Marcelo Rebelo de Sousa

Marcelo Rebelo de Sousa
Illustration.
Marcelo Rebelo de Sousa en 2017.
Fonctions
Président de la République portugaise
En fonction depuis le
(5 ans, 1 mois et 16 jours)
Élection 24 janvier 2016
Réélection 24 janvier 2021
Premier ministre António Costa
Prédécesseur Aníbal Cavaco Silva
Président du Parti social-démocrate

(3 ans, 1 mois et 2 jours)
Prédécesseur Fernando Nogueira
Successeur José Manuel Durão Barroso
Ministre des Affaires parlementaires

(11 mois et 28 jours)
Premier ministre Francisco Pinto Balsemão
Gouvernement VIIIe constitutionnel
Prédécesseur Francisco Pinto Balsemão
Successeur António de Almeida Santos
Secrétaire d'État à la présidence du
Conseil des ministres

(9 mois et 8 jours)
Premier ministre Francisco Pinto Balsemão
Gouvernement VIIIe constitutionnel
Prédécesseur José Luís da Cruz Vilaça
Successeur Leonor Beleza
Biographie
Nom de naissance Marcelo Nuno Duarte Rebelo de Sousa
Date de naissance (72 ans)
Lieu de naissance Lisbonne (Portugal)
Nationalité portugaise
Parti politique PPD/PSD (jusqu'en 2016)
Indépendant (depuis 2016)
Diplômé de Université de Lisbonne
Profession Professeur de droit
Journaliste
Religion Catholicisme
Résidence Palais de Belém, Lisbonne

Signature de Marcelo Rebelo de Sousa

Marcelo Rebelo de Sousa
Présidents de la République portugaise

Marcelo Rebelo de Sousa (/mɐɾˈsɛlu ʁɨˈbelu dɨ ˈsozɐ/[1], né le à Lisbonne) est un juriste, journaliste et homme d'État portugais. Ancien membre du Parti social-démocrate (centre droit), il est président de la République depuis le .

Fils d’un ministre de l’Estado Novo, il commence une carrière universitaire comme professeur à la faculté de droit de l’université de Lisbonne. Élu député membre de l’Assemblée constituante en 1975, il contribue à la rédaction de la Constitution de la République portugaise adoptée l'année suivante.

Proche collaborateur de Francisco Pinto Balsemão, dont il est l’un des ministres entre 1981 et 1983, il est élu président du Parti social-démocrate en 1996, étant à la tête de l'opposition parlementaire jusqu'en 1999.

Il est membre du Conseil d’État de 2000 à 2001 et se voit de nouveau nommé membre de cette institution consultative par le président Aníbal Cavaco Silva en 2007.

Parallèlement à son parcours politique, il entre dans le journalisme en cofondant l’hebdomadaire Expresso tout en travaillant comme analyste politique pour les chaînes RTP et TVI. Cette activité de chroniqueur contribue à sa notoriété publique et sa popularité.

Candidat à l’élection présidentielle de 2016, il est élu dès le premier tour et commence son mandat par une cohabitation avec le gouvernement dirigé par le socialiste António Costa. Il est réélu président au premier tour de scrutin en 2021.

Situation personnelle

Jeunesse, études et mariage

Marcelo Nuno Duarte Rebelo de Sousa naît le à Lisbonne ; il est le fils de Baltasar Rebelo de Sousa, professeur de médecine et plusieurs fois ministre de l'Estado Novo et de l'épouse de celui-ci, Maria das Neves Fernandes Duarte. Filleul de Marcelo Caetano, c'est en hommage à celui-ci que son père l'a prénommé Marcelo.

Conformément à l'attente de ses parents, il entame des études de droit à l'université de Lisbonne, où il obtient sa licence en 1971, puis, plus tard, son doctorat en droit et sciences politiques en 1984. Il se spécialise dans deux branches, le droit administratif et le droit constitutionnel, ce qui lui permet d'acquérir la qualité d'enseignant. Il commence sa carrière sous l'Estado Novo, régime que son père a loyalement servi, avant de devenir, plus tard, journaliste et avocat, sans mettre un terme à sa carrière dans l'enseignement supérieur.

De son mariage avec Ana Cristina Caeiro da Motta Veiga, qu'il a épousée en 1972 et dont il est désormais séparé, Marcelo Rebelo de Sousa est le père de deux enfants prénommés Nuno, né en 1973, et Sofia, née trois ans plus tard. Il a pour actuelle compagne la juriste Rita Amaral Cabral.

Carrière universitaire

Jusqu'à son investiture à la présidence de la République portugaise en 2016, Marcelo Rebelo de Sousa a exercé plusieurs fonctions au sein de la faculté de droit de l'université de Lisbonne : ainsi, il a été successivement président du conseil d'administration entre 1985 et 1989, président de l'Institut de Coopération juridique de 2004 à 2005, président du Conseil pédagogique de 2006 à 2010 et enfin président de l'Institut des sciences juridiques et politiques de 2005 à 2016.

Enseignant à la faculté de droit de l'université catholique portugaise, il a également été professeur invité de l'École d'économie de l'université nouvelle de Lisbonne et a présidé le comité d'installation de la faculté de droit de l'université de Porto de 1995 à 1996 puis de 2001 à 2003. Outre les diplômes acquis à l'issue de ses études supérieures, il est également docteur honoris causa de l'université de Porto.

Parcours politique

Bras droit de Francisco Pinto Balsemão

Parallèlement à ses activités d'avocat et de journaliste, Marcelo Rebelo de Sousa entame une carrière politique dans les années 1970 ; élu député sous les couleurs du Parti populaire démocratique, il siège à l'Assemblée de la République et contribue à la rédaction de la Constitution, en 1976.

Plus tard, au mois de , il est nommé secrétaire d'État à la présidence du Conseil dans le gouvernement de son ami Francisco Pinto Balsemão, avec lequel il a fondé et codirigé l'hebdomadaire Expresso. Quelques mois plus tard, il est désigné ministre des Affaires parlementaires par le Premier ministre qui lui confie, avec ce portefeuille, la mission de coordonner les discussions entre la majorité parlementaire et le gouvernement ; Rebelo de Sousa n'occupe ces fonctions que jusqu'en .

En 1989, il est investi par le Parti social-démocrate pour l'élection municipale de Lisbonne ; candidat à la mairie de la capitale, il est toutefois vaincu par le socialiste Jorge Sampaio mais obtient de siéger au conseil municipal, au sein duquel il dirige l'opposition.

Président du Parti social-démocrate

Logo du PPD/PSD, dont Rebelo de Sousa a été le dirigeant.

La démission de Fernando Nogueira, annoncée après la défaite d'Aníbal Cavaco Silva à l'issue de l'élection présidentielle du , la présidence du Parti social-démocrate est laissée vacante. Se portant candidat, Rebelo de Sousa prend alors la succession de Nogueira, devenant de facto le chef de l'opposition au Premier ministre socialiste, António Guterres ; il est formellement investi dans ses fonctions le , lors de l'ouverture du XVIIIe congrès du parti, qui se tient à Santa Maria da Feira. Il promet de diriger une opposition constructive, acceptant notamment de soutenir les projets de budget présentés par l'exécutif socialiste, minoritaire à l'Assemblée de la République.

Dans le même temps, il promeut l'adhésion du PPD/PSD au Parti populaire européen, qui rassemble toutes les formations situées au centre-droit de l'échiquier politique européen ; Rebelo de Sousa en est d'ailleurs le vice-président, entre 1997 et 1999.

À l'initiative de son parti, un référendum portant sur la légalisation de l'interruption volontaire de grossesse est convoqué le . Les sociaux-démocrates emmenés par Rebelo de Sousa, qui soutenaient le rejet d'une telle légalisation, remportent une courte victoire, le « non » recueillant 50,9 % des voix. Toutefois, seuls 31,8 % des électeurs ayant voté, le quorum pour la validation du référendum n'est pas atteint. Cette victoire est ensuite considérée comme un succès en demi-teinte pour la formation de centre-droit.

Alors qu'il essaie de constituer une coalition rassemblant le PPD/PSD et le Parti populaire, un désaccord l'opposant à Paulo Portas incite Marcelo Rebelo de Sousa à mettre un terme à sa présidence. L'ancien ministre des Affaires étrangères José Manuel Durão Barroso lui succède finalement, le , à la direction du PPD/PSD, quelques mois avant les prochaines élections législatives.

Élection présidentielle de 2016

Longtemps pressenti pour prétendre à la succession du président Cavaco Silva[2], Marcelo Rebelo de Sousa annonce sa candidature à l'élection présidentielle de 2016 au cours d'une réunion publique à Celorico de Basto, le . Depuis plusieurs mois, les enquêtes d'opinion le désignent alors comme le favori du prochain scrutin présidentiel. Se revendiquant indépendant de tout parti politique, il est soutenu par le PPD/PSD et le CDS-PP.

Marcelo Rebelo de Sousa lors de sa rencontre avec le pape François, au Vatican en mars 2016.

Jouissant d'une forte popularité acquise grâce à ses analyses politiques pour la télévision portugaise, Marcelo Rebelo de Sousa mène une intense campagne sans se réclamer du centre droit malgré le soutien de cette partie de l'échiquier politique. Interrogé quant à sa position à l'égard du gouvernement socialiste d'António Costa soutenu par la gauche radicale à l'Assemblée de la République s'il devait être élu, il assure qu'il n'interviendrait pas dans les affaires propres au gouvernement et, n'étant pas favorable à des « élections législatives [ayant lieu] tous les six mois », ferait en sorte que celui-ci n'ait pas un mandat abrégé par une dissolution parlementaire, prérogative propre au chef de l'État.

Le , à l'issue du premier tour de scrutin, il est élu président de la République portugaise avec 52 %. Il distance largement le candidat de centre gauche António Sampaio da Nóvoa (22,9 %) et la candidate de la gauche radicale, Marisa Matias (10,1 %). Dans son discours de victoire, le chef de l'État élu assure qu'il n'y a « aucun vaincu dans cette élection présidentielle » et promet d'être « un président libre et indépendant ». Après Aníbal Cavaco Silva, Rebelo de Sousa est le second président issu du centre droit depuis la révolution des Œillets.

Président de la République

Investiture et débuts

Le mandat présidentiel de Marcelo Rebelo de Sousa commence le . Sa présidence débute dans un contexte de « cohabitation », le gouvernement étant soutenu par une majorité de gauche à l'Assemblée de la République, sous l'autorité du Premier ministre António Costa.

Il annonce avoir choisi l'ancien Premier ministre socialiste et Haut représentant des Nations unies pour les réfugiés António Guterres, l'ancien dirigeant démocrate-chrétien António Lobo Xavier, l'ancien président du PSD Luís Marques Mendes, l'ancienne ministre de la Santé Leonor Beleza et l'écrivain Eduardo Lourenço pour intégrer le Conseil d'État[3].

Exercice du pouvoir

Élection présidentielle de 2021

Candidat à un second mandat dans le contexte de la pandémie de Covid-19, il est réélu dès le premier tour du scrutin présidentiel du 24 janvier 2021, recueillant 60,7 % des suffrages exprimés, face notamment à la socialiste Ana Gomes (13 %) et au candidat d'extrême droite André Ventura (11,9 %)[4].

Distinctions

Notes et références

  1. Prononciation en portugais du Portugal retranscrite selon la norme API.
  2. (pt) « Marcelo Rebelo de Sousa só deverá anunciar candidatura às Presidenciais em novembro », SIC Noticias,
  3. (pt) « Marcelo convida Guterres e Lobo Xavier para Conselho de Estado », Público, le .
  4. « Résultats du premier tour de l'élection présidentielle de 2021 », Público, 25 janvier 2021.
  5. (es) « Bulletin officiel de l'État », journalier,‎ (lire en ligne [PDF])
  6. (it) Saint-Siège, « Diarium Romanae Curiae », Acta Apostolicae Sedis, vol. 108, no 7,‎ , p. 820 (lire en ligne [PDF])

Annexes

Articles connexes

Liens externes