Manifestations de 1999 à Seattle

Bataille de Seattle
Description de cette image, également commentée ci-après
La police de Seattle utilise du gaz poivre sur les manifestants.
Informations
Date 1999
Localisation Seattle
Caractéristiques
Participants Mouvement anti-mondialisation, réseau d'actions directe, ONGs, syndicats, groupes étudiants et religieux
Revendications Contre une réunion mondiale de l'une des organisations généralement associée à la mondialisation économique
Nombre de participants ~40,000
Actions Manifestations

Les manifestations de Seattle, appelé aussi émeutes de Seattle ou encore bataille de Seattle, désigne un mouvement de protestation qui a eu lieu les 29 et à Seattle, à l'occasion de la troisième conférence ministérielle de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Les négociations ont rapidement été éclipsées par l'ampleur des protestations, qui ont regroupé environ 40 000 manifestants[1]. Le sommet, qui devait permettre le lancement d'un nouveau cycle de négociations commerciales appelé « cycle du millénaire », s'achève prématurément en raison d'une mauvaise organisation et d'une gestion controversée des manifestations[2].

Impacts sur la conférence

Les manifestations ont mis en retard l'inauguration de la conférence de l'OMC à Seattle[1]. Les manifestations ont également empêché une possible prolongation de la conférence, les autorités locales s'opposant à cela à la suite des troubles générés[3]. Les manifestations ont également permises aux question du droit du travail à être abordées et négociées dans la conférence[3]. Il s'agit des premières manifestations altermondialistes d'envergure qui préfigurent les émeutes anti-G8 de Gênes de 2001. Elles ont notamment mis en avant la tactique du black bloc[4]. Avec des méthodes d'action directe, les mouvements altermondialistes parviennent pour la première fois à un tel résultat avec une couverture médiatique aussi importante. Si l'ampleur des manifestations fait échos à l'échec des négociations ayant eu lieu durant la troisième conférence ministérielle de l'Organisation mondiale du commerce, bon nombre d'observateurs pensent que les négociations auraient aboutis même sans manifestations, même si elles créent un climat très défavorable à des négociations[3]

Participants

Parmi les ONG présentes dans ces manifestations ont peut citer : Consumers International, Earthjustice, la Confédération paysanne, les Amis de la terre, Greenpeace, Humane Society of the United States, Oxfam International ou encore Sierra Club[1]. L'AFL-CIO, l'un des principaux syndicats des États-Unis, a également très largement contribuée à la mobilisation[5].

Dispositifs de maintiens de l'ordre

Paul Schell, le maire de Seattle a mis en place un couvre-feu ainsi qu'un décret d'État d'urgence, pour mettre fin aux manifestations, en appelant la Garde nationale[1]. La police a pour instruction d’ouvrir le feu au cas où les choses dégénéreraient[6]. D'importantes critique sur le manque de planification en terme de sécurité ont été émises[4]. Norm Stamper, le chef de la police locale, a démissionné à la suite des évènements et Paul Schell a perdu les primaires de son parti dans l'objectif de se faire réélir en septembre 2001[7]. Plusieurs personnes sont indemnisées à la suite de procès à la ville de Seattle et à sa police municipale à la suite des évènements[7].

Notes et références

  1. a b c et d (VanGrasstek 2013, p. 407)
  2. Patrick Sabatier, « Après les manifestations de Seattle, le sommet de l'OMC s'est achevé samedi sur un constat d'échec. La mondialisation ne tourne plus round. Les ONG crient victoire. Les négociateurs se renvoient la responsabilité du blocage. Et les pays en développement dénoncent l'égoïsme des pays riches. », sur Libération,
  3. a b et c (VanGrasstek 2013, p. 414)
  4. a et b (VanGrasstek 2013, p. 408)
  5. Gilles Senges, « Seattle, capitale de la contestation mondiale », sur Les Echos,
  6. Alexander Cockburn, « Mais que font les pacifistes américains ? », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne, consulté le 31 mars 2018)
  7. a et b (VanGrasstek 2013, p. 409)

Voir aussi

Bibliographie

  • Maude Barlow , Tony Clarke, La bataille de Seattle. Société civile contre mondialisation marchande, Fayard, 2002.
  • Fougier E, Altermondialisme, Un nouveau mouvement d’émancipation, Éditions Lignes de repère, 2004.
  • Philippe Pignarre et Isabelle Stengers, La Sorcellerie capitaliste, La Découverte, 2005.
  • François L et Huyghe FB, Contre-pouvoirs, de la société d'autorité à la démocratie d'influence, Ellipses, 2009.
  • David Solnit et Rebecca Solnit (dir.), The Battle of the Story of the “Battle of Seattle”, AK Press, 2009.
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Craig VanGrasstek, Histoire et avenir de l’Organisation mondiale du commerce, Organisation mondiale du commerce, , 716 p. (lire en ligne)

Filmographie

Lien externe