Oricourt

Oricourt
Oricourt
Haute-cour du château.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Villersexel
Maire
Mandat
Séverine Courvoisier
2020-2026
Code postal 70110
Code commune 70396
Démographie
Population
municipale
38 hab. (2018 en stagnation par rapport à 2013)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 35′ 46″ nord, 6° 23′ 37″ est
Altitude Min. 278 m
Max. 393 m
Superficie 3,65 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Lure
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Villersexel
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Oricourt
Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône
Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Oricourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Oricourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Oricourt

Oricourt est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Son territoire comprend une colline sur le flanc nord de laquelle le village est construit. Son altitude varie de 278 à 393 mètres, la mairie se situant à 344 mètres. La commune fait partie des collines pré-jurassiennes et comprend une grande partie de forêt.

L'histoire de la commune est marquée par la présence d'un fief. Elle est connue pour son château fort ; le tourisme y est assez développé.

Géographie

Le territoire communal dans son contexte local.

Situation

Oricourt se trouve au sud-est de l'arrondissement de Lure. Elle est située au sud de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté, dans l'est de la France. Les villes les plus proches sont Lure (12 km), Vesoul (17 km) et Héricourt (27 km)[1].

Communes limitrophes

Rose des vents Montjustin-et-Velotte Arpenans Rose des vents
N
O    Oricourt    E
S
Oppenans Aillevans

Topographie

Le village est bâti sur les hauteurs d'un petit massif. L'altitude varie de 278 à 393 mètres[1].

Hydrographie

Le ruisseau du Pré de la Croix s'écoule au nord de la commune et rejoint le Lauzin qui longe la commune à l'ouest, ensemble ils vont ensuite se jeter dans l'Ognon . Une source d'eau potable est captée[1].

Géologie

Oricourt est construite sur le plateau de Haute-Saône, sur un sol daté du Trias supérieur et moyen recouvert d'alluvions du Quaternaire près des cours d'eau. La commune se trouve dans le voisinage immédiat du bassin houiller keupérien de Haute-Saône, notamment exploité pour son gypse, son sel gemme (sous forme de saumure) et sa houille à Vy-lès-Lure, Gouhenans, Mélecey où encore Saulnot[3], elle est construite sur le gisement de schiste bitumineux de Haute-Saône daté du Toarcien[4].

Climat

Oricourt possède un climat semi-continental à influence montagnarde[5].

Nuvola apps kweather.png Relevés des précipitations et heures d'ensoleillement à Lure[6]
Mois Janv. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Total année
Heures moyennes d'ensoleillement 54.1 85.9 124 159.6 190.5 218.2 251.7 220.6 175.1 126.3 71.2 55.7 1732.8
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 92.8 78.3 80.6 74.9 93.2 90.1 78 89.2 79.6 76.8 101.6 101 1036
Moyennes mensuelles de la vitesse du vent (km/h)
Nuvola apps kweather.png Relevés de températures à Lure
Mois Janv. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Moyenne année
Températures minimales moyennes (°C) -2.7 -1.9 0.2 2.8 6.7 9.9 11.6 11.4 8.7 5.2 0.9 -2.1 4.2
Températures moyennes (°C) 0.8 2.5 5.4 8.7 12.8 16.1 18.2 17.8 14.9 10.5 4.9 1.4 9.5
Températures maximales moyennes (°C) 4.2 6.9 10.6 14.7 18.9 22.3 24.7 24.1 21 15.8 8.9 4.8 14.7

Faune et Flore

Villersexel est couverte d'une forêt de feuillus comprise entre l'étage collinéen et l'étage montagnard du massif du Jura. La commune compte 8 espèces indigènes (Platanthera bifolia, Orchis mascula, Lathyrus, Neottia nidus-avis , Himantoglossum hircinum, Anacamptis pyramidalis, Anacamptis morio, Sus scrofa Linnaeus et Capreolus capreolus)[7].

Urbanisme

Typologie

Oricourt est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[8],[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lure, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 33 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[11],[12].

Occupation des sols

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (57,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (57,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (42,9 %), prairies (31,8 %), zones agricoles hétérogènes (24,9 %), terres arables (0,4 %)[13].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[14].

Morphologie et urbanisme

Oricourt est un village de campagne qui fait partie du SCOT du pays des Vosges saônoises[15].

Logement

En 2016, le nombre total de logements à Oricourt était de 24 dont 18 résidences principales, 3 résidences secondaires et logements occasionnels et 3 logements vacants. La commune totalisait 21 maisons et 1 appartement[A 1]. La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 94,4 %, en 2016. Il n'existe pas de logements HLM[A 2].

Risques naturels et technologiques

La commune est installée sur une zone sismique de niveau 3. Il existe des risques géologiques localisés à cause de la présence de cavités minières (possibilités de mouvements de terrains miniers). Il existe également des risques liés au transport de matières dangereuses[16].

Transport et voies de communications

La commune est située à proximité du passage de la LGV Rhin-Rhône, la gare la plus proche est celle de Belfort - Montbéliard, située à 38 km. La gare de Lure est établie à 12 km, sur la ligne de Paris-Est à Mulhouse-Ville[1].

La commune est traversée par la départementale 123 reliée à un axe plus importants : la départementale 486 qui relie la double-voie expresse E54 et la nationale 19 à l'autoroute A36[1].

Toponymie

Le nom d'Oricourt proviens du nom de la famille de seigneur propriétaire du château fort[B 1].

Histoire

Moyen Âge

Le Chancelier Rollin, seigneur d'Oricourt, peint en 1443 par Rogier van der Weyden.

La première mention d'Oricourt dans les textes date de 1156[réf. nécessaire]. En 1170, un différend éclate entre Gaucher d'Oricourt et l'abbaye de Bellevaux ; Amédée II de Montfaucon intervient alors comme médiateur et se porte garant de Gaucher[B 1].

Le fief d’Oricourt était très réduit au XIIIe siècle, et comportait le territoire des communes actuelles d'Oricourt, Oppenans, plus une partie d'Aillevans, Arpenans, Borey et Moimay[réf. nécessaire].

En 1406, les terres appartiennent à Jean de Blamont issue d'une famille originaire de Lorraine ayant fait des alliances dans le comté de Bourgogne. Ces terres intègrent par la suite la seigneurie de Montjustin[B 1],[B 2].

Temps modernes

Des terriers sont rédigés en 1464, 1548 puis de 1607 à 1614 pour établir les droits des seigneurs et des habitants dans la circonscription du village[B 2].

Époque contemporaine

Une carrière exploitée du calcaire daté du Jurassique au milieu du XIXe siècle[B 2].

Oricourt a été réuni à Aillevans en 1807 et est redevenue une commune en 1819[17].

Politique et administration

Carte départementale représentant en rouge la communauté de communes du Pays de Villersexel.

Rattachements administratifs et électoraux

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Elle fait partie depuis 1793 du canton de Villersexel[17]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, le canton s'est agrandi, passant de 32 à 47.

Intercommunalité

La commune s'est associée avec d'autres dès 1965 dans le cadre d'un syndicat intercommunal à vocation multiple (SIVOM), prédécesseur de l'actuelle communauté de communes du Pays de Villersexel, dont elle demeure membre.

Liste des maires

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 André Lonchampt    
mars 2008[18] mai 2020 Sylvain Morisot    
mai 2020[19] En cours
(au 6 juin 2020)
Séverine Courvoisier    

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[21].

En 2018, la commune comptait 38 habitants[Note 3], en stagnation par rapport à 2013 (Haute-Saône : −1,23 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
186185194202200190210178180
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
177176173159150140126122117
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
122115107888982755949
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
384329262828313138
2017 2018 - - - - - - -
3838-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités

Le château a accueilli en son premier festival de jazz de l'association BledArt[23].

Économie

En 2016, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 21 personnes, parmi lesquelles on comptait 81,0 % d'actifs dont 52,4 % ayant un emploi et 28,6 % de chômeurs contre 10,5 % en 2011[A 3].

On comptait trois emplois dans la zone d'emploi, chiffre stable depuis 2011. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 11, l'indicateur de concentration d'emploi est de 27,3[A 4]. Le taux d'activité parmi les 15 ans ou plus a atteint 48,6 % en 2016[A 4].

Au , Oricourt comptait trois établissements, le premier dans l'agriculture (l’élevage bio du Sépoix[24]), le deuxième dans le commerce divers et le troisième dans le secteur administratif[A 5].

L'agriculture communale est dominée par le polyélevage tandis que les alentours sont davantage orientés vers l'élevage bovin pour la production de lait de vache[25].

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Le château médiéval

Le château d'Oricourt, datant des XIIe, XVe, XVIIIe et XIXe siècles[26], propriété privée[27], est le château fort le mieux conservé de Franche-Comté[28].

Entouré par de profonds fossés, il est protégé par deux enceintes complétées de deux hautes tours carrées de plus de 25 mètres, d'une tourelle intermédiaire, de la tour dite « des latrines » et d'un moineau. La première enceinte enserre la basse-cour avec ses bâtiments de ferme, et la deuxième la haute-cour avec ses habitations primitives. Dans cette dernière, on trouve des caves, une boulangerie, des galeries, une tourelle d'escalier, un puits de 2 mètres de diamètre et 22 mètres de profondeur, une citerne, une vaste salle à manger et une chapelle dont la restauration et l'ouverture au public est programmée. Le donjon, primitivement bien plus haut qu'aujourd'hui, a été transformé au XVIIIe siècle avec le percement de grandes fenêtres et la construction d'une immense charpente et toiture très aiguë.

Hors les murs côté village se situe le colombier du château, bâti en 1690 et comportant encore l'ensemble de ses boulins en torchis, accessibles grâce à une échelle tournante récemment restaurée. Il a remplacé un premier pigeonnier situé en contrebas de la forteresse à proximité de la "cuve", rare puisoir médiéval encore en eau aujourd'hui, qui alimentait le potager du château.

Le plus illustre propriétaire que le château ait connu fut Nicolas Rolin, chancelier de Bourgogne, au XVe siècle, fondateur des hospices de Beaune et immortalisé par Jan Van Eyck dans : « La Vierge du chancelier Rolin » conservé au Louvre.

La mairie

Maison ancienne.

Construite au milieu du XIXe siècle en deux temps, sur une place aplanie par les habitants de l'époque, elle dispose d'un clocheton élevé en 1900, couvert en ardoise (originellement en "écaille de poisson"), et surmonté d'un magnifique coq. Elle a abrité l'école communale jusque dans les années 60.

Les maisons anciennes

Le village est constitué de plusieurs maisons anciennes, datant de la fin du XVe au XIXe siècle[29]. En 2002, l'une d'elles a reçu pour sa restauration le premier label délivré par la fondation du Patrimoine en Franche-Comté. L'ancien four banal, transformé en habitation, a été construit en 1687 parallèlement au second colombier.

Les fontaines et les puits

Il demeure trois fontaines dans le village: la grande Fontaine du Centre, du XIXe siècle[29], bâtie en grès de différentes couleurs et remise en eau en 2016 par le biais d'une souscription, la Fontaine de la Perrotte, datant de 1882, construite en grès rose et malheureusement ruinée, et la Fontaine du Bas, en fonte, installée en 1902 et toujours en eau aujourd'hui. À noter un puits de marque Dragor sur la place du village, installé en 1932 à proximité de la mairie.

Les calvaires

Grande croix du centre.

Sur une base chanfreinée datant probablement du XVIe siècle, la grande Croix du Centre a été refaite en pierre en 2009, en remplacement et sur le modèle de la croix précédente en bois. La Croix de la Perrière, en fer forgé, a vu sa base octogonale de pierre refaite en 2010. Cette même année, la Croix du Mont actuelle a remplacé une simple croix de bois. Les trois calvaires ont été restaurés en 2009 et 2010[29].

Personnalités liées à la commune

  • Famille d'Oricourt.

Héraldique

Voir aussi

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • L. Suchaux, La Haute-Saône : dictionnaire historique, topographique et statistique des communes du département, (lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références

Site de l'Insee

  1. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  4. a et b EMP T5 - Emploi et activité.
  5. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2014.

Références aux ouvrages en bibliographie

  1. a b et c L. Suchaux 1866, p. 131.
  2. a b et c L. Suchaux 1866, p. 132.

Autres sources

  1. a b c d et e « Carte IGN de Oricourt » sur Géoportail..
  2. Édouard Thirria, Manuel à l'usage de l'habitant du département de la Haute-Saône, (lire en ligne), p. 184-185.
  3. Marcel Lanoir, Carburants rhodaniens : les schistes bitumineux, notamment dans la Haute-Saône, vol. 7, coll. « Les Études rhodaniennes », (lire en ligne), p. 328.
  4. « Les types de climats en France, une construction spatiale », sur cybergeo.revues.org (consulté le 17 octobre 2015).
  5. « Luxeuil, Haute Saône(70), 271m - [1961-1990] », sur www.infoclimat.fr (consulté le 17 septembre 2009).
  6. INPN, « Inventaire du patrimoine naturel d'Oricourt », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 29 octobre 2015).
  7. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  8. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Lure », sur insee.fr (consulté le 3 avril 2021).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 16 mai 2021)
  13. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 16 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  14. « SCOT du pays des Vosges saônoises » [PDF], sur haute-saone.gouv.fr (consulté le 21 octobre 2015).
  15. « Oricourt : État des risques naturels, miniers et technologiques », sur georisques.gouv.fr (consulté le 12 août 2017).
  16. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, publiée le 23 janvier 2013, consultée le 18 juillet 2013
  18. « Séverine Courvoisier élue maire », sur L'Est républicain, (consulté le 6 juin 2020).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. « Musique - Jazz au Château d’Oricourt samedi 10 septembre : Sept heures de jazz non-stop », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  23. « 2.500 poules à l’élevage du Sépoix », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  24. « Orientation technico-économique de la commune », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le 18 avril 2020).
  25. « Le Château », notice no PA00102236, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. « Colette et Jean-Pierre Cornevaux restaurent le château d’Oricourt depuis 35 ans », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Le couple a sauvé le château des oubliettes et l’a remis sur une carte touristique avec 12.000 visiteurs par an. Ce qui lui vaut une belle quatrième place des sites les plus visités de la région. Le château est classé site historique en 1913, puis monument historique en 1984. « Nous avons conservé l’existant », note Jean-Pierre avec satisfaction. « Restaurer, c’est sauvegarder », ajoute Colette. L’objectif n’était pas de reconstruire à neuf l’édifice, ni d’en faire le lieu d’animations tapageuses. « Ce n’est pas Disneyland ».
  27. « Un édifice enraciné au Moyen-Âge », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Édifié vers le milieu du XIIe siècle sur le bord d’un plateau, face à la plaine de Lure, Oricourt est un château fort à double enceinte (basse cour et haute cour) (...) Oricourt est actuellement le château fort le mieux conservé de Franche-Comté. Un lieu pédagogique et une architecture originale à découvrir ! ».
  28. a b et c « La souscription est lancée pour la fontaine », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).