Parti pirate (Luxembourg)

Parti pirate luxembourgeois
Piratepartei Lëtzebuerg
Image illustrative de l’article Parti pirate (Luxembourg)
Logotype officiel.
Présentation
Présidents Marie-Paule Dondelinger
Starsky Flor[1]
Fondation
Siège Dalheim
Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Vice-président Daniel Frères
Secrétaire général Marc Goergen
Trésorier Lucie Kunakova
Mouvement de jeunesse Jeunes pirates
Positionnement Syncrétisme
Idéologie Démocratie directe[2]
Réforme du droit d'auteur[2]
Transparence gouvernementale[2]
Affiliation européenne Parti pirate européen
Affiliation internationale Parti pirate international
Adhérents 331, à jour de cotisation (2014)[3]
Couleurs Violet, blanc, noir
Site web piraten.lu
Représentation
Députés
2 / 60
Députés européens
0 / 6
Bourgmestres
0 / 102
Conseillers communaux[4]
3 / 600

Le Parti pirate luxembourgeois (en luxembourgeois : Piratepartei Lëtzebuerg, abrégé en PPL) est un parti politique luxembourgeois.

Son programme politique est aligné avec celui de la majorité des autres partis pirates internationaux et s'appuie sur les trois piliers que sont : la transparence de l'État, les droits civiques et la démocratie de base. D'autres thèmes importants comme l'éducation gratuite et accessible pour tous, la réforme massive du droit d'auteur ainsi que l'installation du principe d'un revenu de base inconditionnel pour tous les citoyens sont les principales lignes directrices du parti. Au niveau national, la question de la séparation entre l'Église et l'État se pose également. Bien qu'étant axé sur ses thèmes, le parti présente aujourd'hui un programme politique presque complet.

Le parti est europhile et peut être positionné au centre-gauche sur l’échiquier politique ─ toutefois le parti évite d'utiliser ces termes puisqu'il les considèrent comme dépassés et ne reflétant plus la réalité du XXIe siècle. Par ailleurs, le principe de la démocratie de base est appliqué au sein du parti, ce qui autorise la participation directe de tous ses membres dans le processus d'élaboration de son programme politique.

Histoire

Photo des fondateurs du parti le 4 octobre 2009.

Le parti est fondé le [5]. Au départ, ce n'est qu'un rassemblement de 14 membres dans la ville de Luxembourg. En , il rassemble 227 adhérents[6] pour en être à 331 en octobre 2014[3].

C'est le parti politique qui a connu la plus rapide évolution au Luxembourg. À partir de 2014, il profite de la subvention étatique pour les partis politiques. Sa présence s'étend dorénavant dans toutes les circonscriptions électorales du pays et continue à évoluer avec la création de sections locales dans les différentes villes.

Au cours des élections législatives du 14 octobre 2018, le Parti pirate s'est allié au Parti pour la démocratie intégrale (PID) et parvient à obtenir deux sièges à la Chambre des députés[7].

En raison d'une mauvaise communication, le Parti pirate et le Parti pour la démocratie intégrale se séparent en mai 2019, repoussant définitivement l'éventualité d'une fusion entre les deux partis[8],[9].

En novembre 2019, dans le cadre de la délocalisation envisagée par RTL Group d'une partie de ses activités du Luxembourg vers l'Allemagne, le député pirate Sven Clement a déposé un recours devant le tribunal administratif sous prétexte qu'il n'a toujours pas eu accès aux accords passés entre le groupe et l'État. Ce recours est une première au Luxembourg[10].

Liste des présidents

Liste des présidents.
IdentitéPériodeDurée
DébutFin
Sven Clement
(né en )
9 ans, 4 mois et 5 jours
Marie-Paule Dondelinger ()
(née en )
En cours9 mois et 27 jours
Starsky Flor ()
(né en )
En cours9 mois et 27 jours

Résultats électoraux

Bien que le parti ait été fondé en 2009, il ne se présente pour la première fois qu'aux élections législatives du 20 octobre 2013.

Élections législatives

Année % Rang Sièges Députés
2013 2,94 7e
0 / 60
2018 6,45 6e
2 / 60

Élections européennes

Année % Rang Sièges
2014 4,23 8e
0 / 6
2019 7,70 6e
0 / 6

Notes et références

  1. « Les Pirates ont deux nouveaux présidents », RTL 5minutes,‎ (lire en ligne, consulté le 9 février 2019).
  2. a b et c (en) Wolfram Nordsieck, « LUXEMBOURG », Parties and Elections in Europe,‎ (lire en ligne)
  3. a et b (lb) « Präsidium:Protokoll/2014-10-27 », sur https://wiki.piratepartei.lu, (consulté le 11 janvier 2019)
  4. Communes de plus de 3000 habitants uniquement, où l'élection au scrutin de liste avec représentation proportionnelle est employé.
  5. (de) « Piratenpartei Luxemburg macht klar Schiff », Luxemburger Wort,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2018).
  6. Suivi de l'évolution du nombre d'adhérents au Parti pirate luxembourgeois
  7. (lb) « Piratepartei a PID ginn zesummen an d'Walen », RTL,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2018).
  8. Thierry Raizer, « Le PID met fin à sa collaboration avec les Pirates », Paperjam News,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mai 2019).
  9. « Parti pour la démocratie intégrale (PID): Le PID se sépare des Pirates à cause d'une "mauvaise communication" », RTL 5minutes,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mai 2019).
  10. Patrick Jacquemot, « Piraten en appelle aux juges face au gouvernement », Luxemburger Wort,‎ (lire en ligne, consulté le 6 décembre 2019).

Voir aussi