Musée de la Préhistoire finistérienne

Musée de la Préhistoire finistérienne
Image dans Infobox.
Le musée
Informations générales
Type
Surface
300 m2
Collections
Nombre d'objets
3 000
Bâtiment
Protection
Localisation
Pays
Commune
Adresse
657 rue du Musée de la Préhistoire
Coordonnées
47° 49′ 33″ N, 4° 21′ 49″ O
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bretagne
voir sur la carte de Bretagne
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Finistère
voir sur la carte du Finistère
Red pog.svg

Le musée de la Préhistoire finistérienne est un musée de préhistoire et d'archéologie situé à Pors Carn, en Penmarch, dans le Finistère. Il présente des collections d'objets trouvés dans le Finistère et plus largement en Bretagne.

Historique

Ce musée est l'héritier de la Société archéologique de Bretagne, créée par Arthur de La Borderie en 1854, et de la Société archéologique du Finistère, créée par René-François Le Men en 1873. Parmi les membres de cette dernière, Armand René du Châtellier, puis son fils Paul du Châtellier (1836-1911), vont jouer un rôle important, créant un véritable musée privé dans leur château de Kernuz, à Pont-l'Abbé.

Après la Première Guerre mondiale, la famille Maufras du Châtellier vend ses collections à l'État : c'est le musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye qui les achète en 1924 (une partie en sera déposée en 1953 au musée de la Préhistoire finistérienne)[1].

Le musée de la Préhistoire finistérienne est créé après la Première Guerre mondiale : la Société civile d'archéologie de Penmarc'h dépose ses statuts le , et achète le terrain de Pors Carn le suivant. Le commandant Charles Bénard le Pontois est le président-fondateur du musée avec son épouse Gabrielle Philippson, en compagnie de Georges Alexandre Boisselier, du chanoine Pierre Favret, du chanoine Jean-Marie Abgrall, du docteur Kermarec, des commandants A. Devoir et Henri Morel, de messieurs Cornier, Georges Monot (commerçant à Pont-l'Abbé), Jarnot et Charbonnier de Sireuil. La première salle est inaugurée le . Le musée est déclaré d'utilité publique par décret du .

Dès ses débuts, le musée collabore avec la faculté des sciences de Rennes. Il devient en 1946 une station scientifique de l'université de Rennes (à partir de 1970, université Rennes-I) — station extérieure étroitement liée au laboratoire d'anthropologie préhistorique dirigé par Pierre-Roland Giot[2].

En 2012, l'université annonce vouloir se séparer du musée, et prend contact avec le Conseil départemental du Finistère[3]. En décembre 2013, à l'annonce d'une fermeture prévue le , un comité de défense se forme. Il réussit à éviter la fermeture[4]. Un projet de restructuration du musée est inscrit au contrat de territoire 2015-2020[5], et, depuis 2014, le musée de la Préhistoire est « géré par conventionnement par la communauté de communes du Pays Bigouden Sud[6] ».

Non conforme aux règles de sécurité pour recevoir du public, le musée a dû fermer début 2020. Il attirait encore 6 000 visiteurs chaque année[7]

Présentation

Sur 300 m² de surface d'exposition, le musée de la Préhistoire finistérienne présente ses collections d'environ 3 000 objets archéologiques (bifaces, grattoirs, lames en silex, haches polies, pointes de flèche), illustrant la préhistoire et la protohistoire dans le Finistère et, de manière plus générale, dans l'Ouest armoricain. Il présente aussi des céramiques préhistoriques et protohistoriques, des épées, des haches, des poignards, des pointes de lances, etc.

On peut y voir aussi deux nécropoles reconstituées, l'une de la période armoricaine de la Tène, l'autre du haut Moyen Âge.

Dolmen, menhir, stèles armoricaines, coffres à rainures, etc., sont présentés en plein air dans l'enceinte du musée[8].

Galerie

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références

Article connexe