Michel Prigent

Michel Prigent
Fonction
Président
Cercles universitaires de France ()
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
Éditeur
Autres informations
Membre de
Cercles universitaires de France ()

Michel Prigent est un éditeur français né le à Paris XVIIe et mort le .

Il est président du directoire des Presses universitaires de France de 1994 à sa mort.

Biographie

Fils de Jean Prigent[1], universitaire[2] et ancien directeur adjoint de l'École normale supérieure[3], Michel Prigent naît le dans le 17e arrondissement de Paris[4].

Il est ancien élève de l'École normale supérieure (L1970[5]), agrégé de lettres classiques et docteur ès lettres[6] (1985)[7]. Sa thèse, publiée en 1985, est consacrée au héros et à l'Etat dans les tragédies de Pierre Corneille. Michel Prigent a également dirigé L'histoire de la France littéraire [8].

En 1974, il épouse Mlle Elisabeth Depierre, dont il a deux enfants, Philippe et Guillaume.

Entré aux Presses universitaires de France (PUF) en 1974, il est directeur éditorial (1985-1994), puis président du directoire de 1994 à sa mort. En 1992, il subit une polémique car il a confié la nouvelle direction de la collection Major à Pascal Gauchon[3].

Au cours de sa présidence, dans le cadre d'une large crise de l'édition[9], il assainit les finances des PUF, qu'il sauve de la faillite en 2000 par la création d'une société d'auteurs, Libris, dont il était président.

Michel Prigent était administrateur du Cercle de la librairie[9].

De 1977 à 1990, il préside les Cercles universitaires de France[3]. Il est proche de Raymond Barre[3].

Il meurt à l'hôpital du Val-de-Grâce[3] d'un œdème pulmonaire le , à l'âge de 60 ans[10].

Ouvrages

  • Mars 1968, quelle démocratie pour la France ?, Paris, Cercles universitaires de France, , 30 p. (notice BnF no FRBNF34638408) ;
  • Le Héros et l'État dans la tragédie de Pierre Corneille (thèse de doctorat ès lettres remaniée), Paris, Presses universitaires de France, coll. « Écrivains », , VIII + 571 p. (ISBN 2-13-039279-2, notice BnF no FRBNF34871411)[11] ;
  • Dir., Histoire de la France littéraire, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige : dicos poche », , 856 p. (ISBN 2-13-052427-3, notice BnF no FRBNF40130007) — en trois volumes[12].

Références

  1. « Nécrologie : le professeur Jean-François Prigent », sur Le Telegramme, (consulté le 5 janvier 2021)
  2. Jean Cuisenier, « Hommage à Michel Prigent (1950-2011) », Ethnologie française, vol. 42, no 1,‎ , p. 5-6 (DOI 10.3917/ethn.121.0005).
  3. a b c d et e Alain Beuve-Méry, « Michel Prigent », sur lemonde.fr, .
  4. « Michel Prigent », sur whoswho.fr.
  5. Recherche sur archicubes.ens.fr.
  6. Dominique Lecourt, « Michel Prigent, une vie de travail », sur la-croix.com, .
  7. http://www.sudoc.fr/006738257.
  8. « Histoire de la France littéraire. Volume I », sur www.puf.com (consulté le 5 janvier 2021)
  9. a et b « Michel Prigent, président du directoire des PUF, est mort », sur lemonde.fr, .
  10. Alain-Gérard Slama, « Au revoir, Michel Prigent », sur lefigaro.fr, .
  11. Maurice Duverger, « La dialectique du héros et de l'État », sur lemonde.fr, .
  12. Perrine Parageau, « Les beaux portraits de la France littéraire », sur lexpress.fr, .

Liens externes