Pêche sur glace

Cabanes à pêche d'une pourvoirie à Saint-Fulgence, sur la rivière Saguenay, au Québec (Canada).

La pêche sur glace, aussi appelée pêche sous la glace ou, de façon générale, pêche blanche[1], est un type de pêche sportive pratiquée sur la couche glacée d'une étendue d'eau (cours d'eau, lac, mer, etc.). Elle consiste à pêcher le poisson à travers un trou pratiqué dans la glace.

Origine

L'origine de cette pêche proviendrait vraisemblablement des Amérindiens, ou plus particulièrement des Algonquins[2]. Paul Le Jeune décrit que le , un de ces derniers vint voir les quelques habitants de la nouvelle habitation de Trois-Rivières et amena un des colons français à la pêche sur glace à environ 25 000 pas du poste de Trois-Rivières[2].

Technique

Perceuse à glace.
Une perceuse à glace en action.
Pêcheur creusant « à l'ancienne » un trou dans la glace.
Perceuse manuelle

Une fois que la couche de glace sur l'eau est suffisamment épaisse pour permettre de s'y déplacer, les adeptes de la pêche blanche trouvent un endroit adéquat et percent un trou dans la glace. Pour ce faire, ils peuvent utiliser plusieurs techniques ou équipements différents. Anciennement, les pêcheurs se servaient d'une longue et massive barre métallique affutée à l'une de ses extrémités pour creuser le trou par une série de coups successifs. De nos jours, ils utilisent plutôt une perceuse à glace, manuelle ou motorisée. Cet outils consiste en une grande tarière surmontée d'un petit moteur à essence ou électrique ou d'un grand vilebrequin pour les perceuses manuelles.

La pêche consiste à attacher un ou deux hameçons à une corde, avec un poids et un bas de ligne en acier. La ligne doit être descendue près du fond. La corde est reliée à une brimbale, posées sur un poteau ou sur un type de crochet à l'intérieur de la cabane à pêche. On utilise différents appâts selon le type de poisson recherché. Par exemple, le foie de porc et la crevette pour le poulamon atlantique ou le méné, vivant ou mort, et le ver de terre pour la perchaude.

Il existe aussi la canne à dandiner, version très petite de la canne à pêche estivale. Le pêcheur fixe un poids colorée, parfois en forme d'asticot au bout de la ligne et peut y ajouter un appât, comme un asticot ou un morceau de ver de terre. Il descend ensuite son poids très près du fond de l'eau et dandine la canne à pêche à l'occasion pour attirer le poisson.

Cabanes à pêche

Cabane à pêche.

Plusieurs adeptes de la pêche sur glace installent sur cette dernière des cabanes à pêche. Celles-ci sont généralement de petites habitations en bois de quelques mètres carrés qui sont parfois chauffées. Certaines cabanes à pêche possèdent une ou plusieurs ouverture dans le plancher permettant de pratiquer des trous dans la glace afin de pouvoir pêcher à l'abri des intempéries.

Dans les pourvoiries, les cabanes à pêche sont générale installées les unes à côté des autres, à une distance plus ou moins grande, en rangées sur la glace.

Pêche sur glace dans le monde

Québec

Cabanes à pêches d'une pourvoirie de La Baie sur le Saguenay.

Au Québec, le terme « pêche blanche » est le plus utilisé par la population pour désigner la pêche sur la glace. Dans cette province canadienne, cette pêche ne peut se pratiquer légalement qu'à partir d'une certaine épaisseur de glace. La règlementation est de juridiction municipale et dépend de plusieurs facteurs (type d'étendue d'eau concernée, voie maritime commerciale ou non, type et nombre de cabanes, etc.). En général, le déplacement de véhicules sur la glace est jugé sécuritaire à partir d'une épaisseur de glace de 30 cm.

La pêche blanche est une activité hivernale populaire chez les Québécois. Elle est pratiquée dans plusieurs municipalités, dont Sainte-Anne-de-la-Pérade, réputée pour sa pêche au poulamon atlantique ou poisson des chenaux. Le plus important concours de pêche de la province est le Concours de pêche blanche Saguenay, qui remet près de 20 000 dollars canadiens en prix[3],[4].

France

Depuis 2013 est organisé en France un Championnat de France de pêche sous glace à la mouche par la Fédération française des pêcheurs à la mouche et au lancer (FFPML).

Sécurité

La pêche blanche est une activité très intéressante mais qui ne doit pas être prise à la légère car le fait de marcher sur la glace représente un danger en soi.

Il existe deux types de glace. La glace bleue et la glace blanche. La glace bleue est transparente et est la plus solide donc celle qu'il faut privilégier. La glace blanche, elle, est opaque et s'effrite beaucoup plus facilement. Elle n'est pas sécuritaire en dessous de 4 pouces d'épaisseur.

Notes et références

  1. Selon le Grand dictionnaire terminologique, la pêche blanche concerne toute pêche pratiquée l'hiver et pas seulement la pêche sur glace.
  2. a et b Jacques Lacoursière, Histoire populaire du Québec : Des origines à 1791, Septentrion, , 488 p. (ISBN 9782894480502, présentation en ligne), p. 43-44
  3. Communiqué de presse, « La finale du concours de pêche blanche du Saguenay combinée avec la Tournée de films chasse et pêche 2008 », sur http://www.lbr.ca, Le Bulletin Régional Saguenay-Lac-St-Jean, (consulté le 20 décembre 2009)
  4. La pêche blanche - Une activité hivernale à découvrir, publicité dans Le Quotidien, Saguenay, 5 décembre 2009, p. 88.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes