Mariage d'amitié

Mariage d'amitié

Le mariage d'amitié est une forme de mariage (zawaj al-asdiqa’) qui prend son nom de boy-friend ou girl-friend proposé par le cheikh yéménite Abd-al-Majid Al-Zandani, fondateur et président de l'Université Al-Iman à Sanaa.

Explication

Abd-al-Majid Al-Zandani constate que les jeunes musulmans peuvent avoir des rapports sexuels dans le cadre d’un mariage entre amis, en attendant qu’ils puissent acquérir les moyens matériels pour vivre leur vie matrimoniale en commun. Il s’agit d’un mariage à durée illimitée, mais sans nécessité d’avoir un domicile à disposition de la femme. Mahomet avait conclu un mariage avec Aicha à l’âge de six ans mais ne l’a reprise dans sa maison qu’après l’âge de neuf ans. De même, il a épousé Um Habibah alors que cette dernière se trouvait en Éthiopie. La femme peut renoncer au domicile de sa propre volonté.

Ce mariage ne peut se faire que dans les cas de nécessité, lorsque les moyens matériels pour réaliser le mariage normal ne sont pas réunis. Il s’adresse aux jeunes musulmans vivant surtout en Occident et aussi partout où la nécessité fait loi. La règle islamique selon laquelle là où il y a réalisation des intérêts des humains, il y a la loi de Dieu. La distinction de ce genre de mariage avec le mariage temporaire est que ce dernier n’a qu’un objectif sexuel et prend fin après la réalisation de cet objectif .

Critiques

Les objections autour de ce mariage concernent surtout la nomination de ce mariage d'amitié (ou friend) laissant entendre qu’il s’agit de rapports de libertinage alors qu’il est possible de trouver un terme juridique approprié acceptable en droit musulman.

Certains cependant ont estimé qu’il s’agit effectivement d’une solution idéale au phénomène des vieilles filles et vieux garçons et aux frais excessifs du mariage. On estime que ce mariage est valide tant qu’il n’est pas lié à un terme. Les jeunes se marient entre eux pendant les études, se rencontrent à la maison une fois par semaine et les parents assument leurs responsabilités financières jusqu'à ce que le couple puisse vivre de manière indépendante.

Ce genre de mariage existe au Maroc[réf. nécessaire]. Certains experts musulmans[Par exemple ?] pensent que ce mariage est nul parce qu’on doit se soumettre au droit musulman et non pas soumettre le droit musulman à nos désirs et nos circonstances. D’autres estiment que ce mariage ressemble au mariage avec l’intention de divorcer lorsque le jeune revient dans son pays.

Même si ce mariage est valide du point de vue juridique, ce nom risque d’inspirer une légalité de la relation telle qu’elle est connue en Occident, alors qu’elle n’a aucun fondement islamique légal. Nous[Qui ?] considérons qu’il n’y a aucun empêchement à ce qu’un jeune homme contracte un mariage avec une jeune femme avec laquelle il vit, au sein de sa famille et chez laquelle il va régulièrement.

Le jeune couple peut vivre pleinement sa vie commune sans aucun problème. Mais donner à ce mariage le nom de l’amitié (friend) laisserait supposer une relation similaire à celle que peuvent avoir des concubins ce qui est interdit en Islam.