Occupation et annexion des pays baltes

(Redirigé depuis Occupation des pays baltes)

Les trois États indépendants d'Estonie, Lettonie et Lituanie ont été envahis et occupés en juin 1940 par l'Union soviétique dirigée par Staline, et suivant les directives du Pacte germano-soviétique signé entre l'Allemagne nazie et l'Union soviétique en août 1939, juste avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale[1],[2]. Les trois pays ont ensuite été annexés de force à l'Union soviétique (via la création de « républiques constituantes ») en août 1940. Les États-Unis et la plupart des autres pays occidentaux n'ont jamais reconnu cette annexion, la considérant comme une occupation illégale[3],[4]. Le 22 juin 1941, l'Allemagne nazie a attaqué l'Union soviétique et, en quelques semaines, a occupé les territoires baltes. En juillet 1941, le Troisième Reich a incorporé le territoire balte dans son Reichskommissariat Ostland. Suite à l'offensive balte de 1944, l'Union soviétique a repris la plupart des États baltes et a piégé les forces allemandes restantes dans la poche de Courlande jusqu'à leur reddition formelle en mai 1945.[5]

Pendant l'occupation soviétique de 1944 à 1991, de nombreux habitants de Russie et d'autres régions de l'ex-URSS ont été installés dans les trois pays baltes, tandis que les langues, la religion et les coutumes locales étaient réprimées[6]. David Chioni Moore l'a qualifié de « colonisation culturelle inverse », où les colonisés percevaient les colonisateurs comme culturellement inférieurs[7]. La colonisation des trois pays baltes était étroitement liée aux exécutions massives, aux déportations et à la répression de la population autochtone. Au cours des deux occupations soviétiques (1940-1941 ; 1944-1991), un total de 605 000 habitants des trois pays ont été tués ou déportés (135 000 Estoniens, 170 000 Lettons et 320 000 Lituaniens), tandis que leurs biens et effets personnels, ainsi que ceux qui ont fui le pays, ont été confisqués et remis aux colons arrivants – personnel militaire soviétique et du NKVD, ainsi que des fonctionnaires du Parti communiste et des migrant économiques[8].

Les gouvernements des États baltes eux-mêmes[9],[10], les États-Unis[11],[12] et ses cours de justice[13], le Parlement européen[14],[15],[16], la Cour européenne des droits de l'homme[17] et le Conseil des droits de l'homme des Nations unies[18] ont tous déclaré que ces trois pays ont été envahis, occupés et incorporés illégalement dans l'Union soviétique en vertu des dispositions[19] du Pacte germano-soviétique de 1939. S'en est suivie l'occupation par l'Allemagne nazie de 1941 à 1944 puis à nouveau l'occupation par l'Union soviétique de 1944 à 1991[20],[21],[22],[23],[24],[25],[26],[27]. Cette politique de non-reconnaissance a donné naissance au principe de la continuité juridique des États baltes, qui considère (de jure, c'est-à-dire en droit) que les États baltes ont été des États indépendants sous occupation illégale tout au long de la période de 1940 à 1991[28],[29],[30].

Dans le cadre de la réévaluation de l'histoire soviétique initiée lors de la perestroïka en 1989, l'Union soviétique a condamné le protocole secret de 1939 entre l'Allemagne et elle-même[31]. Cependant, l'Union soviétique n'a jamais formellement reconnu sa présence dans les pays baltes comme une occupation ou qu'elle a annexé ces États[32] et considérait les républiques socialistes soviétiques d'Estonie, de Lettonie et de république socialiste soviétique de Lituanie comme des héritières des États baltes qui avait rejoint l'URSS en tant que république socialiste soviétique. En revanche, la République socialiste fédérative soviétique de Russie a reconnu en 1991 les événements de 1940 comme une « annexion »[33]. La révision historique[34] et les manuels scolaires historiographiques russes continuent de soutenir que les États baltes ont rejoint volontairement l'Union soviétique après que leurs peuples ont tous mené des révolution socialistes indépendantes de l'influence soviétique[35]. Le gouvernement de la Russie post-soviétique et ses fonctionnaires d'État insistent, cependant, sur le fait que l'incorporation des États baltes était conforme au droit international[36],[37] et a obtenu une reconnaissance de jure par les accords conclus lors des conférences de Yalta en février 1945 et de Potsdam en juillet-août 1945 et par les accords d'Helsinki de 1975[38],[39], qui ont déclaré l'inviolabilité des frontières existantes[40]. Cependant, la Russie a accepté la demande de l'Europe d'« aider les personnes expulsées des États baltes occupés » lors de son adhésion au Conseil de l'Europe en 1996[41],[42],[43]. De plus, lorsque la république socialiste fédérative soviétique de Russie a signé un traité séparé avec la Lituanie en 1991, elle a reconnu que l'annexion de 1940 était une violation de la souveraineté lituanienne et a reconnu la continuité de jure de l'État lituanien[44],[45].

La plupart des gouvernements occidentaux ont maintenu que la souveraineté des pays baltes n'avait pas été légitimement suprimée[46] et ont ainsi continué à reconnaître les pays baltes en tant qu'entités politiques souveraines représentées par les missions diplomatiques – nommées par les pays baltes d'avant 1940 – qui fonctionnaient à Washington et ailleurs[47],[48]. Les pays baltes ont recouvré leur indépendance de facto en 1991 lors de la dissolution de l'Union soviétique. La Russie a commencé à retirer ses troupes des pays baltes (à partir de la Lituanie) en août 1993. Le retrait complet des troupes déployées par Moscou s'est achevé en août 1994[49]. La Russie a officiellement mis fin à sa présence militaire dans les pays baltes en août 1998 en mettant hors service la station radar Skrunda-1 en Lettonie. Les installations démantelées ont été rapatriées en Russie et le site est retourné sous le contrôle letton, le dernier soldat russe quittant le sol balte en octobre 1999[50],[51]. Les pays baltes font encore de nos jours l'objet de convoitises et subissent régulièrement des tentatives de déstabilisation de la part de la Russie via des campagnes d'intimidation, des opérations de désinformation et de propagandes ciblées, de l'espionnage, des cyberattaques ou encore des troubles à l'ordre public (émeutes, manifestations...)[52]. Les menaces d'attaques hybrides poussent les trois Etats baltes à devenir des chefs de file dans la lutte contre l'impérialisme russe[53],[54],[55],[56].

Contexte

Tôt dans la matinée du , l'Union soviétique et l'Allemagne signent un pacte de non-agression de dix ans, appelé le Pacte germano-soviétique. Le pacte contient un protocole secret selon lequel les États de l'Europe du Nord et de l'Europe de l'Est sont divisés en « zones d'influence » allemande et soviétique[57]. Dans le nord, la Finlande, l'Estonie et la Lettonie sont assignées à la sphère soviétique[57]. La Pologne devait être partagée en cas de « réarrangement politique » – les zones à l'est des rivières Narew, Vistule et San revenant à l'Union soviétique tandis que l'Allemagne oit occuper l'ouest[57]. La Lituanie, adjacente à la Prusse orientale, serait dans la sphère d'influence allemande, bien qu'un deuxième protocole secret convenu en septembre 1939 attribue la majorité du territoire lituanien à l'Union soviétique[58]. Selon ce protocole secret, la Lituanie récupérerait sa capitale historique, Vilnius, précédemment assujettie pendant la période d'entre-deux-guerres par la Pologne.

À la suite de la fin de l'invasion soviétique de la Pologne le 6 octobre, les Soviétiques exercent des pressions sur la Finlande et les États baltes pour conclure des traités d'assistance mutuelle. Les Soviétiques remettent en question la neutralité de l'Estonie après l'évasion d'un sous-marin polonais interné le 18 septembre. Une semaine plus tard, le 24 septembre, le ministre des Affaires étrangères estonien reçoit un ultimatum à Moscou. Les Soviétiques exigent la conclusion d'un traité d'assistance mutuelle pour établir des bases militaires en Estonie[59],[60]. Les Estoniens sont contraints d'accepter des bases navales, aériennes et terrestres sur deux îles estoniennes et au port de Paldiski[59]. L'accord correspondant est signé le . Un traité similaire est signé le en Lettonie et le 10 octobre en Lituanie. Les accords permettent à l'Union soviétique d'établir des bases militaires sur le territoire des États baltes pendant la durée de la guerre en Europe[60] et de stationner 25 000 soldats soviétiques en Estonie, 30 000 en Lettonie et 20 000 en Lituanie à partir d'octobre 1939[61].

Occupation soviétique et annexion (1940-1941)

Soldats de l'Armée rouge pénètrent sur le territoire de la Lituanie lors de la première occupation soviétique de la Lituanie en 1940.

En mai 1940, les Soviétiques envisagent une intervention militaire directe, mais ont initialement l'intention de gouverner par le biais de régimes fantoche[62]. Leur inspiration est la République démocratique finlandaise, un régime similaire mis en place par les Soviétiques le premier jour de la guerre d'Hiver[63]. Les Soviétiques organisent une campagne de presse contre les prétendues sympathies pro-Alliées des gouvernements baltes. En mai 1940, les Allemands attaquent la France, qu'ils envahissent et occupent un mois plus tard. Fin mai et début juin 1940, les États baltes sont accusés de collaboration militaire contre l'Union soviétique en tenant des réunions l'hiver précédent.[64]:43 Le , le gouvernement lituanien est contraint d'accepter l'ultimatum soviétique et de permettre l'entrée d'un nombre non spécifié de troupes soviétiques. Le président Antanas Smetona propose une résistance armée aux Soviétiques, mais le gouvernement refuse, proposant son propre candidat pour diriger le régime[62]. Cependant, les Soviétiques refusent cette offre et envoient Vladimir Dekanozov prendre en charge les affaires tandis que l'Armée rouge occupait l'État[65].

Le , la Lettonie et l'Estonie reçoivent également des ultimatums et sont occupés par l'armée rouge peu après. Les représentants soviétiques envoyés sont Andrey Vyshinsky superviser la prise de contrôle de la Lettonie et Andrey Zhdanov pour l'Estonie. Les 18 et , de nouveaux gouvernements qualifiés de « populaires » par la propagande sont formés dans chaque pays balte, composés de communistes et de sympathisants[65]. Sous surveillance soviétique, les nouveaux gouvernements organisent des élection truquées pour de nouvelles « assemblées populaires ». Les électeurs se voient présenter une seule liste, et aucun mouvement d'opposition n'est autorisé à se présenter, les votes sont falsifiés pour atteindre le taux de participation requis de 99,6 %.[64]:46 Les résultats des élections sont complètement fabriqués pour donner aux communistes une large majorité : le service de presse soviétique les publie en avance si bien qu'un journal de Londres montre les résultats 24 heures avant la fermeture des bureaux de vote[66],[67].

Manifestation de propagande soviétique à Riga, 1940. Les affiches en russe disent : « Nous demandons l'adhésion totale à l'URSS ! ».

Un mois plus tard, les nouvelles assemblées sont réunies, avec comme seul point à l'ordre du jour des résolutions pour « rejoindre » l'Union soviétique. Dans chaque cas, les résolutions ont été adoptées par acclamation. Le Soviet suprême de l'Union soviétique accepte officiellement les demandes en août, en vertu du droit soviétique. La Lituanie dite « populaire » est incorporée à l'Union soviétique le 3 août, la Lettonie le 5 août, et l'Estonie le 6 août 1940[65]. Les présidents estonien Konstantin Päts et letton Kārlis Ulmanis sont démis de leur fonctions, emprisonnés et déportés en URSS et meurent en déportation, respectivement à Tver[68] et en Asie centrale. En juin 1941, les nouveaux gouvernements soviétiques ont procédé à des déportations massives d'« ennemis du peuple ». On estime qu'Estonie seule a perdu 60 000 citoyens.[64]:48 L'Union soviétique commence ériger des fortifications frontalières le long de sa nouvelle frontière ouest, la ligne Molotov.

Occupation allemande (1941-1944)

Province d'Ostland et l'Holocauste

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Une croix commémorant les victimes du Massacre de Rainiai, commis par le NKVD soviétique les 24 et 25 juin 1941.

Le 22 juin 1941, les Allemands envahissent l'Union soviétique. Les populations des pays baltes victimes de l'annexion et de la répression brutale du régime soviétique utilisent l'instabilité due à l'arrivée des allemands pour reprendre leur indépendance. Une révolte éclate en Lituanie, qui créé son propre gouvernement provisoire indépendant. Des tentatives similaires ont lieu à Riga et Tallinn. Les pays baltes espèrent l'aide des allemands pour rétablir leur états respectifs. Brièvement coopératifs, les occupant allemands se retournent pourtant très vite contre les états baltes, qu'ils espèrent annexer à leur tour[69]. Le Troisième Reich souhaite assimiler les « éléments appropriés » et exterminer les « éléments inappropriés ». En pratique, la mise en œuvre de la politique d'occupation est plus complexe ; pour des raisons administratives, les États baltes sont inclus dans le Reichskommissariat Ostland avec la Biélorussie[70]. La région était dirigée par Hinrich Lohse, obsédé par les réglementations bureaucratiques[70]. La région balte était la seule région orientale destinée à devenir une province à part entière du Troisième Reich[71].

Einsatzkommando en Lituanie.

La doctrine raciale nazie envers les peuples des trois pays baltes différaient au sein même des autorités nazies. En pratique, les politiques raciales visaient non pas la majorité des Baltes et Fenniques, mais plutôt les Juifs. Un grand nombre de Juifs vivaient dans les grandes villes, notamment à Vilnius, Kaunas et Riga. Les unités mobiles de tuerie allemandes massacrent alors des centaines de milliers de Juifs ; Einsatzgruppe A, affectée à la région balte, était la plus efficace des quatre unités[71]. La politique allemande contraint les Juifs à vivre dans les ghettos. En 1943, Heinrich Himmler ordonne à ses forces de liquider les ghettos et de transférer les survivants dans les camps de concentration. Certains conscrits lettons et lituaniens ont collaboré activement au meurtre de Juifs, et les nazis encouragent les pogroms localement, surtout en Lituanie[72]. Seulement environ 75 % des juifs Estoniens et 10 % des Juifs lettons et juifs Lituaniens ont survécu à la guerre. Cependant, pour la majorité des Lituaniens, Lettons et Estoniens ethniques, la domination allemande, bien que brutale, était moins sévère que le régime soviétique, et moins répressive que les occupations allemandes en Europe de l'Est[73]. Les gouvernements fantoches locaux se chargent des affaires courantes et les écoles sont autorisées à fonctionner. Cependant, la plupart des gens étaient privés du droit de posséder des terres ou des entreprises[74].

Populations locales au sein des forces soviétiques

Victimes du NKVD soviétique à Tartu, en Estonie (1941).

L'administration soviétique avait incorporé de force les armées nationales des états baltes au lendemain de l'occupation en 1940. La plupart des officiers supérieurs sont arrêtés et beaucoup d'entre eux sont assassinés[75]. Lors de l'invasion allemande, les Soviétiques procèdent à une mobilisation générale forcée en violation du droit international. Selon les conventions de Genève, cet acte de violence est considéré comme une violation grave et un crime de guerre, car les hommes mobilisés étaient traités d'emblées comme des prisonniers. Comparativement à la mobilisation générale proclamée en Union soviétique, la tranche d'âge a été étendue de 9 ans dans les pays baltes ; tous les officiers de réserve ont également été enrôlés. L'objectif est alors déporter tous les hommes capables de combattre en Russie, où ils sont envoyés au Goulag. Près de la moitié d'entre eux meurent en raison des conditions de transport, de travail forcé, de la faim, des maladies et des mesures répressives du NKVD[75],[76]. De plus, des bataillons de destruction sont formés sous le commandement du NKVD[77]. Ainsi, des nationaux baltes ont combattu dans les rangs de l'armée allemande et soviétique. On trouve la 201e division de fusiliers lettons. La 308e division de fusiliers lettons a reçu l'ordre du Drapeau rouge après l'expulsion des Allemands de Riga à l'automne 1944[78].

La 16e division de fusiliers de l'Armée rouge combattant dans l'oblast d'Oryol à l'été 1943.

Environ 60 000 Lituaniens ont été enrôlés dans l'Armée rouge[79]. En 1940, sur la base de l'armée lituanienne dissoute, les autorités soviétiques ont organisé le 29e corps de fusiliers territoriaux. La baisse de la qualité de vie et des conditions de service, l'endoctrinement forcé de l'idéologie communiste, provoquent le mécontentement des unités militaires récemment soviétisées. Les autorités soviétiques réagissent par des répressions contre les officiers lituaniens du 29e corps, arrêtant plus de 100 officiers et soldats et en exécutant environ vingt à l'automne 1940. À ce moment-là, près de 3 200 officiers et soldats du 29e corps étaient considérés comme « politiquement peu fiables ». En raison de tensions élevées et du mécontentement des soldats, le 26e régiment de cavalerie est dissous. Lors des Déportations de juin 1941, plus de 320 officiers et soldats du 29e corps ont été arrêtés et déportés dans des camps de concentration ou exécutés. Le 29e corps s'est effondré avec l'invasion allemande de l'Union soviétique : les 25 et 26 juin, une rébellion a éclaté dans sa 184e division de fusiliers. L'autre division du 29e corps, la 179e division de fusiliers, a perdu la plupart de ses soldats lors de la retraite face aux Allemands, principalement par désertion. Au total, moins de 1 500 soldats sur les effectifs initiaux d'environ 12 000 ont atteint la région de Pskov d'ici août 1941. À la deuxième moitié de 1942, la plupart des Lituaniens restant dans les rangs soviétiques ainsi que les réfugiés de guerre masculins de Lituanie ont été organisés dans la 16e division de fusiliers lors de sa deuxième formation. La 16e division de fusiliers, bien officiellement appelée « lituanienne » et dirigée principalement par des officiers d'origine lituanienne, dont Adolfas Urbšas, était ethniquement très mixte, avec jusqu'à 1/4 de son personnel composé de Juifs, constituant ainsi la plus grande formation juive de l'Armée rouge. Une plaisanterie populaire de ces années disait que la 16e division est appelée lituanienne, parce qu'il y a 16 Lituaniens parmi ses rangs.

Le 22e corps de fusiliers territoriaux estonien, fort de 7 000 hommes, a été lourdement battu lors des combats autour de Porkhov pendant l'invasion allemande à l'été 1941, avec 2 000 morts ou blessés au combat, et 4 500 se sont rendus. Le 8e corps de fusiliers estonien, fort de 25 000 à 30 000 hommes, a perdu 3/4 de ses troupes lors de la bataille de Velikiye Luki à l'hiver 1942-1943. Il a participé à la prise de Tallinn en septembre 1944[75]. Environ 20 000 Lituaniens, 25 000 Estoniens et 5 000 Lettons sont morts dans les rangs de l'Armée rouge et des bataillons de travail[76],[78].

Population locales au sein des forces allemandes

Crédit image:
Bundesarchiv, Bild 183-J16133 / CC-BY-SA 3.0
licence CC BY-SA 3.0 de 🛈
Parade de la Légion SS lettonne à Riga avant son déploiement sur le front de l'Est. Décembre 1943.

L'administration nazie a également enrôlé des nationaux baltes dans les armées allemandes. La Force de défense territoriale lituanienne, composée de volontaires, est formée en 1944. La FDTL a atteint une taille d'environ 10 000 hommes. Son objectif est de combattre l'Armée rouge qui approche, assurer la sécurité et mener des opérations antipartisanes dans le territoire revendiqué par les Lituaniens. Après de brefs engagements contre les partisans soviétiques et polonais, la force s'auto-dissout[80], ses dirigeants sont arrêtés et envoyés dans des camps de concentration nazis[81], et beaucoup de ses membres sont exécutés par les nazis[81]. La Légion lettone, créée en 1943, était composée de deux divisions enrôlées dans la Waffen-SS. Le 1er juillet 1944, la Légion lettone comptait 87 550 hommes. Environ 23 000 Lettons servaient en tant qu'« auxiliaires » de la Wehrmacht[82]. Entre autres batailles, ils ont participé aux combats lors du siège de Léningrad, dans la poche de Courlande, dans les défenses du mur de Poméranie, dans la rivière Velikaya pour la colline « 93,4 » et dans la défense de Berlin. La 20e division de grenadiers de la SS (1re estonienne) a été formée en janvier 1944 par conscription. Composée de 38 000 hommes, elle a participé à la bataille de Narva, à la bataille de la ligne Tannenberg, à la bataille de Tartu et à la opération Aster.

Tentatives de restauration de l'indépendance, puis offensive soviétique de 1944

Les rebelles lituaniens dirigent les soldats désarmés de l'Armée rouge lors du soulèvement de juin 1941 à Kaunas.

Les habitants des pays baltes voient chaque moment d'instabilité et de fébrilité chez les deux occupants comme une opportunité pour ré-instaurer leur indépendance. Le , les Lituaniens renversent le régime soviétique deux jours avant l'arrivée de la Wehrmacht à Kaunas. Une fois arrivés, les Allemands permettent ensuite à un gouvernement provisoire de fonctionner pendant plus d'un mois[74]. Le Conseil central letton est créé en tant qu'organisation clandestine en 1943, mais il est détruit par la Gestapo en 1945. En Estonie, Jüri Uluots propose sans succès la restauration de l'indépendance en 1941 mais devient en 1944, un personnage-clé au sein du Comité national clandestin. En septembre 1944, Uluots devient président par intérim de l'Estonie indépendante[83]. Contrairement aux Français et aux Polonais, les États baltes n'ont pas encore, à ce stade de la guerre, de gouvernements en exil situés à l'ouest. Par conséquent, la Grande-Bretagne et les États-Unis n'ont aucun intérêt à défendre l'indépendance des pays baltes tant que l'issue de la guerre contre l'Allemagne restait incertaine[83]. La découverte du massacre de Katyń en 1943 et la conduite insensible envers le soulèvement de Varsovie en 1944 avaient jeté des ombres sur les relations ; néanmoins, les trois vainqueurs ont fait preuve de solidarité lors de la conférence de Yalta en 1945[84].

Au , le siège de Léningrad se termine et les troupes soviétiques se trouvent à la frontière de l'Estonie[85]. Les Soviétiques ont lancent l'offensive des Pays baltes, une opération politique et militaire double visant à éliminer les forces allemandes, le 14 septembre. Le 16 septembre, le haut commandement de l'Armée allemande conçoit un plan d'évacuation ou les forces estoniennes servent à couvrir le retrait allemand[86]. Les Soviétiques ont atteignent rapidement la capitale estonienne, où le NKVD s'empresse d'arrêter toute personne fuyant le pays; cependant, de nombreux réfugiés réussissent à fuir vers l'Ouest. Le NKVD cible particulièrement les membres du Comité national de la république d'Estonie[87]. Les forces allemandes et lettones restent piégées dans la poche de Courlande jusqu'à la fin de la guerre, capitulant le .

Deuxième occupation soviétique (1944–1991)

Résistance et déportations

Crédit image:
licence CC BY 4.0 🛈
Le plan des déportations de la population civile en Lituanie pendant l'opération Priboi créé par le MGB (Ministère de la Sécurite d'Etat) soviétique.
Combattants de la résistance lituanienne du district militaire de Tauras en 1945.

Après le retour de l'occupant soviétique dans les États baltes, les Soviétiques mettent en œuvre un plan de soviétisation, et se servent initialement de l'industrialisation à grande échelle plutôt que par des attaques ouvertes contre la culture, la religion ou la liberté d'expression[88]. En revanche, les Soviétiques effectuent des déportations massives pour éliminer toute résistance à la collectivisation ou le soutien aux partisans[89]. Les partisans baltes, tels que les Frères de la forêt, continuent à résister au régime soviétique par la lutte armée pendant plusieurs années[90].

Les Soviétiques avaient déjà procédé à des déportations massives en 1940-1941, mais les déportations entre 1944 et 1952 sont encore plus nombreuses[89]. En mars 1949, les autorités soviétiques organisent une déportation de masse de 90 000 ressortissants des États baltes[91]. Le nombre total de déportés de 1944 à 1955 a été estimé à plus d'un demi-million : 124 000 en Estonie, 136 000 en Lettonie et 245 000 en Lituanie.[réf. nécessaire] Le nombre estimé de morts parmi les déportés lituaniens entre 1945 et 1958 était de 20 000, dont 5 000 enfants[92].

En 1956, les déportés sont autorisés à revenir à la suite du discours secret de Nikita Khrouchtchev dénonçant les excès du stalinisme. Cependant, beaucoup sont déjà mort lors de leur exil en Sibérie[89]. Après la guerre, les Soviétiques ont changent les frontières des républiques baltes. La Lituanie récupère les régions de Vilnius et Klaipėda tandis que la RSFSR russe annexe des territoires des parties orientales de l'Estonie (5 % du territoire d'avant-guerre) et de la Lettonie (2 %)[89].

Industrialisation et immigration

Les Soviétiques réalisent d'importants investissements en capital dans les ressources énergétiques et la fabrication de produits industriels et agricoles. Le but était d'intégrer les économies baltes dans la sphère économique soviétique plus vaste[93]. Dans les trois républiques, l'industrie manufacturière s'est développée, donnant naissance à certains des meilleurs complexes industriels dans le domaine de l'électronique et de la production textile. L'économie rurale a souffert du manque d'investissements et de la collectivisation[94]. Les zones urbaines baltes avaient été endommagées pendant la guerre et il a fallu dix ans pour compenser les pertes de logements. Les nouvelles constructions étaient souvent de qualité médiocre, et les immigrants russes ethniques étaient favorisés pour obtenir logement[95]. L'Estonie et la Lettonie ont connu une immigration à grande échelle de travailleurs industriels originaires d'autres parties de l'Union soviétique, ce qui a radicalement modifié les démographies. La Lituanie a également connu une immigration, mais à plus petite échelle[93].

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Antanas Sniečkus, le dirigeant du Parti communiste de Lituanie de 1940 à 1974[96].

Les Estoniens ethniques constituaient 88 % de la population avant la guerre, mais en 1970, le chiffre tombe à 60 %. Les Lettons ethniques représentaient 75 % de la population, mais ce chiffre est passé à 57 % en 1970, puis à 50,7 % en 1989. En revanche, la baisse en Lituanie n'a été que de 4 %[95]. Les communistes baltes ont soutenu et participé à la révolution d'Octobre en Russie en 1917. Cependant, beaucoup d'entre eux ont été tués pendant la Grande Purge dans les années 1930. Les nouveaux régimes de 1944 ont été principalement établis par des collaborateurs communistes autochtones qui avaient combattu dans l'Armée rouge. Cependant, les Soviétiques ont également importé des Russes ethniques pour occuper des postes politiques, administratifs et de gestion[97].

Restaurations de l'indépendance

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Lituaniens pro-indépendance manifestant à Šiauliai, janvier 1990.

La période de stagnation a entraîné la crise du système soviétique. Le nouveau dirigeant soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, est arrivé au pouvoir en 1985 et a répondu par la glasnost et la perestroïka. Il s'agissait de tentatives de réformer le système soviétique d'en haut afin d'éviter une révolution par le bas. Les réformes ont suscitent un regain de contestations dans les républiques baltes occupées[98]. Les premières grandes manifestations contre les dégats sur l'environnement ont eu lieu à Riga en novembre 1986 et au printemps suivant à Tallinn. De petits succès dans les protestations encouragent les personnes-clés et, à la fin de 1988, l'aile réformatrice avait gagné des positions décisives dans les républiques baltes[99]. Parallèlement, des coalitions de réformateurs et de forces populistes se sont réunies sous le Front populaire[100]. Le Soviet suprême de la république socialiste soviétique d'Estonie a fait de la langue estonienne la langue officielle à nouveau en janvier 1989, et une législation similaire a été adoptée en Lettonie et en Lituanie peu après. Les républiques baltes ont déclaré leur objectif de souveraineté : l'Estonie en novembre 1988, la Lituanie en mai 1989 et la Lettonie en juillet 1989[101]. La voie balte, qui a eu lieu le 23 août 1989, est devenue la plus grande manifestation d'opposition à la domination soviétique[102]. En décembre 1989, le Congrès des députés du peuple de l'Union soviétique a condamné le Pacte germano-soviétique et son protocole secret comme étant « juridiquement déficients et invalides »[103].

Crédit image:
Photographer Andrius Petrulevičius. Lithuanian Central State Archives.
licence CC BY 4.0 🛈
Citoyen lituanien non armé se tenant face à un char soviétique pendant les Événements de janvier.

Le , le Soviet suprême de Lituanie déclare l'indépendance de la Lituanie[104]. Les candidats pro-indépendance avaient obtenu une écrasante majorité lors des élections du Soviet suprême plus tôt cette année-là[105]. Le 30 mars 1990, ne voyant pas encore la pleine restauration de l'indépendance possible en raison de l'importante présence soviétique, le Soviet suprême de l'Estonie déclara l'Union soviétique comme une puissance d'occupation et annonça le début d'une période de transition vers l'indépendance. Le 4 mai 1990, le Soviet suprême de Lettonie fit une déclaration similaire[106]. L'Union soviétique condamna immédiatement ces trois déclarations comme illégales, affirmant qu'elles devaient suivre le processus de sécession prévu dans la Constitution soviétique de 1977. Cependant, les États baltes arguèrent que l'ensemble du processus d'occupation violait autant le droit international que leur propre droit. Par conséquent, ils réaffirment simplement une indépendance qui existait toujours en droit international.

À la mi-juin, après un blocus économique infructueux de la Lituanie, les Soviétiques entamèrent des négociations avec la Lituanie et les deux autres républiques baltes. Les Soviétiques sont néanmoins confrontés à un problème plus important ailleurs, car la République fédérale russe proclame sa souveraineté en juin[107]. Simultanément, les républiques baltes commencent à négocier directement avec la République fédérale russe[107]. Après l'échec des négociations, les Soviétiques réalisent une tentative spectaculaire mais infructueuse de reprise du pouvoir, en envoyant des troupes militaires tuant une vingtaine de personnes et en blessant des centaines de civils lors du massacre de Vilnius en Lituanie, et des barricades en Lettonie en janvier 1991[108]. En août 1991, la ligne dure du Parti communiste tente de prendre le contrôle de l'Union soviétique. Un jour après le coup d'État, le 21 août, les Estoniens proclament leur indépendance totale, après un référendum sur l'indépendance qui a lieu en Estonie le 3 mars 1991[109], aux côtés d'un référendum similaire en Lettonie le même mois. Il est approuvé par 78,4 % des électeurs avec une participation de 82,9 %. L'indépendance est rétablie par le Conseil suprême estonien dans la nuit du 20 août[109]. Le parlement letton fait une déclaration similaire le même jour. Le coup d'État échoue et l'effondrement de l'Union soviétique devient inévitable[110]. Après l'effondrement du coup d'État, le gouvernement soviétique reconnait l'indépendance des trois États baltes le .

Retrait des troupes russes et mise hors service des radars

La fédération de Russie reprend le flambeau de l'Union soviétique et organise le retrait ultérieur des forces d'occupations, composées d'environ 150 000 anciennes troupes soviétiques, désormais russes, stationnées dans les États baltes[111]. En 1992, il y avait encore 120 000 soldats russes sur place[112], ainsi qu'un grand nombre de militaires retraités, en particulier en Estonie et en Lettonie. Pendant la période de négociations, la Russie essaye de conserver des installations telles que la base navale de Liepāja, la station de radar antimissile balistique de Skrunda et la station de surveillance spatiale de Ventspils en Lettonie, ainsi que la base de sous-marins de Paldiski en Estonie, ainsi que des droits de transit vers Kaliningrad à travers la Lituanie.

Une controverse éclate lorsque la Russie menace de maintenir ses troupes sur place. De plus, le souhait de Moscou d'obtenir une législation spécifique garantissant les droits civils et privilèges des Russes ethniques des pays baltes est perçu comme une menace implicite en Occident, à l'Assemblée générale de l'ONU et par les dirigeants baltes, pour qui ces manoeuvres constituent un énième exemple d'impérialisme russe[112]. La Lituanie est la première à achever le retrait des troupes russes, le 31 août 1993[113], en partie en raison de la question de Kaliningrad[112].

Des accords ultérieurs de retrait des troupes de Lettonie sont signés le , et de l'Estonie le [114]. Le maintien des liens par la Russie entraine une menace du Sénat américain de suspendre toute aide à la Russie a la mi-juillet si les forces n'étaient pas retirées d'ici la fin du mois d'août[114]. Le retrait final est officiellement achevé le 31 août 1994[115]. Certains soldats russes restent en Estonie à Paldiski jusqu'à ce que la base militaire russe soit démantelée et que les réacteurs nucléaires suspendent leurs opérations le [116],[117]. La Russie exploite la station radar Skrunda-1 jusqu'à sa mise hors service le 31 août 1998. Le gouvernement russe doit ensuite démanteler et retirer l'équipement radar ; ce travail doit être achevé d'ici octobre 1999, date à laquelle le site est rendu à la Lettonie[118]. Le dernier soldat russe quitte la région ce mois-ci, marquant la fin symbolique de la présence militaire russe sur le sol balte[119],[120].

Bilan civil

Coûts humains estimés des occupations nazie et soviétique[121]
Période/évenement Estonie Lettonie Lituanie
Population 1 126 413 (1934) 1 905 000 (1935) 2 575 400 (1938)
Première occupation soviétique
Déportations de juin (1940-1941) 9 267

(2 409 exécutés)

15 424

(9 400 morts en chemin)

17 500
Victimes de la répression (arrestations, torture, procès politiques, emprisonnements, autres) 8 000 21 000 12 900
Exécutions extrajudiciaires 2 000 Inconnu 3 000
Occupation nazie
Extermination des minorités locales 992 Juifs

300 Roms

70 000 Juifs

~1 900 Roms

196 000 Juifs

~4 000 Roms

Extermination des juifs extérieurs 8 000 20 000 Inconnu
Meurtres de civils 7 000 16 300 45 000
Travaux forcés 3 000 16 800 36 500
Seconde occupation soviétique
Opération Priboi 1948-1949 1949 : 20 702

(3 000 morts en chemin)

1949 : 42 231

(8 000 morts en chemin)

1948 : 41 000

1949 : 32 735

Autres déportations entre 1945 et 1956 650 1 700 59 200
Arrestations et emprisonnements politiques 30 000

(11 000 morts)

32 000 186 000
Partisans d'après-guerres tués ou emprisonnés 8 468

(4 000 tués)

8 000

(3 000 tués)

21 500

Conséquences

Crédit image:
Alma Pater (location data added by Bahudhara)
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Monument aux victimes lituaniennes de l'occupation soviétique dans l'avenue Gediminas, Vilnius. 54° 41′ 18,9″ N, 25° 16′ 14″ E .

L'Union soviétique et ses successeurs (notamment la fédération de Russie) n'ont jamais versé de réparations aux États baltes[122].

Dans les années qui ont suivi le rétablissement de l'indépendance des pays baltes, des tensions persistent entre les autochtones des pays baltes et les colons russes ethniques et leurs descendants ayant fait le choix de rester en Estonie et en Lettonie. Bien que l'obtention de la citoyenneté de ces états baltes soit relativement accessible[123], certains experts notent un manque d'attention aux droits des individus russophones et apatrides dans les États baltes, tandis que toutes les organisations internationales s'accordent à dire qu'aucune forme de discrimination systématique envers la population russophone ou russe ethnique et/ou apatride ne peut être observée[124].

Crédit image:
licence CC BY-SA 2.0 🛈
Nils Ušakovs, le premier maire russe ethnique de Riga, dans la Lettonie indépendante.

En 1993, l'Estonie a été critiquée pour des problèmes liés à l'intégration de certains résidents permanents au moment de l'indépendance de l'Estonie[125]. Selon un rapport de 2008 du rapporteur spécial sur le racisme au Conseil des droits de l'homme des Nations unies, les représentants des communautés russophones en Estonie témoignent de discriminations basées sur la langue (paragraphe 56) plutôt que sur l'appartenance ethnique. Le rapporteur a formulé plusieurs recommandations, dont le renforcement du médiateur de justice, la facilitation de l'octroi de la citoyenneté aux personnes de nationalité indéterminée et une remise en cause de la politique linguistique pour élaborer des stratégies reflétant mieux le caractère multilingue de la société (paragraphes 89–92)[18]. L'Estonie a été critiquée par le Comité pour l'élimination de la discrimination raciale de l'ONU entre autres pour son emphase mise sur la langue estonienne dans la stratégie d'intégration de l'État, pour l'utilisation d'une approche punitive dans la promotion de la langue estonienne, pour les restrictions d'utilisation de la langue minoritaire dans les services publics, le faible niveau de représentation des minorités dans la vie politique, le nombre élevé persistant de personnes ayant une citoyenneté indéterminée, etc.[126]

Selon l'auteure israélienne Yaël Ronen du Centre Minerva des droits de l'homme à l'université hébraïque de Jérusalem, les régimes illégaux prennent généralement des mesures pour changer la structure démographique du territoire qu'ils contrôlent, généralement par deux méthodes : le déplacement forcé de la population locale et le transfert de leur propre population dans le territoire[127]. Elle cite l'exemple des pays baltes comme un cas où ce phénomène s'est produit, avec les déportations de 1949 combinées à de grandes vagues d'immigration en 1945–1950 et 1961–1970[127]. Lorsque le régime illégal a transitionné vers un régime légal en 1991, le statut de ces colons est devenu une question[127].

L'auteure Aliide Naylor souligne l'héritage persistant de l'architecture moderniste soviétique dans la région, de nombreuses structures emblématiques de l'Union soviétique dans les pays baltes tombant en désuétude ou étant démolies complètement. Des débats sont en cours concernant leur avenir[128].

Continuité étatique des États baltes

La revendication balte de continuité avec les républiques d'avant-guerre a été acceptée par la plupart des puissances occidentales[129]. En conséquence de la politique de non-reconnaissance de la prise de ces pays par l'Union soviétique[28],[29], combinée à la résistance du peuple balte au régime soviétique, le fonctionnement ininterrompu d'organes d'État rudimentaires en exil associé au principe juridique fondamental ex injuria jus non oritur (selon lequel aucun avantage légal ne peut découler d'un acte illégal), l'occupation des États baltes a été jugée illégale[130] ainsi la souveraineté n'a jamais été transféré à l'Union soviétique et les États baltes ont continué à exister en tant que sujets du droit international[131].

La position officielle de la Russie, qui a choisi en 1991 d'être le successeur légal et direct de l'URSS[132], est que l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie ont rejoint librement de leur propre gré en 1940, et, avec la dissolution de l'URSS, ces pays sont devenus des entités nouvellement créées en 1991. La position de la Russie est basée sur le désir d'éviter une responsabilité financière, l'idée étant que reconnaître l'occupation soviétique ouvrirait la voie à des demandes de compensation futures de la part des États baltes[133].

Historiographie soviétique et russe

Les historiens soviétiques considéraient l'incorporation de 1940 comme une adhésion volontaire à l'URSS par les Baltes. L'historiographie soviétique promouvait les intérêts de la Russie et de l'URSS dans la région balte, et elle reflétait la conviction de la plupart des Russes qu'ils avaient des droits moraux et historiques pour contrôler et russifier l'ensemble de l'ancien empire[134]. Pour les historiens soviétiques, l'annexion de 1940 n'était pas seulement une adhésion volontaire, mais était aussi la chose naturelle à faire. Ce concept enseignait que la sécurité militaire de la Russie mère était consolidée et qu'aucun argument ne pouvait s'y opposer[135].

Point de vue soviétique

Avant la Perestroïka, l'Union soviétique niait l'existence des protocoles secrets et considérait les événements de 1939-1940 comme suit : le Gouvernement de l'Union soviétique suggéra que les gouvernements des pays baltes concluent des traités d'assistance mutuelle entre les pays. La pression des travailleurs força les gouvernements des pays baltes à accepter cette suggestion. Les pactes d'assistance mutuelle furent ensuite signés[136], ce qui permettait à l'URSS de stationner un nombre limité d'unités de l'Armée rouge dans les pays baltes. Les difficultés économiques et le mécontentement de la population à l'égard des politiques des gouvernements baltes qui avaient saboté l'application du pacte, ainsi que l'orientation politique des gouvernements des pays baltes vers l'Allemagne, ont conduit à une situation révolutionnaire en juin 1940. Pour garantir l'application du pacte, des unités militaires supplémentaires sont entrées dans les pays baltes, accueillies par les travailleurs qui exigeaient la démission des gouvernements baltes. En juin, sous la direction des partis communistes, des manifestations politiques ont eu lieu. Les gouvernements fascistes ont été renversés, et des gouvernements ouvriers ont été formés. En juillet 1940, des élections pour les Parlements baltes ont eu lieu. Les Unions des travailleurs, créées sur l'initiative des partis communistes, ont obtenu la majorité des voix[137]. Les Parlements ont adopté les déclarations de restauration des pouvoirs soviétiques dans les pays baltes et ont proclamé les républiques socialistes soviétiques. Les déclarations des souhaits de l'Estonie, de la Lettonie et de la Lituanie de rejoindre l'URSS ont été adoptées et le Soviet suprême de l'Union soviétique a fait la demande en conséquence. Les demandes ont été approuvées par le Suprême Soviétique de l'URSS.

Le Falsificateurs de l'histoire, édité par Staline et publié en 1948, déclare à propos de la nécessité des invasions de juin 1940 que « des pactes avaient été conclus avec les États baltes, mais il n'y avait pas encore de troupes soviétiques capables de défendre les positions »[138]. Il déclare également à propos de ces invasions que « seuls les ennemis de la démocratie ou les personnes qui avaient perdu leur bon sens pouvaient décrire ces actions du gouvernement soviétique comme de l'agression »[139].

Suite à la réévaluation de l'histoire soviétique pendant la Perestroïka, l'URSS a condamné le protocole secret de 1939 entre l'Allemagne et elle-même qui avait conduit à l'invasion et à l'occupation[31].

Historiographie russe à l'ère post-soviétique

Il y avait relativement peu d'intérêt pour l'histoire des États baltes pendant l'ère soviétique, qui étaient généralement traités comme une entité unique en raison de l'uniformité de la politique soviétique dans ces territoires. Depuis la chute de l'Union soviétique, deux camps généraux se sont formés dans l'historiographie russe. L'un, le libéral-démocratique (либерально-демократическое), condamne les actions de Staline et le Pacte germano-soviétique et ne reconnaît pas les États baltes comme ayant rejoint l'URSS volontairement. L'autre, le national-patriotique (национально-патриотическое), affirme que le Pacte germano-soviétique était nécessaire à la sécurité de l'Union soviétique, que l'adhésion des pays baltes à l'URSS était la volonté du prolétariat – conformément à la politique de la période soviétique, « la « nécessité d'assurer la sécurité de l'URSS », la « révolution populaire » et l'« adhésion volontaire » » – et que les partisans de l'indépendance des pays baltes étaient les agents des agences de renseignement occidentales cherchant à renverser l'URSS[34].

L'historien soviéto-russe Vilnis Sīpols affirme que les ultimatums de Staline en 1940 étaient des mesures défensives prises en raison de la menace allemande et n'avaient aucun lien avec les « révolutions socialistes » dans les États baltes[140]. Les arguments selon lesquels l'URSS devait annexer les États baltes pour défendre la sécurité de ces pays et éviter une invasion allemande dans les trois républiques se retrouvent également dans le manuel universitaire Histoire moderne de la Patrie[141].

Sergey Chernichenko, juriste et vice-président de l'Association russe de droit international, affirme qu'il n'y avait pas d'état de guerre déclaré entre les États baltes et l'Union soviétique en 1940, et que les troupes soviétiques ont occupé les États baltes avec leur accord. De plus, la violation par l'URSS des dispositions des traités antérieurs ne constituait pas une occupation. L'annexion ultérieure n'était ni un acte d'agression ni coercitif et était totalement légale selon le droit international de 1940. Les accusations de « déportation » de ressortissants baltes par l'Union soviétique sont donc sans fondement, car les individus ne peuvent pas être déportés dans leur propre pays. Il qualifie les Waffen-SS d'organisation criminelle condamnée à Nuremberg et leur commémoration dans les pays baltes « ouvertement encouragée pro-nazie » (откровенно поощряются пронацистские) en tant que héros cherchant à libérer les pays baltes (des Soviétiques) d'un acte de « cécité nationaliste » (националистическое ослепление). En ce qui concerne la situation actuelle dans les pays baltes, Chernichenko soutient que la « théorie de l'occupation » est la thèse officielle utilisée pour justifier la « discrimination des habitants russophones » en Estonie et en Lettonie, et prédit que les trois gouvernements baltes échoueront dans leur « tentative de réécrire l'histoire »[142].

Selon l'historien révisionniste Oleg Platonov, « du point de vue des intérêts nationaux de la Russie, l'unification était historiquement justifiée, car elle ramenait à la composition de l'État des terres russes anciennes, bien que partiellement habitées par d'autres peuples ». Le Pacte germano-soviétique et les protocoles, y compris le démembrement de la Pologne, n'ont fait que réparer le détachement de la Russie de ses territoires historiques par la « révolution anti-russe » et « l'intervention étrangère »[143].

En revanche, le professeur et doyen de l'École des relations internationales et vice-recteur de l'université d'État de Saint-Pétersbourg, Konstantin K. Khudoley, considère l'incorporation des États baltes en 1940 comme non volontaire. Il estime que les élections n'étaient ni libres ni équitables et que les décisions des nouveaux parlements élus de rejoindre l'Union soviétique ne peuvent pas être considérées comme légitimes, car ces décisions n'ont pas été approuvées par les chambres hautes des parlements des États baltes respectifs. Il soutient également que l'incorporation des États baltes n'avait aucune valeur militaire pour la défense contre une éventuelle agression allemande, car elle renforçait l'opinion publique anti-soviétique chez les futurs alliés britanniques et américains, tournait les populations autochtones contre l'Union soviétique et le mouvement de guérilla ultérieur dans les États baltes après la Seconde Guerre mondiale causait des problèmes intérieurs à l'Union soviétique[144].

Avec l'avènement de la Perestroïka et sa réévaluation de l'histoire soviétique, le Soviet suprême de l'URSS a condamné en 1989 le Pacte germano-soviétique de 1939 entre l'Allemagne et l'Union soviétique, qui avait conduit à la division de l'Europe de l'Est et à l'invasion et l'occupation des trois pays baltes[31].

Bien que cette action n'ait pas déclaré que la présence soviétique dans les pays baltes était une occupation, la république socialiste fédérative soviétique de Russie et la république de Lituanie l'ont affirmé dans un accord ultérieur, lors de l'effondrement de l'Union soviétique. La Russie, dans le préambule de son traité du 29 juillet 1991, « traité entre la république socialiste fédérative soviétique de Russie et la république de Lituanie sur les bases des relations entre États », a déclaré qu'une fois que l'URSS aurait éliminé les conséquences de l'annexion de 1940, violant la souveraineté de la Lituanie, les relations Russie-Lituanie s'amélioreraient davantage[45].

Cependant, la position officielle actuelle de la Russie contredit directement son rapprochement antérieur avec la Lituanie[145] ainsi que sa signature de l'adhésion au Conseil de l'Europe, où elle a accepté les obligations et les engagements, y compris « iv. en ce qui concerne la compensation pour les personnes déportées des États baltes occupés et les descendants des déportés, comme indiqué dans l'avis no 193 (1996), paragraphe 7.xii, pour régler ces questions aussi rapidement que possible... »[43],[146]. Le gouvernement russe et les responsables d'État soutiennent maintenant que l'annexion soviétique des États baltes était légitime[147] et que l'Union soviétique a libéré les pays des nazis[148]. Ils affirment que les troupes soviétiques sont entrées initialement dans les pays baltes en 1940 suite à des accords et au consentement des gouvernements baltes. Leur position est que l'URSS n'était pas en état de guerre ni engagée dans des activités de combat sur les territoires des trois États baltes, par conséquent, le terme « occupation » ne peut pas être utilisé[149]. Selon le Ministère russe des Affaires étrangères « Les assertions sur l'« occupation » par l'Union soviétique et les revendications connexes ignorent toutes les réalités légales, historiques et politiques, et sont donc totalement infondées. ».

Cette vision russe particulière est appelée le « Mythe de 1939-40 » par David Mendeloff, professeur agrégé des affaires internationales, qui affirme que l'idée que l'Union soviétique n'a ni « occupé » les États baltes en 1939 ni ne les a « annexés » l'année suivante est largement répandue et profondément ancrée dans la conscience historique russe[150].

Notes et références

  1. Rein Taagepera, Estonia: return to independence, Westview Press, (ISBN 978-0813311999), p. 58.
  2. Ineta Ziemele, « State Continuity, Succession and Responsibility: Reparations to the Baltic States and their Peoples? », Martinus Nijhoff, vol. 3,‎ , p. 165-190 (DOI 10.1163/221158903x00072).
  3. (en) Robert B. Kaplan et Richard B. Jr. Baldauf, Language Planning and Policy in Europe: The Baltic States, Ireland and Italy, Multilingual Matters, , 79 p. (ISBN 978-1847690289, lire en ligne [archive du ]) :

    « La plupart des pays occidentaux n'avaient pas reconnu l'incorporation des États baltes dans l'Union soviétique, une position qui irritait les Soviétiques sans jamais devenir un point majeur de conflit. »

  4. Igor I. Kavass, Baltic States, W. S. Hein, (ISBN 978-0930342418, lire en ligne [archive du ]) :

    « L'occupation militaire forcée et l'annexion ultérieure des États baltes par l'Union soviétique restent à ce jour (écrit en 1972) l'un des problèmes graves non résolus du droit international »

  5. Norman Davies (Michael Richard Daniell Foot), The Oxford companion to World War II, Oxford University Press, , 871 p. (ISBN 978-0198604464).
  6. Vytas Stanley Vardys, « Le colonialisme soviétique dans les États baltes : note sur la nature du colonialisme moderne », Lituanus, vol. 10, no 2,‎ (ISSN 0024-5089, lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  7. (en) David Chioni Moore, « Is the Post- in Postcolonial the Post- in Post-Soviet? Toward a Global Postcolonial Critique », Cambridge University Press, (consulté le ).
  8. Aija Abene et Juris Prikulis, Les dommages causés par l'Union soviétique dans les États baltes : matériaux de la conférence internationale, Riga, E-forma, , 20-21 p. (ISBN 978-9934-8363-1-2, lire en ligne).
  9. The Occupation of Latvia « https://web.archive.org/web/20071123015238/http://www.am.gov.lv/en/latvia/history/occupation-aspects/ »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), Ministère des Affaires étrangères de la République de Lettonie
  10. « 22 septembre 1944 d'une occupation à l'autre » [archive du ], Ambassade estonienne à Washington, (consulté le ) : « Pour l'Estonie, la Seconde Guerre mondiale n'a pas pris fin, de facto, avant le 31 août 1994, avec le retrait final des troupes soviétiques du sol estonien. ».
  11. Ferdinand Feldbrugge, Gerard Pieter van den Berg et William B. Simons, Encyclopédie du droit soviétique, Brill, (ISBN 9024730759, lire en ligne [archive du ]), p. 461 :

    « Le 26 mars 1949, le Département d'État américain a publié une lettre circulaire indiquant que les pays baltes étaient toujours des nations indépendantes avec leurs propres représentants diplomatiques et consuls. »

  12. Daniel Fried, « Relations entre les États-Unis et les pays baltes : célébration des 85 ans d'amitié » [archive du ] [PDF], (consulté le ) : « Depuis la déclaration de Sumner Wells du 23 juillet 1940, selon laquelle nous ne reconnaîtrions pas l'occupation. Nous avons logé les délégations diplomatiques baltes en exil. Nous avons accrédité leurs diplomates. Nous avons hissé leurs drapeaux dans le Hall des drapeaux du Département d'État. Nous n'avons jamais reconnu, en acte, en parole ou en symbole, l'occupation illégale de leurs terres. ».
  13. E. Lauterpacht et C. J. Greenwood, Recueil international des lois, Cambridge University Press, , 62–63 p. (ISBN 0521463807, lire en ligne [archive du ]) :

    « La Cour a déclaré : (256 N.Y.S.2d 196) « Le gouvernement des États-Unis n'a jamais reconnu l'occupation forcée de l'Estonie et de la Lettonie par l'Union soviétique des républiques socialistes, ni la absorption et incorporation de la Lettonie et de l'Estonie dans l'Union des républiques socialistes soviétiques. La légalité des actes, lois et décrets des régimes fantoches mis en place dans ces pays par l'URSS n'est pas reconnue par les États-Unis, les agents diplomatiques ou consulaires ne sont pas maintenus en Estonie ou en Lettonie et une reconnaissance complète est accordée aux légations d'Estonie et de Lettonie établies et entretenues ici par les gouvernements en exil de ces pays » »

  14. Résolution sur la situation en Estonie « https://web.archive.org/web/20180929233021/http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-%2F%2FEP%2F%2FNONSGML+MOTION+B6-2007-0215+0+DOC+PDF+V0%2F%2FFR »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), par le Parlement européen, B6-0215/2007, 21.5.2007; adoptée le 24.5.2007 « https://web.archive.org/web/20150519045205/http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-%2F%2FEP%2F%2FNONSGML%20MOTION%20B6-2007-0215%200%20DOC%20PDF%20V0%2F%2FFR »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), . Consulté le 1er janvier 2010.
  15. Renaud Dehousse, « La pratique internationale des Communautés européennes : enquête actuelle », Revue européenne de droit international, vol. 4, no 1,‎ , p. 141 (DOI 10.1093/oxfordjournals.ejil.a035821, lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  16. Parlement européen, « Résolution sur la situation en Estonie, Lettonie, Lituanie », Journal officiel des Communautés européennes, c, vol. 42/78,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  17. Affaires de la Cour européenne des droits de l'homme sur l'occupation des États baltes
  18. a et b « Distr. Générale A/HRC/7/19/Add.2 17 mars 2008 Original : anglais, Conseil des droits de l'homme Septième session Point 9 de l'ordre du jour : Racisme, discrimination raciale, xénophobie et formes connexes d'intolérance, suivi et mise en œuvre de la Déclaration et du Programme d'action de Durban – Rapport du Rapporteur spécial sur les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et d'intolérance connexe, Doudou Diène, Addendum, Mission en Estonie » [archive du ], sur Documents sur l'Estonie, Conseil des droits de l'homme des Nations unies, (consulté le ).
  19. Mälksoo, Lauri, Annexion illégale et continuité de l'État : le cas de l'incorporation des États baltes par l'URSS, Leiden & Boston, Brill, (ISBN 9041121773).
  20. « L'Armée rouge soviétique a repris l'Estonie en 1944, occupant le pays pendant près d'un demi-siècle », Richard Frucht, in Europe de l'Est : Une introduction aux peuples, aux terres et à la culture, ABC-CLIO, 2005 (ISBN 978-1576078006), p. 132.
  21. (en) « Russia and Estonia agree borders », BBC News, (consulté le ) : « Cinq décennies d'occupation presque ininterrompue des États baltes de l'Estonie, de la Lettonie et de la Lituanie ont pris fin en 1991 ».
  22. Profils de pays : Estonie, Lettonie, Lituanie « https://web.archive.org/web/20030731063641/http://www.fco.gov.uk/servlet/Front?pagename=OpenMarket%2FXcelerate%2FShowPage&c=Page&cid=1007029394365&a=KCountryProfile&aid=1019233911509 »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), au Foreign Office britannique
  23. L'Encyclopédie mondiale (ISBN 0716601036).
  24. L'histoire des États baltes par Kevin O'Connor (ISBN 0313323550).
  25. Irina Saburova, « L'occupation soviétique des États baltes », Blackwell Publishing, vol. 14, no 1,‎ , p. 36–49 (DOI 10.2307/126075, JSTOR 126075).
  26. Voir, par exemple, la position exprimée par le Parlement européen, qui a condamné « le fait que l'occupation de ces États autrefois indépendants et neutres par l'Union soviétique a eu lieu en 1940 à la suite du pacte Molotov/Ribbentrop, et se poursuit. » Parlement européen, « Résolution sur la situation en Estonie, Lettonie, Lituanie », Journal officiel des Communautés européennes, vol. 42/78,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  27. « Après l'occupation allemande de 1941–44, l'Estonie est restée occupée par l'Union soviétique jusqu'à la restauration de son indépendance en 1991. » [source insuffisante].
  28. a et b David James Smith, Estonia: independence and European integration, Routledge, 2001, (ISBN 0415267285), p. xix
  29. a et b Bruce Parrott, Construction de l'État et puissance militaire en Russie et dans les nouveaux États de l'Eurasie, M.E. Sharpe, , 112–115 (ISBN 1563243601, lire en ligne), « Inverser l'occupation militaire soviétique ».
  30. Peter Van Elsuwege, Minorités russophones en Estonie et en Lettonie : Problèmes d'intégration au seuil de l'Union européenne, Flensbourg, Allemagne, Centre européen pour les questions de minorités, (lire en ligne [archive du ]), p. 2 :

    « L'incorporation forcée des États baltes dans l'Union soviétique en 1940, sur la base des protocoles secrets du pacte Molotov–Ribbentrop, est considérée comme nulle et non avenue. Bien que l'Union soviétique ait occupé ces pays pendant cinquante ans, l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie ont continué d'exister en tant que sujets du droit international. »

  31. a b et c La quarante-troisième session de la Sous-Commission de l'ONU « https://web.archive.org/web/20151019082434/http://scholar.google.com/scholar?hl=en&lr=&q=%221939+secret+protocol%22&btnG=Search »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), sur Google Scholar
  32. Marek (1968), p. 396. « Dans la mesure où l'Union soviétique prétend qu'il ne s'agit pas de territoires directement annexés mais de corps autonomes avec une volonté juridique propre, ils (les RSS baltes) doivent être considérés comme des créations fantoches, exactement de la même manière que le Protectorat ou l'Albanie dominée par l'Italie ont été classés comme tels. Ces créations fantoches ont été établies sur le territoire des États baltes indépendants; elles couvrent le même territoire et incluent la même population. ».
  33. Dainius Zalimas, « Commentaire sur la loi de la République de Lituanie sur la réparation des dommages résultant de l'occupation de l'URSS », Annuaire baltique de droit international, Martinus Nijhoff Publishers, (ISBN 978-9-0041-3746-2).
  34. a et b cf. par exemple l'article de Boris Sokolov offrant une vue d'ensemble Эстония и Прибалтика в составе СССР (1940–1991) в российской историографии « https://web.archive.org/web/20181017001725/http://www.airo-xxi.ru/2009-07-06-06-12-13/147-estonia01 »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), (Estonie et les pays baltes dans l'URSS (1940–1991) dans l'historiographie russe). Consulté le 30 janvier 2011.
  35. Elizabeth A. Cole, Enseigner le passé violent : éducation à l'histoire et réconciliation, Rowman & Littlefield, , 233–234 p. (ISBN 978-0742551435, lire en ligne).
  36. Dick Combs, À l'intérieur de l'univers parallèle soviétique, Penn State Press, , 258, 259 (ISBN 978-0271033556, lire en ligne [archive du ]) :

    « L'administration Poutine refuse obstinément d'admettre le fait de l'occupation soviétique de la Lettonie, de la Lituanie et de l'Estonie après la Seconde Guerre mondiale, bien que Poutine ait reconnu qu'en 1989, sous le règne de Gorbatchev, le parlement soviétique a officiellement condamné le pacte Molotov-Ribbentrop de 1939, qui a conduit à l'incorporation forcée des trois États baltes dans l'Union soviétique. »

  37. Janusz Bugajski, Paisible guerre, Greenwood Publishing Group, (ISBN 0275983625, lire en ligne [archive du ]), p. 109 :

    « Les responsables russes affirment avec persistance que les États baltes sont entrés volontairement et légalement dans l'URSS à la fin de la Seconde Guerre mondiale et refusent de reconnaître que l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie étaient sous occupation soviétique pendant cinquante ans. »

  38. МИД РФ: Запад признавал Прибалтику частью СССР « https://web.archive.org/web/20160329081725/http://grani.ru/Politics/Russia/m.88902.html »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), , grani.ru, mai 2005
  39. Комментарий Департамента информации и печати МИД России в отношении "непризнания" вступления прибалтийских республик в состав СССР « https://web.archive.org/web/20060509120150/http://www.latvia.mid.ru/news/ru/050507.html »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), , Ministère des Affaires étrangères (Russie), 7 mai 2005
  40. Khudoley 2008, p. 90.
  41. Dainius Zalimas, « Commentaire de la loi de la République de Lituanie sur la réparation des dommages résultant de l'occupation de l'URSS », Martinus Nijhoff Publishers, vol. 3,‎ , p. 97–164 (ISBN 978-9004137462, DOI 10.1163/221158903x00063, lire en ligne).
  42. Assemblée parlementaire, « Avis no 193 (1996) sur la demande d'adhésion de la Russie au Conseil de l'Europe » [archive du ], Conseil de l'Europe, (consulté le ).
  43. a et b tel que décrit dans la Résolution 1455 (2005), Respect des obligations et engagements de la fédération de Russie « https://web.archive.org/web/20090401120515/http://assembly.coe.int/Documents/AdoptedText/ta05/ERES1455.htm »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), , sur le site parlementaire du CoE, consulté le 6 décembre 2009
  44. Dainius Zalimas, « Commentaire de la loi de la République de Lituanie sur la réparation des dommages résultant de l'occupation de l'URSS », Martinus Nijhoff Publishers, vol. 3,‎ , p. 97–164 (ISBN 978-9004137462, DOI 10.1163/221158903x00063, lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  45. a et b « Traité entre la République socialiste fédérative soviétique de Russie et la République de Lituanie sur les bases des relations entre États » [archive du ].
  46. John Quiley, Droit international et national en Russie et en Europe de l'Est [« Volume 49 de la série Droit en Europe de l'Est »], Martinus Nijhoff Publishers, (ISBN 9041116540), « Les Russes des pays baltes : Habitants légitimes ou colons illégaux ? », p. 327.
  47. « Article sur les pays baltes », Washington Times Corp, vol. 2, no 3,‎ , p. 692.
  48. Alexander Shtromas, Robert K. Faulkner et Daniel J. Mahoney, Totalitarisme et les perspectives pour l'ordre mondial : fermer la porte sur le XXe siècle, Lexington Books, coll. « Applications of political theory », (ISBN 978-0739105337), « La conquête soviétique des pays baltes », p. 263.
  49. District militaire des pays baltes « https://web.archive.org/web/20171108074301/https://www.globalsecurity.org/military/world/russia/vo-baltic.htm »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), globalsecurity.org
  50. Le Crieur Hebdomadaire (1999/10) « https://web.archive.org/web/20130601180901/http://www.balticsworldwide.com/the-weekly-crier-199910/ »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), Baltics Worldwide. Consulté le 11 juin 2013.
  51. (en) Russia Pulls Last Troops Out of Baltics - The Moscow Times, 22 octobre 1999.
  52. https://www.cairn.info/revue-le-courrier-des-pays-de-l-est-2007-4-page-6.htm
  53. https://www.cairn.info/sortir-du-communisme-changer-d-epoque--9782130587675-page-375.htm
  54. Valentin Pasquier, « Estonie : 25 ans de divorce avec le voisin russe », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  55. (en) « Russia’s diplomatic clash with Europe flares in Estonia », sur POLITICO, (consulté le ).
  56. (en) Michael Weiss, « Estonia: Warning the World About Russia », sur New Lines Magazine, (consulté le ).
  57. a b et c Texte du Pacte de non-agression germano-soviétique « https://web.archive.org/web/20141114231303/http://www.fordham.edu/halsall/mod/1939pact.html »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), , exécuté le 23 août 1939
  58. Christie, Kenneth, Injustice historique et transition démocratique en Asie orientale et en Europe du Nord : Fantômes à la table de la démocratie, RoutledgeCurzon, 2002, (ISBN 0700715991).
  59. a et b Hiden et Salmon 1994, p. 110.
  60. a et b David J. Smith, Les États baltes : Estonie, Lettonie et Lituanie, p. 24, (ISBN 0-4152-8580-1).
  61. (en) Kristian Gerner et Stefan Hedlund, The Baltic States and the End of the Soviet Empire, (ISBN 978-1-3510-5915-2, DOI 10.4324/9781351059152), p. 59.
  62. a et b Hiden et Salmon 1994, p. 113.
  63. Hiden et Salmon 1994, p. 112.
  64. a b et c (en) Prit Buttar, Between Giants, Bloomsbury USA, (ISBN 978-1-7809-6163-7).
  65. a b et c Hiden et Salmon 1994, p. 114.
  66. Visvaldis Mangulis, Latvia in the Wars of the 20th century, Princeton Junction: Cognition Books, (ISBN 0-912881-00-3, lire en ligne Inscription nécessaire), « VIII. September 1939 to June 1941 ».
  67. (en) Arvīds Švābe, The Story of Latvia, Latvian National Foundation, Stockholm, 1949.
  68. Martti Turtola, Presidentti Konstantin Päts. Suomi ja Viro eri teillä, Keuruu, .
  69. « États baltes – région, Europe » [archive du ], sur britannica.com (consulté le ).
  70. a et b Hiden et Salmon 1994, p. 116.
  71. a et b Hiden et Salmon 1994, p. 117.
  72. Hiden et Salmon 1994, p. 118.
  73. Hiden et Salmon 1994, p. 119.
  74. a et b Hiden et Salmon 1994, p. 120.
  75. a b et c (ekk) Eesti. Üld., vol. 11, Eesti entsüklopeedia, , 311–323 p., « Nõukogude ja Saksa okupatsioon (1940-1991) ».
  76. a et b (en) Estonian State Commission on Examination of Policies of Repression, The White Book: Losses inflicted on the Estonian nation by occupation regimes. 1940–1991, Estonian Encyclopedia Publishers, , pdf, « Human Losses », p. 15.
  77. (en) Indrek Paavle, Peeter Kaasik, Estonia 1940–1945: Reports of the Estonian International Commission for the Investigation of Crimes Against Humanity, Tallinn, , 469-493 p., « Destruction battalions in Estonia in 1941 ».
  78. a et b Alexander Statiev, La contre-insurrection soviétique dans les régions frontalières occidentales, Presses de l'université de Cambridge, 2010, p. 77.
  79. (en) Romuald J. Misiunas, Rein Taagepera, Baltic Years of Dependence 1940—1990, Tallinn, 1997, p. 32.
  80. (ekk) Arūnas Bubnys, Vokiečių okupuota Lietuva (1941–1944), Vilnius, Lietuvos gyventojų genocido ir rezistencijos tyrimo centras, , 409-423 p. (ISBN 9-9867-5712-6).
  81. a et b Mečislovas Mackevičius, « La résistance lituanienne aux tentatives de mobilisation allemande de 1941 à 1944 », Lituanus, vol. 4, no 32,‎ (ISSN 0024-5089, lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  82. Visvaldis Mangulis, La Lettonie dans les guerres du XXe siècle, Princeton Junction, NJ, Cognition Books, (ISBN 0-9128-8100-3, OCLC 10073361, lire en ligne).
  83. a et b Hiden et Salmon 1994, p. 121.
  84. Hiden et Salmon 1994, p. 123.
  85. (en) Chris Bellamy, Absolute War: Soviet Russia in the Second World War, , p. 621.
  86. Bellamy 2007, p. 622.
  87. Bellamy 2007, p. 623.
  88. Hiden et Salmon 1994, p. 126.
  89. a b c et d Hiden et Salmon 1994, p. 129.
  90. Roger Petersen, Résistance et rébellion : leçons de l'Europe de l'Est, Cambridge University Press, coll. « Studies in Rationality and Social Change », (ISBN 9780511612725, DOI 10.1017/CBO9780511612725, lire en ligne).
  91. Heinrihs Strods et Kott, Matthew, « Le dossier de l'opération 'Priboi' : une réévaluation des déportations massives de 1949 », Journal of Baltic Studies, vol. 33, no 1,‎ , p. 1–36 (DOI 10.1080/01629770100000191, S2CID 143180209, lire en ligne [archive du ], consulté le ) « Erratum », Journal of Baltic Studies, vol. 33, no 2,‎ , p. 241 (DOI 10.1080/01629770200000071, S2CID 216140280, lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  92. Commission internationale pour l'évaluation des crimes des régimes d'occupation nazi et soviétique en Lituanie, Déportations de la population en 1944–1953 « https://web.archive.org/web/20130601173600/http://www.komisija.lt/Files/www.komisija.lt/File/Tyrimu_baze/II%20Sovietine%20okupacija%20I%20etapas/Nusikaltimai/Tremimai/ENG/Conclusions%20ENG.pdf »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), , paragraphe 14
  93. a et b Hiden et Salmon 1994, p. 130.
  94. Hiden et Salmon 1994, p. 131.
  95. a et b Hiden et Salmon 1994, p. 132.
  96. Alexander J. Motyl, Encyclopédie du nationalisme, ensemble de deux volumes, Elsevier, , 494–495 p. (ISBN 0080545246, lire en ligne [archive du ]).
  97. Hiden et Salmon 1994, p. 139.
  98. Hiden et Salmon 1994, p. 147.
  99. Hiden et Salmon 1994, p. 149.
  100. Hiden et Salmon 1994, p. 150.
  101. Hiden et Salmon 1994, p. 151.
  102. Hiden et Salmon 1994, p. 154.
  103. (en) Esther B. Fein, « UPHEAVAL IN THE EAST; Soviet Congress Condemns '39 Pact That Led to Annexation of Baltics », The New York Times, (consulté le ).
  104. Hiden et Salmon 1994, p. 158.
  105. Hiden et Salmon 1994, p. 160.
  106. Hiden et Salmon 1994, p. 162.
  107. a et b Hiden et Salmon 1994, p. 164.
  108. Hiden et Salmon 1994, p. 187.
  109. a et b Dieter Nohlen et Philip Stöver, Elections in Europe: A data handbook, Nomos, , 567 p. (ISBN 978-3832956097).
  110. Hiden et Salmon 1994, p. 189.
  111. Elaine M. Holoboff et Bruce Parrott, Sécurité nationale dans les États baltes, M.E. Sharpe, (ISBN 1563243601, lire en ligne), « Inversion de l'occupation militaire soviétique », 112.
  112. a b et c Simonsen, S. Jeux compatriotes : Expliquer le « lien de la diaspora » dans le retrait militaire de la Russie des États baltes. Études Europe-Asie, vol. 53, no 5, 2001.
  113. Holoboff et Parrott 1995, p. 113.
  114. a et b Holoboff et Parrott 1995, p. 114.
  115. Hiden et Salmon 1994, p. 191.
  116. Président de la République à Paldiski le 26 septembre 1995 « https://web.archive.org/web/20210309011500/https://vp1992-2001.president.ee/eng/k6ned/K6ne.asp?ID=9336 »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), Lennart Meri, président de l'Estonie (1992–2001). 26 septembre 1995.
  117. Dernier site militaire russe rendu à l'Estonie. « https://web.archive.org/web/20160303212427/http://www.jamestown.org/single/?no_cache=1&tx_ttnews%5Btt_news%5D=9984&tx_ttnews%5BbackPid%5D=209 »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), The Jamestown Foundation. 27 septembre 1995.
  118. La Lettonie reprend le territoire de la station radar de Skrunda « https://web.archive.org/web/20120229195807/http://www.am.gov.lv/en/copenhagen/news/latvian-news/template/?pg=1562 »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), Ambassade de la République de Lettonie à Copenhague, 31 octobre 1999. Consulté le 22 juillet 2013.
  119. Estonie, Lettonie, Lituanie « https://web.archive.org/web/20230210210524/https://books.google.com/books?id=7Yg-9Np1abwC&pg=PA31&lpg=PA31&dq=skrunda+returned+to+latvia&source=bl&ots=Vi5CvrAiBH&sig=31Lo5yqw90LfrrVhPq6Ie0TMGbM&hl=en&sa=X&ei=pkytUeCjGavA4APl_IDADw&ved=0CE0Q6AEwBzhk#v=onepage&q=skrunda%20returned%20to%20latvia&f=false »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), Lonely Planet. 5 janvier 2009. Consulté le 3 juin 2013.
  120. Les pays de l'ex-Union soviétique au tournant du XXIe siècle « https://web.archive.org/web/20230210210508/https://books.google.com/books?id=ZYy46_X2WS8C&pg=PA198&dq=skrunda-1&hl=en&sa=X&ei=_6LsUfL5K8fj4APbiIGwDQ&ved=0CEQQ6AEwBDgU#v=onepage&q=skrunda-1&f=false »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), Ian Jeffries. 2004. Consulté le 21 juillet 2013.
  121. (en) Eva-Clarita Pettai et Vello Pettai, Transitional and Retrospective Justice in the Baltic States, Cambridge University Press, (ISBN 978-1-1070-4949-9, lire en ligne [archive du ]), p. 55.
  122. (en) M. Oll, « Justice minister goes behind PM's back to sign declaration about reparations for Soviet occupation », sur ERR, (consulté le ).
  123. Rett R. Ludwikowski, Constitution-making in the region of former Soviet dominance, Duke University Press, (ISBN 978-0822318026, lire en ligne [archive du ]), p. 87.
  124. Peter van Elsuwege, « Minorités russophones en Estonie et en Lettonie : problèmes d'intégration au seuil de l'Union européenne » [archive du ], sur European Centre for Minority Issues (consulté le ), p. 54.
  125. « Intégration de la minorité non citoyenne en Estonie » [archive du ], Human rights watch, (consulté le ).
  126. « Observations finales du Comité pour l'élimination de la discrimination raciale. Estonie » [archive du ] [PDF], Comité de l'ONU pour l'élimination de la discrimination raciale, (consulté le ).
  127. a b et c Ronen Yaël (Vaughan Lowe), Annuaire britannique de droit international 2008, Oxford University Press, , 194–265 p. (ISBN 978-0199580392), « Statut des colons implantés par des régimes territoriaux illégaux ».
  128. (en-US) « L'héritage durable du modernisme soviétique dans les pays baltes » [archive du ], sur jacobin.com (consulté le ).
  129. Van Elsuwege 2004, p. 378.
  130. Pour une évaluation juridique de l'annexion des trois États baltes à l'Union soviétique, voir K. Marek, Identity and Continuity of States in Public International Law (1968), 383–91
  131. D. Zalimas, Questions juridiques et politiques sur la continuité de la République de Lituanie, 1999, 4 Lithuanian Foreign Policy Review, pp. 111-112.
  132. I. Torbakov, « Russie et ses voisins : Histoires en guerre et responsabilité historique », FIIA Comment, Institut finlandais des affaires internationales, 2010.
  133. Gennady Charodeyev, La Russie rejette la revendication territoriale de la Lettonie, Izvestia, (CDPSP, Vol XLIV, No 12.), 20 mars 1992, Modèle:P.3.
  134. Gerner et Hedlund 1993, p. 60.
  135. Gerner et Hedlund 1993, p. 62.
  136. « Старые газеты : Библиотека : Пропагандист и агитатор РККА : №20, октябрь 1939г. » [archive du ], sur www.oldgazette.org (consulté le ).
  137. Grande Encyclopédie soviétique
  138. Bureau d'information soviétique, « Falsificateurs de l'histoire (Synthèse historique) », Maison d'édition en langues étrangères, Moscou,‎ , 50.
  139. Bureau d'information soviétique, « Falsificateurs de l'histoire (Synthèse historique) », Maison d'édition en langues étrangères, Moscou,‎ , 52.
  140. Selon Sīpols, « à la mi-juillet 1940, des élections ont eu lieu [...]. De cette manière, la Lettonie, la Lituanie et l'Estonie, qui avaient été arrachées à la Russie à la suite d'une intervention militaire étrangère, se sont réunies, par la volonté de ces peuples. »(ru) Сиполс В. Тайны дипломатические. Канун Великой Отечественной 1939-1941. Москва 1997. c. 242.
  141. (ru) Новейшая история Отечества. XX век. Учебник для студентов вузов: в 2 т. /Под редакцией А.Ф. Киселева, Э.М. Щагина. М., 1998. c. 111.
  142. (ru) С.В.Черниченко "Об "оккупации" Прибалтики и нарушении прав русскоязычного населения" – "Международная жизнь" (август 2004 года) – « Статья С.в.черниченко*, Опубликованная В Журнале "Международная Жизнь" (Август 2004 Года) Под Заголовком "Об "Оккупации" Прибалтики И Наруше » [archive du ] (consulté le ).
  143. (ru) Олег Платонов. История русского народа в XX веке. Том 2. Accessible à [1] « https://web.archive.org/web/20200221073113/http://lib.ru/PLATONOWO/russ3.txt »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), .
  144. (en) Khudoley, Soviet foreign policy during the Cold War, The Baltic factor, , p. 56-73.
  145. Žalimas, Dainius. Questions juridiques et politiques sur la continuité de la République de Lituanie, consulté le 24 janvier 2008, « https://web.archive.org/web/20080411142716/http://www.lfpr.lt/uploads/File/1999-4/Zalimas.pdf »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), .
  146. AVIS no 93 (1996) sur la demande d'adhésion de la Russie au Conseil de l'Europe « https://web.archive.org/web/20110507061254/http://assembly.coe.int/Documents/AdoptedText/ta96/EOPI193.htm »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), , sur le site du CoE parlementaire, consulté le 6 décembre 2009
  147. (en) « Russia denies Baltic 'occupation' », BBC News, (consulté le ).
  148. (en) « Bush denounces Soviet domination », BBC News, (consulté le ).
  149. Le terme "occupation" inapplicable « https://web.archive.org/web/20070929110744/http://newsfromrussia.com/main/2005/05/05/59605.html »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), Sergeï Yastrzhembsky, mai 2005.
  150. David Mendeloff, Injustice historique et transition démocratique en Asie orientale et en Europe du Nord : les fantômes à la table de la démocratie, RoutledgeCurzon, , 79–118 p. (ISBN 978-0700715992), « Causes and Consequences of Historical Amnesia – The annexation of the Baltic states in post-Soviet Russian popular history and political memory ».

Annexes

Bibliographie

  • Susanne Nies, Les États Baltes, une longue dissidence, Paris, A. Colin, coll. « Histoire au présent », , 209 p. (ISBN 978-2-200-26648-6, OCLC 803527687).
  • Christian Baechler, Guerre et exterminations à l'Est. Hitler et la conquête de l'espace vital. 1933-1945, Paris, Tallandier, , 524 p. (ISBN 978-2-84734-906-1)
  • Götz Aly, Comment Hitler a acheté les Allemands. Le IIIe Reich, une dictature au service du peuple, Paris, Flammarion, , 373 p. (ISBN 2-08-210517-2)
  • (en) Experiencing Totalitarianism: The Invasion and Occupation of Latvia by the Ussr and Nazi Germany 1939-1991, Andrejs Plakans, AuthorHouse, . (ISBN 978-1-467-09253-1).
  • (en) Soviet Aggression Against the Baltic States, Cour suprême de justice de Lettonie
  • (en) Illegal annexation and state continuity: the case of the incorporation of the Baltic states by the USSR : a study of the tension between normativity and power in international law, Lauri Mälksoo, M. Nijhoff Publishers, 2003 - 373 pages. (ISBN 978-9-041-12177-6).
  • (en) Diplomats Without a Country: Baltic Diplomacy, International Law, and the Cold War, James T. McHugh, James S. Pacy, Greenwood Publishing Group, - 282 pages. (ISBN 978-0-313-31878-8).
  • Johan Hiden et Patrick Salmon, The Baltic Nations and Europe, Harlow, England, Longman, (1re éd. 1991) (ISBN 058225650X, lire en ligne)

Articles connexes

Liens externes