Offensive des talibans de 2021

Offensive des talibans de 2021
Description de cette image, également commentée ci-après
Situation au 7 septembre 2021
Territoire contrôlé par les talibans
Territoire contesté
Territoire contrôlé par le gouvernement afghan
Informations générales
Date
(3 mois et 14 jours)
Lieu Afghanistan
Casus belli Retrait progressif des forces internationales.
Issue

Victoire des talibans :

Changements territoriaux 228 districts et 33 capitales provinciales passent sous le contrôle des talibans.
Belligérants
Flag of Taliban.svg Taliban Flag of Jihad.svg Al-Qaïda[3]
Soutiens :
Flag of Tehrik-i-Taliban.svg Tehrik-e-Taliban Pakistan[3]
Flag of Lashkar-e-Taiba.svg Lashkar-e-Toiba[3]
Jaishi-e-Mohammed.svg Jaish-e-Mohammed[3]
Flag of Harkat-ul-Mujahideen.svg Harakat ul-Mujahidin[3]
Drapeau de l'Afghanistan République islamique d'Afghanistan
Drapeau des États-Unis États-Unis[4],[5],[6]
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni[7]
Flag of the Resolute Support Mission.svg Mission Resolute Support
Commandants
Flag of Taliban.svg Haibatullah Akhundzada
Flag of Taliban.svg Abdul Ghani Baradar
Flag of Taliban.svg Mohammad Yaqoub
Flag of Taliban.svg Suhail Shaheen 
Flag of Taliban.svg Abdul Khaliq [8]
Flag of Taliban.svg Mawlawi Mubarak [9]
Flag of Taliban.svg Qari Khalid [10]
Flag of Taliban.svg Seraj Haqqani[2]
Drapeau de l'Afghanistan Ashraf Ghani
Drapeau de l'Afghanistan Amrullah Saleh
Drapeau de l'Afghanistan Abdullah Abdullah
Drapeau de l'Afghanistan Hamdullah Mohib 
Drapeau de l'Afghanistan Bismillah Khan Mohammadi 
Drapeau de l'Afghanistan Hibatullah Alizai
Drapeau de l'Afghanistan Ahmad Massoud
Drapeau de l'Afghanistan Abdul Rachid Dostom
Drapeau de l'Afghanistan Atta Muhammad Nur 
Drapeau de l'Afghanistan Ismail Khan  Reddition[11],[12]
Drapeau de l'Afghanistan Khyal Nabi Ahmadzai  Reddition[12]
Drapeau des États-Unis Joe Biden
Drapeau des États-Unis Mark A. Milley
Drapeau des États-Unis Kenneth McKenzie 
Drapeau du Royaume-Uni Boris Johnson
Forces en présence
Flag of Taliban.svg 55 000 à 85 000 hommes[13],[14]
Flag of Jihad.svg 400 à 600 hommes[15]
Drapeau de l'Afghanistan 100 000 à 354 000 hommes[16],[14],[17]
Drapeau des États-Unis 5 000 hommes[18]
Pertes
Flag of Taliban.svg
9 819 morts
5 472 blessés
54 prisonniers
(selon la république islamique d'Afghanistan)
Drapeau de l'Afghanistan
1 537 morts
972 blessés.
677 prisonniers
2 324 déserteurs
Civils :
1 031 morts
2 043 blessés
244 000 déplacés internes

Guerre d'Afghanistan

Batailles

Kandahar, Lashkar Gah, Kaboul

L'offensive des talibans de 2021 est une offensive militaire victorieuse menée par les talibans contre le gouvernement afghan et ses alliés, qui coïncide avec le retrait des troupes américaines d'Afghanistan.

Entre le et le , les talibans prennent 228 districts au gouvernement afghan, lequel finit par s'effondrer. Le 15 août 2021, ils entrent dans Kaboul sans combattre et reprennent le pouvoir vingt ans après en avoir été chassés.

Contexte

En octobre 2001, une coalition internationale menée par les États-Unis intervient en Afghanistan devenu un sanctuaire du djihadisme international, dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001 et chasse les talibans du pouvoir qu'ils ont conquis en 1996 à l'issue d'une longue guerre civile. Fin 2014, les forces de l'OTAN achèvent leur mission militaire dans le pays, laissant ainsi les talibans recommencer à en contrôler de larges pans[19]. Au bout de dix-huit ans de présence militaire, portant à bout de bras un régime plus libéral[20] et les différents gouvernements qui ont pris la suite des talibans à Kaboul, les États-Unis, sous la présidence de Donald Trump, signent le 29 février 2020 à Doha, un accord avec les représentants talibans, censé déboucher sur le retrait total des troupes américaines, la contrepartie étant des garanties « antiterroristes », répondant « à la raison première de l'intervention américaine, les attentats du 11-septembre »[21]. Il incombe ensuite à l'administration Joe Biden de mener à bien ce retrait, qui s'accélère au printemps 2021.

Pendant la guerre civile afghane de 1996-2001, les dernières zones à échapper au contrôle de l'Émirat islamique d'Afghanistan se trouvaient dans le nord-est du pays, notamment dans les provinces du Badakhchan et du Nouristan qui servaient de bases à l'Alliance du Nord. Selon l'Afghanistan Analysts Network , la décision des talibans de concentrer leurs forces armées au nord 20 ans plus tard, pourrait manifester une tentative d'empêcher la création d'une seconde Alliance du Nord après le retrait des troupes américaines.

Chronologie

Premières avancées des talibans

Mai 2021

Situation en Afghanistan au .

Au mois de mai, période coïncidant avec le retrait des troupes américaines, les talibans ont pris 15 districts au gouvernement afghan, dont les districts de Nirkh  et Jalrez  dans la province de Wardak. Parmi les emplacements capturés se trouvait le barrage de Dahla  dans la province de Kandahar, le deuxième plus grand barrage d'Afghanistan.

Au cours du mois, 405 membres des forces nationales de sécurité afghanes  et 260 civils ont été tués lors des affrontements avec les talibans, tandis que le ministère afghan de la Défense  a affirmé avoir tué 2 146 combattants talibans.

À la fin du mois de mai, le Portugal, la Slovénie, l'Espagne et la Suède ont complètement retiré leurs forces d'Afghanistan.

Juin 2021

Rassemblement de troupes pro-gouvernement dans la province de Djozdjan, le .

Au mois de juin, les talibans ont capturé 69 districts du gouvernement afghan et sont entrés dans les villes de Kondoz et Pol-e Khomri. Pendant ce temps, la ville de Mazar-I-Sharif était assiégée par les talibans. Parmi les emplacements capturés par les talibans figurait le principal poste frontalier de l'Afghanistan avec le Tadjikistan et le district de Saydabad  dans la province de Wardak, appelé la porte d'entrée de la capitale afghane Kaboul.

En termes d'équipement, les talibans ont capturé 700 camions et Humvees des forces de sécurité afghanes ainsi que des dizaines de véhicules blindés et de systèmes d'artillerie.

Le , le chef d'état-major de l'armée afghane, les ministres de la Défense et de l'Intérieur ont été remplacés par le président Ashraf Ghani.

Au cours du mois, 703 forces nationales de sécurité afghanes et 208 civils ont été tués lors des affrontements avec les talibans, tandis que le ministère afghan de la Défense a affirmé avoir tué 1 535 combattants talibans.

Juillet 2021

Situation au 25 juillet.

Au , les talibans contrôlent 195 districts sur les 407 du pays[22].

Au , 161 membres des forces nationales de sécurité afghanes et 24 civils avaient été tués lors des affrontements avec les talibans, tandis que le ministère afghan de la Défense a affirmé avoir tué 1 163 combattants talibans depuis le début du mois. 1 500 soldats afghans ont déserté au Tadjikistan.

Au , les talibans ont capturé 47 districts du gouvernement afghan et sont entrés dans la deuxième plus grande ville d'Afghanistan, Kandahar.

Le , un porte-parole des talibans de Moscou, en Russie, a déclaré que le groupe "contrôlait 85% du territoire afghan" et a souligné qu'il "ne faisait pas partie de l'accord" avec les États-Unis de ne pas attaquer les autorités administratives afghanes. Les autorités russes ont également déclaré avoir travaillé avec le groupe pour assurer la sécurité du Tadjikistan voisin contre toute menace étrangère. De l'autre côté, le gouvernement afghan s'est engagé à reprendre tous les districts saisis par les talibans.

Au , les talibans contrôlent 223 districts sur les 407 du pays[23] mais aucune des trente-quatre capitales provinciales[24].

Soldats de l'armée nationale afghane au combat lors de l'offensive talibane.

Chute des capitales provinciales

Situation en Afghanistan au .

Le , des combats dans la ville de Lashkar Gah entre l'armée afghane et les talibans font plus de 40 morts et 118 blessés du côté des civils[25].

Le , Zarandj devient la première capitale d'une province afghane (celle de Nimroz) à tomber aux mains des talibans depuis le lancement de leur offensive[26]. Puisque Zarandj aurait été capturée sans presque aucune résistance, le journaliste afghan Bilal Sarwary émet des soupçons quant à une certaine "vente" de la ville aux talibans[27] Certaines publications sur les réseaux sociaux suggèrent que les talibans ont été "accueillis" par une partie des habitants de la ville. Des images sur les réseaux sociaux montrent des combattants talibans conduisant des Humvees militaires capturés, des VUS de luxe et des camionnettes dans les rues tout en brandissant des drapeaux talibans alors que les résidents locaux, principalement jeunes, les encouragent[28]. Un messager de l'ONU averti que le pays entre dans une « phase plus meurtrière » de la guerre[29]. Les gouvernements britannique et américain invitent leurs citoyens à quitter "immediatement" l'Afghanistan au milieu de l'avancée des talibans, avant l'aggravation de la situation en matière de sécurité[30],[31].

Le , les talibans capturent Chéberghân, la capitale de la province de Djozdjan.

Le , trois autres capitales provinciales sont capturées par les talibans dans le nord du pays : Kondoz, Sar-é Pol et Tâloqân[32],[33].

Le , les talibans s'emparent « sans coup de feu » de Samangan, capitale de la province homonyme[34].

Le , deux nouvelles capitales provinciales, situés à l'extrême opposé l'une de l'autre (Farah dans le sud-ouest du pays[35] et Pol-e Khomri au nord-est), tombent aux mains des talibans. Désormais, selon un responsable des renseignements américains cité par le Washington Post, les talibans sont susceptibles de prendre Kaboul dans un délai de 90 jours (contre six mois auparavant)[36].

Dans la nuit du 10 au , les talibans s'emparent de Fayzabad, chef-lieu de la province de Badakhchan[37].

Le , l'aéroport stratégique de Kunduz passe sous le contrôle des talibans[38].

Le , les talibans prennent le contrôle de la ville de Ghazni, capitale de la province du même nom, coupant ainsi l'axe routier reliant Kaboul à Kandahar[39]. Ils s'emparent également de Hérat, troisième ville du pays par sa population[40]. Plus tard dans la journée, le Pentagone annonce, par le biais de son porte-parole John Kirby, qu'il va envoyer 3 000 soldats dans la capitale afghane pour permettre l'évacuation de l'essentiel du personnel diplomatique américain qui s'y trouve. Le ministère de la Défense britannique effectue une déclaration similaire[41].

Le , les talibans s'emparent de Kandahar, leur capitale historique et deuxième ville du pays par sa population. Ils investissent également deux nouvelles capitales provinciales : Lashkar Gah (Helmand) et Chaghcharan (Ghor)[42], première cité majeure du Hazaradjat à tomber sous leur coupe.

Le 14 août, les talibans continuent leur « progression éclair » en s'emparant de la quatrième plus grande ville d'Afghanistan Mazar-i-Sharif[43]. À l'issue des avancées talibanes, le gouvernement afghan annonce la constitution d'une délégation pour de potentielles négociations[44].

Prise de Kaboul

Dans la nuit du 14 au 15 août, quelques heures après avoir capturé Mazar-i-Sharif, les talibans s'emparent sans combats de Jalalabad à l'est du pays[45]. La ville de Kaboul est alors complètement encerclée et seule « une poignée de villes mineures » demeurent encore sous contrôle du gouvernement[44].

Le 15 août, au matin, les talibans pénètrent dans Kaboul par l'ouest, où ils contrôlent trois districts de la province (Kalakan, Qarabagh et Paghman)[46]. Dans l'après-midi, le président afghan Ashraf Ghani démissionne et quitte le pays. Les talibans entrent dans le palais présidentiel[47]. Après avoir refusé tout potentiel gouvernement de transition soutenu par les Américains ou un quelconque partage du pouvoir, ils annoncent le rétablissement de l'Émirat islamique d'Afghanistan dès l'offensive terminée[48],[49],[50].

Poursuite de la résistance après la chute de Kaboul

Le , le vice-président Amrullah Saleh s'autoproclame président par intérim et invite la population à adhérer à la résistance aux talibans. De son côté, Ahmad Massoud, fils d'Ahmed Chah Massoud, ancien dirigeant de l'Alliance du Nord, commence à rassembler les restes des forces gouvernementales dans le nord de la province du Pandjchir, en vue de l'organisation de la Résistance du Pandjchir aux talibans[51],[52],[53]. Le 20 août, les loyalistes annoncent avoir repris le contrôle du district de Puli Hisar à l'ouest du Pandjchir[54].

Ahmad Massoud répète qu'il n’abdiquera pas face aux talibans et déclare le qu’il espérait qu’un dialogue puisse s’ouvrir avec les talibans. Depuis son bastion dans la vallée du Pandjchir, au nord-ouest de la Kaboul, il dirige un mouvement de résistance composé d’anciens membres des forces de sécurité afghanes et de miliciens. Il a appelé à la formation d’un gouvernement où l’ensemble des différents groupes ethniques du pays seraient représentés, ce qui est la seule chance, selon lui, pour qu’un régime puisse être reconnu par la communauté internationale.

Jusqu’à présent les talibans s'étaient tenus éloignés du Pandjchir, mais essayent maintenant d’envahir la zone. Ils ont déclaré sur Twitter que des centaines de combattants faisaient route vers le Pandjchir. Un proche d’Ahmad Massoud considère pour sa part qu’aucun signe n’indiquait que des véhicules du mouvement islamiste étaient entrés dans la vallée et qu’aucun combat n’avait été rapporté[55].

Réactions

  • Drapeau de l'Allemagne Allemagne : le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas a déclaré que l’Allemagne couperait toute aide financière à l'Afghanistan si les talibans restauraient la loi islamique (charia) dans le pays après leur prise de pouvoir[56].
  • Drapeau de la République populaire de Chine Chine : le ministre des Affaires étrangères Wang Yi a critiqué la célérité du retrait des troupes de l'OTAN dirigées par les États-Unis et leur a demandé de quitter le pays de « manière responsable et ordonnée ». Alors que la plupart des pays occidentaux ont fermé leur représentation diplomatique, celle de Chine poursuit ses activités à Kaboul à la mi-août 2021[57],[58].
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : le président américain Joe Biden a défendu le retrait des troupes américaines en affirmant que le pays n'était pas allé en Afghanistan pour « construire une nation ». Biden a ajouté qu'il « n'enverrait pas une autre génération d'Américains se battre là-bas » et a souligné d'autres tentatives infructueuses d'unification de l'Afghanistan dans le passé. Il a également assuré que la sécurité des États-Unis n'était pas menacée par l'issue des combats internes en Afghanistan.
  • Drapeau de l'Indonésie Indonésie : Judha Nugraha, le directeur de la protection des citoyens et des entités légales à l'étranger au ministère des Affaires étrangères, a déclaré : « Pour les citoyens indonésiens qui n'ont pas d'affaires très urgentes, il est conseillé de quitter l'Afghanistan immédiatement[59]. » La première commission  du Conseil représentatif du peuple, qui s'occupe des questions de politique internationale, a exhorté le gouvernement à œuvrer pour « la réalisation d'un cessez-le-feu et promouvoir la paix entre les parties belligérantes », affirmant que c'était là le rôle de l'Indonésie « en tant que pays musulman »[60].
  • Drapeau de l'Iran Iran : le député Mojtaba Zonnour a déclaré que les talibans sont « une partie indéniable de la réalité en Afghanistan » et qu'ils ne devraient pas être assimilés à des groupes terroristes islamistes comme Daech ou Al-Qaïda[61]. Le plus vieux marja-e taqlid du pays, Lotfollah Safi Golpaygani , a pour sa part affirmé que faire confiance aux talibans est « une erreur grave et irréparable »[62].
  • Drapeau des Nations unies ONU Après la réunion du Conseil de sécurité une déclaration a été publiée contre la restauration de l'Émirat islamique d'Afghanistan en Afghanistan[63].
  • Drapeau de l'OTAN OTAN : l'alliance du traité de l'Atlantique Nord se réunit à Bruxelles après la prise de Kandahar le 13 août 2021. Le secrétaire général, Jens Stoltenberg déclare : « Les Alliés de l'Otan sont profondément préoccupés par les niveaux élevés de violence provoqués par l'offensive des talibans, notamment les attaques contre des civils, les assassinats ciblés et les informations faisant état d'autres atteintes graves aux droits de l'homme »[64].
  • Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni : le ministre de la Défense Ben Wallace a déclaré que, dans l'éventualité où les talibans arriveraient au pouvoir, le gouvernement britannique serait prêt à travailler avec eux, à condition qu'ils adhérent à « certaines normes internationales », tout en ajoutant que s'ils se comportaient « d'une manière qui est gravement contraire aux droits de l'homme », il reconsidérerait sa position à leur égard[65]. De plus, dans une critique inhabituelle de la politique étrangère des principaux alliés de son pays, Wallace a qualifié l'accord de Doha d'« accord pourri » dont « nous allons tous probablement payer les conséquences »[66].
  • Drapeau de la Russie Russie : le pays a décidé de s'appuyer sur l'Organisation du traité de sécurité collective qui regroupe l'Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Russie et le Tadjikistan. L'ambassade de la Fédération de Russie poursuit ses activités à Kaboul à la mi-août 2021[67],[68],[69].
  • Drapeau du Tadjikistan Tadjikistan : face à l'afflux de soldats afghans fuyant l'avancée des talibans dans son pays, le président Emomali Rahmon a ordonné la « mobilisation de 20 000 réservistes pour renforcer la frontière », le [70].
  • Drapeau de la Turquie Turquie : le pays a proposé d'ordonner à ses troupes de protéger l'aéroport international Hamid Karzaï de Kaboul.
  • Drapeau du Vatican Vatican : l'État s'est déclaré préoccupé par la situation en Afghanistan. Le pape François a appelé sur la place Saint-Pierre au dialogue pacifique entre les parties du conflit[71].
  • Drapeau de la France France : La ministre des armées, Florence Parly annonce le lancement de l'opération APAGAN le 15 août 2021. Celle-ci a pour but d'organiser l'évacuation de centaines de ressortissants français et de bi-nationaux franco-afghans. Dans le même temps, l'ambassade de France en Afghanistan est relocalisée vers le site militarisé de l'aéroport de Kaboul[72]. De plus, le président Emmanuel Macron décide de présider un conseil de défense le 16 août 2021 à 12 heures qui sera suivi le soir même à 20 heures d'un discours. Dans ce discours, il rappelle les combats que la France a menés pour l'Afghanistan et annonce que les Afghans ayant aidés la France seront extradés. De plus il annoncera l’envoi de « forces spéciales » dans le pays[73].
  • Drapeau de l’Union européenne Union européenne : Elle ne doit pas permettre à la Russie et à la Chine de prendre le contrôle de la situation en Afghanistan a déclaré Josep Borrell lors d'une réunion extraordinaire des commissions des affaires étrangères et du développement du Parlement européen. Il estime que l'UE doit coopérer plus activement avec les États-Unis. Il a ajouté qu'une réunion virtuelle serait tenue avec ses collègues du G7 pour poursuivre la discussion sur ce sujet. Pour lui les pays de l'UE devraient établir une communication avec tous les États qui ont une influence sur les talibans et l'Afghanistan. « La Turquie, la Chine et la Russie ont reçu de nouvelles opportunités pour renforcer leur influence sur l'Afghanistan. L'Inde, le Pakistan et l'Iran ont également un impact significatif sur le pays », a ajouté Josep Borrel[74],[75].

Notes et références

  1. (en) Thomas Joscelyn, « U.N. report cites new intelligence on Haqqanis’ close ties to al Qaeda », sur LongWarJournal.org, (consulté le ).
  2. a et b (en) Thomas Joscelyn, « Taliban’s deputy emir issues guidance for governance in newly seized territory », sur LongWarJournal.org, (consulté le ).
  3. a b c d et e (en) Bill Roggio , « Taliban advances as U.S. completes withdrawal », sur LongWarJournal.org, (consulté le ).
  4. (en) Jeff Seldin, « US Airstrikes Target Taliban as Fighting Intensifies », Voice of America, (consulté le ).
  5. (en) « US air force targets Taliban position in northern Afghanistan, media reports », Afghanistan Times Daily , (consulté le ).
  6. (en) Robert Burns, « US launched several airstrikes in support of Afghan forces », The Washington Post, (consulté le ).
  7. (en) Emma Soteriou, « SAS launch operation to save 20 troops surrounded by Taliban - reports », sur LBC.co.uk, (consulté le )
  8. (en) « Taliban shadow governor for Nimruz among 25 killed in Afghan forces operations in Zaranj, Taliqan », Asian News International, (consulté le )
  9. (en) Huaxia, « Taliban key commander among 40 killed in S. Afghanistan: army », Xinhua, (consulté le )
  10. (en) Huaxia, « 17 Taliban militants killed in fresh army operation in northern Afghanistan: gov't », Xinhua, (consulté le )
  11. Nicolas Rocca, « Afghanistan: Ismail Khan, le «Lion d’Hérat» s’est rendu aux talibans », RFI, (consulté le ).
  12. a et b (en) Hannah Ritchie, « Senior Afghan officials join Taliban ranks in Herat after city falls », CNN, (consulté le ).
  13. (en) Jeff Seldin, « UN Report Shows Member States Grow Doubtful About Future of US-Taliban Deal », Voice of America, (consulté le )
  14. a et b Romain Houeix, Pourquoi l'armée afghane s'est rapidement effondrée face aux Taliban, France 24, 16 août 2021.
  15. Jean-Baptiste Naudet, « L’ombre d’Al-Qaida plane sur l’Afghanistan des talibans », L'Obs, (consulté le ).
  16. (en) Daniel Dale, « Fact-checking Biden's assertion that the Afghan military was '300,000 strong' », CNN, (consulté le ).
  17. (en) Mohib, « Afghan Ambassador: Peace Is Now a Realistic Possibility », The National Interest, (consulté le ).
  18. Le Figaro avec AFP, « Afghanistan : Biden porte à 5000 soldats le déploiement militaire à Kaboul », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  19. Julien Bouissou, « Le mollah Haibatullah Akhundzada, nouveau chef des talibans afghans », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  20. Ghazal Golshiri, « Afghanistan : les femmes en première ligne dans des tentatives de contestation vite réprimées par les talibans », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  21. « Signature d’un accord historique entre les Etats-Unis et les talibans après 18 ans de guerre », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  22. (en)Afghanistan at risk of collapse as Taliban storms the north.
  23. (en) Bill Roggio, « Mapping Taliban Contested and Controlled Districts in Afghanistan », sur Long War Journal, .
  24. En Afghanistan, les talibans à l'assaut des grandes villes.
  25. Afghanistan : 40 civils tués et 118 blessés en 24 heures à Lashkar Gah.
  26. Afghanistan : Zaranj, première capitale provinciale à tomber aux mains des talibans depuis mai.
  27. (en-US) « Taliban takes full control of Nimruz province, seizes capital | FDD's Long War Journal », sur www.longwarjournal.org, (consulté le ).
  28. (en-US) Mushtaq Mojaddidi, « Second Afghan city falls as Taliban tighten noose over countryside », sur www.timesofisrael.com (consulté le )
  29. (en) « War in Afghanistan enters ‘deadlier’ phase, UN envoy warns », sur www.aljazeera.com (consulté le ).
  30. (en-GB) Deutsche Welle (www.dw.com), « UK tells its nationals to leave Afghanistan immediately | DW | 07.08.2021 », sur DW.COM (consulté le ).
  31. (en) « US and Britain Ask Citizens to Leave Afghanistan | Voice of America - English », sur www.voanews.com (consulté le ).
  32. (en) Bill Roggio, « Taliban takes control of Afghan provincial capitals of Kunduz, Sar-i-Pul and Taloqan », sur Long War Journal, .
  33. Par Le Figaro avec AFP, « Afghanistan : Kunduz, troisième grande ville du nord tombée aux mains des talibans », Le Figaro,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  34. (en) Thomas Gibbons-Neff, Najim Rahim et Chérif Hassan, « The Taliban take a sixth provincial capital as government forces reel. », The New York Times, (consulté le ).
  35. Belga, « Les talibans s'emparent de la capitale provinciale de Farah, dans l'ouest de l'Afghanistan », sur levif.be, .
  36. (en) Dan Lamothe, John Hudson, Shane Harris et Anne Gearan, « U.S. officials warn collapse of Afghan capital could come sooner than expected », The Washington Post, (consulté le ).
  37. Afghanistan : les talibans s'emparent de Faizabad, une autre capitale provinciale du Nord.
  38. (en) Qiam Noori et Hesamuddin Hesam, « Mass surrender gives Taliban Afghan base », The Canberra Times, (consulté le ).
  39. « Afghanistan: les talibans s'emparent de la ville de Ghazni, située au sud-ouest de Kaboul », sur rfi.fr, .
  40. Afghanistan: Hérat tombée entre les mains des talibans, Kandahar sur le point de basculer.
  41. « Américains et britanniques redéploient des troupes en Afghanistan pour évacuer leurs ressortissants », Le Figaro, (consulté le ).
  42. « En Afghanistan, les talibans prennent Kandahar, deuxième ville du pays », Le HuffPost, (consulté le ).
  43. « Afghanistan : les talibans encerclent Kaboul, au terme d’une progression éclair », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  44. a et b « Afghanistan: des combattants talibans entrent dans Kaboul malgré l'ordre de rester hors de la ville », sur LEFIGARO (consulté le ).
  45. « Les talibans prennent Jalalabad, Kaboul retient son souffle », Tribune de Genève, (consulté le ).
  46. « Les talibans pénètrent dans la périphérie de Kaboul », Tribune de Genève, (consulté le ).
  47. « https://twitter.com/hugolowell/status/1426937188189720581 », sur Twitter (consulté le )
  48. « https://twitter.com/frudbezhan/status/1426932176197726212 », sur Twitter (consulté le )
  49. (en) « Afghan President Ghani relinquishes power, Taliban form interim gov't », Daily Sabah, (consulté le ).
  50. « Afghanistan : les talibans entrent dans Kaboul, le président, Ashraf Ghani, a quitté le pays », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  51. (ru) « Le vice-président de l'Afghanistan a annoncé lui-même sa proclamation de chef de l'État. Il a appelé à la résistance aux talibans », sur Meduza (consulté le ).
  52. Christophe Lamfalussy, « Dans la vallée du Panshir », La Libre Belgique, .
  53. « Amrullah Saleh se déclare président légitime », Le Soir, .
  54. (en) « Pule-Hisar district of Andarab is freed from the Taliban by local resistance forces earlier this afternoon. », sur afghanistanliveuamap, .
  55. « Ahmad Massoud n'abdiquera pas devant ls talibans », Le Monde, .
  56. (en) Liv Klingert, « Foreign minister: Germany won’t give aid to Afghanistan if Sharia law is enforced », sur Politico.eu, (consulté le ).
  57. « Moscou et Pekin maintiennent leurs ambassades à Kaboul », Les Échos, .
  58. (en) Ayaz Gul, « China: Collective Efforts Required to Contain Afghan Insecurity 'Spillover' », Voice of America, (consulté le ).
  59. (id) « Situasi Memanas, Kemlu Imbau WNI Tinggalkan Afghanistan », sur CNNIndonesia.com, (consulté le ).
  60. (id) Tendi Mahadi, « Afganistan memanas, anggota Komisi I DPR desak pemerintah evakuasi WNI », sur nasional.kontan.co.id, (consulté le ).
  61. (en) « Hardliner Lawmaker In Iran Says Taliban Are Not Like Other Militants », Iran International , (consulté le ).
  62. (fa) « آیت‌الله صافی گلپایگانی: اعتماد به طالبان اشتباهی غیرقابل جبران است », IRNA,‎ (consulté le ).
  63. (ru) « le Conseil de sécurité se déclare contre la restauration de l'Émirat islamique d'Afghanistan ( Совет Безопасности ООН выступил против восстановления исламского эмирата в Афганистане) », Nezavissimaïa Gazeta «Независимая газета»,‎ .
  64. Libération, le 13 août 2021.
  65. (en) Karim El-Bar, « UK will work with Taliban if they take power: Defense chief », Agence Anadolu, (consulté le )
  66. (en) Yaroslav Trofimov, « Taliban Seize Kandahar, Prepare to March on Afghan Capital Kabul », The Wall Street Journal, (consulté le ).
  67. (ru) « Le ministère russe des affaires étrangères explique le travail de son ambassade à Kaboul », Ria Novosti.
  68. (en) « Tajikistan Seeks Russia-Led Alliance’s Aid as Violence Builds on Afghan Border », 1, [The Moscow Times],‎ (lire en ligne, consulté le ).
  69. (ru) Россия проведёт военные учения на афганской границе Круглосуточная служба новостей RuNews24, 16 juillet 2021.
  70. « Un millier de soldats fuient les talibans au Tadjikistan », La Presse, (consulté le ).
  71. (ru) « Le pape appelle au dialogue entre les parties au conflit en Afghanistan », 1,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  72. « [Vidéo] Afghanistan : l’ambassadeur de France placé dans une zone sécurisée à Kaboul », sur Valeurs actuelles, (consulté le ).
  73. « Afghanistan : Paris organise l'évacuation des Français, Macron s'exprimera lundi soir », sur LEFIGARO (consulté le ).
  74. (ru) « Joseph Borrel-Situation en Afghanistan », Ru News 24, .
  75. « L'UE tente de se positionner sur l'Afghanistan », msn/euronews, .

Voir aussi

Liens externes