Parti colonial

Le parti colonial est issu du Comité de l'Afrique française fondé en 1890.

Historique

Il a été créé par Eugène Étienne, républicain, et Auguste Louis Albéric d'Arenberg, député royaliste, en 1892. Il ne s'agit pas d'un parti politique au sens strict du terme, mais d'un groupe d'influence extrêmement hétérogène composé de députés (près de 120 dès les élections de 1893) provenant de tous bords (extrême droite nationaliste, royalistes, républicains opportunistes et radicaux), mais aussi de scientifiques, de savants, de géographes.

Il a permis à Étienne, après avoir été évincé du sous-secrétariat d'État aux Colonies, de maintenir un certain pouvoir sur ces questions qui étaient primordiales pour lui. Lors de sa création, 48 députés l'intègrent, 113 suite aux élections de 1893 et 200 en 1902 aux élections du Bloc des gauches. Théophile Delcassé, ministre des Affaires étrangères de 1898 à 1905 souligne l'importance de ce groupe ainsi que le rôle majeur d'Étienne qui, malgré sa présence dans quelques cabinets, agit surtout par influences et réseaux : "Étienne a dans ses mains le sort du cabinet, écrivit Delcassé en 1903, son groupe constitue l’appoint qui est indispensable à celui-ci pour vivre. C'est Étienne qui fut à l'origine de la colonisation de Madagascar, de l'Entente cordiale et du protectorat sur le Maroc[1].

Notes et références

  1. « [Connaître l’histoire coloniale, combattre les racismes et l’antisémitisme] le « parti » colonial, par Charles-Robert Ageron », sur ldh-toulon.net (consulté le 27 janvier 2017)

Bibliographie

  • Charles-Robert Ageron, France coloniale ou parti colonial ?, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Pays d'outre-mer » (no 2), , 302 p. (ISBN 2-13-035340-1, présentation en ligne), [présentation en ligne].
  • (en) Christopher Andrew et Alexander-Sydney Kanya-Forstner, « The French "Colonial Party" : Its Composition, Aims and Influence, 1885-1914 », The Historical Journal, vol. 14, no 1,‎ , p. 99-128 (JSTOR 2637903).
  • (en) Christopher Andrew et Alexander-Sydney Kanya-Forstner, « The Groupe Colonial in the French Chamber of Deputies, 1892-1932 », The Historical Journal, vol. 17, no 4,‎ , p. 837-866 (JSTOR 2638559).
  • Julie d'Andurain, « Le poids du comité du Maroc et du « parti colonial » dans la Société de l'histoire des colonies françaises (1903-1912) », dans Cent ans d'Histoire des Outre-Mers, Paris, Société française d’histoire des outre-mers, coll. « Publications de la Société française d'histoire des outre-mers » (no 9), , 664 p. (ISBN 978-2-8597-0052-2, lire en ligne), p. 311-323.
  • Julie d'Andurain, Colonialisme ou impérialisme ? Le Parti colonial en pensée et en action, Paris, Hémisphères Éditions, coll. « Zellige », , 439 p. (ISBN 978-2-914773-79-9, présentation en ligne).
  • Peter Grupp, « Le « parti colonial » français pendant la Première Guerre mondiale : deux tentatives de programme commun », Cahiers d'études africaines, vol. XIV, no 54,‎ , p. 377-391 (lire en ligne).
  • Marc Lagana, Le parti colonial français : éléments d'histoire, Sillery, Presses de l'université du Québec, , VIII-188 p. (ISBN 2-7605-0470-0, présentation en ligne).

Lien externe

  • Claire Lemercier, « Julie d’Andurain, Le lobby colonial ou l’emboîtement des réseaux », Réseaux et Histoire, groupe RES-HIST, 27 août 2015, lire en ligne.