Perte de signal

Perte de Signal est un centre d'artistes autogéré situé à Montréal ayant pour mandat la création, la recherche et le rayonnement des arts numériques et vidéographiques ainsi que l’innovation artistique liée à la technologie[1],[2],[3].

L'organisme a été fondé à Montréal (Québec, Canada) en 1997.

Histoire

Création

En 1997, Robin Dupuis, Julie-Christine Fortier, Isabelle Hayeur, Rémi Lacoste et Sébastien Pesot fondent Perte de Signal. Finissants de l’École des arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal, ses fondateurs ont fait partie du comité organisateur et ont participé aux 6e et 7e Événement Interuniversitaire de Création Vidéo (1995 et 1996). Collectif d’artistes émergents à ses débuts, Perte de Signal devient en 2000 un organisme à but non lucratif (OBNL) et compte une vingtaine de membres actifs. Des cinq membres fondateurs, seul Robin Dupuis, directeur artistique et général depuis 2000, fait encore partie du groupe.

La fondation du collectif est concomitante de l’apparition du numérique dans le domaine de l’art vidéo. Grâce à la démocratisation des outils de production en vidéo, à la légèreté du médium et des logiciels de montage sur ordinateur, la réalisation et la postproduction changent radicalement. La structure de Perte de Signal se modèle sur cette légèreté du médium. Cela lui a permis de s'introduire rapidement dans de nombreux réseaux.

Soutien aux jeunes artistes

Après plus de dix ans d’existence et avec son expérience en distribution, production, commissariat, Perte de Signal ouvre un nouvel espace aux jeunes artistes via des programmes de parrainage et de résidence visant à faciliter la transition entre l’université et la pratique artistique professionnelle. Le programme « Projet émergent » offre à un groupe d’artistes un encadrement leur permettant d’acquérir une expérience artistique au niveau logistique, technique et financier, en laissant le choix du contenu artistique entre les mains des artistes.

Diversification

Perte de signal diversifie ses activités en ajoutant à son mandat de distributeur celui de producteur et de commissaire d’expositions destinées aux galeries et à un public plus large que celui des festivals[4]. Il développe également des projets d’œuvres collectives pour ses membres et investit de nouveaux lieux de diffusion (par exemple, des œuvres en vitrine sur une rue commerciale de Montréal ou dans un bain public désaffecté)

Expositions

Prix et honneurs

Notes et références

  1. « Perte de signal », sur Culture (consulté le )
  2. « LaVitrine.com », sur www.lavitrine.com (consulté le )
  3. « PERTE DE SIGNAL », sur Le Répertoire, (consulté le )
  4. « Perte de signal », sur Centre Culturel Canadien – Paris (consulté le )
  5. Katy Le Van, « Jason Arsenault, Robin Dupuis et Nelly-Ève Rajotte : Perte de signal », sur Voir.ca (consulté le )
  6. « Réencodages + Oeuf » (consulté le )
  7. (en) « Le Québec à la Biennale des imaginaires numériques », sur Conseil des arts et des lettres du Québec (consulté le )
  8. « Arts médiatiques - Perte de signal gagne du terrain », sur Le Devoir (consulté le )

Liens externes