Mazarine Pingeot

Mazarine Pingeot
Image dans Infobox.
Mazarine Pingeot en 2019.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Père
Mère
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour

Mazarine Pingeot, officiellement Mazarine Marie Mitterrand Pingeot depuis 2016 à l'état civil, née le à Avignon, est une écrivaine française. Elle est professeure agrégée et docteure en philosophie et enseigne actuellement à l'université Paris-VIII à Saint-Denis. Elle est par ailleurs chroniqueuse sur des sujets culturels et administratrice de l'institut François-Mitterrand[2].

Autrice de nombreux romans, Mazarine Pingeot aborde régulièrement les thèmes de la famille, de la maternité et de l'enfance dans son œuvre[3].

Elle est la fille de François Mitterrand, président de la République française de 1981 à 1995, et d'Anne Pingeot, historienne de l'art. En 1994, la révélation au grand public de la deuxième famille du président de la République en exercice et de l'existence de Mazarine, sa fille cachée, alors que leur existence était jusque là un secret de Polichinelle, a fait l'objet d'une très large couverture médiatique.

Biographie

Enfance et jeunesse

Fille adultérine de François Mitterrand et d'Anne Pingeot[4],[5], Mazarine Marie Pingeot effectue sa scolarité à l'école Saint-Benoît et au lycée Henri-IV à Paris. En , elle intègre l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud. Agrégée de philosophie en [6], Mazarine Pingeot enseigne à l'université de Provence à Aix-en-Provence[7], puis au lycée Colbert de Paris 10e, et à l'université Paris-VIII en tant que professeure agrégée.

Elle est reconnue par François Mitterrand devant notaire le [8]. Jean-Edern Hallier aurait tenté, dès 1982, de dévoiler la paternité de Mazarine[9],[10] puis veut publier, en , L'Honneur perdu de François Mitterrand, un brûlot qui, au départ, devait d'ailleurs s'appeler Mitterrand et Mazarine ; le président de la République parvient à faire détruire les livres avant leur publication[11]. En , Paris Match publie une photo des paparazzi Pierre Suu et Sébastien Valiela, de Mazarine et son père à la sortie du restaurant Le Divellec[12].

Carrière littéraire

En 1998, elle publie un premier livre intitulé Premier roman, qui bénéficie d'une large couverture médiatique mais qui est diversement accueilli par la critique[13]. Cet ouvrage se vend à 60 000 exemplaires. Il est traduit dans plusieurs langues. Mazarine Pingeot tient une chronique irrégulière dans le magazine Elle. En 2000, elle publie un deuxième roman Zeyn ou la Reconquête. Au début de sa carrière littéraire, Mazarine Pingeot ne bénéficie pas de l'indulgence des critiques littéraires. Nelly Kaprièlian, des Inrockuptibles écrit  : « Mazarine Pingeot, (...) parce qu'elle est la fille d'un des rares présidents français qui lisaient, a toujours cru et tenté de nous faire croire qu'elle « écrivait »[16]. »

En 2003, elle est chroniqueuse littéraire dans l'émission Field dans ta chambre de Michel Field puis, à partir de 2004, dans Ça balance à Paris, toujours avec Michel Field et diffusée sur la chaîne de télévision Paris Première. L'année 2003 voit aussi la publication d'un essai, Ils m'ont dit qui j'étais, qui traite de ses lectures. La forme, des fiches de lecture reliées à ses expériences personnelles, séduit la critique[17].

En , est publié son quatrième ouvrage Bouche cousue chez Julliard. Ce récit autobiographique se présentant sous la forme d'un journal intime se vend à 200 000 exemplaires[18]. D'autres ouvrages suivent.

Elle crée une collection de sciences humaines avec son amie Sophie Nordmann, dans la maison d'édition Robert Laffont, intitulée Les Nouvelles Mythologies.

Parallèlement, elle fait de la radio – Europe 1 (À trois sur la balançoire avec Constance Chaillet), France Culture (avec Jean-Michel Djian, La Part d'enfance, qui donne ensuite lieu à un livre).

Mazarine Pingeot en 2006.

Pour le dixième anniversaire de la mort de son père, en , Mazarine Pingeot signe la préface du livre de Stéphane Trano, Mitterrand, une affaire d'amitié, dans lequel elle croise son témoignage avec celui de son demi-frère Jean-Christophe Mitterrand, pour la première fois. Elle préface aussi le livre d'entretien entre son père et Marguerite Duras, Le Bureau de poste de la rue Dupin ainsi que d'autres ouvrages.

Mazarine Pingeot à la Forêt des Livres 2014.

Elle intervient toujours avec d'autres chroniqueurs, dans l'émission télévisée Ça balance à Paris sur Paris Première, animée depuis la rentrée 2010 par Éric Naulleau.

En 2016 elle soutient une thèse de doctorat en philosophie sur René Descartes à l'université Paris VIII[19].

Positionnement politique

À l'occasion de la primaire citoyenne ouverte de la gauche en vue de l'élection présidentielle de 2017, Mazarine Pingeot apporte publiquement son soutien à Vincent Peillon[20].

Le 28 juillet 2020, elle revendique un « mortel ennui » dans une tribune publiée dans le Monde à propos du nouveau féminisme et de ses combats en expliquant que celui-ci se complairait dans la morale. Elle dénonce des « extrémistes » qui discréditeraient les revendications féministes de leurs aînées[21],[22].

Vie privée

Mazarine Pingeot est la compagne du présentateur Ali Baddou entre 1992 et 1998[23].

En 2001, elle rencontre Mohamed Ulad-Mohand à la villa Médicis de Rome, alors pensionnaire de cette académie. Ils ont trois enfants : Astor, né le , Tara, née le , Marie, née le [24]. Ils se séparent en 2014.

Le , Mazarine Pingeot et Didier Le Bret « officialisent » implicitement leur relation en apparaissant ensemble publiquement lors du salon La Forêt des livres à Chanceaux-près-Loches (Indre-et-Loire)[25]. Ils se marient le à Paris 11e, en présence de François Hollande et Julie Gayet[26].

Par décret du 8 , elle obtient le changement de son nom de Pingeot en « Mitterrand Pingeot[27] ».

Ouvrages

  • 1998 : Premier roman, Julliard. (ISBN 2-260-01495-X)
  • 2000 : Zeynn ou la reconquête, Julliard. (ISBN 2-260-01512-3)
  • 2003 : Ils m'ont dit qui j'étais, Julliard. (ISBN 2-260-01602-2)
  • 2005 : Bouche cousue, Julliard. (ISBN 2-260-01658-8)
  • 2007 : Le Cimetière des poupées, Julliard. (ISBN 978-2-260-01730-1)
  • 2010 : Mara, Julliard. (ISBN 978-2-260-01764-6)
  • 2011 : Pour mémoire, Julliard, (ISBN 2-260-01831-9)
  • 2011 : Entretien avec Descartes, Plon, (ISBN 978-2-259-21443-8)
  • 2012 : Bon petit soldat, Julliard (ISBN 978-2-260-02035-6)
  • 2013 : La Part d'enfance : 24 entretiens de Mazarine Pingeot et Jean-Michel Djian, Julliard (ISBN 978-2-260-02100-1)
  • 2014 : Les Invasions quotidiennes, Julliard, (ISBN 978-2-260-02118-6)
  • 2016 : La Dictature de la transparence, Robert Laffont, (ISBN 978-2-221-19293-1)
  • 2017 : Théa, Julliard, (ISBN 978-2-260-02944-1)
  • 2018 : Magda, Julliard, (ISBN 978-226629118-7)
  • 2019 : Se taire, Julliard, (ISBN 978-226005325-5)
  • 2021 : Et la peur continue, Mialet Barrault, (ISBN 9782080219886)

Scénariste

Participations

Bibliographie

  • Le roman Le Bon Plaisir de Françoise Giroud met en scène un président de la République qui a un enfant adultérin Mike. Le livre, sorti le , a été édité par les éditions Mazarine[28]. Ce roman a été adapté au cinéma pare Francis Girod, le film est sorti en 1984.
  • Géraldine Catalano et Ariane Chemin, Une famille au secret : le Président, Anne et Mazarine, Paris, Stock, 2005, 264 p., (ISBN 2234058139).
  • Sanaë Lemoine, L'affaire Margot, Eyrolles, 2020 (ISBN 9782212575002)[29]. Premier roman inspiré de l'affaire Mazarine.

Documentaires télévisés

Divers

  • Depuis le , elle est la marraine du Village du Livre d'Ambierle, dans la Loire.
  • À partir du , et jusqu'en , elle présente une nouvelle Web émission confidence intitulée Le Café en partenariat avec Dailymotion, lesinfos.com et Starbucks Coffee France. L'émission est disponible sur Dailymotion.
  • Elle fait partie du comité scientifique du festival Philosophia qui se tient chaque année à Saint-Émilion.

Notes et références

  1. Caroline Michel, « Le compagnon de Mazarine, nouvel homme clé du renseignement », sur L'Obs, .
  2. Conseil d'administration de l'institut François-Mitterrand.
  3. « Mazarine Pingeot », sur Salondulivrebeyrouth.org (consulté le ).
  4. « L'histoire de Mazarine Pingeot, la fille cachée de François Mitterrand ».
  5. « Anne Pingeot, la discrète révélée (1/5) : Jeune fille en voie d'émancipation », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. « Agrégations », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  7. Mazarine Pingeot, France Inter
  8. « La seconde famille de François Mitterrand » sur le site de L'Express.
  9. Livre, puis L'Idiot international.
  10. « Jean-Edern Hallier mord encore », entretien avec Jean-Pierre Thiollet par Sébastien Bataille, Causeur, 8 octobre 2016.
  11. Paul Webster, Mitterrand : l'autre histoire, 1945-1995, Éditions du Félin, , p. 191.
  12. Mazarine Pingeot sur le site du magazine Paris Match.
  13. « [...] un livre touffu, [...] encore un peu embarrassé. », selon Josyane Savigneau, Le Monde, .
  14. [1].
  15. « Autant ses romans sont tartes, autant cet essai littéraire est sympathique » écrit Éric Ollivier dans Le Figaro le .
  16. Mazarine Pingeot sur le site de La République des Lettres.
  17. Thèses.fr
  18. 6 Medias, « Voyeurisme : la réponse de Karine Le Marchand à Mazarine Pingeot », Le Point, (consulté le ).
  19. « Mazarine Pingeot épingle les «extrémistes de la médiocrité» qui «discréditent les combats féministes» », sur Le Figaro,
  20. « Mazarine Pingeot au sujet des nouveaux combats féministes : « Ce mortel ennui qui me vient… » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. Elise Petter, « Ali Baddou est-il en couple ou célibataire ? », terrafemina.com, .
  22. Chronologie biographique de Mazarine Pingeot sur le site du magazine Gala.
  23. Caroline Michel, « Le compagnon de Mazarine, nouvel homme clé du renseignement », tempsreel.nouvelobs.com,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. « François Hollande s'affiche avec Julie Gayet au mariage de Mazarine Pingeot », sur lexpress.fr, (consulté le ).
  25. « Journal officiel du 10 novembre 2016 (texte 111- Annonces) - Décret du 8 novembre 2016 portant changements de noms - NOR : JUSN1629212D » (consulté le ).
  26. « Mazarine », bibliomonde.com.
  27. Le Figaro, 26 mars 2021 [2]

Voir aussi

Article connexe

Liens externes