Montaigu-Vendée

Montaigu-Vendée

De haut en bas, de gauche à droite : le château de la Lande à Saint-Hilaire-de-Loulay ; l’église Saint-Martin de Saint-Georges-de-Montaigu ; la maison de la Rivière à Saint-Hilaire-de-Loulay ; le pont de Sénard à Saint-Hilaire-de-Loulay ; l’église Saint-Pierre de la Guyonnière ; un menhir à Saint-Hilaire-de-Loulay ; l’église Saint-Hilaire de Saint-Hilaire-de-Loulay ; le logis de la Roche-Thévenin de la Guyonnière ; l’église Notre-Dame-de-l’Assomption de Boufféré ; la digue de Montaigu.
W0207-StHilaireLoulay Lande 58956.JPG Église Saint-Martin de Saint-Georges-de-Montaigu (vue 5, Éduarel, 28 juillet 2018).jpg
W1399-StHilaireDLoulay MaisonRiviere 80392.JPG W0209-StHilaireLoulay PontDeSenard 5394.JPG
Guyonniere Eglise 59075.JPG St-hilaire-loulay grande-bernerie 02.jpg
Église Saint-Hilaire de Saint-Hilaire-de-Loulay (vue 3, Éduarel, 28 juillet 2018).jpg Guyonniere LogisRocheThevenin 59063.JPG
W1436-Bouffere NDAssomption 1861 22159.jpg Montaigu - Digue.jpg
Image illustrative de l’article Montaigu-Vendée
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Canton Montaigu (bureau centralisateur)
Intercommunalité Terres-de-Montaigu, communauté de communes Montaigu-Rocheservière (siège)
Maire
Mandat
Antoine Chéreau
2019-2020
Code postal 85600
Code commune 85146
Démographie
Population
municipale
20 084 hab. (2016)
Densité 170 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 58′ 27″ nord, 1° 18′ 49″ ouest
Altitude Min. 13 m
Max. 84 m
Superficie 117,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 14.svg
Montaigu-Vendée

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Montaigu-Vendée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montaigu-Vendée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montaigu-Vendée
Liens
Site web www.montaigu-vendee.com

Montaigu-Vendée est une commune nouvelle française située dans le département de la Vendée en région des Pays de la Loire.

Elle résulte de la fusion, au , des communes de Boufféré, La Guyonnière, Montaigu, Saint-Georges-de-Montaigu et Saint-Hilaire-de-Loulay

Géographie

Le territoire municipal de Montaigu-Vendée s’étend sur 11 792 hectares[1]. L’altitude de la commune nouvelle varie entre 13 et 84 mètres[2].

Depuis le , la commune nouvelle regroupe les communes de Boufféré, La Guyonnière, Montaigu, Saint-Georges-de-Montaigu et Saint-Hilaire-de-Loulay, qui sont désormais des communes déléguées. Son chef-lieu est situé à Montaigu[3].

Localisation

Le chef-lieu de la commune nouvelle, Montaigu, se situe au nord-est du département de la Vendée[4].

Géologie et relief

Hydrographie

Elle est traversée du sud au nord par la Maine, qui se jette à environ 15 km en aval dans la Sèvre Nantaise.

Climat

Article détaillé : Climat de la Vendée.

Montaigu-Vendée est soumise à un climat de type océanique[5]. Les données concernant le climat de Montaigu-Vendée qui suivent sont extraites d'une source basant le site de relevé des données météorologiques aux coordonnées 47°09'N - 1°37'O[6], ce qui correspond à la position de l'Aéroport Nantes-Atlantique situé sur la commune de Bouguenais, distant de 40 kilomètres environ du centre de Montaigu-Vendée.

Climatologie de Montaigu-Vendée d'après la station de Bouguenais sur la période 1961-1990 :
Températures moyennes
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,4 2,8 4 5,9 9 11,9 13,9 13,5 11,8 8,9 5,1 3 7,7
Température moyenne (°C) 5,4 6,2 8,1 10,4 13,6 16,9 19,1 18,7 16,8 13,1 8,6 6 11,9
Température maximale moyenne (°C) 8,4 9,6 12,2 14,9 18,2 21,9 24,4 24 21,8 17,3 12 9 16,1
Source : Infoclimat, relevés 1961-1990[6]


Ensoleillement, humidité, précipitations
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Ensoleillement (h) 72 99 148 187 211 239 267 239 191 140 91 70 1 956
Précipitations (mm) 86,6 70,2 69,1 49,9 64,1 45 46,4 44,8 62,2 79,2 86,9 84,1 788,5
Nombre de jours avec précipitations 12,8 11 11,1 8,9 11 7,7 6,7 7 8,4 10,4 11,1 11,5 117,6
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 5 mm 6,1 4,8 4,9 3,6 4,5 2,9 2,7 3,1 3,9 5 6,2 6,1 53,7
Humidité relative (%) 88 84 80 77 78 76 75 76 80 86 88 89 81
Source : Infoclimat, relevés 1961-1990[6]


Voies de communication et transports

Située au croisement de la route nord-sud D 137 entre Nantes et La Rochelle, et de la route est-ouest D 753 entre Cholet et Saint-Jean-de-Monts, Montaigu-Vendée est aussi reliée par la D 763 à Clisson au nord-est et à La Roche-sur-Yon au sud-ouest.

Montaigu-Vendée est desservie sur la commune déléguée de Boufféré par la sortie 4 de l'autoroute A83 reliant Niort (rejoignant ainsi l'A10 entre Paris et Bordeaux) à Nantes, préfecture de la région. De plus, la 2 × 2 voies entre Boufféré et La Roche-sur-Yon permet de rejoindre rapidement la préfecture vendéenne, située à environ 40 kilomètres du centre de Montaigu-Vendée.

L'aéroport international de Nantes-Atlantique est lui aussi situé à environ 40 kilomètres de Montaigu-Vendée, que ce soit en passant par l'autoroute A83 ou par la RD 137. La commune dispose pour sa part d'un aérodrome, l'aérodrome de Montaigu - Saint-Georges, inauguré le 28 juin 1980. Il dispose de deux pistes de 80 m et 40 m de large pour 900 m de long. Le plus gros club de France de Paramoteur, Atlantic Paramoteur, est basé sur ce terrain, ainsi que le club de vol à voile de Nantes, le Planeur Club de L'Atlantique, qui s'est déplacé sur ce terrain lors de sa création, puisque ce dernier avait pour but de délocaliser l'activité planeur de l'aéroport Nantes Atlantique. Le terrain a accueilli en 2011 le championnat régional des Pays de la Loire de planeur, ainsi que le Tour de France ULM qui y est passé pour une nuit.

La gare de Montaigu, appelée Montaigu (Vendée), se trouve sur la ligne de Nantes-Orléans à Saintes, qui se prolonge vers Les Sables-d'Olonne ou Bordeaux, mettant ainsi Paris à 2 h 30 de Montaigu-Vendée grâce au TGV, et la côte atlantique à moins d'une heure de train.

Urbanisme

Toponymie

Le nom de la commune nouvelle est formée à partir du nom de sa ville-centre, Montaigu, et du nom du département d'appartenance de la commune nouvelle, la Vendée. Ce nom a été sélectionné par les cinq maires des communes constitutives de la commune nouvelle suite à deux tables rondes ayant fait émerger quatre noms proposés lors d'une consultation par internet à partir du . Les quatre noms proposés à la consultation étaient Montaigu-Vendée, Montaigu-les-Maines, Montaigu-Nord-Vendée et Montaigu-la-Nouvelle. Avant l'élaboration des propositions, les cinq maires s'étaient mis d'accord sur le fait que le nom de la ville-centre de la commune nouvelle devait rester dans le nouveau nom[8].

Le nom de Montaigu vient du latin Mons Acutus, désignant littéralement un « mont aigu ». L'origine du nom remonterait donc à la période gallo-romaine et ferait référence au promontoire situé à la confluence de la Maine et de l'Asson[9]

Le nom de Vendée est issu pour sa part du nom de la rivière éponyme passant au sud du département, dont la forme originelle devait être Vindeda (« la blanche »), dérivé du gaulois (celtique) uindos signifiant « blanc », voire « heureux »[10].

Histoire

La commune est créée au par un arrêté préfectoral du [3].

À sa fondation, Montaigu-Vendée est la quatrième commune la plus peuplée du département (20 084 habitants au recensement de 2016), après La Roche-sur-Yon (53 578), Les Sables-d’Olonne (42 649) et Challans (20 133), mais devant Les Herbiers (15 992) et Fontenay-le-Comte (13 640). De même, elle devient au la commune la plus étendue de la Vendée avec 11 792 hectares devant Essarts-en-Bocage (10 059).

Politique et administration

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
En cours Antoine Chéreau[11] MPF Conseiller régional (depuis 2010), élu dans la Vendée
Président de Terres-de-Montaigu (depuis 2017)
Maire délégué de Montaigu (2019)

Population et société

Démographie

Liste des communes déléguées de Montaigu-Vendée
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Montaigu
(siège)
Terres-de-Montaigu (2016) 1 703
Boufféré Terres-de-Montaigu (2016) 202
La Guyonnière Terres-de-Montaigu (2016) 118
Saint-Georges-de-Montaigu Terres-de-Montaigu (2016) 125
Saint-Hilaire-de-Loulay Terres-de-Montaigu (2016) 110

Économie

L'agglomération de Montaigu, cœur économique du territoire de Montaigu-Vendée

Historiquement, le territoire de Montaigu-Vendée, à dominante rurale, était essentiellement tourné vers l'activité agricole, à l'exception notable de Montaigu. Celle-ci s'est en effet constituée comme ville-centre d'un bassin de vie pour lequel elle remplissait les fonctions traditionnelles d'une centralité urbaine vis-à-vis d'un territoire rural. La présence d'une place du Champ de Foire à Montaigu atteste de ce rôle de place centrale. Des foires aux bestiaux ainsi que des comices agricoles s'y tinrent ainsi jusqu'au milieu du XXème siècle, et attirèrent sur la place des cabarets et des auberges[12]. Dans la ville s'installèrent également des artisans et commerçants liés à la transformation de la production agricole environnante, comme en atteste par exemple la présence d'une rue de la Boucherie.

En 2015, la commune déléguée de Montaigu (disposant encore à cette date du statut de commune à part entière) comptabilisait 2 070 actifs ayant un emploi résidant sur son territoire, qui accueillait par ailleurs 4 397 emplois, soit un indicateur de concentration de l'emploi de 212,4[13]. Cet indicateur confirme le statut de ville-centre qu'a su conserver Montaigu vis-à-vis de son bassin de vie[14]. Néanmoins, le territoire de Montaigu étant limité, certaines entreprises dont les locaux historiques se trouvaient dans la ville-centre ont quitté cette dernière pour s'implanter sur le territoire des communes voisines. C'est le cas par exemple de la Laiterie de Montaigu, qui dès 1965 a construit sa nouvelle usine sur la commune de Saint-Georges-de-Montaigu[14] à proximité de l'entrée sud de la ville. En 2017, c'est l'entreprise VMI qui quitte son site historique de Montaigu pour emménager sur le parc d'activités des Marches-de-Bretagne, situé sur la commune voisine de Saint-Hilaire-de-Loulay[15]. Montaigu est tout de même parvenu à conserver certaines de ses entreprises historiques sur son territoire, comme en témoigne l'implantation en 2016 du siège national du transporteur DB Schenker, à l'emplacement d'un site du transporteur Joyau racheté par le groupe allemand dans les années 2000[16].

Montaigu compte sur son territoire deux zones industrielles adjacentes, la zone industrielle de la Gare et la zone industrielle Nord, ainsi qu'une zone commerciale comprenant une grande surface sous l'enseigne Leclerc. Par ailleurs, sur les communes voisines mais dans la continuité du tissu urbain de Montaigu se sont développées deux autres zones commerciales autour d'une enseigne Super U à Boufféré et d'une enseigne Intermarché à Saint-Hilaire-de-Loulay, ainsi que les zones industrielles de Mirville et du Planty. Le centre-ville constitue un autre pôle où se concentrent de nombreux emplois de l'agglomération, notamment dans les commerces de proximité implantés essentiellement dans et autour de la rue Clemenceau, de la place du Champ-de-Foire et de l'avenue Villebois-Mareuil.

Enfin, plusieurs employeurs publics viennent contribuer de manière significative au rôle de ville-centre de Montaigu et au nombre important d'emploi localisés sur le territoire : la ville de Montaigu, la communauté de communes de Terres-de-Montaigu et enfin le centre hospitalier départemental de la Vendée, qui dispose d'une antenne sur la commune.

Une forte présence du secteur agro-alimentaire sur le territoire

Le territoire de Montaigu-Vendée a su s'appuyer sur son activité principale historique, l'activité agricole, pour développer une industrie locale dans le domaine agro-alimentaire. Ce dernier participe à la présence significative du secteur secondaire dans le tissu économique local, comme en attestent la présence d'usines tels que la Laiterie de Montaigu précédemment citée, Briogel à Saint-Georges-de-Montaigu, Bonté-Pinson, Brioches Fontenaud ou encore le Comptoir de la Bière à Boufféré, ces différentes entreprises partageant bien un cœur de métier consistant en la transformation de produits agricoles en biens alimentaires. L'entreprise la plus significative à ce titre est très certainement Sodebo, géant français de l'agroalimentaire dont le siège social et l'ensemble de l'outil de production en France sont situés sur un complexe de plusieurs dizaines d'hectares à cheval entre Saint-Georges-de-Montaigu et La Guyonnière. L'entreprise regroupe ainsi sur la commune plus de 2 000 emplois, ce qui en fait le principal employeur du territoire.

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Châteaux

  • L'ancien château de Montaigu, dont les fortifications ont été arasées en 1586 sur l'ordre d'Henri III, inscrit à l'inventaire des Monuments Historiques
  • Le château de la Caillaiderie à Montaigu, construit au XVIIIème siècle par la famille Thiériot[17]
  • Les ruines du château de la Sénardière à Boufféré
  • Le château du Hallay à Boufféré
  • Le château de la Preuille
  • Le château de la Mussetière
  • Le château de la Lande
  • Le château de Bois-Corbeau
  • Le château de la Peinerie
  • Le château de la Grande Bernerie
  • Vestiges remarquables d'un ancien château médiéval au lieu-dit de la Goyère sur un coteau dominant la Grande Maine

Monuments religieux

L'église Saint-Jean-Baptiste
Église Saint-Georges de Saint-Georges-de-Montaigu
  • L'église Saint-Jean-Baptiste de Montaigu et les gargouilles de son clocher
  • Le Portail Saint-Léonard, vestige d'une chapelle de 1215
  • L'ancienne collégiale Saint-Maurice, au cœur de la vieille ville de Montaigu
  • L’église Notre-Dame-de-l'Assomption à Boufféré
  • L'église Saint-Hilaire dans le bourg de Saint-Hilaire-de-Loulay
  • L'église Saint-Pierre de la Guyonnière
  • Le site de Melay ou Meslay à La Guyonnière
  • L'église Saint-Georges dans le bourg de Saint-Georges-de-Montaigu, datant du XIXe siècle, ayant la particularité d'avoir un clocher inachevé coiffé d'une flèche provisoire recouverte l'ardoise
  • La Chapelle du village de la Roche-Pépin à Saint-Georges-de-Montaigu
  • La Chapelle du village de la Rondaire à Saint-Georges-de-Montaigu

Ouvrages d'art

  • Le pont de Sénard[18] enjambant la Maine à Saint-Hilaire-de-Loulay
  • Le pont de Boisseau - inscrit à l'inventaire des monuments historiques - situé au confluent de la Grande Maine et Petite Maine
  • La digue de Montaigu


Autres lieux et monuments remarquables

  • L'ancienne sous-préfecture de Montaigu
  • La Maison des Rochettes et son parc paysagé avec des essences rares à Montaigu
  • L'ancien relais de poste, aujourd'hui médiathèque intercommunale au cœur du parc des Rochettes
  • Le Menhir de la Grande Bernerie, seul survivant d'un groupe de deux menhirs
  • Le manoir de la Roche-Thévenin à La Guyonnière, inscrit à l'inventaire des Monuments Historiques
  • La Maison de la Rivière et du Pêcheur - ancien moulin à eau, dit anciennement moulin de la Roche
  • Le Moulin de la Poitevinière, ancien moulin à eau sauvé de la ruine au début du XXIe siècle par une association locale de sauvegarde du patrimoine
  • L'aérodrome de Montaigu - Saint-Georges
  • Les usines Sodebo

Notes et références

  1. « Commune 22097 », « Commune 22510 », « Commune 29369 », « Commune 29721 » et « Commune 24675 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « Boufféré », « La Guyonnière », « Montaigu », « Saint-Georges-de-Montaigu » et « Saint-Hilaire-de-Loulay », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. a et b « Arrêté préfectoral no 17-DRCTAJ-2-129 portant création de la commune nouvelle “Montaigu-Vendée” », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Vendée, no 25,‎ (lire en ligne [PDF]).
  4. Fiche de Montaigu sur Lion 1906, site de Lionnel Delvarre, mis à jour le 6 juin 2010 [lire en ligne].
  5. « Carte France - Climat », sur CartesFrance.fr (consulté le 1er mars 2011)
  6. a b et c « Normale et records - Nantes, Loire-Atlantique (44), 26 m - 1961-1990 », sur site infoclimat, (consulté le 21 mars 2010)
  7. « Montaigu. Commune nouvelle : quel nom préférez-vous ? », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  8. Georges Laronze, Montaigu, Ville d’histoire (IVe – XXe siècle), , 152 p. (ISBN 2-84373-096-1), p.7
  9. Xavier Delamarre,, Dictionnaire de la langue gauloise, éditions Errance, , p. 319 - 320
  10. Fabien Burgaud, « Antoine Chéreau, maire “de transition” », Ouest-France,‎ .
  11. Maurice Mignet, Le patrimoine de Montaigu à travers ses noms de lieux, Pays de Montaigu - Marche de Vendée et de Bretagne, , 339 p. (ISBN 978-2-7466-5272-9), pp.59-60
  12. https://www.insee.fr/fr/statistiques/2011101?geo=COM-85146
  13. a et b 
  14. https://www.vmimixing.com/fr/vmi/historique-vmi/
  15. https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/vendee/schenker-france-pose-son-siege-montaigu-4346677
  16. Maurice Mignet, Le patrimoine de Montaigu à travers ses noms de lieux, Pays de Montaigu - Marches de Vendée et de Bretagne, , 338 p. (ISBN 978-2-7466-5272-9), p.53
  17. Notice no PA00110247, base Mérimée, ministère français de la Culture

Annexes

Articles connexes

Liens externes