Mansour Kamardine

Mansour Kamardine
Illustration.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(2 ans, 9 mois et 18 jours)
Élection
Circonscription 2e de Mayotte
Législature XVe
Groupe politique LR
Prédécesseur Ibrahim Aboubacar

(5 ans)
Élection
Circonscription Mayotte
Législature XIIe
Groupe politique UMP
Prédécesseur Henry Jean-Baptiste
Successeur Abdoulatifou Aly
Biographie
Date de naissance (61 ans)
Parti politique RPR, UMP puis LR
Profession Avocat

Mansour Kamardine, né le à Sada (Mayotte), est un homme politique français.

Député de Mayotte de 2002 à 2007, il est à l’origine de l'abolition de la polygamie dans ce territoire de la France d'outre-mer, puis de la tenue d’un référendum sur la départementalisation de Mayotte. Il est réélu député sous l’étiquette LR en 2017.

Biographie

Mansour Kamardine est le fils de Daniel Kamardine, né en 1934 dans le village de Mangajou (commune de Sada) et lieutenant de Marcel Henry lors du combat dans les années 1960 pour le maintien de la Mayotte dans la France. Sa mère, Fatima Mansour, cultivatrice, est née en 1936 à Sada.

Il est avocat inscrit au barreau de Mayotte, barreau dont il fut bâtonnier de 1997 à 1999.

À 18 ans, il s'engage, dès sa création, au sein du RMPR (Mouvement Mahorais Pour la République), puis au RPR lors de la création de la fédération de Mayotte de ce parti politique. À 23 ans, il est élu maire de la commune de Sada lors des élections de 1983, devenant alors le plus jeune maire de France. Proche de Jacques Chirac, il poursuit son engagement après le retrait de ce dernier de la vie publique auprès d'Alain Juppé.

Candidat malheureux aux législatives de 1993, avec 44,3 % des voix au premier tour, il est élu conseiller général de Mayotte en 1994 dont il devient 1er vice-président en 2001. Il est élu député de Mayotte à sa 3e tentative lors des législatives de 2002, face au candidat UDF-MDM.

Élu député le de la XIIe législature (2002-2007), dans la circonscription de Mayotte (circonscription unique), il siège au sein du groupe UMP. Membre de la commission des affaires culturelles familiales et sociales en début de mandat, il intègre la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République à partir de 2005. Il est membre de la Délégation de l'Assemblée nationale aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes.

Il défend et obtient l'abolition de la polygamie à Mayotte par un amendement en 2003[1]. La même année, il défend et obtient également que la Constitution cite nominativement Mayotte. Fervent partisan de la départementalisation de Mayotte, il milite pour qu'une loi d'organisation d'un référendum local soit adoptée. La loi sur la consultation préalable à la départementalisation de Mayotte est adoptée en 2007 et la consultation est organisée en 2009, faisant de Mayotte le 101e département de France le .

Battu aux élections législatives du par le candidat du MDM, principalement du fait de son opposition à la polygamie[2], il poursuit son engagement pour la départementalisation de Mayotte jusqu'à l'obtention officielle du statut de département, puis se met en retrait de la vie politique jusqu'en 2016. Il retrouve les bancs de l'Assemblée Nationale en en gagnant le scrutin législatif de la 2e circonscription de Mayotte.

Il siège au sein du groupe Les Républicains dont il est le député ultramarin le mieux élu (64,6%)[3] et retrouve la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République. Alors qu'un quart des députés du groupe d'opposition Les Républicains vote contre la confiance au gouvernement d’Édouard Philippe après le discours de politique générale du Premier Ministre et que les trois quarts du groupe s'abstiennent, Mansour Kamardine est le seul membre LR à voter la confiance le [4]. Parallèlement il alerte le pouvoir exécutif sur les risques de troubles liés à la pression migratoire [5] et sur la situation sociale éducative et sanitaire [6]. Il défend l'accélération de l'élargissement du droit commun à Mayotte pour lutter contre la pauvreté l'illettrisme et le déficit d'accès au système de santé. Il se mobilise contre la signature [6] de la feuille de route franco-comorienne du vers la libre circulation des personnes entre l'Union des Comores et Mayotte [7] et est acteur du mouvement populaire de manifestation [8] qui aboutie au retrait par le gouvernement français de l'accord du [9]. Il accompagne le mouvement social de 2018 à Mayotte et considère que le plan de sortie de crise du gouvernement ne prend pas suffisamment en compte les priorités des Mahorais [10]

Son activité parlementaire [6] est essentiellement tournée vers l'intégration politique économique et sociale de Mayotte au sein de la République française et de l'Union européenne ainsi que l'accélération des politiques de rattrapage et de développement de Mayotte. Dans les secteurs régaliens, il concentre son action sur le renforcement de la lutte contre l'immigration irrégulière [11], la lutte contre l'insécurité, la reconnaissance internationale du choix des mahorais de demeurer français [12] et une augmentation notable de l'aide publique française au développement à destination des pays francophones [13], notamment de Madagascar et des Comores, pays voisins du département Mayotte. Dans les secteurs sociaux, il milite pour la réalisation de l'égalité sociale par l'alignement des dispositifs à Mayotte sur ceux de droit commun. Dans les secteurs économiques, il défend la mise en place d'une politique volontariste d'aménagement du territoire et de planification des grandes infrastructures d'intégration régionale, notamment la construction d'une piste longue à l'aéroport de Pamandzi, la transformation du port de Longoni en Grand port maritime et l'accès au haut débit numérique. Dans le domaine de l'écologie, de la lutte contre le réchauffement climatique et afin de préserver le lagon mahorais qui est un des 34 points chauds de la biodiversité mondiale, il soutient l'application à Mayotte des normes environnementales et de leurs objectifs dans le strict respect de l'agenda européen. Il est l'auteur d'une proposition de loi de rattrapage et de développement durable [14] de Mayotte qui est débattue à l'Assemblée Nationale le . Rapporteur de la commission des lois [15], il obtient le soutien des groupes Républicains, UDI, Insoumis, Communistes et les députés non inscrits[16]. Elle est rejetée à la demande du gouvernement par la majorité LREM et Modem[17].

Il est membre de la délégation aux outre-mer, de la commission spéciale d'apurement des comptes publics de la chambre basse et de la commission nationale d'évaluation des politiques de l’État outre-mer. Il est membre de l'assemblée parlementaire de la Francophonie et siège comme rapporteur au sein du bureau de la commission de la coopération et du développement [18]. Il préside le groupe d'amitié France Comores à l'Assemblée Nationale française [19].

Distinctions

  • Chevalier de la Légion d'honneur[20]
  • Chevalier de l'ordre national du Mérite
  • Auditeur de la 101ème session régionale de l'Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale (1990) [21], il est membre de l'AR27, association régionale Océan indien des anciens auditeurs de l'IHEDN.

Notes et références

  1. Loi organique n° 2007-223 du 21 février 2007 portant dispositions statutaires et institutionnelles relatives à l'outre-mer
  2. Guide encyclopédique Mayotte, par Gilles Nourault et François Perrin, Collection Encycloguide, éditions Orphie, 2012.
  3. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections législatives 2017 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Legislatives/elecresult__legislatives-2017 (consulté le 23 juin 2019)
  4. « Analyse du scrutin n° 1 - Première séance du 04/07/2017 - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le 23 juin 2019)
  5. « À Mayotte, "on est assis sur un chaudron", alerte le député Mansour Kamardine - outre-mer 1ère », outre-mer 1ère,‎ (lire en ligne, consulté le 13 juillet 2017).
  6. a b et c Assemblée Nationale, « M. Mansour Kamardine - Mayotte (2e circonscription) - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le 15 octobre 2017).
  7. Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, « Comores - Cinquième haut conseil paritaire France-Comores (12.09.17) », sur France Diplomatie : : Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères (consulté le 22 juin 2019)
  8. « A Mayotte, plusieurs milliers de personnes défilent contre la gratuité du visa entre les Comores et Mayotte - Toute l'actualité des Outre-mer à 360° », sur Toute l'actualité des Outre-mer à 360° (consulté le 22 juin 2019)
  9. Le Point magazine, « Report de la gratuité des visas entre Mayotte et les Comores », sur Le Point, (consulté le 22 juin 2019)
  10. « Mansour Kamardine, en croisade pour l’intégration de la vision des Mahorais dans les plans de l'Etat », sur Mayotte la 1ère (consulté le 22 juin 2019)
  11. « N° 1904 - Proposition de loi de M. Mansour Kamardine portant adaptations législatives aux spécificités des départements d’outre-mer de Mayotte et de Guyane soumis à une pression migratoire importante », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 22 juin 2019)
  12. « Mayotte. Le Drian : « Nous ne transigerons jamais sur la souveraineté de La France » »
  13. « Budget: L'Assemblée rejette une hausse de l'aide au développement »
  14. « N° 1907 - Proposition de loi de M. Mansour Kamardine relative à la programmation du rattrapage et au développement durable de Mayotte », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 22 juin 2019)
  15. « N° 2029 - Rapport de M. Mansour Kamardine sur la proposition de loi de M. Mansour Kamardine relative à la programmation du rattrapage et au développement durable de Mayotte (1907 rectifié). », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 22 juin 2019)
  16. « Analyse du scrutin n° 1983 - Troisième séance du 20/06/2019 - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le 23 juin 2019)
  17. « Une proposition de loi LR sur le rattrapage de Mayotte rejetée par les députés | Atlantico.fr », sur www.atlantico.fr (consulté le 23 juin 2019)
  18. « Commission de la coopération et du développement », sur Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) (consulté le 22 juin 2019)
  19. « Groupe d'amitié France-Comores - 15ème législature - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le 22 juin 2019)
  20. « Mansour Kamardine, décoré de la Légion d’honneur », sur Mayotte Hebdo, (consulté le 12 juillet 2017)
  21. Arrêté du 28 février 1990 portant désignation des auditeurs de la 101e session régionale de l'Institut des hautes études de défense nationale de Saint-Denis-de-la-Réunion (22 janvier-3 février 1990) (lire en ligne).

Voir aussi

Bibliographie

  • Mansour Kamardine, Promesses tenues! : d'une collectivité d'Outre-Mer à un département de la République, Éd. du Baobab, (lire en ligne)
  • Mansour Kamardine, Discours de la République pour Mayotte, Éditions Orphie, (ISBN 9782877633802, lire en ligne)
  • Mansour Kamardine, J'assume, Orphie, (ISBN 9782877634687, lire en ligne)
  • Mansour Kamardine, République et libertés au féminin: chatouilleuse en droit local, Ed. du Baobab, (ISBN 9782908301748, lire en ligne)
  • Rouhania Kamardine et Mansour Kamardine, La départementalisation de Mayotte expliquée à la jeunesse mahoraise: l'ultime étape, Yzâan, (ISBN 9782877634762, lire en ligne)
  • Thierry Watelet, Mansour Kamardine: Hussard Noir de la République, Éditions Orphie, (ISBN 9782877633864, lire en ligne)

Liens externes