Marine philippine

Marine philippine
Image illustrative de l’article Marine philippine
Sceau de la marine philippine

Création 20 mai 1898
Pays Philippines
Allégeance République des Philippines
Type Marine de guerre
Effectif 25 000
Fait partie de Forces armées des Philippines
Composée de
Commandant Rear Admiral Adeluis Bordado
Pavillon de beaupré Naval Jack of the Philippines.svg

La Marine philippine (Tagalog : Hukbóng Dagat ng Pilipinas; Anglais : Philippine Navy ) est la composante navale des Forces armées des Philippines. Elle emploie en 2020 environ 25 000 hommes et femmes. Depuis 2012, elle connait une importante modernisation qui se poursuivra jusqu'en 2028 (comme prévu dans le Modernization Act, loi adoptée le durant le mandat du président Benigno Aquino III).

Histoire

Période pré-coloniale

Les peuples philippins n'étaient pas étrangers aux méthodes de construction navale avant l'arrivée des Espagnols au seizième siècle. Bons marchands et navigateurs expérimentés, certains royaumes de l'archipel philippin disposaient, en plus des balangay utilisés pour les échanges commerciaux, de navires conçus pour le combat naval : les Karakoas. Ceux-ci pouvaient emporter des Lantaka, canons faits de bronze alors répandus en Asie du Sud-Est.

La bataille de Bangkusay reste le dernier engagement naval connu des Karakoas. Elle a eu lieu le 3 juin 1571 dans la baie de Bangkusay, au large de Tondo et opposa les guerriers pampangue originaires de Macabebe, portés par leur chef Tarik Soliman, aux Espagnols menés par Miguel López de Legazpi. La victoire espagnole et la mort de Soliman acheva à la conquête de Maynila[1].

Naissance et débuts difficiles (1898-1945)

La Marine philippine fut créée en 1898 pendant la révolution philippine menée contre les colonisateurs espagnols. Les premiers navires qui la composaient à sa naissance furent des bâtiments pris aux Espagnols. Mais la guerre américano-philippine et les blocages des ports philippins dès 1899 stoppèrent son expansion[2], si bien que, durant la période coloniale américaine, la seule force navale philippine était une unité de garde-côtes.

Au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, les Philippines ne disposaient d'aucune force navale capable d'assurer la défense de l'archipel et les marins philippins n'eurent d'autre choix que de participer à la guérilla contre l'occupant japonais pour seule résistance.

De l'après guerre au retrait américain (1945-1992)

Le RPS Rajah Soliman (D-66), transféré aux Philippines le 21 avril 1961.

En 1947, sous la présidence de Manuel Roxas, la force navale philippine devient une armée à part entière et adopte le nom de Marine Philippine (Philippine Navy) en 1951. Celle-ci se voit complétée par un bataillon d'infanterie de marine qui deviendra en 1950 le Corps des Marines des Philippines (Philippine Marine Corps).

Au début des années 1960, la Marine philippine connaît son apogée, constituée de matériels cédés par les Américains. La garde côtière philippine (Philippine Coast Guard) en est détachée en 1967 afin de constituer une unité indépendante. Cependant, l'instabilité politique et les insurrections au sud de l'archipel ont entraîné une augmentation des ressources allouées aux armées de terre et de l'air au détriment de la Marine.

Période contemporaine (1992 - )

Le retrait des forces américaines du pays en 1992 laisse la Marine philippine seule pour assurer le contrôle de la vaste entendue des eaux territoriales de l'archipel et c'est en 1995 qu'est votée la première loi de modernisation des forces armées philippines dont le financement est stoppé en 1997 à cause de la crise économique asiatique. Il faut attendre 2012 pour revoir adopté un grand plan de modernisation sur fond de tensions territoriales avec la Chine.

Les missions de la Marine philippine s'articulent alors autour de trois axes :

La Marine commence à se voir confier d'autres missions au fur et a mesure de la modernisation de ses bâtiments avec, en janvier 2020, le déploient d'une force opérationnelle (NTF 82) au Proche-Orient. Constituée du BRP Davao del Sur (LD-602) et du BRP Ramon Alcaraz (PS-16), assistés en Méditerranée par le BRP Gabriela Silang (OPV-8301) des gardes côtes philippins [6]; elle avait pour but de participer à une éventuelle évacuation des ressortissants philippins de la région à la suite de l'augmentation des tensions américano-iraniennes[7].

2020 voit aussi l’arrivée d'un nouvelle entité au sein de la Marine avec la création d'une milice maritime. Non armée, elle sera destinée à assurer une présence philippine constante en mer de Chine méridionale et à surveiller les activités navales autour des récifs et îles contestés[8]. Elle comptera à sa création environ 120 hommes et femmes[9].

Alors que le programme de modernisation des forces se poursuit à faible allure la flotte philippine décide de se séparer de nombreux navires obsolètes à partir de la fin 2020, et ce avant même l'arrivée de navires de remplacement : 16 patrouilleurs de type Swift Boats et De Havilland 9209, le patrouilleur BRP Bonny Serrano (PC-111) ainsi que ravitailleur BRP Lake Caliraya (AF-81) sont retirés du service en décembre 2020. Puis en mars 2021 ce sont les deux derniers patrouilleurs de classe Toma Batillo qui sont mis à la retraite, de même que deux bâtiments ayant participé à la Seconde Guerre mondiale sous les couleurs américaines : les BRP Quezon (PS-70) et BRP Pangasinan (PS-31)[10]. Transféré en 1948, le BRP Panganisan a servi les Philippines durant 73 ans. Le retrait des deux derniers navires de classe Miguel Malvar est prévu courant 2021.

Tensions territoriales en mer de Chine méridionale

Les marins philippins connaissent un premier face à face avec les chinois en 1999 aux abords du récif d'Ayungin . Devant la possibilité d'une prise de contrôle de celui-ci par la Chine, le gouvernement et la Marine décident d'y échouer le BRP Sierra Madre (LT-57)[11] (un ancien LST américain) avec un groupement de Marines, dans le but d'y affirmer l'autorité de la république des philippines. La présence des Marines sera continue depuis lors. La présence philippine dans cette zone contestée est renforcée à partir de 2020 par la présence continue de personnels sur d'anciennes plateformes pétrolières, utilisées comme postes de surveillance avancés[12],[13].

Sur l'île disputée de Pag-Asa, un autre LST s'échoue en 2004[14] après avoir tenté de s'y accoster : le BRP Lanao del Norte (LT-504). Un port est finalement mis en chantier en 2017 et le 13 mai 2020 le BRP Ivatan (AT-298) devient le premier bâtiment à s'y amarrer[3].

Les philippins connaissent un autre face à face avec les chinois autour de récif de Scarborough le 8 avril 2012. Alors que des pécheurs chinois sont repérés à proximité de celui ci, le gouvernement philippin envoie le BRP Gregorio Del Pilar afin de procéder à des arrestations. Les chinois dépêchent alors deux, puis trois navires et bloquent l'entrée du lagon. Le BRP Gregorio del Pilar restera sur place du jusqu'au 13 avril, avant d'être relevé par un navire des gardes côtes afin de désamorcer la situation. La présence chinoise autour du récif sera quant à elle continue depuis[15].

Un autre incident a lieu en février 2020 lorsqu'un navire de la Marine chinoise identifié comme une corvette de type 56 (# 514) pointa son armement sur le BRP Conrado Yap (PS-39)[16],[17].

La Marine se déploie aussi dans la région de Batanes au nord du pays; notamment en 2017[18] et 2019[4] autour de l’île de Mavulis afin d’empêcher la pêche illicite.

À la suite de l'occupation du récif de Julian Felipe par la milice maritime chinoise en mars 2021, la Marine intensifia ses patrouilles autour des récifs contestés proches de l'île de Palawan. Les BRP Apolinario Mabini (PS-36), BRP Dagupan City (LS-551), BRP Magat Salamat (PS-20) et BRP Miguel Malvar (PS-19) furent ainsi envoyés sur zone[19].

Organisation

La Marine philippine est composée de deux unités majeures, la flotte (Philippine Fleet) et le Corps des Marines (PMC).

Suivent ensuite sept organisations opérationnelles (Naval Operational Command), cinq unités de support (Naval Support Command) et huit sous-unités de support (Support Unit).

Naval Operational Command

  • Naval Forces Northern Luzon (NAVFORNOL)
  • Naval Forces Southern Luzon (NAVFORSOL)
  • Naval Forces West (NAVFORWEST)
  • Naval Forces Central (NAVFORCEN)
  • Naval Forces Western Mindanao (NAVFORWESMIN)
  • Naval Forces Eastern Mindanao (NAVFOREASTMIN)

Naval Support Command

  • Naval Sea Systems Command (NSSC)
  • Naval Education and Training Command (NETC)
  • Naval Reserve Command (NAVRESCOM)
  • Naval Construction Brigade (NCBde)
  • Naval Base Cavite

Support Unit

  • Naval Intelligence and Security Force
  • Philippine Navy Finance Center
  • Naval Logistics Center
  • Manila Naval Hospital
  • Cavite Naval Hospital
  • Bonifacio Naval Station
  • Headquarters Philippine Navy & Headquarters Support Group
  • Civil Military Operations Group

Grades

Officiers

Admiral Vice Admiral Rear Admiral Commodore Captain Commander Lieutenant Commander Lieutenant Senior Grade Lieutenant Junior Grade Ensign
Uniforme blanc Uniforme noir Uniforme blanc Uniforme noir Uniforme blanc Uniforme noir Uniforme blanc Uniforme noir Uniforme blanc Uniforme noir Uniforme blanc Uniforme noir Uniforme blanc Uniforme noir Uniforme blanc Uniforme noir Uniforme blanc Uniforme noir Uniforme blanc Uniforme noir
PN ADM WhtDr.svg PN ADM BlkDr-Slv.svg PN VADM WhtDr.svg PN VADM BlkDr-Slv.svg PN RADM WhtDr.svg PN RADM BlkDr-Slv.svg PN CDRE WhtDr.svg PN CDRE BlkDr-Slv.svg PN CPT WhtDr.svg PN CPT BlkDr-Slv.svg PN CDR WhtDr.svg PN CDR BlkDr-Slv.svg PN LCDR WhtDr.svg PN LTCDR BlkDr-Slv.svg PN LTSG WhtDr.svg PN LTSG BlkDr-Slv.svg PN LTJG WhtDr.svg PN LTJG BlkDr-Slv.svg PN ENS WhtDr.svg PN ENS BlkDr-Slv.svg

Enrôlés

Master Chief Petty Officer Senior Chief Petty Officer Chief Petty Officer Petty officer, first class Petty officer, second class Petty officer, third class Seaman First Class Seaman Second Class Apprentice Seaman
PN MCPO Slv.svg PN SCPO Slv.svg PN CPO Slv.svg PN PO1 Slv.svg PN PO2 Slv.svg PN PO3 Slv.svg PN SN1 Slv.svg PN SN2 Slv.svg PN SN Slv.svg

Modernisation depuis l'AFP Modernization Act de 2012

Depuis les années 2000 et le vote de la loi de modernisation des forces armées (révisée en 2012), la Marine philippine a entamé sa mutation. Les événements en mer de Chine autour du récif de Scarborough ont en effet révélé l’obsolescence et le manque des matériels utilisés ainsi que l’incapacité des Philippines à opposer une réponse efficace et cohérente face aux intrusions territoriales étrangères, querelles maritimes et catastrophes naturelles. Au début des années 2010, les seuls bâtiments de combat de conception récente se résumaient à trois corvettes de classe Peacock (renommée classe Jacinto) lancées entre 1982 et 1984 et achetées au Royaume-Uni en 1997. Le reste de la flotte restait majoritairement composé de navires américains datant de la Seconde Guerre mondiale et aucun ne possédait de missile antinavire.

Bâtiments de surface

Frégates et corvettes

Le BRP Gregorio Del Pilar (PS-15), et le BRP EDSA (SARV 002) des gardes côtes au second plan.

La première acquisition majeure a lieu avec l’achat aux États-Unis de deux bâtiments de classe Hamilton récemment mis à la retraite par les garde-côtes américains. Après des travaux de modernisation portant sur les machineries, l’équipement et l’armement, l’USCGC Hamilton (WHEC-715) est rebaptisé BRP Gregorio del Pilar (PF-15) et est remis aux Philippines le [20]. Le deuxième bâtiment, l’USCGC Dallas (WHEC-716), est lui remis aux Philippines le sous le nom de BRP Ramon Alcaraz (PF-16). Un troisième cotre, l'USCGC Boutwell (WHEC-719), est transféré aux Philippines en 2016 : le BRP Andrés Bonifacio (PF-17). Ces trois bâtiments seront profondément modernisés par Hanwha (électronique et armement)[21] à partir de 2020.

Début 2014, le gouvernement philippin envisage toujours l’achat de deux frégates neuves. La piste italienne a été évoquée, l’intérêt des Philippins se portant sur la classe Maestrale, mais la première étape du processus d’acquisition confirme finalement que les futures frégates ne seront pas italiennes. Le , HHI remporte le contrat et doit livrer deux frégates légères de 2 600 t en 2019 et 2020 qui sont baptisées BRP Jose Rizal (FF-150) et BRP Antonio Luna (FF-151); et offre en plus une corvette de classe Pohang qui sera modernisée avant sa livraison en aout 2019 : le BRP Conrado Yap (PS-39).

En 2020, le secrétaire à la défense confirme l'achat deux corvettes dont le déplacement sera d'environ 2500 tonnes. Des bâtiments américains de seconde main modernisés avaient été considéré dans un premier temps[23] mais c'est finalement Hyundai Heavy Industries qui a les faveurs du gouvernement philippin et qui fournira deux corvettes dérivées de la classe Jose Rizal; avec la possibilité de récupérer davantage de corvettes de classe Pohang[24].

Bâtiments amphibies

Il est aussi fait l'acquisition de deux Landing Platform Dock (LPD) dérivés de la classe Makassar réalisées au chantier naval indonésien PT PAL de Surabaya dont le premier, le BRP Tarlac (LD-601), est mis en service en 2016 et le second BRP Davao del Sur (LD-602) en 2017. Cet achat est complété la commande de 8 véhicules blindés lourds amphibies AAV-7A1 à Hanwha pour le corps des Marines (PMC)[25].

Il est prévu d’acquérir deux autres unités auprès de PT PAL dans le cadre du programme de modernisation des forces.

Patrouilleurs côtiers

2018 marque l'arrivée du premier système de missile anti-navire léger de la Marine philippine avec la mise en service de 3 MPAC (Multipurpose Assault Craft - bâtiments rapides de 17m et d'un déplacement de 19 tonnes) au standard Mk.III et équipés de missiles Spike ER. 3 unités supplémentaires seront équipées du même système d'arme en 2020[26].

Il est aussi prévu d'acheter 9 patrouilleurs rapides de classe Shaldag afin de remplacer les 8 bâtiments de classe Tomas Batillo acquis en 1996[27]. Sur ces 9 navires, 4 seraient construits aux Philippines et 4 seraient équipés de missiles Spike NLOS[28].

Patrouilleurs hauturiers

Le dernier projet visant a rebâtir le gros de la flotte de surface des Philippines repose sur l'achat à Austral de 6 patrouilleurs (Offshore Patrol Vessel) au design adapté de la classe Cape, et dont au moins 3 unités seraient construites à Cebu [29].

Aviation navale

AW-109E Power de la Marine philippine.

Début 2014, le gouvernement philippin annonce l’acquisition de deux hélicoptères AW109 Power en complément des trois unités déjà en service[30]. Ils seront notamment déployés depuis les LDP de classe Tarlac et les frégates de classe Gregorio del Pilar.

Afin d'équiper les deux frégates de classe Jose Rizal commandées en 2016, deux hélicoptères de lutte anti-sous-marine AgustaWestland AW159 Wildcat sont commandés en mars de cette même année[31] et livrés en [32].

La Marine philippine reçoit aussi en 2016, en provenance du Japon, 5 Beechcraft King Air TC-90 dont 4 sont dédiés aux missions de patrouille maritime[33]. Ils sont en 2020 les seuls appareils de surveillance en service au sein de la Marine. En octobre 2020 les États-Unis font aussi une offre pour le transfert de 13 TC-12 Huron; la Marine exprime en retour sont intérêt pour 8 appareils adaptés aux missions de patrouille maritime[34].

Submersibles

En ce qui concerne les sous-marins, la Marine ainsi que le gouvernement philippin ont exprimé leur souhait de doter la flotte, à moyen terme, d'au moins deux bâtiments à propulsion classique. Le Scorpène semble avoir la préférence après des évaluations menées en 2019[35],[36].

Défense aérienne

L'acquisition de systèmes d'arme anti-aériens est aussi prévue par l'AFP Modernization Act et suit toujours son processus d'évaluation début 2020.

Navires et appareils en service

La Marine philippine nomme ses navires avec le préfixe BRP - Barko ng Republika ng Pilipinas - qui signifie Navire de la République des Philippines. Elle emploie plusieurs classes de navires de surface dont les plus importants sont, en 2020, les LDP de classe Tarlac et ne dispose pas de submersibles.

Elle dispose d'un groupe aérien appelé le Naval Air Group.

Avions
Aéronefs Photo Origine Type Version Actifs Notes
Beechcraft King Air Tc-90 06l.jpg Drapeau des États-Unis États-Unis Surveillance maritime TC-90 5 5 appareils de la force maritime d'autodéfense japonaise transférés en 2016
Britten-Norman Islander Philippine Navy BN-2 repainted.jpg Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Surveillance et transport léger BN-2 A 5
Cessna 172 Philippine Navy cessna.jpg Drapeau des États-Unis États-Unis Surveillance et transport léger 172M 3
Hélicoptères
AgustaWestland AW159 Wildcat Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Lutte anti-sous-marine AW159 2 Livrés en en vue d'équiper les frégates de classe Jose Rizal
AgustaWestland AW109 Drapeau de l'Italie Italie Transport et attaque A.109E Power 5 Trois commandés pour un montant de 1 337 176 584 Pesos philippins le (24,8 millions d'euros en )[37]. Deux autres en . Deux appareils équipés de paniers de mitrailleuses et lance-roquettes
Bölkow Bo 105 Drapeau de l'Allemagne Allemagne Transport Bo 105C 3
Robinson R22 Drapeau des États-Unis États-Unis Entrainement R22 Beta II 2
Drones
Boeing ScanEagle US Navy 1005268-N-RC844-159 A Scan Eagle Unmanned Aerial Vehicle (UAV).jpg Drapeau des États-Unis États-Unis Surveillance ScanEagle II 8 8 drones et 2 catapultes livrés en [38].

Galerie

Liens externes

Notes et références

  1. « Battle of Bangkusay | Project Gutenberg Self-Publishing - eBooks | Read eBooks online », sur self.gutenberg.org (consulté le )
  2. http://www.navy.mil.ph/history.php#related
  3. a et b (en) Jeannette I. Andrade, « PH Navy vessel docks at Pagasa Island port », sur globalnation.inquirer.net (consulté le )
  4. a et b Victor Martin, « AFP: Mavulis Island secure from foreign poachers », sur philstar.com (consulté le )
  5. Jaime Laude, « AFP marks anniversary of Benham Rise renaming », sur philstar.com (consulté le )
  6. (en-US) Xavier Vavasseur, « Philippine Coast Guard OPV BRP Gabriela Silang Arrived in Manila », sur Naval News, (consulté le )
  7. (en) Frances Mangosing, « Philippine Navy ships deployed in Oman to stay put », sur globalnation.inquirer.net (consulté le )
  8. (en) Frances Mangosing, « PH Navy chief says maritime militias to serve as ‘force multipliers’ in West Philippine Sea », sur INQUIRER.net, (consulté le )
  9. (en) « PH Navy defends plan to deploy militia to West Philippine Sea to counter China’s », sur cnn (consulté le )
  10. (en) Frances Mangosing, « 7 ageing PH Navy ships, too costly to maintain, to retire in 2021 », sur INQUIRER.net, (consulté le )
  11. (en-GB) « Philippines to boost Spratly tourism », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. (en) Share et Twitter, « AFP chief Santos visits oil fields off Palawan », sur www.pna.gov.ph (consulté le )
  13. (en) Share et Twitter, « Navy stations troops at retired gas platforms off Palawan », sur www.pna.gov.ph (consulté le )
  14. (en-US) « PH begins runway repairs at Pag-asa », sur The Manila Times (consulté le )
  15. (en-US) « Counter-Coercion Series: Scarborough Shoal Standoff », sur Asia Maritime Transparency Initiative, (consulté le )
  16. (en) Frances Mangosing, « Wescom says Chinese warship readied guns vs PH Navy ship in PH territory », sur globalnation.inquirer.net (consulté le )
  17. (en-US) « Implications of the Recent Philippines-China Naval Stand-Off », sur Asia Maritime Transparency Initiative, (consulté le )
  18. (en) « Navy hoists Philippine flag in Mavulis Island »
  19. (en) Frances Mangosing, « PH steps up patrols in WPS as China thrashes protests vs incursions », sur INQUIRER.net, (consulté le )
  20. http://www.uscg.mil/acquisition/newsroom/pdf/CG9newsletterMay11.pdf
  21. (en) Share et Twitter, « Towards a more shipshape, capable PH Navy », sur www.pna.gov.ph (consulté le )
  22. http://www.philstar.com/headlines/2014/01/17/1279920/philippine-navy-eyes-2-more-warships
  23. (en) J. C. Gotinga, « PH to buy 2 navy corvettes from South Korea, may receive 2 more », sur Rappler (consulté le )
  24. (en) J. C. Gotinga, « Military drill showcases PH’s first amphibious assault vehicles », sur Rappler (consulté le )
  25. (en) Share et Twitter, « 3 more PN assault craft fitted with Spike-ER missiles this year », sur www.pna.gov.ph (consulté le )
  26. (en) Jeannette I. Andrade, « Navy eyes Israeli fast patrol boats », sur INQUIRER.net, (consulté le )
  27. (en) Share et Twitter, « PH Navy eyes to acquire Israeli-made patrol boats », sur www.pna.gov.ph (consulté le )
  28. (en) Dale G. Israel, « Austal tapped to build PH Navy ships », sur business.inquirer.net (consulté le )
  29. David Pugliese, Ottawa Citizen, « AgustaWestland Signs Helicopter Contract With Philippine Navy, Provides Thai Army With New Helicopters », sur ottawacitizen.com, (consulté le ).
  30. Mariama Diallo, « Finmeccanica signe un contrat de 100 millions d'euros avec la marine philippine pour des AW159 », sur http://www.journal-aviation.com/, (consulté le ).
  31. « Livraison des AW159 « Wildcat » aux Philippines ! », sur avia news, (consulté le ).
  32. (en) Share et Twitter, « JMSDF to give PH Navy more TC-90 planes », sur www.pna.gov.ph (consulté le )
  33. « Philippines to acquire 8 TC-12B Hurons, to convert to Maritime Patrol Aircraft », sur Asia Pacific Defense Journal (consulté le )
  34. (en) Share et Twitter, « Submarine acquisition among Navy's priorities », sur www.pna.gov.ph (consulté le )
  35. (en-US) Prashanth Parameswaran, « Philippines Submarine Quest: What’s in the French Option? », sur thediplomat.com (consulté le )
  36. (en) Department of National Defense - Philippines, « Contract for acquisition of Naval Helicopters signed », sur Facebook, (consulté le )
  37. (en) « PH Navy gets first advanced unmanned aerial system from US », sur cnn (consulté le )
  38. Du nom du leader révolutionnaire et premier Premier ministre des Philippines Apolinario Mabini.