Oradour-sur-Vayres

Oradour-sur-Vayres
Oradour-sur-Vayres
Blason de Oradour-sur-Vayres
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement Rochechouart
Intercommunalité Communauté de communes Ouest Limousin
Maire
Mandat
Richard Simonneau
2020-2026
Code postal 87150
Code commune 87111
Démographie
Population
municipale
1 490 hab. (2018 en diminution de 3,25 % par rapport à 2013)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 00″ nord, 0° 52′ 04″ est
Altitude Min. 246 m
Max. 370 m
Superficie 39,09 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Rochechouart
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Oradour-sur-Vayres
Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Oradour-sur-Vayres
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Oradour-sur-Vayres
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Oradour-sur-Vayres

Oradour-sur-Vayres (Orador de Vairas en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont appelés Oratoriens.

Elle est intégrée au parc naturel régional Périgord-Limousin.

Géographie

Situation de la commune d'Oradour-sur-Vayres en Haute-Vienne.

La commune se trouve dans l'emprise du cratère de la météorite de Rochechouart.

La commune se situe sur le Plateau du Limousin, dans le Massif central.

La commune d'Oradour-sur-Vayres a une superficie de 39,1 km2. La plus grande ville la plus proche est Limoges, qui est située à 33 km au nord-est.

Urbanisme

Typologie

Oradour-sur-Vayres est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (77,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (78,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (37,5 %), prairies (36,8 %), forêts (20,1 %), terres arables (3,1 %), zones urbanisées (2,5 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie

L'origine du nom d'Oradour est le mot latin oratorium qui signifie oratoire, lieu consacré à la prière[8], qui a donné orador en occitan[Note 2]. Historiquement la commune fait partie de l'aire culturelle occitane.

Histoire

Léon Roche, maire de 1921 à 1940 (destitué par Vichy le 3 octobre 1940)[9] , est le seul parlementaire de la Haute-Vienne (député SFIO de l'arrondissement de Rochechouart) à ne pas voter les pleins pouvoirs à Philippe Pétain le 10 juillet 1940. Il entrera dans la résistance en 1941[10].

Le 2 mars 1943, des jeunes d'Oradour-sur-Vayres refusent de passer la visite médicale du Service du travail obligatoire et manifestent contre le Régime de Vichy. Ils partent dans la forêt de Gaboureau y former un maquis, en creusant des caches dans le tuf. [11],[12]

Jean Fredon (1911-1944), résistant, y fut fusillé avec le capitaine Raymond Faro, chef départemental de l’Armée secrète et sont enterrés à Oradour-sur-Vayres. Une stèle en leur honneur a été érigée dans la cour de l’ancienne prison de Tulle. Aujourd’hui devant une école primaire rappelle le souvenir de cette tragique disparition. Le nom de Jean Fredon a depuis été donné à une rue de Limoges.

L'après midi du , des résistants Francs-tireurs et partisans de St-Junien font dérailler un convoi ferroviaire allemand à Puymoreau, sur la ligne Rochechouart-Oradour-sur-Vayres[13]. Le 19 juillet, un train blindé réussit à s'approcher d'Oradour-sur-Vayres et les combats reprennent, avec l'appui des FTP de Pressac et Gaboureau et l'Armée Secrète de la forêt de Boubon . Finalement, les allemands se replient : 7 maquisards y perdront la vie.[14] Oradour-sur-Vayres est alors libérée.

Politique et administration

Tendances politiques et résultats

Liste des maires

Liste des maires successifs[15]
Période Identité Étiquette Qualité
2008 En cours Guy Ratinaud[16] DVG  
1989 2008 Jean Caperan    
1971 1989 Robert Morange DVD Conseiller général
1945 1971 Pierre Chambord PCF Conseiller général du canton d'Oradour-sur-Vayres (1951-1970)
1945 1945 Georges Boyer    
1943 1945 Louis Moreau    
1941 1943 Henri Descubes    
1921 1941 Pierre-Léon Laubanie-Roche    
1884 1921 Marie-Léon Roche    
1878 1884 Ferréol Ferrand    
1865 1877 Édouard Longeaud-Laubanie    
1852 1865 François, Théophile Longeaud-Desbrosses    
1848 1852 Alexandre Longeaud-Laubanie    
1836 1848 François,Léonard Ducombeau    
1831 1836 Etienne, Pierre Longeaud-Desbrégères    
1815 1831 Jean-Baptiste Longeaud-Lagrange    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[18].

En 2018, la commune comptait 1 490 habitants[Note 3], en diminution de 3,25 % par rapport à 2013 (Haute-Vienne : −0,71 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 5642 8392 8682 9763 0583 3483 1283 3653 446
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 3313 3103 2712 9623 1773 3353 4543 3313 293
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 2563 3213 3453 0062 9822 7152 5862 4042 234
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
2 3022 0861 9471 8411 8111 6361 5301 5221 514
2018 - - - - - - - -
1 490--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

La voie verte des Hauts de Tardoire offre un itinéraire sécurisé d'Oradour à Châlus à pied, vélo, ou roller[21].

Les fêtes de la Saint-Christophe se tiennent à Oradour pendant quatre jours et quatre nuits le dernier week-end de juillet: la plus grande fête foraine de la région, la course cycliste, la corrida des feuillardiers, le corso fleuri, les bandas, majorettes et le feu d'artifice attirent jusqu'à 80 000 visiteurs.

Généralités historiques

Vestiges préhistoriques et antiques

Le dolmen de la Tamanie fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [23].

  • Deux tumulus près de la gare.
  • Station néolithique au plateau de Parade

Architecture civile

Maisons près de l'église.
  • Les Chalards : vestiges d'un camp retranché du haut Moyen Âge.
  • Château du Puychevalier, appelé aussi Château Desbrosses (XVIIe siècle) : tourelle. En 1574, il est fait mention d'un François Hugonneau, qui prit plus tard le titre d’écuyer et de seigneur des Brosses-d’Oradour, qui épousa Jeanne de Rousiers, fille de Gabriel, archer de la garde du roi sous François Ier, et de Françoise de Rousiers de Chéronnac.

Pierre Longeaud-Desbrégères, bourgeois, l'acquis en 1786.

  • Souterrain-refuge médiéval de 55 m, sous la rue Torte.

Architecture sacrée

  • Église St Christophe reconstruite à la fin du XIXe siècle : clocher de l'ancienne église XIe siècle (église délabrée démolie en 1877) ; bénitier monolithe en granit sous le porche, de l'ancienne église ; vitraux XIXe siècle.
  • Nombreuses fontaines guérisseuses : de l'Élysée contre l'épilepsie ; Saint-Christophe contre les maux de ventre ; de Javelaud contre les rhumatismes ; du "Bouna", des Raques, du Ras.

Patrimoine environnemental

La commune présente deux zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF).

  • La ZNIEFF continentale de type 2 de la « vallée de la Tardoire (du moulin de Cros à Peyrassoulat) »[24], soit 2 130,31 hectares, concerne dix communes[Note 4] dont Oradour-sur-Vayres.
  • La ZNIEFF continentale de type 1 de l'« étang de la Monnerie (vallée de la Tardoire) »[25], soit 30,11 hectares, concerne Cussac et Oradour-sur-Vayres. Cette ZNIEFF comprend une chênaie mésophile et une aulnaie-saulaie marécageuse, une mégaphorbiaie de plaine à angéliques, des bras morts de la Tardoire et des mares. On y trouve le râle d'eau (Rallus aquaticus ), la loutre (Lutra lutra), l'hespérie à miroirs (Heteropterus morpheus, papillon menacé en Limousin), le galéruque à 4 taches (Phyllobrotica quadrimaculata) ou le Gnorimus variabilis octopunctatus. Cette ZNIEFF est complètement incluse dans la ZNIEFF de la « Vallée de la Tardoire (du moulin de Cros à Peyrassoulat) »[24].

Personnalités liées à la commune

Naissance

Héraldique

Blason de Oradour-sur-Vayres Blason
D'or au lion couronné de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes et cartes

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Voir aussi Oradour au nord-ouest du département, Oradour-Saint-Genest et Oradour-sur-Glane en Haute-Vienne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  4. Les dix communes de la ZNIEFF de la « Vallée de la Tardoire (du moulin de Cros à Peyrassoulat) » sont : Châlus, Champagnac-la-Rivière, Champsac, Chéronnac, Cussac, Maisonnais-sur-Tardoire, Oradour-sur-Vayres, Saint-Bazile, Saint-Mathieu et Les Salles-Lavauguyon.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 20 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références

  1. Carte IGN sur Géoportail
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 20 avril 2021)
  8. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 509..
  9. « liste des maires du département de la haute vienne », sur archives haute vienne (consulté le 28 mai 2015).
  10. pascal Plas, visages de la resistance, lucien souny, 249 p. (ISBN 2-84886-033-2), p. 14.
  11. pascal Plas, visages de la resistance, lucien souny, 249 p. (ISBN 2-84886-033-2), p. 97.
  12. roger Chastaingt, des ftp limousins au combat, lucien souny, 195 p. (ISBN 2-907261-27-4), p. 43.
  13. « bouby henri », sur maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr (consulté le 28 mai 2018).
  14. « carreau andré », sur maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr (consulté le 28 mai 2018).
  15. « Les maires de la commune » (consulté le 18 avril 2011).
  16. Site officiel de la préfecture de Haute-Vienne - liste des maires (doc pdf)
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. La voie verte sur Véloroutes et voies vertes
  22. Notice no PA00100410, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. a et b « Vallée de la Tardoire (du moulin de Cros à Peyrassoulat) » - 740000072. Fiche et cartographie ZNIEFF Natura 2000.
  24. « Étang de la Monnerie (vallée de la Tardoire) » - 740120048. Fiche et cartographie ZNIEFF Natura 2000.