Parrain (religion)

Parrain (religion)

Un parrain ou une marraine est une personne qui s'engage à soutenir son filleul ou sa filleule (la personne parrainée) dans sa vie chrétienne pour l'aider à grandir dans la foi. Cette fonction est présente dans le catholicisme, le christianisme orthodoxe, et certaines dénominations protestantes (anglicanisme, luthéranisme, presbytérianisme, méthodisme).

Histoire

Détail du « vitrail du baptême » de la cathédrale épiscopale Sainte-Marie de Memphis (Tennessee), montrant un parrain et une marraine au milieu du 20e siècle.

L'origine du parrainage dans le christianisme remonte à l'adoption du pédobaptisme au IIe siècle [1]. Cette fonction a été adoptée dans le catholicisme [2], le christianisme orthodoxe [3], et certaines dénominations protestantes (anglicanisme, luthéranisme, presbytérianisme, méthodisme) [4].

Le parrainage permet de sceller un lien entre le parrain et la famille de l'enfant. À la fin du XVe siècle à Porrentruy, l'enfant porte presque systématiquement le même prénom que son parrain. Le parrainage permet également, jusqu'au XIXe siècle, d'hériter d'une partie de la propriété foncière[5].

Rôle

Ils s'engagent à soutenir leur filleul dans sa vie chrétienne, à l'aider à grandir dans la foi[2]. Ils accompagnent leur filleul dans la préparation aux trois sacrements de l'initiation chrétienne, soit le baptême, la première communion, la confirmation. Ils s'engagent aussi à participer à l'éducation du filleul et à aider les parents dans leurs responsabilités. Pour y arriver, ils doivent posséder les capacités nécessaires et une certaine maturité.

L'Église catholique demande que parmi le parrain et la marraine l'un au moins soit baptisé. Ils sont historiquement choisis dans le cercle familial, mais la tendance croissante est également de les choisir chez les amis[6]. Une personne d'une confession chrétienne mais non catholique (orthodoxie ou protestantisme) sera nommée « témoin de baptême » et non parrain ou marraine[7].

Confirmation

Pour le sacrement de confirmation, le parrain ou la marraine doivent être catholiques, eux-mêmes confirmés, et âgés de plus de seize ans[8].

Interdictions

En Sicile, les diocèses de Catane et de Mazara del Vallo ont suspendu la nomination des parrains et marraines en 2021 et 2022 afin notamment de lutter contre la mafia[9].

Protestantisme

Les parrain et marraine existent dans le protestantisme réformé qui pratique le baptême des enfants. Ils sont rares mais pas inexistants dans le protestantisme évangélique[10].

Orthodoxie

Le parrain et la marraine s'engagent à venir en aide et subvenir aux besoins de l'enfant si ses parents n'en sont plus capables[11].

Notes et références

  1. J. H. Lynch, Godparents and Kinship in Early Medieval Europe (Princeton, NJ, 1980), p. 114.
  2. a et b  Erwin Fahlbusch, Jan Milic Lochman, Geoffrey William Bromiley, John Mbiti, Jaroslav Pelikan, Lukas Vischer, The Encyclopedia of Christianity, Volume 2, Wm. B. Eerdmans Publishing, USA, 1999, p. 443
  3. Michael Prokurat, Alexander Golitzin, Michael D. Peterson, The A to Z of the Orthodox Church, Rowman & Littlefield, USA, 2010, p. 309
  4. Hans J. Hillerbrand, Encyclopedia of Protestantism: 4-volume Set, Routledge, UK, 2016, p. 830
  5. Caroline Celle, « Venceslas, Quitterie, Jean… petite histoire du prénom « catho » », sur lavie.fr.
  6. Paula Pinto Gomes, « Quel est le rôle des parrains et des marraines ? », sur la-croix.com, .
  7. « Parrain ou témoin : quelle différence ? », sur la-croix.com, .
  8. « Je vais être confirmé. Faut-il un parrain et une marraine ? », sur la-croix.com, .
  9. Félicien Rondel, « Ils ne sont plus des témoins de la foi » : en Sicile, la désignation des parrains de baptême suspendue », sur la-croix.com, .
  10. Christelle Bankolé, « Parrain et marraine : institution ecclésiale ou tendance sociale? », sur christianismeaujourdhui.info, .
  11. Nadia Roux, « TOUT SAVOIR SUR LE BAPTÊME ORTHODOXE », sur eglise-orthodoxe-chalon-sur-saone.fr, .

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes