Marie-Josèphe Réchard

Marie-Josèphe Réchard
Description de l'image Marie-Josephe RECHARD.jpg.
Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Naissance
Cholet
Décès
Nationalité Drapeau de la France Française
Activité principale
Présidente du comité local de l'UFSF de Niort.

Marie-Josèphe Réchard (née Marie-Josèphe Sigonneau le – morte le ) est une féministe française œuvrant principalement dans l'Ouest.

Biographie

Marie-Josèphe est élevée dans une famille se composant de 5 enfants par sa mère catholique, Joséphine Vincent, épouse de Victor Sigonneau, directeur d'une école publique à Cholet[1].

En 1919, elle épouse Camille Réchard, ancien militaire blessé et amputé du bras droit lors de la Première Guerre mondiale. Elle donnera naissance à huit enfants[2] (Josèphe, Camille, Louis, Marc, Marie-France, Noëlle, Marie-José et José-Maria).

Elle est une féministe aux convictions pacifistes et à la ferveur catholique, de l'entre deux guerres. Elle agit au sein de l'association suffragiste Union française pour le suffrage des femmes (UFSF) en tant que présidente du comité local de Niort (élue en 1927), déléguée départementale des Deux-Sèvres et présidente de fédération régionale de l'Ouest (1932). Cette association a pour objectif l'obtention des droits civiques des femmes[3]. La candidature de Marie-Josèphe Réchard à la présidence du groupe de Niort de l'UFSF est soutenue par Cécile Brunschvicg[4].

Marie-Josèphe Réchard milite également à la Ligue française pour le relèvement de la moralité publique qui lutte contre la prostitution réglementée et la traite des femmes[3].

Elle meurt le .

Les archives de Marie-Josèphe Réchard sont conservées au Centre des archives du féminisme à l'université d'Angers[5] depuis 2011.

Références

  1. Christine Bard et Sylvie Chaperon, Dictionnaire des féministes : France, XVIIIe-XXIe siècle (ISBN 978-2-13-078720-4 et 2-13-078720-7, OCLC 972902161, lire en ligne), p. 1197
  2. BARD, Christine, Les filles de Marianne, Paris, Fayard, 2001
  3. a et b Inventaire du fonds Marie-Josèphe Rèchard du Centre des Archives du Féminisme (BU Angers)
  4. FORMAGLIO, Cécile, « Féministe d'abord : Cécile Brunschvicg (1877-1946), Rennes, PUR, 2014.
  5. Centre des archives du féminisme : fonds d'archives de Marie-Josèphe Réchard, 29 AF, .

Bibliographie

  • Bard Christine, Les filles de Marianne. Histoire des féminismes 1914-1940, Paris : Fayard, 2001.
  • Klejman Laurence, Rochefort Florence, L’égalité en marche. Le féminisme sous la Troisième République, Paris : Presses de la Fondation nationale des sciences politiques et éditions Des Femmes, 1989.
  • Pontier Marie-Claire, Le XXe siècle en Deux-Sèvres, Geste éditions, 2000.