait déjà parachuté solo en urgence à Paris depuis le 25 février pour préparer une évasion audacieuse de la prison de Rennes en uniforme allemand avec l'aide de Brigitte Friang. Yeo-Thomas et Friang seront eux aussi capturés les jours suivants à la suite du démantèlement de nombreux réseaux parisiens consécutif à l'affaire dite « de la rue de la Pompe » (siège de la Délégation générale) et des aveux de Pierre Manuel[48], responsable de la BOA et frère d'André Manuel, chef de la section de renseignement (R) du BCRA[49],[50],[51].

Mort

Pierre Brossolette et Émile Bollaert sont torturés. Le 22 mars, pendant la pause-déjeuner de son gardien, Brossolette s'est levé de sa chaise, menotté dans le dos, a ouvert la fenêtre de la chambre de bonne dans laquelle il était enfermé, et est tombé d'abord sur le balcon du 4e étage et ensuite devant l'entrée de l'immeuble côté avenue. Gravement blessé, il succombe à ses blessures vers 22 heures à l'hôpital de la Salpêtrière, sans avoir parlé.

Le 24 mars, il est incinéré au cimetière du Père-Lachaise[52].

Ligne politique

Pierre Brossolette est très critique vis-à-vis de la IIIe République. Il la rend responsable de la défaite, et il estime que la Libération, à venir, devra être l'occasion d'une profonde rénovation démocratique, notamment par la naissance d'un grand parti de la Résistance appelé à réaliser une politique de transformation sociale ambitieuse. Un programme commun, très proche de ses aspirations sociales, est élaboré par le Conseil national de la Résistance en mars 1944, le mois de la mort de Brossolette.

Cette critique de la Troisième République est le principal sujet de discorde avec Jean Moulin[53],[54] et lui vaut par ailleurs l'opposition des partis. Ainsi, à la veille de son arrestation, Brossolette est exclu de la SFIO par Daniel Mayer et Gaston Defferre, décision qui n'est pas appliquée à cause de sa disparition. Si, dans un premier temps, la IVe République renoue avec les mœurs de la IIIe, l'avènement de la Ve République représente pour certains l'application a posteriori des idées de Brossolette sur l'après-guerre.

En effet, le projet d'un grand parti rassemblé autour de De Gaulle pour gérer l'immédiat après-guerre et limiter les dégâts prévisibles d'une épuration incontrôlée est vivement critiqué et soupçonné même de dérives fascisantes. De Gaulle, conscient des soupçons d'autoritarisme qui pesaient déjà sur lui, tranchera pour la représentation des partis au sein du CNR et, partant, pour la réhabilitation du système parlementaire de la IIIe République, donnant ainsi gain de cause à Jean Moulin. Ce choix aura des conséquences importantes sur l'image de ces deux grands chefs de la Résistance et de leur place dans la mémoire nationale.

Ainsi s'opposent a posteriori l'image d'un Moulin homme d'État proche du radicalisme d'avant-guerre, défenseur des valeurs républicaines et de la démocratie, voire du statu quo, à qui l'on a reproché de se laisser influencer par le parti communiste, et celle, complexe, d'un Brossolette homme politique certes visionnaire, précurseur du gaullisme « qu'il bâtissait en doctrine » (selon De Gaulle lui-même dans ses mémoires) bien que socialiste, dénonciateur féroce des dangers fasciste et communiste avant la guerre mais partisan de méthodes radicales.

Cependant son idée d'un parti unique issu de la Résistance ne devait servir qu'à réorganiser l'après-guerre, et il aurait envisagé de créer lui-même un nouveau parti de gauche, sur le modèle social-démocrate donc non-marxiste ou, en tout cas, réformiste. Pour cela, Brossolette avait travaillé sur une ambitieuse critique du marxisme pendant ses missions, que sa stature d'intellectuel, normalien de haut vol, permettait de croire respectable ; ce document aurait été jeté par-dessus bord lors du naufrage sur les côtes bretonnes ayant amené son arrestation.

Reconnaissance

Décorations

Legion Honneur Chevalier ribbon.svg Ruban de l'Ordre de la Libération (2).PNG Croix de guerre 1939-1945 with palm (France) - ribbon bar.png Medaille de la Resistance avec rosette ribbon.svg Medaille commemorative de la Guerre 1939-1945 ribbon.svg Czechoslovak War Cross 1939-1945 Ribbon.png

Monuments

  • À Narbonne-Plage, un monument mémorial éolien unique en son genre atteste de sa popularité dans l'immédiat après-guerre et marque l'emplacement de son exfiltration par la felouque Seadog[59].
  • À Saint-Saëns, une stèle commémore la première exfiltration par Lysander vers Londres[60].
  • À Plogoff, au lieu-dit Feunteun Aod, appelé aussi l'enfer de Plogoff, endroit où la pinasse le Jouet des Flots s'est échouée une stèle rappelle l'exfiltration manquée vers l'Angleterre avant son arrestation.
  • Des immeubles comme celui de l'ancienne librairie rue de la Pompe (ainsi que la cour du lycée Janson-de-Sailly) ; de sa résidence rue de Grenelle ; de son lieu de naissance rue Michel-Ange ; la maison de la Radio et la cour d'honneur du ministère de l'Intérieur rue des Saussaies affichent des plaques commémoratives.
  • Son nom est mentionné sur une plaque au sol du Panthéon.
  • Bertrand Delanoë a inauguré le la « pelouse Pierre-Brossolette » devant le 84-86 avenue Foch où siégeaient les services du SD et de la Gestapo.

Panthéon

Si Brossolette, dans l'immédiat après-guerre, pouvait encore être considéré par beaucoup comme la principale figure de la Résistance de par son action en zone occupée (Paris) et de par sa notoriété d'homme public, l'entrée au Panthéon des cendres de Jean Moulin en 1964 le relègue à une place de héros d'un parti (SFIO/PS) et permet de cristalliser le mythe d'une Résistance unie sous un seul chef à l'image de la France Libre, dans le contexte historique ayant abouti à la création de la Cinquième République[61].

Plus tard, lors de l'avènement des socialistes au pouvoir en 1981, le choix de François Mitterrand d'honorer Jean Moulin lors de la cérémonie du Panthéon au lieu de réhabiliter la mémoire de Pierre Brossolette prolonge sa relégation à une seconde place, cette fois-ci également auprès de la gauche elle-même. Ainsi en attesteront, en plus de la commémoration discrète des cinquante ans de sa disparition en 1994, les célébrations modestes du centenaire de sa naissance en 2003 et de celui de la SFIO/PS (2005). À l'occasion, un haut responsable issu de la jeunesse socialiste, futur premier secrétaire du PS, Harlem Désir, en arrive, de manière anecdotique mais révélatrice de cette perte de mémoire, à citer Jean Moulin, pourtant jamais inscrit au parti et par ailleurs réputé radical ou tout au plus radical-socialiste, comme principale figure de son centenaire.

En 2013, l'historienne Mona Ozouf préside un comité dont l'objectif est le transfert des cendres de Pierre Brossolette au Panthéon[62].

Un colloque sur Pierre Brossolette a été réalisé le 17 octobre 2013 par la présidence de l’Assemblée nationale à l’Hôtel de Lassay pour évoquer sa mémoire en deux volets: le parcours de sa vie et la trace qu’ont laissée ses écrits, ses idées et ses actions[63],[64].  

Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette et Jean Zay rentrent au Panthéon 15.jpg

Le , le président de la République François Hollande annonce le transfert de ses cendres au Panthéon aux côtés des résistantes Geneviève de Gaulle-Anthonioz et Germaine Tillion ainsi que de l'ex-ministre Jean Zay en tant que « grandes figures qui évoquent l’esprit de résistance[65] ». Le président de la République signe le décret, en date du . Le vendredi , les cendres de Pierre Brossolette sont exhumées en présence de sa famille proche et de l'association Navarre, des anciens du 5e régiment d'infanterie.

Un hommage est rendu par l’Éducation nationale à la Sorbonne le 26 mai 2015.

L'entrée au Panthéon se déroule le [66].

Nommés d'après lui

Le nom de Pierre Brossolette est aujourd'hui plus connu en France que l'homme lui-même et ses réalisations[67], en vertu du grand nombre de rues – près de 500 (voir ci-dessous), dont plus d'une centaine dans le Grand Paris –, établissements scolaires et espaces publics qui portent son nom. Une exception notable est Lyon, ce qui illustrerait les rivalités des deux zones (occupée et libre de 1940 à 1942), dans la mesure où aucune rue Jean-Moulin n'avait été baptisée à Paris jusqu'en 1965.

Voies publiques
Première série de timbres-poste « Héros de la Résistance », 1957.
Timbre
  • Pierre Brossolette a fait l'objet d'un timbre[72]. de la première série de timbres-poste sur les Héros de la Résistance en 1957.
Autres hommages
  • La Grande Loge de France, a baptisé son cercle de conférences publiques d'après Condorcet-Brossolette[73] et a donné le nom de Pierre Brossolette à son « Grand Temple » pour honorer sa mémoire[74],[75]. Une de ses loges à Paris porte le nom « Pierre Brossolette, Compagnon de la Libération »[76],[77].
  • Au Grand Orient de France à Paris, une loge porte le titre distinctif de « Pierre Brossolette - Terre des Hommes » et a pour devise le triptyque « Résister - Relier - Transmettre », en l'honneur de Pierre Brossolette.
  • La promotion 2003 d'élèves officiers du 4e bataillon de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr a choisi Pierre Brossolette, en tant qu'officier d'infanterie, comme parrain et créé un chant de promotion à l'occasion[78].
  • La Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) à l’occasion de la cérémonie de clôture du stage d’accueil des agents de la promotion Pierre Brossolette, le 9 septembre 2020, a remis au délégué national l’insigne de filiation de la DGSE à l’Ordre de la Libération.

Opérations et missions

Mots célèbres

Articles et discours

  • Mussolini condamne et la monarchie et la dictature – Le Quotidien, 8 février 1927
  • La politique internationale (États-Unis d’Europe) – Notre temps, 20 novembre 1927
  • Le pessimisme de notre temps – Notre temps 15 mai 1930
  • La grande querelle des russophiles et des russomaques – La Jeune Europe, 1er mars 1931
  • Pour les moins de trente ans d’aujourd’hui – Notre temps, 2-9 juillet 1933
  • Le conflit italo-éthiopien: entre la guerre et la paix – La Terre Libre, 7 septembre 1935
  • Quand se posera le problème de la zone démilitarisée du Rhin – L’Europe Nouvelle, 22 février 1936
  • Un parti de titans – 34e Congrès national SFIO, juillet 1937
  • Comment empêcher les progrès de la violence dans le monde – La Terre Libre, 4 septembre 1937
  • La montée des périls – L’Europe Nouvelle, 6 novembre 1937
  • Une joie: la paix. Une douleur : la capitulation, Le Populaire de l’Aube, octobre 1938
  • La Catalogne a succombé – Le Populaire, 6 février 1939
  • Le coup de théâtre du Kremlin – Le Populaire, 23 août 1939
  • Éloigne du micro par une intolérable brimade – Radio Liberté, 10 février 1939
  • Éditorial - Résistance, Bulletin officiel du Comité national de Salut Public, journal du Réseau du Musée de l'Homme, 25 mars 1941
  • Rapport politique, 28 avril 1942 (soumis à Charles de Gaulle lors de leur premier entretien)
  • «Saluez-les, Français ! Ce sont les soutiers de la gloire», BBC - Radio Londres, 22 septembre 1942
  • Renouveau politique en France – La Marseillaise, 27 septembre 1942
  • Lettre au général de Gaulle, 2 novembre 1942
  • Ce qu’ils pensent – La Marseillaise, Londres, 6 décembre 1942
  • Hommage au Général de Gaulle – Résistance, 2 mars 1943
  • Voici l’union, Discours à la BBCRadio Londres, le 4 juin 1943
  • Le chemin à Suivre, BBC Radio Londres, 12 juin 1943
  • Lecture Recommandée, BBCRadio Londres, 15 juin 1943
  • Hommage aux morts de la France combattante – 18 juin 1943, Albert Hall, Londres
  • Terreur sur la France – BBCRadio Londres, 29 juin 1943
  • L’unité de l’empire – BBCRadio Londres, 2 juillet 1943
  • Hommage au général Sikorski et à la Pologne, BBCRadio Londres, 5 juillet 1943

Bibliographie

  • René Ozouf, Pierre Brossolette, héros de la résistance, Librairie Gedalge, 1946[80].
  • Agnès Humbert, Notre guerre: souvenirs de résistance, Éditions Émile Paul, 1946, rééd. Tallandier, 2004 (ISBN 978-2847341812)
  • Colonel Passy, Souvenirs, Tome 1, Deuxième Bureau Londres (Juin 1940 - Décembre 1941), Raoul Solar Éditeur, (EAN 2000161642604)
  • Colonel Passy, Souvenirs, Tome 2, 10 Duke Street - le BCRA (1942), Raoul Solar Éditeur, (EAN 2000068461018)
  • Colonel Passy, Souvenirs, Tome 3, Missions secrètes en France (novembre 1942 - juin 1943), Éditions Plon, (EAN 2000033754978)
  • Bruce Marshall, Le Lapin blanc - Préface de Gilberte Brossolette, Collection L'Air du Temps, Gallimard, (ISBN 9782070242184). Ce livre est la traduction en français de (en) The White Rabbit - The Story of Wing Commander F. F. E. Yeo-Thomas, Evans Brothers, , réed. (en) The White Rabbit, Cassel Military Paperbacks (ISBN 9780304356973)
  • Christian Pineau, La simple verité, 1940 - 1945, René Julliard, - réed. La simple vérité (1940-1945) - Préface par Gilberte Brossolette, Éditions Phalanx, (ISBN 9782753567252)
  • Michael R. D. Foot, SOE in France. An account of the Work of the British Special Operations Executive in France, 1940-1944, Londres, Her Majesty's Stationery Office, 1966, 1968 ; Whitehall History Publishing and Frank Cass, 2004. Traduit en français, Des Anglais dans la Résistance. Le Service Secret Britannique d'Action (SOE) en France 1940-1944, annotations Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Tallandier, 2008 (ISBN 978-2-84734-329-8)
  • Gilberte Brossolette et Jean-Marie Fitère, Il s'appelait Pierre Brossolette, Paris, Albin Michel, coll. « H comme histoire », , 284 + 8 p. (ISBN 2-226-00293-6)
  • Brigitte Friang, Regarde-toi qui meurs, France Loisirs - Plon, (ISBN 978-2866452902)
  • Elisabeth de Méribel, La liberté souffre violence (préface de Pierre Emmanuel), Éditions Plon, (ISBN 978-2-259-00831-0)
  • Guy Perrier, Pierre Brossolette, le visionnaire de la Résistance (préface de Maurice Schumann), Éditions Hachette Littérature, (ISBN 978-2012353268)
  • (en) Mark Seaman, Bravest of the Brave, Isis LP Books, (ISBN 978-1854796509)
  • Guillaume Piketty, Pierre Brossolette, un héros de la Résistance, Éditions Odile Jacob, (ISBN 978-2738105394)
  • Guillaume Piketty, Daniel Cordier, Alain Finkielkraut, Pierre Brossolette ou le destin d'un héros, Éditions du Tricorne, (ISBN 978-2-8293-0186-5)
  • Colonel Passy, Mémoires du Chef des Services Secrets de la France Libre, présentation et sélection de textes par Jean-Louis Crémieux-Brillac, Odile Jacob, (ISBN 978-2738108708)
  • Guillaume Piketty, Pierre Brossolette, le rude parcours d'une mémoire, Les Chemins de la Mémoire, no 128, mai 2003[81]
  • (en) Julian Jackson, France: The Dark Years, 1940-1944, Oxford University Press, U.S.A., (ISBN 978-0199254576)
  • Laurent Douzou, La résistance française, une histoire périlleuse, Éditions du Seuil - collection Points-Histoire, (ISBN 978-2020541121)
  • Charles de Gaulle, Mémoires de guerre, Éditions Plon, Paris, 1954 ; rééd. Pocket, 1999, 2007 (ISBN 978-2266205993)
  • (en) Leo Marks, Between Silk and Cyanid A codemaker's War , 1941-1945, A Touchstone Book, 1998 - 2000 (ISBN 978-0684867809)
  • Sébastien Albertelli, Les services secrets du général de Gaulle : le BCRA, 1940-1944, Paris, Perrin, coll. « Pour l'histoire », , 617 p. (ISBN 978-2-262-02669-1, présentation en ligne), [présentation en ligne], [présentation en ligne].
  • Anne Hogenhuis, Des savants dans la Résistance, Boris vildé et le réseau du Musée de L'Homme, CNRS Éditions, (ISBN 978-2271067357)
  • Julien Blanc, Au commencent de la Résistance: du côté du Musée de l'Homme 1940-1941, Seuil, (ISBN 978-2021026832)
  • Guillaume Piketty, Résister: les archives intimes des combattants de l'ombre, Éditions Textuel, (ISBN 978-2845974241)
  • Éric Roussel, Pierre Brossolette, Éditions Fayard / Éditions Perrin, 2011 p. (ISBN 978-2213655758)
  • Bertrand Galimard-Flavigny, Ceux qui ont fait la France: 200 personnages clés de l’histoire de France, Leduc S. Éditions, (ISBN 978-2848995663)
  • (en) Sophie Jackson, Churchill's White Rabbit, The true story of a real-life James Bond, The History Press, (ISBN 978-0752467481)
  • Michel Fratissier, Jean Moulin ou la Fabrique d'un héros, L'Harmattan, (ISBN 978-2296554634)
  • Olivier Wieviorka, Histoire de la Résistance, Éditions Perrin, (ISBN 978-2262027995)
  • Alexandre Adler, Quand les Français faisaient l'histoire, Grasset, (ISBN 978-2286108236)
  • Guillaume Piketty et Vladimir Trouplin, Les Compagnons de l'Aube, Éditions Textuel et Ministère de la Défense, (ISBN 978-2-84597-501-9)
  • Pierre Brossolette, Résistance, Odile Jacob, 1998, 2015 (ISBN 9782738132574) - textes rassemblés et présentés par Guillaume Piketty
  • Pierre Mendès France, Écrits de Résistance, CNRS Éditions, (ISBN 978-2-271-09505-3)
  • Sébastien Albertelli, Julien Blanc, Laurent Douzou, La lutte clandestine en France, Une histoire de la Résistance, 1940-1944, Éditions du Seuil, (ISBN 9782021401240)
  • Laurent Wetzel, Vingt intellectuels sous l'Occupation des Résistants aux Collabos, Éditions du Rocher, (ISBN 978-2-268-10443-0)
  • Nathalie Genet-Rouffiac et Vladimir Trouplin, Les services spéciaux français face à l'Histoire, 1940 - 1945, Les Compagnons de l'ombre - Les Compagnons de la Libération issus des services spéciaux français décédés pendant la Seconde Guerre Mondiale, H & C - Sophia Histoire & Collections, (ISBN 979-10-380-1061-1)

Documentaires

  • Pierre Brossolette, un Résistant méconnu, Les repères de l'histoire par Laurent Joffrin, diffusé sur TV5, 2002.
  • Pierre Brossolette, résistant, film-documentaire réalisé par Étienne Goldet, Jullianne Films, diffusé sur France 5, 2002.
  • Les Espions du Général, La mission Arquebuse-Brumaire, réalisé par Richard Puech et Sébastien Albertelli, diffusé sur France 3, 2020.

Filmographie

Voir aussi

  • Liste de lieux de mémoire portant le nom de Pierre Brossolette (cliquer ci-après pour le lien en anglais) 

Articles connexes

Liens externes


Références

  1. Cérémonie d'hommages au lycée Janson de Sailly sur le site Pierre Brossolette.com.
  2. Devant traiter le sujet « Les abbayes carolingiennes au temps de Louis le Pieux », il n'hésite pas à dire au jury que ce sujet ne mérite pas plus de sept minutes. Au lieu des 45 minutes prévues, il arrête donc son exposé au bout de sept minutes. « Pierre Brossolette, héros de conduite », Le Nouvel Observateur, (consulté le 10 octobre 2011)
  3. a et b Guillaume Piketty, Pierre Brossolette : Un héros de la Résistance, Paris, Odile Jacob, , 416 p. (ISBN 2-7381-0539-4, lire en ligne), p. 24
  4. (fr) « Article mentionnant son appartenance à la Loge Émile Zola » (consulté le 19 mars 2012)
  5. (fr) « Hommage à Pierre Brossolette » (consulté le 3 août 2014)
  6. (fr) « Pierre Brossolette doit entrer au Panthéon. » (consulté le 3 août 2014)
  7. "Aube, un homme, un lieu" par Valérie Alanièce, Jean-Michel Van Houtte. L'est-éclair. (ISBN 9782907894425)
  8. Olivier Wieviorka, Histoire de la Résistance : 1940-1945, Perrin, (ISBN 978-2-262-02799-5 et 2-262-02799-4, OCLC 827450568, lire en ligne)
  9. Pierre Brossolette, Résistance, 1927-1943, O. Jacob, impr. 2015, cop. 1998, 2015 (ISBN 978-2-7381-3257-4 et 2-7381-3257-X, OCLC 910150270, lire en ligne)
  10. Pierre Brossolette, Résistance, 1927-1943, O. Jacob, impr. 2015, cop. 1998, 2015 - page111 (ISBN 978-2-7381-3257-4 et 2-7381-3257-X, OCLC 910150270, lire en ligne)
  11. Guillaume Piketty, Pierre Brossolette : un héros de la Résistance, O. Jacob, , 194 et 195 p. (ISBN 2-7381-0539-4 et 978-2-7381-0539-4, OCLC 417162876, lire en ligne)
  12. Gilberte Brossolette, Il s'appelait Pierre Brossolette, A. Michel, , 134 p. (ISBN 2-226-00293-6 et 978-2-226-00293-8, OCLC 2493092, lire en ligne)
  13. Sébastien Albertelli et Laurent Douzou, La lutte clandestine en France : une histoire de la Résistance, 1940-1944, dl 2019 (ISBN 978-2-02-140124-0 et 2-02-140124-3, OCLC 1099431225, lire en ligne), p. 159
  14. British Pathé, « Rival joins De Gaulle »
  15. Guillaume Piketty, Pierre Brossolette : un héros de la Résistance, O. Jacob, , 195 - 211 p. (ISBN 2-7381-0539-4 et 978-2-7381-0539-4, OCLC 417162876, lire en ligne)
  16. Olivier Wieviorka, Histoire de la Résistance : 1940-1945, Perrin, , 191 et 192 p. (ISBN 978-2-262-02799-5 et 2-262-02799-4, OCLC 827450568, lire en ligne)
  17. Colonel Passy, Souvenirs, Tome 3, Missions secrètes en France (novembre 1942 - juin 1943),, Éditions Plon, , 232 et 242 p. (EAN EAN 2000033754978[à vérifier : EAN invalide])
  18. Sébastien Albertelli, « Le BCRA, service de renseignement de la France libre », sur Revue historique des Armées
  19. « Renseignement : « L’ADN de la DGSE reste l’action secrète et la lutte clandestine… » - Entretien de Bernard Émié au Figaro »,
  20. Claude Faure, « Du BCRA au SDECE : le renseignement au service de la République », sur Après-demain, 2016/1 (n ° 37, nf)
  21. Olivier Wieviorka, Histoire de la Résistance : 1940-1945, Perrin, , 203 p. (ISBN 978-2-262-02799-5 et 2-262-02799-4, OCLC 827450568, lire en ligne)
  22. Èric Roussel, Pierre Brossolette, Fayard, (ISBN 978-2213655758)
  23. Jean Lacouture, De Gaulle, Le Rebelle – Volume 1, Éditions du Seuil (ISBN 978-2020069687), p. 586
  24. Guillaume Piketty, Pierre Brossolette : un héros de la Résistance, O. Jacob, (ISBN 2-7381-0539-4 et 978-2-7381-0539-4, OCLC 417162876, lire en ligne), p. 145
  25. Guillaume Piketty, Pierre Brossolette : un héros de la Résistance, O. Jacob, , 216 p. (ISBN 2-7381-0539-4 et 978-2-7381-0539-4, OCLC 417162876, lire en ligne)
  26. Piketty, « La Mission Arquebuse-Brumaire (pdf) », sur www.charlesdegaulle.com,
  27. Olivier Wieviorka, Histoire de la Résistance : 1940-1945, Perrin, (ISBN 978-2-262-02799-5 et 2-262-02799-4, OCLC 827450568, lire en ligne), p. 275
  28. Guillaume Piketty, Pierre Brossolette : un héros de la Résistance, O. Jacob, (ISBN 2-7381-0539-4 et 978-2-7381-0539-4, OCLC 417162876, lire en ligne), p. 255
  29. Guillaume Piketty, Pierre Brossolette : un héros de la Résistance, O. Jacob, (ISBN 2-7381-0539-4 et 978-2-7381-0539-4, OCLC 417162876, lire en ligne), p. 276
  30. Éric,. Roussel, Pierre Brossolette, Fayard, impr. 2010 (ISBN 978-2-213-65575-8 et 2-213-65575-8, OCLC 708393941, lire en ligne), p. 240
  31. Olivier Wieviorka, Histoire de la Résistance : 1940-1945, Perrin, (ISBN 978-2-262-02799-5 et 2-262-02799-4, OCLC 827450568, lire en ligne), p. 276
  32. Jean-Louis Crémieux-Brilhac, La France libre : de l'appel du 18 juin à la Libération, dl 2014 (ISBN 978-2-07-045469-3, 2-07-045469-X et 978-2-07-045470-9, OCLC 893763199, lire en ligne), p. 285
  33. Guillaume Piketty, Pierre Brossolette : un héros de la Résistance, O. Jacob, (ISBN 2-7381-0539-4 et 978-2-7381-0539-4, OCLC 417162876, lire en ligne), p. 289
  34. Guillaume Piketty, Pierre Brossolette : un héros de la Résistance, O. Jacob, (ISBN 2-7381-0539-4 et 978-2-7381-0539-4, OCLC 417162876, lire en ligne), p. 287 et 295
  35. Éric,. Roussel, Pierre Brossolette, Fayard, impr. 2010 (ISBN 978-2-213-65575-8 et 2-213-65575-8, OCLC 708393941, lire en ligne), p. 255
  36. M. R. D. Foot, Des Anglais dans la Résistance : le service secret britannique d'action (SOE) en France, 1940-1944, Tallandier, (ISBN 978-2-84734-329-8 et 2-84734-329-6, OCLC 319951396, lire en ligne), p. 213
  37. "Officier d’une rare énergie et d’une ténacité remarquable. Faisant preuve d’un mépris total du danger, a contribué avec succès à l’organisation de la Résistance en France et à l’union de tous les Français contre l’envahisseur" - Le général De Gaulle
  38. Jean-Louis Crémieux-Brilhac (« Ce qu’ils réalisent en six semaines est à peine croyable… Ils font de Paris occupée, que les polices quadrillent, la capitale de la Résistance. »), La France libre : de l'appel du 18 juin à la Libération, dl 2014 (ISBN 978-2-07-045469-3, 2-07-045469-X et 978-2-07-045470-9, OCLC 893763199, lire en ligne), p. 382
  39. Guillaume Piketty, Pierre Brossolette : un héros de la Résistance, O. Jacob, (ISBN 2-7381-0539-4 et 978-2-7381-0539-4, OCLC 417162876, lire en ligne), p. 310 à 314
  40. Mark Seaman, Bravest of the brave : the true story of wing commander 'Tommy' Yeo-Thomas SOE secret agent, codename 'the white rabbit', M. O'Mara Books, (ISBN 1-85479-650-X et 978-1-85479-650-9, OCLC 36920807, lire en ligne), p. 101 à 103
  41. Bruce Marshall, Le Lapin Blanc, Gallimard (ISBN 9782070242184)
  42. Jean-Louis Crémieux-Brilhac, La France libre : de l'appel du 18 juin à la Libération, dl 2014 (ISBN 978-2-07-045469-3, 2-07-045469-X et 978-2-07-045470-9, OCLC 893763199, lire en ligne)
  43. Sébastien Albertelli, « Le BCRA, service de renseignement de la France libre - », sur Revue historique des Armées
  44. « Le Mémorial national A.A.S.S.D.N. / Ramatuelle - Var », sur Amicale des Anciens des Services Spéciaux de la Défense Nationale (consulté le 20 février 2016)
  45. « Pierre Brossolette, de l'Île-Tudy à Plogoff », sur Ouest-France, (consulté le 20 février 2016)
  46. "Fondation de la résistance: lejouet des Flots"
  47. Éric,. Roussel, Pierre Brossolette, Fayard, impr. 2010 (ISBN 978-2-213-65575-8 et 2-213-65575-8, OCLC 708393941, lire en ligne), p. 322-323
  48. Michel Pichard, L'Espoir des ténèbres : parachutages sous l'occupation : histoire du BOA, Erti, (ISBN 2-903524-32-7 et 978-2-903524-32-6, OCLC 417654677, lire en ligne)
  49. Henri Noguères, Histoire de la Résistance en France de 1940 à 1945 IV Formez vos bataillons octobre 1943 Mai 1944, Robert Laffont,
  50. Mark Seaman, Bravest of the brave : the true story of wing commander 'Tommy' Yeo-Thomas SOE secret agent, codename 'the white rabbit', M. O'Mara Books, (ISBN 1-85479-650-X et 978-1-85479-650-9, OCLC 36920807, lire en ligne)
  51. Carole Achache, La plage de Trouville : roman, Stock, (ISBN 978-2-234-06104-0 et 2-234-06104-0, OCLC 192081536, lire en ligne)
  52. Ses cendres conservées dans la case 3913 du colombarium (division 87), comme indiqué sur le livre de registres du cimetière. Elles sont extraites le 15 mai 2015 en vue de l’entrée de Pierre Brossolette au Panthéon le 27 mai. Voir section Panthéon
  53. Faire entrer Pierre Brossolette au Panthéon, un affront à la mémoire de Jean Moulin, Pierre Péan, lemonde.fr, 31 mai 2013
  54. A deux grands hommes, la patrie reconnaissante, Eric Roussel, lemonde.fr, 31 mai 2013
  55. Gilberte Brossolette, Il s'appelait Pierre Brossolette, A. Michel, (ISBN 2-226-00293-6 et 978-2-226-00293-8, OCLC 2493092, lire en ligne)
  56. Motif : « Modèle d’esprit de devoir et de sacrifice. Organisateur d’un rare mérite, a fait preuve, au cours des très importantes et périlleuses missions qui lui furent confiées, d’un dévouement exemplaire au service de la France. »
  57. (en) « Seawolf & Seadog » (consulté le 26 septembre 2009).
  58. (fr) « Inauguration d'une stèle à la mémoire de Pierre Brossolette à Saint Saëns (Vidéo - 1975 - source INA) » (consulté le 26 septembre 2009).
  59. Evelyne Py, « Autour de Jean Moulin : Histoire et Mémoire » [archive du ], sur www.memoire-net.org (consulté le 17 janvier 2008).
  60. « Le résistant Pierre Brossolette mérite d'entrer au Panthéon » [archive du ] (consulté le 3 juin 2013), collectif Pierre Brossolette au Panthéon, Le Monde, 16 avril 2013. Texte signé par Robert Badinter, Alain Bergounioux, Jean-Denis Bredin, Jean-Claude Casanova, Edmonde Charles-Roux, Jean-Pierre Chevènement, Jean Daniel, Alain Decaux, Alain Finkielkraut, Max Gallo, François Jacob, Jean-Noël Jeanneney, Lionel Jospin, Jacques Julliard, Jean-François Kahn, Denis Olivennes, Jean d’Ormesson, Mona Ozouf, Claude Pierre-Brossolette, Jean-Pierre Rioux, Michel Rocard, Éric Roussel, Michel Winock.
  61. Un colloque sur Pierre Brossolette a été réalisé le 17 octobre 2013 par la présidence de l’Assemblée nationale à l’Hôtel de Lassay en deux volets. Premier volet - « Le parcours de Pierre Brossolette » : accueil et allocution de Claude Bartolone, Président de l’Assemblée nationale ; table ronde animée par Fabrice d’Almeida, historien ; diffusion d’archives filmées de Pierre Brossolette prêtées gracieusement par l’INA; témoignage de Roger Lebon, résistant ; lecture des textes de Pierre Brossolette par Pierre Arditi avec Lionel Jospin, ancien Premier Ministre ; François Baroin, Député Maire UMP de Troyes; Éric Roussel, historien ; Alain Bergounioux, historien, Christophe Barbier, directeur de l’Express et Aurélie Luneau, historienne. Deuxième volet - « L’héritage, la trace laissée par Pierre Brossolette » : table ronde animée par Michèle Cotta, journaliste ; diffusion d’archives filmées de Pierre Brossolette prêtées gracieusement par INA ; témoignage de Claude Pierre-Brossolette ; revue de presse par Ivan Levaï, journaliste avec Jacques Vistel, Conseiller d’Etat, président de la Fondation de la Résistance, Pierre Joxe, ancien Ministre François Bayrou, Président du Mouvement Démocrate, Mona Ozouf, historienne, philosophe, Guillaume Piketty, historien, Laurent Joffrin, directeur de la rédaction du Nouvel Observateur. Conclusion : Mona Ozouf, présidente du Comité de Soutien pour le transfert des cendres de Pierre Brossolette au Panthéon.
  62. « Colloque en l'honneur de Pierre Brossolette - Assemblée nationale - 2013 »,
  63. « Cérémonie d’hommage à la Résistance », agenda du président de la République [archive du ], sur www.elysee.fr, (consulté le 9 mai 2015).
  64. François Koch, « F. Hollande panthéonise deux francs-maçons », sur L'Express, (consulté le 27 mai 2015).
  65. « Centenaire du Parti socialiste - Pierre Brossolette », Parti socialiste français, (consulté le 17 janvier 2008).
  66. « Noms de martyrs donnés au rues de Paris (Video - 1944 - source INA) » (consulté le 25 septembre 2009).
  67. Au 28 rue Pierre-Brossolette se trouve l'école publique Georges Lapierre, ancien directeur de cette école, secrétaire général du SNI clandestin et membre du réseau Libération-Nord.
  68. « Jardins de l’Avenue-Foch », sur paris.fr (consulté le 15 juin 2020).
  69. « Une pelouse Brosselette inaugurée sur l’avenue Foch » dans Le Parisien du 28 janvier 2014 (consulté le 18 mars 2021.
  70. La Notice philatélique de La Poste et La fiche technique Wikitimbres
  71. « Activités publiques du Cercle Condorcet-Brossolette Grande Loge de France » (consulté le 19 mars 2012).
  72. « Émission radio "La Grande Loge de France vous parle" avec Marc Henry, grand maître de la Grande Loge de France », sur http://www.gldf.org, (consulté le 21 juillet 2014).
  73. « 25 juin 2014 - Cérémonie d'hommage dédiée à Pierre Brossolette », sur www.gldf.org (consulté le 29 juin 2015).
  74. [1] « Loge Pierre Brossolette, Compagnon de la Libération, no 1165 Grande Loge de France » (consulté le 19 mars 2012).
  75. (fr) Cérémonie organisée par la Grande Loge de France et la Loge Pierre Brossolette, Compagnon de la Libération.
  76. « Chant de promotion - IVe Bataillon - Saint-Cyr - Promotion Pierre Brossolette - 2003/2004 » (consulté le 25 septembre 2009).
  77. (en) « Melville on Army of Shadows » (consulté le 25 septembre 2009)
  78. René Ozouf, « Pierre Brossolette- Héros de la résistance - Librairie Geralde », sur Pierre Brossolette,
  79. Guillaume Piketty, « Pierre Brossolette, le rude parcours d'une mémoire », sur Chemins de Mémoire,