Marie-Thérèse Goutmann

Marie-Thérèse Goutmann
Illustration.
Marie-Thérèse Goutmann en .
Fonctions
Sénatrice de la Seine-Saint-Denis

(9 ans, 10 mois et 1 jour)
Députée de la Seine-Saint-Denis (9e circ.)

(2 ans, 9 mois et 29 jours)
Maire de Noisy-le-Grand

(7 ans et 4 jours)
Biographie
Nom de naissance Marie-Thérèse Milhau
Date de naissance
Lieu de naissance Jouars-Pontchartrain (Yvelines, France)
Date de décès (à 83 ans)
Lieu de décès Montpellier (Hérault, France)
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique PCF
Père Jean Milhau
Profession Directrice d'école

Marie-Thérèse Goutmann, née Milhau le à Jouars-Pontchartrain et morte le à Montpellier[1],[2], est une femme politique française.

Biographie

Marie-Thérèse Milhau est la fille de Jean Milhau, artiste peintre, et d'Antoinette Gillet, avocate, administratrice civile au ministère de la Guerre. Elle est aussi la sœur de Jacques Milhau et de Denis Milhau.

Cette ancienne directrice d'école est membre du Parti communiste français[3], dont elle a été membre du comité central et du bureau politique.

Elle siège au Sénat dans le groupe communiste[4] en tant que sénatrice de la Seine-Saint-Denis de 1968[5] à 1978. Présidente du groupe de 1975 à 1978, elle est la première femme à présider un groupe parlementaire en France[3].

Marie-Thérèse Goutmann est par la suite députée de 1978[6],[7] à 1981. Lors de ce mandat, elle exerce la fonction de vice-présidente de l'Assemblée nationale.

Élue maire de Noisy-le-Grand en 1977, elle est battue par une liste conduite par Françoise Richard (RPR, 52,96 %) lors des élections municipales partielles de 1984, consécutives à l'annulation du scrutin de mars 1983 qui l'avait reconduite par 7 647 voix contre 7 497 pour sa concurrente, le conseil municipal ayant été dissout par le Conseil des ministres le à la suite d'une décision du Conseil d'État inversant les résultats en raison d'une fraude électorale mais n'annulant pas son élection en tant que maire[8],[9]. Elle est alors condamnée à une année d'inéligibilité[3].

Notes et références

  1. « Marie-Thérèse Goutmann, une pionnière en politique », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  2. Maxime Fieschi, « L'ex-maire Marie-Thérèse Goutmann est décédée : A la tête de la ville entre 1977 et 1984, la militante du Parti communiste sera enterrée aujourd'hui à Sète (Hérault) », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne).
  3. a b et c Maxime Fieschi, « L'ex-maire Marie-Thérèse Goutmann est décédée », leparisien.fr, (consulté le 13 novembre 2016)
  4. « Mme. Goutmann succède à Jacques Duclos à la tête du groupe communiste au sénat », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  5. « Cinq sièges sont occupées par des femmes », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  6. A. R., « Mme Goutmann (P.C.) conserve le siège qu'elle avait conquis le 19 mars Elle devance M. Valenet (R.P.R.) de 1096 voix : En recueillant 50,85 % des suffrages exprimés Mme Marie-Thérèse Goutmann devance M. Raymond Valenet de 1 096 voix (1,71 %) et conserve le siège de la neuvième circonscription de la Seine-Saint-Denis qu'elle avait conquis, le 19 mars dernier, en battant son adversaire gaulliste de 116 voix (0,11 %). Elle est ainsi confirmée dans son succès, qui avait été annulé, le 7 juin, par le Conseil constitutionnel à la suite de certaines " irrégularités " commises par ses militants au cours de la campagne électorale (le Monde du 10 juin) », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  7. « " Une victoire contre le pouvoir giscardien " déclare M. Georges Marchais », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  8. Journal Officiel du 31/03/1984 contenant le décret du 30/03/1984 portant dissolution du conseil municipal de Noisy-le-Grand, consulté le 25 juin 2016
  9. Michel Kajman, « La gauche perd la municipalité de Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis) », Le Monde, 8 mai 1984, consulté le 25 juin 2016

Annexes

Article connexe

Liens externes

  • Ressources relatives à la vie publique : Sénat • Base Sycomore