Ndombolo

Ndombolo

Ndombolo est le nom associé à une danse originaire de République démocratique du Congo appelé aussi «Seben». La danse est dérivée de la rumba congolaise et du soukous. Elle a connu un engouement et un succès à la fin des années 1990 et au début des années 2000[1],[2].

Ce style de musique rapide, qui domine actuellement[Quand ?] les pistes de danse en Afrique centrale, orientale et occidentale, créé par Radja Kula est interprété par Awilo Longomba, Koffi Olomide et des groupes comme Wenge Musica et Big Stars du Général Defao.

La danse de la hanche au rythme rapide de soukous ndombolo a été critiquée pour ses affirmations d’obscène. Il y a eu des tentatives pour l'interdire au Mali, au Cameroun et au Kenya. Après avoir tenté de l'interdire de la radio et de la télévision publiques en République démocratique du Congo en 2000, il est devenu encore plus populaire. En , les vidéos musicales ndombolo de la RDC ont été censurées pour indécence et les clips vidéo de Koffi Olomide, JB M'Piana et Werrason ont été bannis des ondes.

En termes de danse, le Ndombolo est basé sur un mouvement de balance du corps d'avant en arrière. À ce balancement de base se rajoutent un déhanchement précis du bassin et des figures rapides, plus ou moins complexes, exécutées avec les bras et les jambes. La position de départ s'inspire de celle des danses africaines traditionnelles, avec les genoux légèrement pliés et le buste basculé en avant. Cette posture permet notamment de mettre en valeur le mouvement de déhanché.

Alors que les ondulations du bassin se font d'une manière plus douce et sensuelle pour les femmes, ils sont saccadés et rapides pour les hommes. Le Ndombolo comporte une dimension d'expression faciale importante, elle permet d'ajouter des mimes et de compléter la danse avec une communication avec le public. En France, quelques professeurs de danse sont spécialisés dans le Ndombolo.

Références

  1. David Van Reybrouck (trad. du néerlandais de Belgique), Congo : Une histoire, Arles, Actes Sud, , 711 p. (ISBN 978-2-330-00930-4), p. 512
  2. Richard Banégas, Figures de la réussite et imaginaires politiques, Éditions Karthala (lire en ligne)