Résistance intérieure polonaise pendant la Seconde Guerre mondiale

(Redirigé depuis Mouvement de résistance polonaise pendant la Seconde Guerre mondiale)
La Kotwica, symbole de l'Armia Krajowa, constituée des lettres P et W pour « Pomścimy Wawer » (« Nous allons venger Wawer »)

La Résistance polonaise pendant la Seconde Guerre mondiale, avec l'Armia Krajowa (Armée de l’intérieur ou AK) à son avant-garde, fut le plus grand mouvement de résistance dans toute l'Europe occupée [a], couvrant les zones d'occupation allemande et soviétique. Dans tous les pays occupés d’Europe existaient des structures souterraines mais il n’y a que sur le territoire de la Pologne occupée qu’existait un véritable État clandestin avec son pouvoir exécutif, ses partis politiques, son administration et son armée secrète aux ordres du gouvernement polonais exilé à Londres. Ce gouvernement qui s'est reconstitué à l'étranger après la défaite en septembre 1939, pour continuer, au nom du peuple polonais, la lutte contre l'agresseur était reconnu par une majorité de Polonais, par les Alliés et même quelque temps par les Soviétiques.

Sur le plan international, la Résistance polonaise est connue pour avoir apporté des renseignements militaires aux Alliés, avoir perturbé les lignes d'approvisionnement allemandes du front de l'Est et avoir contribué à alerter le monde sur la mise en œuvre de la solution finale et sauver des vies juives de la Shoah en Pologne.

Origines

Depuis septembre 1939, la Pologne subie de la part des nazis et des soviétiques une occupation féroce. Le pays est considéré comme une zone d’expansion coloniale : les élites polonaises (intellectuels, religieux, militaires, etc.) font l’objet d’exécutions massives, des centaines de milliers de paysans polonais sont expropriés et expulsés pour faire place aux colons allemands, les Juifs qui sont plus de trois millions en Pologne sont entassés dans des ghettos et mis au travaux forcés.

Organisations

Des soldats de Kedyw dans la rue Stawki dans le quartier de Wola - Insurrection de Varsovie en 1944.
Partisans polonais de la région de Kielce - unité « Jędrusie » en 1945

Dès le début de l’occupation, de nombreuses organisations armées secrètes virent le jour. Ce furent cependant les structures soumises au Gouvernement polonais en exil à Londres qui eurent le plus d’importance.

  • Armia Krajowa (Armée de l'Intérieur ou AK) fidèle au gouvernement polonais en exil fut la plus importante de toutes les organisations de résistance polonaise. Créée à l’automne 1939 comme le Service à la Victoire de la Pologne (Służba Zwycięstwu Polsce), puis transformé en novembre 1939 en Union de la lutte armée (Związek Walki Zbrojnej, ZWZ) pour devenir en 1942 l’Armée Intérieure (Armia Krajowa, AK), elle intégra la plupart des autres groupes polonais de résistance armée (à l'exception des communistes et des groupes d'extrême droite)[1],[2]. Elle était le bras armé de l'État polonais clandestin et était organisée sur le modèle d’une armée régulière, avec un état-major, ses propres mesures de justice, une aumônerie et une administration territoriale. Elle fonctionnait en Pologne occupée mais également en Allemagne, en URSS et en Hongrie où elle menait des actions de diversion et d’espionnage. Le but de l’AK était l’insurrection générale mais les autorités émigrées, qui craignaient les représailles contre la population civile, s’opposaient aux activités militaires excessives, surtout à la guérilla. On tentait de limiter les actions courantes à la propagande, au renseignement, à la diversion, au sabotage, à la défense de la population, à l’exécution des sentences contre les collaborateurs ou les plus dangereux représentants des autorités d’occupation. Entre 1940 et 1944, les troupes de l’AK (et du ZWZ) menèrent environ 730 actions de ce type[3]. La lutte ouverte fut menée à partir au milieu de l’année 1944, dans le cadre de l’Action « Burza (Opération Tempête). Son point culminant fut l’insurrection de Varsovie.

La plupart des autres organisations de résistance polonaises furent créées par un parti politique ou une faction, dont:

  • Bataliony Chłopskie (Bataillons des paysans). Créés par le Parti paysan polonais (PSL) en 1940-1941, ils fusionneront en partie avec l’AK de 1942 à 1943[4].
  • Gwardia Ludowa WRN (en français : Garde populaire "Liberté, Égalité, Indépendance"). Créé en 1939 d'une faction du Parti socialiste polonais - Liberté, Égalité, Indépendance, ce mouvement rejoint le ZWZ vers 1940, et par la suite fusionna avec l’AK. [5],[6].
  • Konfederacja Narodu (Confédération de la Nation). Créée en 1940 d'une faction du parti d'extrême droite Obóz Narodowo-Radykalny (Camp national-radical ou ONR)[7], elle fusionnera partiellement avec le ZWZ vers 1941 pour finalement rejoindre l’AK vers la fin de 1943.
  • Narodowa Organizacja Wojskowa (Organisation militaire nationale ou NOW). Créée par Stronnictwo Narodowe (Parti national ) en 1939, en grande partie intégrée à l’AK autour de 1942[8].
  • Narodowe Siły Zbrojne (Forces armées nationales ou NSZ). Créé en 1943 à partir des unités mécontentes de NOW, pas entièrement subordonnées à l’AK, mais considéré comme allié[8],[9],[10].
  • Obóz Polski Walczącej (Camp de lutte polonais), établi par Obóz Zjednoczenia Narodowego  (Camp de l'unité nationale ou OZN ou Ozon) en août 1942, subordonné à l’AK en 1943[11].
  • Armia Ludowa (Armée populaire ou AL). Organisation pro-soviétique et communiste, soutenue par l'Union soviétique et contrôlée par le Polska Partia Robotnicza (Parti ouvrier polonais ou PPR)[12], elle fut créée le 1er janvier 1944 et refusa de rejoindre l’AK.

« Dans l'ensemble des opérations de renseignement de l'ennemi à l'encontre de l'Allemagne, le service de renseignement du mouvement de résistance polonais a une grande importance. L'étendue et l'importance des opérations de la résistance polonaise, qui a été ramifiée vers des groupes plus petits et bien organisés, ont été (selon diverses sources) mis au jour par de grandes opérations de sécurité de la police. Heinrich Himmler 31 décembre 1942[13] »

Effectifs

Dans l'ensemble, la résistance polonaise est souvent décrite comme la plus importante ou l'une des plus importantes organisations de résistance durant la Seconde Guerre mondiale en Europe[a].

A sa création en , Armia Krajowa comptait environ 100 000 membres[2]. Au début de 1943, elle était forte d'environ 200 000 membres[2]. En été 1944, lorsque l'Action Burza fut déclenché (opération Tempête), ses effectifs s’évaluent entre 300 000[14] et 500 000[15].

Les effectifs de la deuxième plus grande organisation de résistance, Bataliony Chłopskie (Bataillons de paysans), avant leur fusion partielle avec l’AK été 1944 [4], sont estimés à environ 160 000 hommes[16].

Le troisième plus important groupe était le Narodowe Siły Zbrojne (Forces armées nationales ou NSZ) avec environ 70 000 hommes vers 1943-1944; seule une petite partie de cette force fusionna avec l’AK[9].

Une estimation datant de l'été 1944 évaluait la force de l’AK et ses alliés, y compris le NSZ, à 650 000 hommes[17].

À son apogée en 1944, Armia Ludowa (communiste), qui ne fusionna jamais avec l’AK, comptait environ 30 000 personnes[12].

Actions, opérations et services de renseignement les plus notables

1939

Création de Tajna Armia Polska (Armée secrète polonaise, TAP)

Witold Pilecki, fondateur de l'organisation TAP et agent secret de la résistance polonaise à Auschwitz.

Le , deux soldats de l'armée polonaise Witold Pilecki et le major Jan Włodarkiewicz fondent la Tajna Armia Polska (Armée secrète polonaise, TAP), l'une des premières organisations de résistance en Pologne occupée[18]. Pilecki devient son commandant organisationnel alors que la TAP s’étendait pour couvrir non seulement Varsovie, mais également Siedlce, Radom, Lublin et d'autres grandes villes du centre de la Pologne[19]. En 1940, la TAP dispose d’environ 8 000 hommes (plus de la moitié d'entre eux sont armés), quelque 20 mitrailleuses et plusieurs fusils antichars wz.35. Plus tard, l'organisation est incorporée à la Związek Walki Zbrojnej (Union pour la lutte armée, ZWZ), rebaptisée ensuite et mieux connue sous le nom d'Armia Krajowa (Armée de l’intérieur ou AK)[20].

1940

Major Henryk Dobrzański alias « Hubal ».
« Hubal » et son unité de partisans - hiver 1940.
Łapanka, peut-être celle dans lequel Witold Pilecki fut capturé à l'automne 1941, dans le quartier de Żoliborz à Varsovie.

Soulèvement de Czortków

Dans la nuit du 21 au , dans la ville de Tchortkiv (actuellement en Ukraine) occupée par les Soviétiques, éclata le premier soulèvement civil polonais contre les forces d'occupation. 100 à 250 Polonais, pour la plupart des adolescents des écoles secondaires, prirent d'assaut les casernes de l'Armée rouge et une prison, afin de libérer les soldats polonais qui y étaient emprisonnés. Après une courte fusillade dans laquelle trois soldats soviétiques et 14 Polonais trouvent la mort, les attaquants sont dispersés. Il y a de nombreux blessés. En représailles, les troupes de la police secrète soviétique (NKVD)incarcèrent quelque 150 hommes, 24 étudiants sont brutalement interrogés et torturés.

Związek Organizacji Wojskowej

En août 1940, après l'arrestation et la déportation au camp d'Auschwitz de ses membres, la direction du TAP considéra l'idée d'envoyer quelqu'un à l'intérieur du camp pour étudier la possibilité de les faire libérer ou d'organiser leur évasion. Witold Pilecki se porta volontaire pour cette mission[21]. Le 19 septembre 1940, Pilecki se laissa délibérément prendre lors d'une rafle à Varsovie et se fit déporter à Auschwitz. Dans le camp, il reprit contact avec les membres de TAP arrêtés : Władysław Surmacki, Władysław Dering, Jan Dangl, Stanisław Maringe et d'autres. Ensemble, ils fondent le mouvement clandestin Związek Organizacji Wojskowej - ZOW (en français : Union des Organisations armées) [22]. En , ZOW envoie son premier rapport sur le fonctionnement du camp et le génocide qui s'y déroule à l'Etat major à Varsovie [23].

Major Hubal

Fin septembre 1939, n'acceptant pas de voir son détachement dissous, major Dobrzański prit le nom de guerre "Hubal" et forma le dernier détachement de soldats réguliers à se battre en Pologne (son unité de cavalerie continua à arborer l'uniforme). C'est fut le premier groupe de résistance armé constitué. En , Hubal et ses hommes détruisent un bataillon et causent de lourdes pertes à un autre détachement allemand dans une escarmouche près du village d’Huciska. Quelques jours plus tard, dans une embuscade près du village de Szałasy, Hubal inflige de lourdes pertes à une autre unité allemande. Pour contrer cette menace, les autorités allemandes forment une unité spéciale anti-partisan mixte SS-Wehrmacht, forte de huit mille hommes et comprenant un groupe de Panzer, bien que l'unité du major Dobrzanski ne dépassa jamais 300 hommes[24],[25].

Wawer

À la fin de 1940, Aleksander Kamiński créa une organisation de résistance de la jeunesse polonaise Wawer [26]. Elle faisait partie de la Szare Szeregi (en polonais Rangs gris, nom de code de l'Association clandestine des scouts polonais). Cette organisation réalisa de nombreuses opérations de sabotage en Pologne occupée. Sa première action fut de commémorer le premier anniversaire du massacre de Wawer. Le 26 décembre 1939, en représailles de la mort de deux sous-officier allemands, le major général Friedrich Wilhelm Wenzel condamna à mort 114 hommes, âgés de 16 à 70 ans arrêtés à Wawer (un quartier de Varsovie) et à Anin. Vers Noël 1940, les membres de Wawer peignirent « Pomścimy Wawer » ( Nous vengeront Wawer) sur les murs de Varsovie. Au début, ils peignaient l'ensemble du texte, puis pour gagner du temps ils le raccourcirent à deux lettres, P et W. Plus tard, ils inventèrent la Kotwica (Ancre) qui devint le symbole de la résistance polonaise en Pologne occupée[27].

1941

Opération N

Elle débuta en . Dirigée par Tadeusz Żenczykowski et menée jusqu'à avril 1944, elle impliquait le sabotage, la subversion et des activités de propagande noire[28].

Rapports Pilecki

En , les rapports de Witold Pilecki furent transmis au gouvernement polonais à Londres et à travers lui, au gouvernement britannique et à d'autres instances alliées. Ces rapports informèrent les Alliés sur l'Holocauste et furent la principale source de renseignements sur Auschwitz-Birkenau[29].

Exécution des collaborateurs nazis

Le , des agents de l'AK exécutent l’acteur et collaborateur nazi Igo Sym . En représailles, 21 otages polonais furent exécutés et plusieurs acteurs polonais furent arrêtés et déportés à Auschwitz dont Stefan Jaracz et Leon Schiller.

Services de renseignement en Afrique du Nord

En , Mieczysław Słowikowski utilisant le nom de code « Rygor » (Rigueur en polonais), mit en place l'Agence Afrique , l'un des réseaux de renseignement les plus efficaces de la Seconde Guerre mondiale[30]. Il fut aidé par le lieutenant-colonel Gwido Langer et le major Maksymilian Ciężki. Les informations recueillies par l'Agence en Afrique du Nord furent utilisées par les Américains et les Britanniques dans la planification de l'Opération Torch en [31]. Ce débarquement en Afrique du Nord fut le premier grand débarquement allié de la guerre, et son succès ouvrit la voie à la campagne d'Italie.

1942

Evasion d'Auschwitz

Partisan polonais Zdzisław de Ville "Zdzich", membre de l’AK "Jędrusie" avec la version polonaise du M1918 BAR.

Le eut lieu l'évasion la plus spectaculaire du camp de concentration d'Auschwitz. Kazimierz Piechowski, Stanisław Jaster  et Józef Lempart et Eugeniusz Bendera [32] volent des uniformes de SS, des fusils et une voiture décapotable Steyr 220 utilisée par le commandant du camp Rudolf Höss lui-même. Ils ne possèdent alors nul document et c'est la maîtrise de soi et la connaissance parfaite d'allemand de Piechowski qui facilite l'évasion. Les Allemands ne les reprirent jamais[33].

Żegota (Commission d'Aide aux Juifs)

En , suite au déclenchement par les Allemands de l'action Reinhardt, Zofia Kossak-Szczucka et Wanda Krahelska fondent Żegota (Commission d'Aide aux Juifs). Cette organisation clandestine fait partie de la résistance polonaise (Armia Krajowa), Durant l'année 1942, les doutes sur les plans des Allemands se dissipent petit à petit dans la résistance polonaise et chez les jeunes résistants juifs. Ils prennent conscience du fait que l'aide aux Juifs devrait être coordonnée et élargie immédiatement à tout prix. La Pologne fut le seul pays en Europe occupée où une telle organisation existait. La moitié des Juifs qui survécurent à la guerre (plus de 50 000) furent aidés sous une forme ou un autre par Żegota[34]. Le militant le plus connu de Żegota était Irena Sendler, chef de la division des enfants, qui a sauvé 2 500 enfants juifs en les faisant sortir clandestinement du ghetto de Varsovie, en leur fournissant de faux documents, et les abriter dans des maisons à l'extérieur du ghetto en groupe ou individuellement[35].

Rapports Karski

En 1942, le courrier de l'Armia Krajowa Jan Karski arriva à Londres et présenta au gouvernement polonais un rapport préparé par la résistance polonaise sur la situation en Pologne occupée et en particulier sur l'Holocauste des Juifs. Les Polonais le partagèrent avec les gouvernements britannique et américain. Karski rencontra des politiciens polonais en exil, dont le Premier ministre et des membres de partis politiques comme le Parti socialiste, le Parti national , le Parti des travailleurs , le Parti populaire , le Bund juif et le Poale Zion. Il parla également à Anthony Eden, secrétaire aux Affaires étrangères britanniques, et fit un exposé détaillé sur ce qu'il avait vu à Varsovie et à Bełżec[36].

Soulèvement de Zamość

Entre décembre 1942 et juillet 1944, des unités de Armia Krajowa et Bataliony Chłopskie ainsi que des partisans soviétiques et des pro-soviétiques de Gwardia Ludowa menèrent des actions militaires contre la réalisation du plan général de l'Est (Generalplan Ost) dans le district de Zamość [37]. Peuplée de 65 % de Polonais, de 25 % d'Ukrainiens et de 10 % de Juifs, cette région comptant 500 000 habitants avant le conflit doit accueillir une partie des 50 000 familles de Volksdeutsche destinées à repeupler les districts de Lublin et Zamość. Dans les villages encerclés par la police allemande et la SS, les populations reçoivent l'ordre d'abandonner leurs fermes et leurs biens, à l'exception d'un bagage à main par personne, les récalcitrants et les fuyards étant exécutés. Durant cette « évacuation », la première vague, qui dure du 27 novembre au 17 décembre 1942 la commune de Skierbieszów, située au nord de Zamość et qui regroupe quarante villages, est vidée de ses 50.000 habitants. Les Polonais expulsés sont alors rassemblés dans leur village, parfois pendant plusieurs heures, puis dirigés vers les autres villages du district à travers champs, sous la surveillance de gardes SS, qui massacrent les expulsés à la moindre résistance. Avant la fin de 1943, plus de 110.000 villageois polonais furent expulsés de quelques 297 villages, près de la moitié des expulsés furent envoyés en Allemagne au service du travail forcé ou dans les camps de concentration nazis. Des centaines des villages ont été tout simplement rasés et les habitants assassinés. Les populations locales résistent et les forces de résistance rassemblent dans les forêts plusieurs milliers de combattants. En décembre 1942, une des premières grandes batailles de partisans de la Seconde Guerre mondiale a lieu dans la région. Malgré de lourdes pertes subies par les Polonais, les Allemands échouèrent. À la fin de l'année 1943, seuls 13 000 colons ont réussi à s'installer[38].

Opération Wieniec (en français : Couronne)

Cette opération débuta la nuit du 7 et . Elle cibla l'infrastructure ferroviaire près de Varsovie et réussit à interrompre le traffic des trains pendant près de 12 heures. Des opérations similaires visant à perturber les transports et les communications allemands en Pologne occupée se poursuivirent dans les mois et années suivants. Elle visait les chemins de fer, les ponts et les dépôts d'approvisionnement, principalement près des points de convergence de circuits logistiques tels que Varsovie et Lublin. En représailles, les Allemands s'en prennent à la population civile. Le 15 octobre 39 détenus de la prison de Pawiak sont fusillés et 50 autres détenus sont pendus publiquement.

1943

La résistance polonaise informa les services de renseignements Alliés de l’existence du site de Peenemünde

Le 13 mars 1943, le Cichociemny Stefan Ignaszak débarqua en Allemagne. En sa qualité d'officier de renseignement de l'AK, il dirigea le réseau d'agents qui a contribué à la découverte du centre de recherche et des usines de missiles de Peenemünde [39], un centre de fabrication et un site d'essais des bombes volantes allemandes (V1, V2), en fournissent des cartes, des croquis et des rapports[40]. En , l'AK transmet au renseignement britannique deux rapports qui identifiaient le hall d'assemblage des fusées, la fosse expérimentale, et la tour de lancement. Les rapports furent d’abord considérés avec incrédulité par les alliés, mais ils se révélèrent réels et permirent le bombardement des ateliers. Lorsque des informations issues des reconnaissances et du renseignement sur la fusée V-2 devinrent convaincants, le Comité de défense du Cabinet de guerre de Churchill ordonna l'opération Hydra  un raid de bombardement de Peenemünde  en ) et l’opération Crossbow[41]. Armia Krajowa parvint également à mettre la main sur un missile V2 complet. Les spécialistes polonais le soumirent à l’examen et leurs conclusions ainsi que les pièces principles furent envoyées à Londres en juillet 1944.

Opération Arsenal

Elle fut la première action majeure des Szare Szeregi (en français: Rangs gris, c'était un nom de code pour l'Association du scoutisme polonais). Le , 28 scouts attaquèrent la camionnette de la prison qui transportait les détenus de Pawiak jusqu'au Quartier général de la Gestapo dans l'Avenue Szucha à Varsovie et libérèrent leur chef Jan Bytnar ainsi que 24 autres prisonniers[42].

Mission de Jan Karski à Londres et à Washington

En 1943, l'émissaire du gouvernement polonais en exil Jan Karski rencontra à Londres le journaliste, alors peu connu, Arthur Koestler. Il se rendit ensuite aux États-Unis et fit un compte rendu au président Franklin D. Roosevelt. Son rapport fut un facteur majeur dans l'information de l'Occident. En , à nouveau, il fit personnellement un rapport à Roosevelt sur la situation en Pologne. Il rencontra également de nombreux dirigeants du gouvernement et d'autres civils aux États-Unis, dont Felix Frankfurter, Cordell Hull, William Joseph Donovan, et Stephen Wise. Karski a également présenté son rapport aux médias, à des évêques de différentes confessions (dont le cardinal Samuel Stritch), à des membres de l'industrie cinématographique d'Hollywood et à des artistes, mais sans succès. Beaucoup de ceux à qu'il parla ne le croyaient pas ou supposaient que son témoignage était très exagéré ou encore était de la propagande du Gouvernement polonais en exil.

Soulèvement du ghetto de Varsovie

En , les Allemands commencèrent à déporter les Juifs du ghetto de Varsovie ce qui provoqua son soulèvement. Il a duré du 19 avril au 16 mai. Certaines unités d'Armia Krajowa essayèrent d'aider le soulèvement. Une unité de l’AK, le Państwowy Korpus Bezpieczeństwa  (Corps de sécurité nationale), commandé par Henryk Iwański alias « Bystry », combattit dans le ghetto aux côtés de Żydowski Związek Wojskowy (en français : Union militaire juive), organisation juive formée en novembre 1939 par les ex-officiers de l’armée polonaise d’origine juive : Józef Celmajster, Henryk Lipszyc, Kałmen Mendelson, Paweł Frenkel, Leon Rodal et Dawid Wdowiński. Par la suite, les deux groupes firent retraite ensemble (dont 34 combattants juifs). L'action de Iwański ne fut pas la seule action menée par la résistance polonaise pour aider les combattants juifs[43]. Lors de l'Opération ghetto, trois cellules de l’AK, sous le commandement du capitaine Józef Pszenny  alias « Chwacki » essayèrent d’ouvrir une brèche dans les murs du ghetto avec des explosifs, mais les Allemands les en empêchèrent[44]. L’AK et le GL engagèrent les Allemands entre le 19 avril et le 23 avril à six endroits différents en dehors des murs du ghetto, tirant sur les sentinelles et les positions allemandes et dans un cas tentèrent de faire sauter une porte[44]. Les insurgés juifs se savaient condamnés mais ils préféraient mourir en combattant que d'attendre d'être déportés vers les camps de la mort.

Membres de l’AK récupérant un V-2 dans la rivière Bug.

Opération Taśma (en français : Bande)

Ordonnée en par l'état major de l'Armia Krajowa, l'Opération Taśma fut l'une des grandes opérations militaires de l'AK pendant la guerre. En , 13 postes frontières allemands situés sur la frontière entre le Gouvernement général et les territoires annexés par le Troisième Reich furent détruits avec peu de pertes du côté polonais[45].

Opération Główki (en français : Têtes)

Elle fut la réponse des combattants de l'AK à la terreur exercée par les Allemands qui consistait à enlever des civils lors des rafles dans les rues des villes de Pologne, pour les exécuter ou les envoyer dans les camps de concentration ou en travail forcé en Allemagne. Entre 1942 et 1944, environ 400 personnes étaient arrêtées quotidiennement dans les rues de Varsovie. En représailles à ces actes de terreur, les dirigeants de l'état clandestin de Pologne établirent des listes de dirigeants nazis qui devraient être éliminés pour ces crimes lors des opérations ciblés. Chaque personne inscrite sur ces listes avait au préalable été individuellement jugée et condamnée par un tribunal spécial. Ainsi, le , l'AK exécuta Franz Bürkl, un agent de haut rang de la Gestapo, responsable de l’interrogatoire brutal et de l'assassinat de milliers de Juifs, de résistants et de partisans. En représailles, 20 détenus de Pawiak furent assassinés lors d’une exécution publique par les Nazis.

Opération Most III (en français : Pont III)

En novembre 1943, le service du renseignement de l'AK réussit à obtenir et analyser des pièces du missile V-2 testée près de Blizna en Pologne centrale où fut transférée la base d'essais de l'armée allemande après le bombardement de Peenemünde en août 1943. La nuit du 25 au 26 juillet 1944, dans le cadre de l'Opération Most III, quelque 50 kg des pièces les plus importantes de la fusée V-2 ainsi que les échantillons, les analyses, les rapports, les dessins et photos, furent livrés par un avion Douglas Dakota de la Royal Air Force aux Alliés stationnant à Brindisi. À la fin de , les parties du V-2 furent transportées à Londres[46].

1944

Soldats de la résistance polonaise du Batalion Zośka durant l’insurrection de Varsovie en 1944.
"Loup gris" avec le drapeau national polonais, véhicule blindé de combat allemand SdKfz 251 capturé par les insurgés de Varsovie, 8e régiment "Krybar", le 14 août 1944, à la 5e Panzerdivision SS Wiking.

Exécution de Franz Kutschera

Le , les combattants du Commando Agat  de l'AK exécutèrent Franz Kutschera, SS et chef de la police de Reich à Varsovie [47],[48]. En représailles, le , 140 détenus de Pawiak, des Polonais et des Juifs furent fusillés lors d'une exécution publique par les Allemands.

Bataille de Murowana Oszmianka

Du 13 mai au , eut lieu le plus grand affrontement entre l’AK et la Force lituanienne de défense territoriale , une force de sécurité, constituée de volontaires lituaniens, subordonnée à l'Allemagne nazie[49]. La bataille eut lieu aux abords et dans le village de Murowana Oszmianka  en Lituanie occupée  du Reichskommissariat Ostland. À l'issue de la bataille, le 301e bataillon de la Force lituanienne de défense territoriale fut mis en déroute et démantelé peu après par les Allemands[50].

Bataille de Porytowe Wzgórze

Le se déroula une bataille entre des Polonais et des partisans soviétiques, au nombre d'environ 3 000, et les unités allemandes fortes de 25 000 à 30 000 soldats, appuyés par de l’artillerie, des chars et des véhicules blindés et par l’aviation.

Bataille d'Osuchy

Du 25 au , à Osuchy se déroula une des plus grandes batailles entre la résistance polonaise et l'Allemagne nazie sur le territoire de la Pologne occupée. Elle fut essentiellement une continuation du soulèvement de Zamość[51].

Opération Tempête

À partir de 1943, l'AK prépara ses forces en vue d'un soulèvement national. Le plan de l'insurrection nationale contre les occupants allemands reçut le nom de code d'Opération Tempête[52]. Sa préparation commença à la fin de 1943, mais les actions militaires commencèrent en 1944. Ses composantes les plus connues étaient l'opération Ostra Brama, l'insurrection de Lwów  et l'insurrection de Varsovie[53],[54],[55],[56].

  • Opération Ostra Brama : Le environ 12 500 soldats de l'AK attaquèrent la garnison allemande et parvinrent à prendre le contrôle de la plus grande partie du centre-ville. De violents combats de rue dans la périphérie de la ville durèrent jusqu'au 14 juillet. Dans la banlieue est de Vilnius, les unités de l'Armée de l’intérieur coopérèrent avec des groupes de reconnaissance du 3e Front biélorusse soviétique[57]. L'Armée rouge entra dans la ville le 15 juillet, et le NKVD commença à interner tous les soldats polonais. Le 16 juillet, le QG de la 3e Front biélorusse invita les officiers polonais à une réunion et les arrêta[58],[59],[60].
  • Insurrection de Lwów : Le commença le soulèvement de Lwów. Les combats durèrent jusqu'au 27 juillet et aboutirent à la libération de la ville[61]. Cependant, peu de temps après, les soldats polonais furent arrêtés par les Soviétiques et furent soit enrôlés de force dans l'Armée rouge, soit envoyés au goulag. La ville elle-même fut occupée par l'Union soviétique[62].
  • Insurrection de Varsovie: En , les forces armées soviétiques approchaient de Varsovie, le gouvernement en exil appela à un soulèvement dans la ville, afin qu'ils puissent revenir dans une Varsovie libérée et essayer ainsi d'empêcher une prise de contrôle par les communistes. L'AK, dirigé par Tadeusz Bór-Komorowski, lança l'insurrection de Varsovie[63]. Les forces soviétiques étaient à moins de 20 km, mais sur les ordres du haut commandement soviétique, elles n’apportèrent aucune aide. Staline décrivit le soulèvement comme une « aventure criminelle ». Les Polonais appelèrent à l'aide les Alliés occidentaux. La Royal Air Force et ses squadrons polonais basés en Italie, larguèrent quelques munitions, mais il était presque impossible pour les Alliés d’aider les Polonais sans l'aide soviétique. Le combat dans Varsovie était désespéré. L'AK avait entre 12 000 et 20 000 soldats armés, la plupart avec seulement des armes légères, contre une armée allemande bien armée forte de 20 000 SS et des unités de l'armée régulière. L'espoir de Bór-Komorowski que l'AK pourrait prendre et tenir Varsovie pour le retour du gouvernement de Londres ne fut jamais susceptible d'être atteint. Après 63 jours de combats acharnés, la ville fut réduite à des décombres, et les représailles furent sauvages. Les SS et les unités auxiliaires furent particulièrement brutaux. Après la reddition de Bor-Komorowski, les combattants AK furent traités comme des prisonniers de guerre par les Allemands, à la grande indignation de Staline, mais la population civile fut impitoyablement punie. Les pertes globales polonaises furent estimées entre 150 000 et 300 000 tués, 90 000 civils furent envoyés dans des camps de travail dans le Reich, tandis que 60 000 furent expédiés vers les camps de la mort et les camps de concentration dont Ravensbrück, Auschwitz, Mauthausen. La ville fut presque totalement détruite après que les sapeurs allemands aient systématiquement démoli la ville. L'insurrection de Varsovie permit aux Allemands de détruire l'AK en tant que force de combat, mais le principal bénéficiaire était Staline, qui sut imposer à la Pologne un gouvernement communiste après-guerre, avec peu de crainte d’une résistance armée.

1945

Article principal : Soldats maudits.

Procès des seize

En fut organisée, à Moscou, une parodie de procès des 16 dirigeants de l'État polonais clandestin kidnappés par l'Union soviétique (Procès des seize)[64],[65],[66],[67]. Le délégué du gouvernement, ainsi que la plupart des membres du Conseil de l'unité nationale et du commandant en chef de l'Armia Krajowa, furent invités par le général soviétique Ivan Serov, avec l'accord de Joseph Staline, à sortir de la clandestinité et se rendre à une conférence sur leur éventuelle entrée au gouvernement provisoire soutenu par les Soviétiques. Ils reçurent une garantie quant à leur sécurité, mais ils furent arrêtés à Pruszków par le NKVD, le 27 et 28 mars[68],[69]. Leopold Okulicki, Jan Stanisław Jankowski  et Kazimierz Pużak  furent arrêtés le 27 et 12 autres le lendemain. Alexander Zwierzynski  avait été arrêté plus tôt. Ils furent amenés à Moscou pour interrogatoire à la Loubianka[70],[71],[72]. Après plusieurs mois d'interrogatoire brutal et de torture[73], ils furent accusés de « collaboration avec l'Allemagne nazie » et « de planification d'une alliance militaire avec l'Allemagne nazie »[74],[75].

Persecution des résistants

Dans les dernières années de la guerre, il y avait de plus en plus de conflits entre partisans polonais et partisans soviétiques. Les soldats maudits continuèrent à s'opposer aux Soviétiques longtemps après la guerre. Le dernier soldat maudit, membre de la résistance anti-communiste en Pologne , fut Józef Franczak tué avec une arme de poing par la ZOMO  en 1963.

Libération du camp de Holýšov

Le en Bohême, la brigade Narodowe Sily Zbrojne libéra des prisonniers d'un camp de concentration nazi à Holýšov, dont 280 femmes juives[76]. La brigade subit de lourdes pertes.

Mouvements / unités

Voir aussi

Notes

a ^  Un certain nombre de sources indiquent que l'Armée de l'intérieur, qui représentait la majeure partie de la résistance polonaise, était le plus important mouvement de résistance dans les pays européens occupés par les Nazis. Norman Davies écrit que l’« Armia Krajowa (Armée de l'intérieur), l'AK, [...] pourrait se targuer d'être la plus grande [des organisations] européennes de résistance »[78]. Gregor Dallas écrit que l'« Armée de l'intérieur » (Armia Krajowa ou AK), à la fin de 1943, comptait environ 400 000 hommes, ce qui en faisait le plus grand mouvement de résistance en Europe »[79]. Mark Wyman écrit que l’« Armia Krajowa a été considérée comme la plus grande unité de résistance clandestine en Europe durant la guerre »[80]. Seulement le nombre de partisans soviétiques peut être comparé à celui de la résistance polonaise[81],[82].

Références

  1. Marek Ney-Krwawicz, The Polish Underground State and The Home Army (1939–45). Translated from Polish by Antoni Bohdanowicz. Article on the pages of the London Branch of the Polish Home Army Ex-Servicemen Association. Consulté le 14 mars 2008.
  2. a b et c (pl) Armia Krajowa. Encyklopedia WIEM. Retrieved 2 April 2008.
  3. « Les armées dans la clandestinité » (consulté le 12 novembre 2019)
  4. a et b (pl) Wojskowy przegla̜d historyczny, s.n., (lire en ligne), p. 134
  5. http://portalwiedzy.onet.pl/31319,,,,gwardia_ludowa_wrn,haslo.html?drukuj=1
  6. (en) HALINA LERSKI, Historical Dictionary of Poland, 966-1945, ABC-CLIO, (ISBN 978-0-313-03456-5, lire en ligne), p. 665
  7. (pl) Wizje Polski: programy polityczne lat wojny i okupacji, 1939-1944, Elipsa, (lire en ligne), p. 416
  8. a et b http://portalwiedzy.onet.pl/69281,,,,narodowa_organizacja_wojskowa,haslo.html
  9. a et b (pl) Hanna Konopka et Adrian Konopka, Leksykon historii Polski po II wojnie światowej 1944-1997, Graf-Punkt, (ISBN 978-83-87988-08-1, lire en ligne), p. 130
  10. http://portalwiedzy.onet.pl/30636,,,,narodowe_sily_zbrojne,haslo.html
  11. http://encyklopedia.interia.pl/haslo?hid=91093
  12. a et b (pl) Armia Ludowa. Encyklopedia PWN. Retrieved 21 December 2006.
  13. "Forgotten Holocaust. The Poles under German Occupation 1939-1944" Richard C. Lukas Hippocrene Books New York 1997, (ISBN 0-7818-0901-0)
  14. Roy Francis Leslie, The History of Poland Since 1863, Cambridge University Press, 1983, (ISBN 0-521-27501-6), Google Print, p. 234
  15. Stanisław Salmonowicz, Polskie Państwo Podziemne, Wydawnictwa Szkolne i Pedagogiczne, Varsovie, 1994, (ISBN 83-02-05500-X), p. 317
  16. (pl) Bogdan Biegalski, Organizacje podziemne na Środkowym Nadodrzu w latach 1945-1956, Lubuskie Towarzystwo Naukowe, (ISBN 978-83-910109-2-1, lire en ligne), p. 61
  17. (pl) Krzysztof Komorowski, Boje polskie 1939-1945: przewodnik encyklopedyczny, Bellona, (ISBN 978-83-7399-353-2, lire en ligne), p. 6
  18. Lidia Świerczek, Pilecki`s life Instytut Pamięci Narodowej. Consulté le 14 mars 2009.
  19. Kazimierz Malinowski, Tajna Armia Polska. Znak. Konfederacja Zbrojna. Zarys genezy, organizacji i działalności, Varsovie 1986. (ISBN 83-211-0791-5)
  20. Richard C. Lukas, "Out of the inferno: Poles remember the Holocaust", University Press of Kentucky, 1989, pg. 5, [1]
  21. Jozef Garlinski, Fighting Auschwitz: the Resistance Movement in the Concentration Camp, Fawcett, 1975, (ISBN 0-449-22599-2), reprinted by Time Life Education, 1993. (ISBN 0-8094-8925-2)
  22. Hershel Edelheit, History of the Holocaust: A Handbook and Dictionary, Westview Press, 1994, (ISBN 0-8133-2240-5),Google Print, p.413
  23. Adam Cyra, Ochotnik do Auschwitz - Witold Pilecki 1901-1948 [Volunteer for Auschwitz], Oświęcim 2000. (ISBN 83-912000-3-5)
  24. *Marek Szymanski: Oddzial majora Hubala, Varsovie 1999, (ISBN 83-912237-0-1)
  25. Aleksandra Ziółkowska Boehm: A Polish Partisan's Story (to be published by Military History Press)
  26. Jan Kamienski, Hidden in the Enemy's Sight: Resisting the Third Reich from Within, Dundurn Press Ltd., 2008, (ISBN 1-55002-854-5), Chapter "Messenger work and small sabotage", p.57
  27. Lesław J. Welker "Symbolika znaków Polski Walczącej", publisher Adam Marszałek (ISBN 83-7174-498-6), (ISBN 83-7322-090-9)
  28. Halina Auderska, Zygmunt Ziółek, Akcja N. Wspomnienia 1939-1945 (Action N. Memoirs 1939-1945), Wydawnictwo Czytelnik, Varsovie, 1972 (pl)
  29. Norman Davies, Europe: A History, Oxford University Press, 1996, ISBN
  30. Tessa Stirling et al., Intelligence Co-operation between Poland and Great Britain during World War II, vol. I : The Report of the Anglo-Polish Historical Committee, Londres, Vallentine Mitchell, 2005
  31. Major-General M.Z. Rygor Slowikowski, In the Secret Service: the Lighting of the Torch, translated by George Slowikowski and Krystyna Brooks, with foreword by M.R.D. Foot, London, The Windrush Press, 1988
  32. "Byłem Numerem: swiadectwa Z Auschwitz" by Kazimierz Piechowski, Eugenia Bozena Kodecka-Kaczynska, Michal Ziokowski, Hardcover, Wydawn. Siostr Loretanek, (ISBN 83-7257-122-8)
  33. « Auschwitz-Birkenau - The Film about the Amazing Escape from Auschwitz » [archive du ], sur En.auschwitz.org.pl, (consulté le 24 octobre 2011)
  34. (en) Tadeusz Piotrowski, Poland's Holocaust, McFarland & Company, (ISBN 0-7864-0371-3, lire en ligne), « Assistance to Jews », p. 118
  35. Gabriela Baczynska et JonBoyle, « Sendler, savior of Warsaw Ghetto children, dies »(Archive • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), The Washington Post Company, (consulté le 12 mai 2008)
  36. E. Thomas Wood & Stanisław M. Jankowski (1994). Karski: How One Man Tried to Stop the Holocaust. John Wiley & Sons Inc. (ISBN 0-471-01856-2)
  37. Joseph Poprzeczny, Odilo Globocnik, Hitler's Man in the East, McFarland, 2004, (ISBN 0-7864-1625-4), Google Print, p.110-111
  38. Joseph Poprzeczny, Odilo Globocnik, Hitler's Man in the East, McFarland, 2004, (ISBN 0-7864-1625-4)
  39. Józef Garliński "Hitler's Last Weapons: The Underground War against the V1 and V2", Times Books, New York 1978
  40. Joseph Jedd, « Poland's Contribution in the Field of Intelligence to the Victory in the Second World War », The Summit Times, vol. 2, nos 5–6,‎ (lire en ligne)
  41. Michael J.Neufeld "The Rocket and the Reich: Peenemünde and the Coming of the Ballistic Missile Era", New York 1995, The Free Press
  42. « Meksyk II »(Archive • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?) (consulté le 15 août 2014)
  43. Stefan Korbonski, The Polish Underground State: A Guide to the Underground, 1939-1945, pages 120-139, Excerpts
  44. a et b Stefan Korbonski The Polish Underground State: A Guide to the Underground, 1939-1945
  45. Aleksander Kamiński Kamienie na szaniec (ISBN 83-10-10505-3)
  46. Ordway, Frederick I., III. The Rocket Team. Apogee Books Space Series 36 (pp. 158, 173)
  47. Piotr Stachniewicz, "AKCJA "KUTSCHERA", Książka i Wiedza, Varsovie 1982,
  48. Joachim Lilla (Bearb.): Die Stellvertretenden Gauleiter und die Vertretung der Gauleiter der NSDAP im „Dritten Reich“, Koblenz 2003, S. 52-3 (Materialien aus dem Bundesarchiv, Heft 13) (ISBN 3-86509-020-6)
  49. (de) (en) Bernard Chiari et Jerzy Kochanowski, Die polnische Heimatarmee: Geschichte und Mythos der Armia Krajowa seit dem Zweiten Weltkrieg, Munich, Militärgeschichtliches Forschungsamt; Oldenbourg Wissenschaftsverlag, , 630–631 p. (ISBN 3-486-56715-2, lire en ligne)
  50. (en) Tadeusz Piotrowski, Poland's Holocaust: Ethnic Strife, Collaboration with Occupying Forces and Genocide..., McFarland & Company, , 165–166 p. (ISBN 0-7864-0371-3, lire en ligne) See also review
  51. Martin Gilbert, Second World War A Complete History, Holt Paperbacks, 2004, (ISBN 0-8050-7623-9), Google Print, p.542
  52. Włodzimierz Borodziej, Barbara Harshav (transl.), The Warsaw uprising of 1944. University of Wisconsin Press, 2006.
  53. Tadeusz Bór-Komorowski, "The secret army", London : Victor Gollancz, 1951.
  54. Władysław Bartoszewski (1984). Dni Walczącej Stolicy: kronika Powstania Warszawskiego. Warsaw: Muzeum Powstania Warszawskiego; Świat Książki. (ISBN 978-83-7391-679-1).
  55. Włodzimierz Borodziej, (2006). The Warsaw Uprising of 1944. Translated by Barbara Harshav. University of Wisconsin Press. (ISBN 978-0-299-20730-4)
  56. Norman Davies, (2004). "Rising '44. The Battle for Warsaw" (1st U.S. ed.). New York: Viking. (ISBN 978-0-670-03284-6).
  57. (en) G J Ashworth, War and the City, London, Routledge, (ISBN 0-415-05347-1, lire en ligne), p. 108
  58. (en) Anthony James Joes, Resisting Rebellion: The History and Politics of Counterinsurgency, University Press of Kentucky, (ISBN 0-8131-2339-9, lire en ligne), p. 47
  59. (en) Michael Alfred Peszke, The Polish Underground Army, the Western Allies, and the Failure of Strategic Unity in World War II, McFarland & Company, (ISBN 0-7864-2009-X, <small%20style= "line-height:1em;">(%5B%5BInternational%20Standard%20Book%20Number|ISBN%5D%5D %5B%5BSpécial:Ouvrages%20de%20référence/078642009X|<span%20class="nowrap">078642009X%5D%5D)&id=zhb2doihL1wC&pg=PA146&lpg=PA146&q=Wilno+uprising+1944&vq=Wilno+uprising+1944&dq=Wilno+uprising+1944&sig=PyfbCJOmvAL0VzoQu0DofZY-Pao lire en ligne), p. 146
  60. (en) Jan M. Ciechanowski, The Warsaw Rising of 1944, Cambridge, Cambridge University Press, , 206–208 p. (ISBN 0-521-89441-7, lire en ligne)
  61. Jerzy Węgierski "W lwowskiej Armii Krajowej" PAX, Varsovie 1989 (ISBN 83-211-1044-4)
  62. Bolesław Tomaszewski, Jerzy Węgierski "Zarys historii lwowskiego obszaru ZWZ-AK" Warsaw 1987 Pokolenie
  63. “Polish Underground State - a Guide to the Underground, 1939-1945” Columbia University Press 1978 and Hippocrene Books, Inc. New York 1981
  64. Prazmowska, A. (2004) Civil war in Poland, 1942-1948 Palgrave (ISBN 0-333-98212-6) Page 115
  65. George Malcher (1993) Blank Pages Pyrford Press (ISBN 1-897984-00-6). Page 73.
  66. Mikolajczyk, S. (1948) The pattern of Soviet domination Sampson Low, Marston & Co Page 125
  67. Garlinski, J.(1985) Poland in the Second World War Macmillan (ISBN 0-333-39258-2) Page 324
  68. Prazmowska, A. (2004) Civil war in Poland, 1942-1948 Palgrave (ISBN 0-333-98212-6) Page 116
  69. Michta, A. (1990) Red Eagle Stanford University (ISBN 0-8179-8862-9) Page 39
  70. Garlinski, J.(1985) Poland in the Second World War Macmillan (ISBN 0-333-39258-2) Page 325-326
  71. Umiastowski, R. (1946) Poland, Russia and Great Britain 1941-1945 Hollis & Carter Pages 462-464
  72. Piesakowski, T. (1990) The fate of Poles in the USSR 1939~1989 Gryf Pages 198-199
  73. Garlinski, J.(1985) Poland in the Second World War Macmillan (ISBN 0-333-39258-2) Page 335
  74. Garlinski, J.(1985) Poland in the Second World War Macmillan (ISBN 0-333-39258-2) Page 336
  75. Umiastowski, R. (1946) Poland, Russia and Great Britain 1941-1945 Hollis & Carter Pages 467-468
  76. Antonin Bohun Dabrowski in "Out of the Inferno: Poles Remember the Holocaust" edited by Richard Lukas, pg 22. [2]
  77. Bohdan Kwiatkowski, Sabotaż i dywersja, Bellona, London 1949, vol.1, p.21; as cited by Marek Ney-Krwawicz, The Polish Underground State and The Home Army (1939-45). Translated from Polish by Antoni Bohdanowicz. Article on the pages of the London Branch of the Polish Home Army Ex-Servicemen Association. Consulté le 14 mars 2008.
  78. (en) Norman Davies, God's Playground: 1795 to the present, Columbia University Press, (ISBN 978-0-231-12819-3, lire en ligne), p. 344
  79. Gregor Dallas, 1945: The War That Never Ended, Yale University Press, 2005, (ISBN 0-300-10980-6), Google Print, p. 79
  80. Mark Wyman, DPs: Europe's Displaced Persons, 1945–1951, Cornell University Press, 1998, (ISBN 0-8014-8542-8), Google Print, p. 34
  81. (en)Leonid D. Grenkevich, The Soviet Partisan Movement, 1941–44: A Critical Historiographical Analysis, p. 229
  82. Walter Laqueur, The Guerilla Reader: A Historical Anthology, New York, Charles Scribner's Sons, 1990, p. 233.

Liens externes