Nasser al-Mohammed al-Sabah

Nasser al-Sabah
ناصر الصباح
Illustration.
Cheikh Nasser,
Premier ministre
Fonctions
Premier ministre du Koweït

(5 ans, 9 mois et 27 jours)
Monarque Sabah IV
Prédécesseur Sabah al-Ahmad al-Jabir al-Sabah
Successeur Jaber al-Moubarak al-Ahmad al-Sabah
Biographie
Nom de naissance Nasser al-Mohammed al-Ahmad al-Jaber al-Sabah
Date de naissance (80 ans)
Lieu de naissance Koweït (État du Koweït)
Nationalité koweïtienne
Conjoint Cheikha Shahrazad bint Hamud al-Jaber al-Sabah
Enfants Cheikh Sabah al-Nasser al-Sabah
Cheikh Ahmad al-Nasser al-Sabah
Diplômé de Université de Genève

Nasser al-Mohammed al-Sabah
Premiers ministres du Koweït

Cheikh Nasser al-Mohammed al-Ahmed al-Jaber al-Sabah, né le à Koweït, est un prince de la maison Al Sabah et un homme politique koweïtien. Il est Premier ministre du au .

Biographie

Famille

Il est le fils du cheikh Mohammed al-Ahmad al-Sabah (deuxième fils de l'émir Ahmad Ier) et de Nasima al-Nakib (fille de Sayyid Talib Pasha al-Nakib). Ses parents se sont mariés le et ont eu deux enfants. Son frère Badr bin Mohammed al-Sabah, né en 1937, a été ambassadeur du Koweït aux Émirats arabes unis et en Arabie saoudite.

Son grand-père est Ahmad Ier, émir du Koweït de 1921 à 1950 et père des émirs Jaber III et Sabah IV.

Cheikh Nasser épouse en 1969 cheikha Shahrazad bint Hamud al-Jaber al-Sabah qui lui donne deux fils, Sabah al-Nasser al-Sabah (né le ) et Ahmad al-Nasser al-Sabah (né le ).

Formation

Il suit son instruction primaire et élémentaire à la Mubarakiya School au Koweït. Il obtient un certificat d'éducation général au Royaume-Uni et un diplôme supérieur en étude de langue française en 1960. Il achève sa formation par un cursus en sciences politiques et économiques à l'université de Genève en Suisse de 1960 à 1964[1].

Il parle l'arabe, l'anglais, le français et le persan[1].

Carrière diplomatique

Il commence sa carrière politique dans la diplomatie, avec des postes à New York, Genève ou Téhéran et est le premier représentant permanent du Koweït à l'Office des Nations unies à Genève et auprès de la Confédération suisse et premier consul général à Genève. De 1975 à 1979, il est le doyen du corps diplomatique à Téhéran (le plus jeune du monde à cette fonction, à cette époque-là).

Carrière politique

Il revient ensuite dans son pays en 1979, pour occuper de hautes fonctions dans le gouvernement koweïtien et sera successivement ministre de l'Information (1985-1988), du Travail et des Affaires sociales (1988-1990), des Affaires étrangères (1990-1998) et de la Cour royale (1991-2006)[1]. Pendant l'agression irakienne en 1990, il est la première voix entendue sur la radio koweïtienne en déclarant « C'est le Koweït ».

Il représente le Koweït aux célébrations d'intronisation de l'empereur Akihito du Japon le .

Le , son oncle cheikh Sabah accède au trône de l'émirat et cheikh Nasser lui succède comme Premier ministre le suivant. Il est reconduit dans ses fonctions le , après la démission du gouvernement à la suite d'une motion de défiance votée par le Parlement contre un membre de son gouvernement, le ministre de la Santé, cheikh Ahmed al-Abdallah al-Sabah. Il demeure en fonction jusqu'à sa démission le .

Références

  1. a b et c (en) « A Diplomat Burdened With a Cumbersome Legacy », sur Majalla.com,

Lien externe

Articles connexes