Pierre-Yves Revol

Pierre-Yves Revol
Fonctions
Président
Castres olympique
depuis
Président
Fondation Pierre Fabre
depuis
Président
Ligue nationale de rugby
-
Vice-président
RMC
-
Président
Sud Communication
-
-
-
Président
Castres olympique
-
Georges Beauville ()
Président
Sud Radio
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Pierre-Yves Revol né le à Jallieu en Isère, est un journaliste de formation, chef d'entreprise et dirigeant de rugby à XV français.

Proche de Pierre Fabre, celui-ci lui confie d'abord la présidence de Sud Radio puis celle du Castres olympique entre 1989 et 2008. Il occupe également différent poste au sein du groupe Pierre Fabre.

Il est le président de la Ligue nationale de rugby de à et reprend la présidence du Castres olympique depuis . Depuis le décès de Pierre Fabre en 2013, il est également le président de la Fondation Pierre Fabre, principal actionnaire du groupe Pierre Fabre.

Biographie

Carrière

Pierre-Yves Revol effectue la majorité de sa carrière au sein des entreprises possédées par Pierre Fabre, pharmacien français fondateur des Laboratoires Pierre Fabre. Au service de Pierre Fabre à partir de 1986, il est successivement directeur du personnel, directeur de cabinet[1], directeur de la communication[2] et directeur général du groupe[3].

Il a également été un adjoint de Jacques Limouzy à la mairie de Castres[1].

Journaliste de formation, Pierre-Yves Revol se voit confier la présidence de Sud Radio lors de son rachat par Pierre Fabre en 1988. En 1997, il est élu administrateur de L'Éveil de la Haute-Loire après l'acquisition de 15 % du quotidien par Pierre Fabre à titre personnel[4]. En 1998, il devient président de Sud Communication, holding pour la gestion des groupes de presse détenus à titre personnel par Pierre Fabre[5]. Sud Communication rachète RMC en 1998. Pierre-Yves Revol en devient alors vice-président et administrateur délégué[6]. Il restructure la station pour pérenniser son activité mais la station est revendue deux ans plus tard[7]. Sud Radio est vendu en 2005[8] tandis que Sud Communication stoppe ses activités et revend ses dernières parts en 2013[9].

Après le décès de Pierre Fabre en 2013, il devient président de la Fondation Pierre Fabre, fondation reconnue d'utilité publique créée par Pierre Fabre, et de Pierre Fabre Participations, détenue par la fondation et actionnaire de contrôle du groupe pharmaceutique[10]. Il est également vice-président du conseil d'administration du groupe Pierre Fabre.

Président du Castres olympique

Il devient président du Castres olympique en 1988 et le sponsor Sud Radio apparaît alors pour la première fois sur le maillot de l'équipe. Le club est d'abord champion de France du Groupe B en 1989. Il renforce ensuite progressivement l'équipe, réussissant à attirer Alain Carminati en 1992 et Gary Whetton en 1993.

Il devient champion de France en 1993[11] dans une finale marquée par un essai irrégulier de Gary Whetton et un autre refusé au grenoblois Olivier Brouzet[12]. Cette finale fera aussi longtemps parler à cause de l'opposition entre le président de la FFR Bernard Lapasset et le manager grenoblois Jacques Fouroux[13].

Toujours président du CO, il est vice-champion de France en 1995 et continue de recruter des joueurs confirmés comme Albert Cigagna, Thomas Castaignède ou encore le All Black Franck Bunce. Il est vainqueur du Bouclier européen et du Challenge Sud-Radio en 2003.

Il quitte la présidence du club lorsqu'il est élu président de la Ligue nationale de rugby en .

En , il retrouve la fonction qu'il a exercée pendant 20 ans en reprenant la présidence de ce club[14]. Il succède à Michel Dhomps et le CO est vice-champion de France en 2014 puis champion de France en 2018.

Président de la Ligue nationale de rugby

Il est le président de la Ligue nationale de rugby de à , puis est remplacé par Paul Goze, président de l'USA Perpignan en 2012.

En 2017, à la suite du conflict entre la Ligue nationale de rugby et la Fédération française de rugby, il est désigné par la LNR dans la commission de rapprochement et de dialogue avec la FFR qui a pour objectif de trouver une sortie de crise. Il est accompagné par cinq autres présidents : Mourad Boudjellal (Toulon), Jean-René Bouscatel (Toulouse), Éric de Cromières (Clermont), Vincent Merling (La Rochelle) et Alain Tingaud (Agen)[15]. En juin, la FFR et la LNR trouvent un accord sur la mise à disposition des internationaux pour la saison suivante, une question qui empoisonnait leurs relations depuis plusieurs mois[16].

Postes dans le rugby à XV

  • 1988-2008 : Président du Castres olympique
  • 2005-2008 : Membre du comité directeur de la Ligue nationale de rugby (LNR)
  • 2008-2012 : Président de la LNR
  • 2014- : Président du Castres olympique
  • 2016-2021 : Membre du comité directeur de la Ligue nationale de rugby (LNR)

Palmarès en tant que président du Castres olympique

Décorations

Notes et références

  1. a et b Jacques Molénat, « L'empire de l'influence », sur lexpansion.lexpress.fr/, (consulté le 26 avril 2020).
  2. « TFC : Cette fois la dimension européenne », sur ladepeche.fr, (consulté le 26 avril 2020).
  3. « Ligue nationale. Revol: un patron pour le rugby », sur ladepeche.fr, (consulté le 26 avril 2020).
  4. « Pierre Fabre participe à «l'Eveil de la Haute-Loire». », sur liberation.fr, (consulté le 26 avril 2020).
  5. « Pierre-Yves Revol », sur lesechos.fr, (consulté le 26 avril 2020).
  6. « Pierre-Yves Revol trace l'avenir de RMC. », sur liberation.fr, (consulté le 26 avril 2020).
  7. Christian David, « 2. Pierre Fabre, le seigneur du Midi », sur lexpansion.lexpress.fr, (consulté le 26 avril 2020).
  8. « Cession des stations Sud Radio et Wit FM à la société Sudporters », sur csa.fr, (consulté le 26 avril 2020).
  9. « SUD COMMUNICATION », sur societe.com (consulté le 26 avril 2020)
  10. « Castres. Labos Pierre Fabre : Revol et Parmentier prennent la tête du groupe », sur ladepeche.fr, (consulté le 26 avril 2020).
  11. a et b Clément Garioud, « Ces sombres affaires qui ont entaché la réputation du rugby français », sur https://actu.fr, (consulté le 5 août 2019)
  12. « Olivier Merle : «J'ai créé mon couteau, le Merluche» », sur lefigaro.fr, (consulté le 4 février 2019)
  13. Pierre Salviac, « Merci pour ces moments : 50 ans de grands reportages », sur books.google.fr (consulté le 22 décembre 2019).
  14. « Castres Olympique : Pierre-Yves Revol a repris la présidence du club », sur www.ladepeche.fr (consulté le 8 avril 2014)
  15. Anthony Tallieu, « Conflit FFR-LNR - Paul Goze conforté dans son rôle de patron de la LNR ! », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 28 mai 2017)
  16. « Contrats fédéraux: Alleluia! La fédé et la Ligue ont trouvé un accord pour protéger les internationaux », sur www.20minutes.fr, 20 minutes, (consulté le 3 juin 2017)
  17. Cette compétition a vu le jour avec le changement de formule du Challenge européen lors de la saison 2002-2003. Le Challenge est alors passé d’une formule par poule à une formule à élimination directe. Le Bouclier européen a donc été créé pour que les équipes éliminées dès le premier tour puissent continuer leur aventure européenne.
  18. Décret du 29 mars 2013 portant promotion et nomination