Seconde bataille de Kherson

(Redirigé depuis Offensive de Kherson (septembre 2022))
Seconde bataille de Kherson
Carte montrant la contre-offensive du Sud de l'Ukraine (en bas à gauche).
Informations générales
Date Du au
(2 mois et 13 jours)
Lieu Ukraine du Sud (Oblast de Kherson, oblast de Mykolaïv)
Issue

Victoire ukrainienne[1],[2],[3],[4]

Belligérants
Drapeau de l'Ukraine UkraineDrapeau de la Russie Russie Drapeau de la Syrie Syrie (officieusement, d'après SOHR)[7]
Commandants
Drapeau de l'Ukraine Andriy Kovaltchouk[8]
Drapeau de l'Ukraine Roman Kostenko[9]
Drapeau de la Russie Vladimir Poutine[10]
Forces en présence
Forces armées ukrainiennes

Flag of Ukraine.svg Partisans ukrainiens[16]
Bataillon spécial séparé[17]


30 000 à 35 000 hommes
Forces armées russes

Milice populaire de la RPD

Armée syrienne


20 000 à 25 000 hommes[21]
40 000 hommes[22] (en octobre, selon l'Ukraine)
Pertes
Selon la Russie :
Drapeau de l'Ukraine ~ 9 500 tués ou blessés[23]
Selon la Russie :
Drapeau de la Russie 1 200 à 1 360 tués et blessés[23]
Selon l'Ukraine :
Drapeau de la Russie 2 500 tués
5 000 blessés
600 véhicules blindés détruits au moins
200 chars détruits au moins
15 avions abattus au moins
22 hélicoptères abattus au moins
Plusieurs centaines de drones Orlan-10, Shahed 136 et Mohajer-6 abattus
9 systèmes de missiles Pantsir et Tor-M1 détruits au moins
1 barge militaire détruite au moins [24],[25],[26],[27],[28],[29],[30],[31],[32]

Front Sud de l'invasion russe de l'Ukraine

Batailles


Offensive du Nord (Jytomyr , Kiev )


Offensive du Nord-Est (Tchernihiv , Soumy, Kharkiv)


Offensive de l'Est (Donetsk, Louhansk)


Offensive du Sud (Mykolaïv, Kherson, Zaporijjia)


Frappes aériennes dans l'Ouest de l'Ukraine


Guerre navale


Crimée


Débordement


Chronologie de l'invasion de l'Ukraine par la Russie


La contre-offensive de Kherson ou seconde bataille de Kherson est lancée le 29 août 2022 par l'armée ukrainienne, pendant l'invasion russe de l'Ukraine. L'opération, qui a débuté fin août 2022, vise à reprendre l'intégralité du territoire occupé par la Russie dans les oblasts de Kherson et Mykolaïv[33]. Les analystes militaires considèrent la contre-offensive comme la troisième phase stratégique de la guerre en Ukraine, après l'invasion initiale et la bataille du Donbass[34].

Après un prélude composé de nombreuses frappes contre des cibles militaires russes, l'Ukraine annonce le début d'une contre-offensive à grande échelle le 29 août 2022[35]. Une semaine plus tard, une autre contre-offensive ukrainienne majeure commence dans le nord-est, dans l'oblast de Kharkiv.

Au 17 octobre 2022, l'Ukraine a repris de nombreuses localités et plus de 1 170 kilomètres carrés de territoire occupé[36]. Le 9 novembre, les troupes russes reçoivent l'ordre de se retirer de Kherson, la seule capitale régionale capturée depuis le début de l'invasion, puis officiellement annexée le 30 septembre 2022 par la Russie. L’armée ukrainienne reprend la ville le 11 novembre[37], atteignant ainsi l'un des objectifs majeurs de l'offensive débutée à la fin de l'été.

Contexte

Offensive russe

Secours intervenants après la frappe aérienne du bâtiment gouvernemental de Mykolaïv le 29 mars 2022.

Au cours de l'offensive du sud de l'Ukraine en février 2022, les troupes russes envahissent les oblasts de Kherson, Zaporijjia et Mykolaïv. Au début de la guerre, les troupes russes capturent plusieurs villes du sud de l'Ukraine, dont Melitopol et Kherson[38],[39], dégageant les troupes ukrainiennes vers la ville de Mykolaïv pour tenter d'atteindre Odessa depuis le sud-est, mais lors de la bataille de Voznesensk[40] les Ukrainiens arrêtent l'avancée russe. Dans l'oblast de Zaporijjia, les troupes russes progressent vers le nord, faisant reculer les militaires ukrainiens lors de la bataille d'Enerhodar, s'emparant de la ville en plus de la centrale nucléaire de Zaporijjia[41]. Les forces russes mènent également une percée vers l'est, atteignant les frontières administratives de Donetsk et de Zaporijjia.

Occupation russe

Les forces russes commencent une occupation civilo-militaire de l'oblast de Kherson le 2 mars[42]. Les autorités d'occupation auraient érigé une statue de Vladimir Lénine sur la place de la ville, introduit le programme russe dans le système scolaire local, redirigé les serveurs Internet vers la Russie, délivré des passeports russes et commencé à faire circuler le rouble[43]. Début juillet, la Russie contrôle 95% de l'oblast de Kherson et 70% de celui de Zaporijjia[44]. Des centaines de civils auraient été enlevés par les autorités russes dans les deux régions[45],[46].

Fin mai, des représentants du gouvernement russe reconnaissent les plans d'annexion des deux oblasts et imposent des conditions sur le territoire occupé à Zaporijjia[47]. Un référendum est prévu par les autorités d'occupation russes dans la région pour la fin de 2022 afin d'annexer les oblasts de Kherson et de Zaporijjia[48], mais les responsables avancent rapidement la date à l'automne[49],[50], craignant d'être retardés par l'armée ukrainienne, selon des responsables du renseignement britanniques[51]. Ce référendum est décrit comme une « imposture » par une large partie de la communauté internationale, et ses « résultats » ne sont pas reconnus en dehors de la Russie[52],[53].

Contre-attaques ukrainiennes

Avant le 9 juillet, l'Ukraine mène de nombreuses petites contre-attaques contre les forces russes, les forçant à prendre des positions défensives[54]. Le 11 mars, l'offensive russe s'arrête sur de nombreux fronts dans l'oblast de Mykolaïv, entraînant une retraite progressive à la fin du mois[55]. En avril, les autorités ukrainiennes annoncent avoir repoussé l'ennemi vers le sud jusqu'à la frontière avec l'oblast de Kherson[56].

Le 18 avril, les forces russes, de la RPD et de la LPR lancent la bataille du Donbass, déclenchant une relocalisation nécessaire de la plupart de leurs armées vers l'est[57]. L'armée ukrainienne en profite[58] et renforce ses anciennes positions dans les oblasts de Kherson et de Zaporijjia. Les contre-attaques ukrainiennes forcent les troupes russes à quitter plusieurs positions fortifiées situées le long de la frontière sud de la rivière Inhoulets[59]. Fin mai, l'Ukraine lance de suite des contre-attaques mineures à la frontière entre les oblasts de Zaporijjia et de Donetsk[60].

Au 1er juin, selon l'Institut pour l'étude de la guerre, les contre-attaques ukrainiennes dans l'oblast de Kherson ont réussi à atteindre et à perturber les lignes de communication terrestres russes le long de la rivière Inhoulets[59]. Tout au long du mois de juin, de petites parties des oblasts du nord-ouest de Kherson et du nord de Zaporijjia sont reprises par les forces ukrainiennes, avec de violents combats autour de Davydiv Brid ; cependant, la ligne principale des défenses russes n'a pas reculé comme initialement prévu[61]. Le 25 juillet, le gouverneur militaire de la région affirme que l'Ukraine a repris 44 villes et villages, soit 15 % du territoire de la région[62].

Guerre partisane

De nombreux rapports de guerre indiquent une lutte partisane dans les territoires occupés. Dans la ville de Melitopol, les chefs de la résistance ukrainienne affirment avoir tué 100 soldats russes le 5 juin[63]. À Kherson, des résistants ukrainiens bombardent un café fréquenté par les troupes russes, tuant des collaborateurs russes et détruisant les infrastructures militaires russes[64]. Des voies ferrées et des ponts sont également détruits pour empêcher le soutien aux troupes russes. Une organisation nommée « Ruban jaune  » dit avoir distribué 1 200 fanzines, à Kherson, promettant des primes pour la capture d'ennemis russes ou de matériel[65].

Prélude

Les responsables ukrainiens ont d'abord fait allusion à une offensive militaire à grande échelle de la mi-juin à la fin juin, affirmant qu'il fallait s'attendre à des « résultats visibles » des contre-offensives ukrainiennes d'ici août 2022[66]. Le 15 juin, selon un général ukrainien, si l'Ukraine reçoit des armes, elle sera en mesure de monter une contre-offensive massive d'ici l'été[67].

Le 5 juillet, l'Ukraine lance une importante campagne de bombardements contre les avant-postes russes à Melitopol, tuant 200 soldats[68]. Le 7 juillet, les forces ukrainiennes reprennent l'île des Serpents[69], permettant à l'Ukraine d'accéder à de précieux canaux maritimes et voies d'exportation de céréales[70].

Pendant ce temps, la Russie tente de renforcer son emprise sur les oblasts de Kherson et de Zaporijjia. La Russie déclare que les nouveau-nés venant au monde dans l'oblast de Kherson recevront automatiquement la citoyenneté russe, ce qui implique que la région fait dorénavant partie de la Fédération de Russie[71].

Spéculation de contre-offensive

Dans la matinée du 9 juillet, les autorités gouvernementales ukrainiennes commencent à exhorter les habitants des oblasts de Kherson et de Zaporijjia à évacuer leurs maisons en raison d'une contre-offensive ukrainienne imminente[72]. Les habitants de Kherson occupé en particulier sont invités à créer des abris pour « survivre à la contre-offensive ukrainienne »[73]. Iryna Verechtchouk, vice-première ministre ukrainienne et ministre de la réintégration des territoires temporairement occupés, met en garde contre d'intenses combats et bombardements dans les prochains jours, affirmant l'arrivée prochaine de l'armée ukrainienne[74],[75].

Le 9 juillet, le président ukrainien Volodymyr Zelensky ordonne à l'armée ukrainienne, y compris des éléments de l'OC Sud, de reprendre le territoire occupé[76],[77]. Le même jour, le ministre ukrainien de la Défense, Oleksiy Reznikov, déclare que l'Ukraine rassemble une force de combat d'un million d'hommes pour l'offensive[78]. Plus tard, Reznikov annonce un malentendu survenu lors de l'entretien, le chiffre d'un million étant le nombre total de personnes qui servent dans l'armée ukrainienne, la police, etc. En outre, il affirme qu'il n'y a pas « d'opération offensive spécifique »[79].

Le 24 juillet, un responsable de la région de Kherson, Serhiy Khlan, déclare : « la région de Kherson sera définitivement libérée d'ici septembre et tous les plans des occupants échoueront »[80].

Lors d'un article écrit plus tard dans The Atlantic, l'historien militaire Phillips O'Brien note qu'il est inhabituel pour une partie de signaler ouvertement une offensive prévue. Il suggère qu'en encourageant les Russes à déployer des soldats du côté ouest du Dniepr, puis en attaquant les ponts, cela leur créa un piège[81].

Premiers engagements

Bombardement ukrainien de l'arsenal russe dans l'oblast de Mykolaïv, le 13 juillet 2022.

Début juillet, l'armée ukrainienne se livre à des escarmouches mineures avec les forces russes. Le 11 juillet, l'armée ukrainienne signale avoir repris le village d'Ivanivka dans l'oblast de Kherson[82]. Les troupes ukrainiennes visent un poste de commandement russe dans la ville de Nova Kakhovka avec des missiles HIMARS, et revendiquent avoir tué 12 officiers et un général de division russe[83],[84]. Dans l'après-midi, les autorités ukrainiennes affirment que les forces russes transfèrent du matériel sur la rive gauche du Dniepr, créant des barrages routiers dans la ville de Kherson en vue de batailles de rue[85]. Les autorités ukrainiennes exhortent les civils de l'oblast de Zaporijjia à évacuer, suggérant qu'une contre-offensive majeure est en cours[86].

Le 12 juillet, l'Ukraine frappe de nombreuses cibles et infrastructures militaires[87],[88].

Le 13 juillet, selon le chef de l'administration militaire régionale de Kherson, l'Ukraine a lancé des contre-attaques sur toute la ligne de front Mykolaïv-Kherson-Zaporijjia[89].

Le 14 juillet, les forces ukrainiennes détruisent un dépôt de munitions russe à Radensk (à environ 26 km au sud-est de la ville de Kherson) et des positions russes non précisées à Nova Kakhovka. Au cours de la semaine suivante, l'Ukraine vise des cibles russes tout en s'approchant de Kherson[90].

Phase de préparation et premières annonces d'offensives

Selon une déclaration du 24 juillet du responsable de la région de Kherson, Serhiy Khlan, les attaques ukrainiennes endommageant le pont routier d'Antonivka[91] et un autre pont clé, ainsi que les attaques contre les magasins de munitions et les postes de commandement russes, s'avèrent être des actions préparatoires à l'offensive[80]. Un jour plus tôt, Khlan déclare que les forces ukrainiennes ont repris plusieurs villages de l'oblast de Kherson, les autorités demandant aux civils de ne pas publier d'informations sur l'avancement de la campagne avant les déclarations officielles[92]. Le 26 juillet, le pont routier d'Antonivka est de nouveau touché par une frappe de missile ukrainien de type HIMARS. Le pont est resté structurellement intact tandis que la surface de la chaussée du pont a été endommagée[93].

Le 27 juillet 2022, les forces ukrainiennes déclarent avoir repris le contrôle des villages de Lozove et Andriivka, dans le raïon de Beryslav (oblast de Kherson)[94]. Les jours suivants, les forces russes lancent deux assauts dans le nord de l'oblast de Kherson tout en continuant de redéployer des troupes sur le front sud[95]. Les forces ukrainiennes lancent quant à elles une série d'attaques terrestres limitées ainsi que plusieurs attaques aériennes et à la roquette contre des cibles russes dans le sud de l'Ukraine[96],[97],[98].

Début août, la ligne de front s'est seulement décalée de deux kilomètres en direction de Kherson, malgré les annonces répétées de Kiev sur l'imminence d'un assaut massif pour reprendre la capitale régionale. Les Ukrainiens peinent à inverser le rapport de forces, « démontrant leur incapacité à prendre l'ascendant sur les Russes », estime Olivier Kempf, directeur du cabinet de synthèse stratégique[65]. Les forces russes s'efforcent quant à elles de conserver leurs positions dans le Sud avec une succession de tranchées le long de la ligne de front. Les bombardements russes gagnent également en intensité dans le secteur de Mykolaïv, où est concentrée l'artillerie ukrainienne[65].

Le 9 août, des explosions endommagent gravement la base aérienne russe de Novofedorivka, en Crimée. Selon un responsable occidental anonyme, les explosions, probablement causées par une attaque ukrainienne, ont « mis hors d'usage plus de la moitié des avions de combat de l'aviation navale de la flotte [russe] de la mer Noire »[98]. Le 10 août, un responsable militaire ukrainien anonyme affirme que la contre-offensive n'a pas encore commencé, celle-ci étant prévue pour plus tard ce mois-là[96],[99]. Selon Al Jazeera, au 12 août, la contre-offensive est au point mort[96].

Opérations militaires russes dans le sud

Des sources ukrainiennes annoncent le début d'une nouvelle offensive des forces russes sur le front Sud le 20 août, capturant Blahodatne et Vassylky dans l'oblast de Mykolaïv[100],[101]. Le 22 août, les forces russes remportent un certain succès à l'est de la ville de Mykolaïv et dans le nord-ouest de l'oblast de Kherson, repoussant les forces ukrainiennes à 36 km de la ligne de front vers le nord et à 28 km à l’intérieur du territoire de l'oblast de Mykolaïv avec deux objectifs : effectuer une percée à l'ouest vers la ville de Mykolaïv ou au nord vers l'oblast de Dnipropetrovsk avec l'intention de capturer la ville de Kryvyï Rih, qui accueille une forte concentration de troupes ukrainiennes, et d'où une contre-offensive sur Kherson, Melitopol, Enerhodar, Berdiansk, ainsi qu'en Crimée est prévu. Le même jour, les forces russes reprennent le contrôle de Blahodatne (appelé Komsomolsky par le ministère russe de la Défense) à environ 45 km à l'est de la ville de Mykolaïv et une zone de contrôle de 12 kilomètres carrés[102].

Le 23 août, le ministère russe de la Défense annonce avoir avancé au nord-ouest d'Aleksandrovka, à environ 38 km à l'ouest de la ville de Kherson, et atteint la frontière administrative de l'oblast de Kherson-Mykolaïv. Les troupes ukrainiennes ripostent par des frappes d'artillerie sur le site russe du 247e régiment aéroporté de la 7e division d'assaut aéroportée de la Garde et du dépôt de munitions de Tchornobaïvka. Le même jour, les forces russes poursuivent leurs frappes aériennes et d'artillerie sur Dnipropetrovsk, Kryvyï Rih et Mykolaïv avec des roquettes Ouragan[103].

Du 24 au 25 août, les forces russes poursuivent leurs attaques mais ne progressent plus[104],[105]. Le 27 août, les forces russes et ukrainiennes s'affrontent à Potomkyne dans le nord-ouest de l'oblast de Kherson ; les deux parties affirment avoir repoussé une attaque. Pendant ce temps, les belligérants continuent à mener des frappes aériennes dans la région, le commandement opérationnel sud ukrainien revendiquant plusieurs coups au but sur trois ouvrages stratégiques (les ponts d'Antonivka et de Darivka et la centrale hydroélectrique de Kakhovka) et deux groupes tactiques de bataillons russes[106].

Contre-offensive

Août

Le 29 août, Zelensky annonce le début d'une contre-offensive à grande échelle pour reprendre le territoire occupé par la Russie dans le sud, affirmation corroborée par le parlement ukrainien ainsi que par le commandement opérationnel sud[107],[108],[109],[20].

Au début de l'opération, le groupe opérationnel « Kakhovka » et certains responsables ukrainiens revendiquent avoir percé les lignes défensives tenues par le 109e régiment de la RPD et les parachutistes russes[20]. Le 109e régiment est une unité de conscrits servant en garnison dans la région de Kherson[11]. Les responsables ukrainiens affirment également avoir frappé et détruit une importante base russe dans la région[110]. Les autorités d'occupation de Kherson qualifient ces affirmations de « fausses » et d'« illusions »[111], avant d'annoncer une évacuation à Nova Kakhovka à la suite des frappes de missiles ukrainiens. Les habitants signalent de violents combats sur la ligne de front de Kherson, tandis que des évacuations de civils ont lieu[110]. Un journaliste de NPR dans la région confirme l'intensité accrue des combats et un déploiement accéléré de forces ukrainiennes vers la ligne de front[112]. Le gouvernement et l'armée ukrainiens démentent tout changements territoriaux le premier jour de l'offensive, bien que certains responsables ukrainiens anonymes, des journalistes occidentaux et un certain nombre de blogueurs russes rapporteront la capture de plusieurs localités au nord et au nord-ouest de Kherson par les troupes ukrainiennes. Une tête de pont aurait été établie à travers l'Inhoulets, ainsi qu'au sud de la frontière de l'oblast de Kherson-Dnipropetrovsk[11]. Parmi ceux-ci se trouvent les villages de Sukhyi Stavok[11], Novodmytrivka, Arkhanhelske, Tomyna Balka et Pravdyne[6]. Les Ukrainiens ont également attaqué des navires pontons russes sur le fleuve Dniepr[16].

Le 30 août, la Russie commence à diriger un grand nombre de troupes et d'équipements vers la ligne de front de Kherson pour contrer l'offensive ukrainienne. Pendant ce temps, l'Ukraine intensifie ses attaques contre les points de concentration russes, les dépôts de munitions, les ponts et d'autres cibles. Dans la ville de Kherson, des combats éclatent entre partisans ukrainiens et forces de sécurité pro-russes. Selon plusieurs blogueurs russes, des batailles sont en cours à Myrne, Soldatske et Snihourivka, l'Ukraine parvient à reprendre Ternovy Podi, mais est repoussée à Pravdyne et Oleksandrivka[16]. Pantelis Boubouras, consul honoraire de Grèce à Kherson, déclare que les Ukrainiens ont facilement percé la première ligne de défense russe près de la ville de Kherson, mais ont rencontré une résistance beaucoup plus acharnée sur la deuxième ligne de défense russe dans la région. Le 31 août, cette deuxième ligne est au centre des combats, citant des sources locales informant que les deux camps subissent de lourdes pertes. Cependant, un blogueur russe rapporte que les Ukrainiens progressent vers Vyssokopillia plus au nord, bien que la situation globale sur la ligne de front nord demeure floue[113],[114]. Toujours selon les blogueurs, les Russes ont réussi à stabiliser la ligne de front à Oleksandrivka ainsi qu'à Blahodatne, mais ont échoué en tentant de reprendre Myrne. Des avancées ukrainiennes sont également signalées à Ternovi Pody et Lyubomyrivka[114]. Plus tard dans la journée, des sources ukrainiennes affirment que quatre petits villages ont déjà été repris, cette opération n'étant pas une grande contre-offensive mais plutôt une opération localisée. Le conseiller présidentiel ukrainien Oleksiy Arestovytch prévient que l'offensive sera une « lente opération pour broyer l'ennemi », et non une campagne rapide et massive[115],[116].

Septembre

Du 1er au 2 septembre, de nouvelles avancées ukrainiennes sont signalées, mais aussi une série de contre-attaques russes réussies. De nombreux villages demeurent contestés[117],[118]. Le 3 septembre, selon le ministère britannique de la Défense, les forces ukrainiennes ont établi trois lignes d'attaque principales dans l'oblast de Kherson et ont un avantage militaire de surprise tactique en raison des erreurs des commandants russes et des problèmes logistiques russes. Les forces ukrainiennes ont détruit des ponts flottants russes et des tirs sont signalés près du centre de la ville de Kherson[119],[120]. Le même jour, les troupes ukrainiennes capturent le village de Blahodativka et se retirent de quelques positions près de Sukhyi Stavok[121].

Le 4 septembre, le président Zelensky annonce la libération de deux villages dans l'oblast de Kherson et de Sviatohirsk dans l'oblast de Donetsk. Les autorités ukrainiennes publient une photo montrant la levée du drapeau ukrainien à Vyssokopillia par les forces ukrainiennes[122],[123]. Deux jours plus tard, l'Ukraine lance une deuxième offensive dans la région de Kharkiv, où elle réalise une percée majeure. Pendant ce temps, les attaques ukrainiennes se poursuivent également le long de la ligne de front sud, bien que les rapports sur les changements territoriaux demeurent en grande partie invérifiables[124].

Le 12 septembre, selon le président Zelensky, les forces ukrainiennes ont repris un total de 6 000 km2 de territoire, tant au sud qu'à l'est. Cette information n'est cependant pas confirmée de manière indépendante[125].

Le 13 septembre, les forces russes se retirent de Kyselivka, une localité à 15 km de Kherson[126],[127]. Le même jour, le chef adjoint de la région de Kherson, soutenu par la Russie, publie une vidéo depuis la périphérie de la localité dans laquelle il affirme que les troupes ukrainiennes n'ont pas pu y entrer[128]. Selon le maire de Melitopol, les forces russes abandonnent la ville et se déplacent vers la Crimée sous contrôle russe[129]. L'Ukraine affirme également avoir repris Oleksandrivka le 13 septembre[130]. Un responsable local revendique la prise de Kyselivka par l'Ukraine, mais cela n'a pas été confirmé par l'armée ukrainienne ou des sources extérieures telles que l'Institut pour l'étude de la guerre au 14 septembre[131]. Afin de ralentir l'avancée ukrainienne, les forces russes ont fait sauter un barrage sur la rivière Inhoulets, inondant certaines parties de la ligne de front[10].

Le 24 septembre, selon des responsables américains, la situation russe sur la ligne de front de Kherson se détériore car de nombreuses lignes d'approvisionnement sont coupées en raison de la perte de ponts sur le Dnipro. À cela s'ajoute un mental des troupes médiocre. Les commandants militaires russes auraient demandé à se retirer vers des positions plus défendables, mais le président Poutine est intervenu en interdisant toute retraite pouvant entraîner la perte stratégique de la ville de Kherson[10].

Octobre

Le 2 octobre, deux jours après l'annonce par le Kremlin de l'annexion russe du sud et de l'est de l'Ukraine et un jour après la reprise de la jonction ferroviaire stratégique de Lyman dans la région de Donetsk par les forces ukrainiennes, celles-ci lancent une contre-offensive le long de la ligne d'Arkhanhelske à Osokorivka dans la région de Kherson au sud de la frontière Kherson-Dnipropetrovsk. Ils se déplacent vers le sud le long de la rive ouest du Dniepr et reprennent Zolota Balka[132] ainsi que Mikhailivka[133] et avancent plus au sud vers le prochain objectif, Doudchany[134]. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky annonce la libération de Myrolyubivka (à 23 km au nord-ouest de la ville de Kherson) et Arkhanhelske sur la rivière Inhoulets, au sud de la frontière de l'oblast de Kherson-Dnipropetrovsk[18]. D'après Vladimir Saldo, gouverneur de facto de l'oblast de Kherson depuis le 26 avril 2022, il y a bien une percée ukrainienne dans cette région, qualifiant la situation de « tendue »[135].

Le 3 octobre, l'armée russe est encerclée dans le nord de Kherson, les troupes ukrainiennes tentant d'atteindre Beryslav. Les forces ukrainiennes continuent à avancer vers le sud en direction de Nova Kakhovka ; d'après des images géolocalisées, elles ont libéré Mykhailivka, Havrylivka et Novooleksandrivka le long de l'autoroute T0403. Des images sur les réseaux sociaux et des blogueurs russes indiquent également que les forces ukrainiennes ont avancé à l'ouest de l'autoroute T0403, libérant Khreschenivka le 1er octobre. Des sources russes ont également signalé que les forces ukrainiennes ont libéré des localités sur la ligne de front Lyubomyrivka-Bilaivka-Novoolesandrivka[18]. L'offensive se poursuit vers le sud avec les villes de Davydiv Brid, Velyka Oleksandrivka et Doudchany déclarées libérées le 4 octobre[136],[137]. Le 5 octobre, le chef adjoint pro-russe de la région de Kherson, Kirill Stremousov[note 1], déclare que les forces russes se « regroupent » pour « riposter » ; il ajoute que l'avancée ukrainienne a été « arrêtée » et qu'il n'est donc « pas possible » pour l'armée ukrainienne d'avancer jusqu'à la ville de Kherson[138]. Le même jour, des officiers russes se replient de Snihourivka alors que certaines troupes sont déployés[139].

Le 4 octobre, comme le confirme l'Institut pour l'étude de la guerre, plusieurs sources russes et ukrainiennes rapportent que les forces ukrainiennes ont capturé les localités de Davydiv Brid, Mala Oleksandrivka, Velyka Oleksandrivka, Novodmytrivka, Starosiliya, Novomykhailivka, Doudchany sur la rive du réservoir de Kakhovka, Tchereshneve, Novovoskresenske, Maiske, Petropavlivka, Trinofivka, Novavasilievka, Chervone, Novohryhorivka, Nova Kamyanka, Piatykhatky, Sabloukivka et Kachkarivka après un repli des russes pour éviter l'encerclement le 4 octobre[19]. Depuis le début de l'offensive, 2 400 kilomètres carrés de territoire dans le sud de l'Ukraine a été libéré par les troupes ukrainiennes[140]. Les forces ukrainiennes ont également atteint le village de Novopetrivka[141].

Le 9 octobre, le village de Nova Kamianka dans le raïon de Beryslav a été repris par l'Ukraine[142]. Quatre jours plus tard, le gouvernement russe annonce l'évacuation de la population civile de la ville de Kherson, à la demande du nouveau gouverneur de facto de l'oblast de Kherson, Vladimir Saldo[143].

Le 15 octobre, une importante contre-offensive ukrainienne reprend sur le front nord de Kherson en direction de Doudchany, Mylove et Soukhanovi[144].

Le 18 octobre, le général Sergueï Sourovikine, le nouveau commandant des forces russes en Ukraine, déclare à la télévision russe que la défense de Kherson n'est « pas facile » ; « l'ennemi tentant continuellement d'attaquer les positions des troupes russes »[145].

Le 19 octobre, l'état-major ukrainien poursuit son important black-out de l'information ; cependant, selon Michael Clarke, les Ukrainiens sont engagés dans une opération de suppression des défenses aériennes ennemies au-dessus de l'oblast de Kherson[146].

Le 22 octobre, les autorités d'occupation russes exhortent les habitants de la ville de Kherson à « partir immédiatement », invoquant ce qu'elles qualifient de « situation militaire tendue »[147]. Le même jour, des rapports non confirmés font état de la capture de la localité Mylove par l'Ukraine[148]. Le 28 octobre, l'évacuation est complétée, 70 000 habitants ayant été déplacés vers la Russie[149].

Novembre 2022

Le 9 novembre 2022 Sergueï Choïgou, ministre russe de la Défense, ordonne le retrait des forces russes de la rive droite du fleuve Dniepr de la ville et de la région ukrainienne de Kherson[150],[151].

Le 10 novembre, une vidéo montre le drapeau ukrainien flottant à Snihurivka[152]. Les forces ukrainiennes ont également repris le contrôle du village de Kyselivka, à quinze kilomètres au nord-ouest de Kherson[153]. Le même jour, selon le commandant en chef des forces armées ukrainiennes Valeri Zaloujny, leurs forces ont repris au total 41 localités dans la direction de Kherson depuis le 1er octobre[154].

Le 11 novembre 2022, la ville de Kherson est libérée par l'armée ukrainienne, après le retrait des forces russes[155]. Vers midi, l'armée ukrainienne entre dans Kherson et a atteint le centre-ville, où elle est accueillie par les habitants célébrant son arrivée. Les habitants hissent des drapeaux ukrainiens autour de la place centrale[37]. La reprise de la ville est le plus gros gain ukrainien depuis le début de l'invasion, Kherson étant la seule capitale provinciale à avoir été capturée par la Russie[156]. Malgré l'annonce du retrait complet des forces russes, certains soldats seraient toujours présents dans la ville[157], déguisés en civils et essayant de se fondre dans la foule[158]. Des membres du renseignement ukrainiens leur demandent de se rendre et les soldats ukrainiens présents dans la ville les recherchent[159].

Le 12 novembre, une vidéo prétend montrer des forces spéciales ukrainiennes traversant le golfe borysthénique dans des vedettes rapides et attaquant les forces russes stationnées sur la péninsule de Kinbourn[160]. Le même jour, les autorités d'occupation russes ont annoncé quitter la ville de Nova Kakhovka, située sur la rive est du Dniepr[161]. Le lendemain, les médias russes rapportent que 20 « saboteurs » ukrainiens et quatre navires ont été détruits lors d'une tentative de débarquement à Pokrovske, dans la péninsule de Kinbourn[162].

Le président ukrainien se rend dans la ville de Kherson le 14 novembre 2022[163].

Pertes

Militaires

Le ministère russe de la Défense partage des estimations quotidiennes des pertes ukrainiennes et le commandement opérationnel ukrainien sud partage des estimations quotidiennes des pertes russes. Il est important de rappeler que les deux camps minimisent leur pertes et surestiment celles de leur adversaire depuis le début du conflit, ainsi il faut prendre les affirmations des pertes avec vigilance et discernement.

Forces Pertes Période Source
Forces ukrainiennes
(ZSU, NHU)
9 500 tués et blessés 29 août - 11 novembre 2022 Ministère russe de la Défense[23]
Forces russes 2 500 tués, 5 000 blessés 29 août - 5 octobre 2022 Commandement sud ukrainien[164]
1 200 à 1 360 tués et blessés 29 août - 11 novembre 2022 Ministère russe de la Défense[23]

Civiles

Analyse

Le 10 septembre 2022, Taras Berezovets  estime que la contre-offensive sud avait fait partie d'une « campagne de désinformation » pour détourner l'attention adverse de la véritable contre-offensive en préparation dans le nord du pays[165]. Après des semaines de propagande ukrainienne sur l’imminence d'une opération majeure dans le sud de l'Ukraine, la Russie redéploie des milliers de troupes dans l'oblast de Kherson, y compris des unités d'élite telles que la 1re armée blindée de la Garde, laissant ses forces de Kharkiv considérablement affaiblies et vulnérables aux attaques[166].

Le 24 septembre 2022, The New York Times partage une information selon laquelle les commandants et militaires ukrainiens ont reconnu avoir subi de lourdes pertes lors de l'offensive de Kherson, principalement causées par le manque de munitions, de solides défenses et l'important rôle de l'artillerie russe[167].

Après la libération de Kherson, l'Institut pour l'étude de la guerre estime que « le retrait de la Russie de la ville de Kherson déclenche une fracture idéologique entre les personnalités pro-guerre et le président russe Vladimir Poutine, érodant la confiance dans l'engagement de Poutine et sa capacité à tenir ses promesses de guerre », notant les critiques envers le gouvernement russe de la part de personnalités nationalistes telles qu'Alexandre Douguine, Igor Guirkine et le groupe Wagner ; l'Institut note également comment « les dirigeants militaires russes essaient et échouent pour l'instant à intégrer des forces de combat issues de nombreuses organisations différentes et de nombreux types et niveaux de compétences et d'équipements différents dans une force de combat plus cohérente en Ukraine », notant en particulier le manque d'organisation des forces militaires provenant de la République populaire de Donetsk et de la République populaire de Lougansk[168].

Notes et références

Notes

  1. Kirill Stremousov, chef de l'administration prorusse de la région de Kherson, a été tué « dans un accident de la route » (selon la version officielle)

Références

  1. [1]
  2. « Ukraine war: Celebrations as Kyiv takes back key city Kherson », BBC, (consulté le )
  3. « RUSSIAN OFFENSIVE CAMPAIGN ASSESSMENT, NOVEMBER 13 »
  4. (en-US) Javier Galán, Mariano Zafra, « The Ukraine war in maps | Kherson retreat largest withdrawal of Russian troops since Kyiv », sur EL PAÍS English Edition, (consulté le )
  5. a et b « Ukraine troops enter centre of Kherson as Russians retreat in chaos », sur the Guardian,
  6. a b et c « Ukrainian troops took back 4 villages in the south from Russian occupation, military source tells CNN », sur CNN, (consulté le )
  7. a et b « Russia-Ukraine war | Five Syrian fighters of Special Task Forces of 25th Division killed on Kherson front », sur Syrian Observatory for Human Rights, (consulté le )
  8. Vladislav Davidzon, « The Commander of the Southern Front Lives to Fight Another Day », Tablet Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. Isabelle Khurshudyan, Paul Sonne et Kamila Hrabchuk, « A more strategic Russian retreat signals long fight ahead in Kherson », Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. a b et c Julian E. Barnes, Helene Cooper, Eric Schmitt et Michael Schwirtz, « As Russian Losses Mount in Ukraine, Putin Gets More Involved in War Strategy » [archive du ], sur New York Times, (consulté le )
  11. a b c et d « Russian Offensive Campaign Assessment, August 29 », sur Institute for the Study of War, (consulté le )
  12. a b c d et e « UAF Gain Ground in Kherson and Donbas Sectors, Dozens of RF Armored Vehicles Claimed Destroyed », sur Kyiv Post, (consulté le )
  13. a b c et d David Axe, « Rivers At Their Backs And Ukrainian Brigades Closing In, A Lot Of Russian Troops Might Need To Learn To Swim », sur Forbes, (consulté le )
  14. Paul Kirby, « Ukraine regains Kherson villages from Russians », sur BBC, (consulté le )
  15. « Ukraine retakes more territory in southern Kherson region », sur PBS, (consulté le )
  16. a b et c « Russian Offensive Campaign Assessment, August 30 », sur Institute for the Study of War, (consulté le )
  17. « Ichkerian Battalion Fighters Liberate Village Of Arkhangelske In Kherson Region » [archive du ] (consulté le )
  18. a b et c « RUSSIAN OFFENSIVE CAMPAIGN ASSESSMENT, OCTOBER 3 », sur Institute for the Study of War (consulté le )
  19. a et b « Russian Offensive Campaign Assessment, October 4 », sur Institute for the Study of War,
  20. a b et c « Ukrainian Counteroffensive Underway in Kherson Region », sur Kyiv Post, (consulté le )
  21. « Ukraine starts a push to recapture Kherson, a crucial Russian-occupied city », The Economist,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  22. « Ukraine Situation Report: Another Week, Another Fired Russian General », sur The Drive,
  23. a b c et d « Shoigu orders withdrawal of troops across Dnieper River »,
  24. (en) « Southern Command: Russia lost over 1,800 troops in Ukraine's south in two weeks. », sur twitter.com, .
  25. (en) « Ukrainian air defenses downed four Russian aircraft and drone on Sep 15 - Air Force Command », sur euromaidanpress.com, .
  26. (en) « The command also said it destroyed one Russian Mil Mi-8 helicopter, one Su-24 aircraft, and one pontoon crossing in Darivka in Kherson Oblast. », sur twitter.com, .
  27. (en) « Ukrainian forces destroy 11 Russian tanks in south. », sur twitter.com, .
  28. (en) « Invaders lost Pantsir-S1 SAM in the Kherson region », sur mil.in.ua, .
  29. (en) « Russia’s Su-25 Shot Down in Kherson Region », sur kyivpost.com, .
  30. (en) « Ukraine's Armed Forces report destroying Russian Mi-24 helicopter in Kherson Oblast. », sur twitter.com, .
  31. (en) « Ukraine’s Air Force destroys Russian jet, helicopter on Sept. 25. », sur twitter.com, .
  32. (en) « Ukraine's military destroys Russian military barge, 3 Pantsir missile systems. », sur twitter.com, .
  33. Dan Sabbagh, « Can Ukrainian forces recapture Kherson from Russia? », The Guardian,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  34. (en) Dave Lawler, « Ukraine launches long-awaited counteroffensive to retake Russian-occupied Kherson », sur Axios, (consulté le )
  35. (en) « Russia-Ukraine war live: Russian defence minister sidelined by Putin and 'ridiculed' for 'ineffectual' leadership, says UK », sur the Guardian, (consulté le )
  36. (en) Reuters, « Ukraine says it recaptured 1,200 sq km of Kherson region in ongoing counteroffensive », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  37. a et b Les Ukrainiens entrent dans Kherson, les scènes de joie dans la ville libérée
  38. (en) Shots Fired In Ukrainian City As Locals Protest Against Russian Occupation (lire en ligne)
  39. (en) Mirovalev, « Ukrainians question the ease of Russian capture of Kherson », www.aljazeera.com (consulté le )
  40. (en-US) Glinski, « Russia's Road to Odesa Runs Through Mykolaiv », Foreign Policy (consulté le )
  41. (en) « What happened at Ukraine's Zaporizhzhia nuclear power plant and what are the implications? », The Nuclear Threat Initiative (consulté le )
  42. (en-GB) « Kherson: How is Russia imposing its rule in occupied Ukraine? », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  43. (en-GB) [email protected], « The Russian Occupation of Ukraine's Southern Regions », Sceeus (consulté le )
  44. (en) « A creeping annexation. Russia's plans to partition Ukraine », OSW Centre for Eastern Studies, (consulté le )
  45. (en) Siddiqui, « Ukraine latest updates: 600 Ukrainians held captive in Kherson », www.aljazeera.com (consulté le )
  46. (en) « ACLED Regional Overview - Europe, Caucasus, and Central Asia (4 - 10 June 2022) - Ukraine | ReliefWeb », reliefweb.int (consulté le )
  47. (en) « RUSSIAN OFFENSIVE CAMPAIGN ASSESSMENT, JUNE 29 », Institute for the Study of War (consulté le )
  48. (en) Reuters, « Russian proxies plan vote in Ukraine's Zaporizhzhia region on joining Russia », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  49. (en) « Russia intends to annex Kherson in southern Ukraine », NPR.org,‎ (lire en ligne)
  50. (en) « Russia Moving Forward With 'Referendum' Plans in Occupied Southern Ukraine, Says Kherson Mayor », Radio Free Europe/Radio Liberty (consulté le )
  51. « Russia plans to annex Kherson region by autumn: UK intel », www.punjabnewsexpress.com (consulté le )
  52. (en) « Occupied Ukrainian city fears sham Russian referendum plans », AP NEWS, (consulté le )
  53. (en-US) « Russia eyes 'sham referendum' in Kherson, U.S. and Ukrainian officials say », news.yahoo.com (consulté le )
  54. (uk) « Контрнаступ ЗСУ на Херсонщині зриває плани Росії - ISW », glavred.net (consulté le )
  55. (en-GB) « Battle for Mykolaiv: 'We are winning this fight, but not this war' », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  56. (en) « Mykolaiv region on edge amid fear of a new Russian offensive », The Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le )
  57. (en) « Battle of Donbas begins: Why Russia has turned its attention to east of Ukraine », Firstpost, (consulté le )
  58. (en) Ellyatt, « Battle for Donbas: 3 reasons why Russia is shifting its war machine to east Ukraine », CNBC, (consulté le )
  59. a et b (en) « Institute for the Study of War », Institute for the Study of War (consulté le )
  60. (en-US) « Ukraine pushes back against Russian forces on Donetsk-Zaporizhzhia border », sports.yahoo.com (consulté le )
  61. (en-US) « In Ukraine's South, Counterattacks Offer Kyiv Hope for Turning Back Russia », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne, consulté le )
  62. (en-US) « Eyeing a City Captured by Russia, Ukraine Prepares an Ambitious Counterattack », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  63. « Ukraine's partisans are hitting Russian soldiers behind their own lines », The Economist,‎ (lire en ligne)
  64. « Growing partisan movement of Kherson Oblast now bombs collaborators »
  65. a b et c « Contre-offensive, mouvements de troupes... Pourquoi la guerre en Ukraine pourrait entrer dans une nouvelle phase dans le sud du pays », France Info,‎ (lire en ligne, consulté le )
  66. (en) Reuters, « Ukraine should see impact of Kherson counterattack from August, spy chief says », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  67. (en) « If Ukraine is given the weapons it needs, a counteroffensive can be mounted by end of summer – Ukrainian general », Ukrayinska Pravda (consulté le )
  68. (en) « About 200 invaders eliminated at military base in Melitopol – mayor », www.ukrinform.net (consulté le )
  69. (en-GB) Welle (www.dw.com), « Ukraine says retaking Snake Island is a warning to Russia – as it happened | DW | 08.07.2022 », DW.COM (consulté le )
  70. (en-US) « Navigation via Danube-Black Sea Canal resumes following liberation of Zmiinyi (Snake) Island », news.yahoo.com (consulté le )
  71. (en-US) Marc Santora, « Moscow says babies born in occupied Kherson will automatically get Russian citizenship. », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  72. (en) Max Hunder, « Ukraine tells residents to leave occupied south due to counter-attack plans », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  73. (en) « Residents of Kherson Oblast are urged to prepare shelters to "survive the counteroffensive of the Armed Forces of Ukraine" », Ukrainska Pravda (consulté le )
  74. (en-US) Dress, « Ukraine urges evacuation in southern Kherson region ahead of counterattack », The Hill, (consulté le )
  75. (uk) « "ЗСУ іде": мешканців Херсонщини закликали триматися подалі від скупчень ворожих сил », www.unian.ua (consulté le )
  76. (en-US) « Zelenskyy orders Ukrainian Armed Forces to recapture southern Ukraine Ukraines Minister of Defence », www.yahoo.com (consulté le )
  77. (en) « Reznikov: Zelensky Had Ordered Ukraine's Army to Liberate Ukraine's Coast. ... – Latest Tweet by The Kyiv Independent | 🌎 LatestLY », LatestLY,‎ (consulté le )
  78. Maxim Tucker, « Ukraine has one million ready for fightback to recapture south », The Times,‎ (lire en ligne [archive du ] Accès payant, consulté le )
  79. « Олексій Резніков: "Закінчити війну до кінця року абсолютно можливо" », BBC News Україна,‎ date ? (lire en ligne)
  80. a et b « Ukraine's Kherson to Be 'Liberated' From Russia By September – Official », AFP,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  81. « Ukraine is Waging a New Kind of War », sur The Atlantic, (consulté le )
  82. « Ukraine Says It Recaptured Village in Occupied Kherson Region »,
  83. (en) Magramo, Raine, Guy et Upright, « Ukraine claims "precise hit" on Russian military unit in occupied Kherson » [archive du ], CNN, (consulté le )
  84. (uk) « Удар ЗСУ по Херсонщині: з'явилася інформація про ліквідацію російського генерала », www.unian.ua (consulté le )
  85. (uk) « Росіяни у Херсоні посилюють блокпости та готуються до вуличних боїв – ОВА », www.unian.ua (consulté le )
  86. (uk) « Мешканців Запорізької області просять виїхати з окупованих територій та зони бойових дій », www.unian.ua (consulté le )
  87. (en) « Russia blames Ukraine for casualties in occupied Kherson », www.aljazeera.com (consulté le )
  88. (en) « Ukraine attacks Russian-held Kherson, plans counterattack », www.aljazeera.com (consulté le )
  89. (en) Kathleen Magramo, « Russian forces prepare to renew offensive in Donbas, as Ukraine attacks in the south », CNN,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  90. « RUSSIAN OFFENSIVE CAMPAIGN ASSESSMENT, JULY 15 », Institute for the Study of War,
  91. Ewan Somerville, Nataliya Vasilyeva, Marcus Parekh et Grace Millimaci, « Himars missiles strike key Russian-held bridge in Kherson », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  92. « Russian Offensive Campaign Assessment, July 23 » [archive du ], sur Institute for the Study of War, (consulté le )
  93. « Ukraine strikes Antonivskyi Bridge essential for Russian supply lines in occupied south », CBS News
  94. Maria Varennikova et Matthew Mpoke Bigg, « Ukraine hits a key bridge in Kherson as Russia steps up missile strikes across the south », The New York Times,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  95. (en) « Ukraine Conflict Update, August 2 », Institute for the Study of War, (consulté le ).
  96. a b et c « Ukraine struggles to retake Kherson before Russia annexes it » [archive du ] (consulté le )
  97. (en-US) Tom Balmforth et Max Hunder, « Night of explosions rocks Russian-held areas far from front », sur www.aol.com, (consulté le )
  98. a et b « Half of Russia's Black Sea fleet's combat jets out of operation, Western official says », Reuters,‎ (lire en ligne)
  99. (en-US) « Ukraine's long-awaited southern counteroffensive begins with a bang in Crimea » [archive du ], sur POLITICO, (consulté le ).
  100. « General Staff: Russia continues to advance in several directions », sur Kyiv Independent,
  101. « Russia makes gains near Blahodatne – General Staff report », sur Pravda UA,
  102. [criticalthreats.org/analysis/russian-offensive-campaign-assessment-august-22 Russian Offensive Campaign Assessment, August 22]
  103. [criticalthreats.org/analysis/russian-offensive-campaign-assessment-august-23 Russian Offensive Campaign Assessment, August 23]
  104. « Russian Offensive Campaign Assessment, August 24 » [archive du ], sur Institute for the Study of War, (consulté le )
  105. « Russian Offensive Campaign Assessment, August 25 » [archive du ], sur Institute for the Study of War, (consulté le )
  106. « Russian Offensive Campaign Assessment, August 27 » [archive du ], sur Institute for the Study of War, (consulté le )
  107. (en) « Ukraine's south is on the line as a major counteroffensive appears to be underway », sur NBC News (consulté le )
  108. (en-US) Sinéad Baker, « Zelenskyy tells Russian forces to flee as Ukraine starts its counteroffensive in Kherson, the 1st city Russia took », sur Business Insider (consulté le )
  109. « Ukraine says long-anticipated southern offensive has begun », sur Reuters, (consulté le )
  110. a et b « Ukraine announces offensive operations across the south », sur New York Times, (consulté le )
  111. (ru) « Во временной администрации опровергли данные о наступлении ВСУ на Херсон », sur РБК (consulté le )
  112. « Ukrainian attacks suggest offensive may be underway in the south », sur NPR, (consulté le )
  113. John Psaropoulos, « Is Ukraine's counteroffensive progressing? », sur al-Jazeera, (consulté le )
  114. a et b « Russian Offensive Campaign Assessment, August 31 », sur Institute for the Study of War, (consulté le )
  115. (en) « Ukrainian adviser warns progress will be slow as southern counterattack begins », sur the Guardian, (consulté le )
  116. (en) « Ukraine claims to have breached Russian lines as it battles to retake Kherson », sur The Independent, (consulté le )
  117. « Russian Offensive Campaign Assessment, September 1 », sur Institute for the Study of War, (consulté le )
  118. « Russian Offensive Campaign Assessment, September 2 », sur Institute for the Study of War, (consulté le )
  119. « Fog of war: Ukraine's counteroffensive against Russian forces », Al Jazeera English,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  120. « Ukraine 'exploiting poor Russian leadership' in new offensive, says UK », Evening Standard,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  121. RUSSIAN OFFENSIVE CAMPAIGN ASSESSMENT, SEPTEMBER 3, Institute for Study of War
  122. Ukraine-Russia live, 4 September 2022
  123. (en) « Institute for the Study of War », sur Institute for the Study of War (consulté le )
  124. (de) Tobias Dammers, « Gegenoffensive in Südukraine. "Je schneller vorbei, desto besser" », sur Tagesschau, (consulté le )
  125. « Ukraine war: We retook 6,000 sq km from Russia in September, says Zelensky », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  126. « Война в Украине: Зеленский заявляет о стабилизации обстановки на отвоеванной территории - Новости на русском языке »
  127. « Institute for the Study of War »
  128. Медуза — LIVE
  129. AL JAZEERA AND NEWS AGENCIES, « Ukraine reclaims more territory from Russia in counteroffensive », AL JAZEERA,‎ (lire en ligne, consulté le )
  130. (en) « Institute for the Study of War », sur Institute for the Study of War (consulté le )
  131. (en) « Institute for the Study of War », sur Institute for the Study of War (consulté le )
  132. « Ukrainian Military Likely Retakes Zolota Balka In Kherson Direction », sur Ukrainian News (consulté le )
  133. Jonathan Landay et Tom Balmforth, « Russian-installed official confirms Ukrainian breakthroughs in Kherson region », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  134. « The Russian line has collapsed in the north of Kherson region », sur Michael Mackay Twitter (consulté le )
  135. Jonathon Landay et Tom Balmforth, Reuters, « Ukraine forces advance on two fronts, cross Russian lines in the south », www.reuters.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  136. « Ukraine regains Kherson villages from Russians », BBC News,‎ (lire en ligne)
  137. Reuters, « Ukraine and Russia: what you need to know right now », sur www.reuters.com, Reuters (consulté le )
  138. (ru) « Власти Херсонской области заявили о перегруппировке российских войск », sur РБК (consulté le )
  139. The Associated Press, « Live Updates: Russia-Ukraine War », sur apnews.com, The Associated Press, (consulté le )
  140. Julia Kesaieva, « Ukraine says 2,400 square kilometers of territory liberated in south since war began », sur edition.cnn.com, Cable News Network, (consulté le )
  141. « Бійці ЗСУ повернули Новопетрівку й Дудчани на Херсонщині »
  142. « Що відбувається на фронті: свіжа карта боїв та успіхи ЗСУ на 9 жовтня »,‎
  143. (en) « Russia announces Kherson evacuation, raising fears city will become frontline », sur the Guardian, (consulté le )
  144. « "Військкори" РФ повідомляють про потужний наступ ЗСУ в Херсонській області: що відомо », sur ФОКУС,‎
  145. « Russia's new Ukraine commander signals civilian removals from 'tense' Kherson », sur theguardian.com, (consulté le )
  146. Sky News (19 Oct 2022) Ukraine War: 'The battle for Kherson is now on'
  147. Reuters Staff, « More flee Ukraine's Kherson as Russian occupiers renew warnings », sur www.reuters.com, Reuters (consulté le )
  148. « «Georgian Legion» намекнул на продвижение ВСУ в Херсонской области »,‎
  149. « Moscou dit avoir terminé son « évacuation » de civils de la région occupée de Kherson », sur La Presse (Montréal),
  150. Guerre en Ukraine : la Russie ordonne le retrait de ses forces de Kherson
  151. Guerre en Ukraine, en direct : Moscou annonce le retrait de ses forces de la région de Kherson, Kiev circonspect
  152. « Ucrania retomó la ciudad de Snihurivka y consolida su contraofensiva en Kherson », sur infobae,
  153. Redazione di Rainews, « Live guerra in Ucraina. La cronaca minuto per minuto, giorno 260 », sur RaiNews,
  154. (en) « Institute for the Study of War », sur Institute for the Study of War (consulté le )
  155. « 11 novembre, les forces ukrainiennes entrent dans Kherson libérée », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  156. (en) « Ukraine troops enter centre of Kherson as Russians retreat in chaos », sur The Guardian,
  157. « Guerre en Ukraine : Kiev exhorte les soldats russes restés à Kherson à se rendre », sur L'Indépendant,
  158. (en) « LIVEZelensky says Kherson is 'ours' after Russian retreat », sur BBC News,
  159. (en) « Ukrainian flag raised in Kherson after Russia’s retreat; top U.S. general says ‘diplomatic solutions’ possible », sur CNBC,
  160. « Las fuerzas ucranianas atraviesan en lanchas rápidas el río Dniéper y siguen en su contraofensiva a Rusia », sur LaSexta,
  161. « Ruşii anunţă retragerea dintr-un nou oraş ucrainean, la câteva zile după ce au părăsit Herson », sur www.digi24.ro
  162. (ru) « «РИА Новости» сообщило об уничтожении диверсантов ВСУ на Кинбурнской косе », sur РБК (consulté le )
  163. « EN DIRECT - Zelensky affirme depuis Kherson qu'il est "impossible de tuer l'Ukraine" », sur BFMTV (consulté le )
  164. Day 224, October 5. Summary of Arestovych and Feygin daily broadcast, 5 october 2022
  165. (en) Isobel Koshiw, Lorenzo Tondo et Artem Mazhulin, « Ukraine's southern offensive 'was designed to trick Russia' » [archive du ], sur The Guardian, (consulté le )
  166. (en) « Institute for the Study of War », sur Institute for the Study of War (consulté le )
  167. Jeffrey Gentlemen, « In Ukraine's South, Fierce Fighting and Deadly Costs » [archive du ], sur The New York Times, (consulté le )
  168. (en) « Russian offensive campaign assessment, November 12 », sur Institute for the Study of War,

Voir aussi

Articles connexes