Maison Bonaparte

Maison Bonaparte
Description de cette image, également commentée ci-après
Armoiries de la maison impériale française.
Type Maison impériale
Pays Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de l'Espagne Espagne
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Flag of the Kingdom of Naples (1808).svg Royaume de Naples
Flag of the Kingdom of Westphalia.svg Royaume de Westphalie
Drapeau du Grand-duché de Toscane Grand-duché de Toscane
Titres Empereur des Français
Roi d'Italie
Roi d'Espagne
Roi de Naples
Roi de Hollande
Roi de Westphalie
Grande-duchesse de Toscane
Chef actuel Jean-Christophe Napoléon
Fondation
Proclamation du premier Empire
Napoléon Ier
Déposition
Proclamation de la IIIe République
Napoléon III

La maison impériale de France désigne la dynastie impériale française et ses branches collatérales. Elle est issue de la famille Bonaparte, une famille patricienne corse originaire d'Italie, reconnue noble en France sous l'Ancien Régime et devenue maison impériale à la suite de l'élévation de Napoléon Bonaparte à la dignité d'empereur des Français le . Trois de ses membres ont régné sur la France :

La maison Bonaparte a également régné sur plusieurs pays européens au cours du Premier Empire, dans le cadre de la politique familiale de Napoléon Ier :

Origines et histoire

Analyse génétique de la lignée paternelle

D'après une analyse génétique du docteur Gérard Lucotte, l'haplogroupe du chromosome Y (ADN-Y) de Napoléon Bonaparte est E1b1b1c (E-M34). Le chromosome Y se transmet uniquement par la lignée masculine : un père le transmet à ses fils[1]. Cet haplogroupe, rare en Europe, est surtout présent en Éthiopie et au Moyen-Orient (Jordaniens, Yéménites, Juifs, etc.)[2]. Le résultat de cette analyse ouvre de nouvelles hypothèses concernant l'origine de la famille Bonaparte, dont de lointains ancêtres pourraient être natifs du Proche-Orient ou du Caucase[3].

Des racines italiennes

Gustave Chaix d'Est-Ange écrit en 1906 : « La famille Bonaparte, anciennement Buonaparte, appartenait avant la Révolution à la noblesse de l'île de Corse où elle vint des environs de Gênes s'établir vers la fin du XVe siècle. Il est peu de familles sur l'origine desquelles les historiens soient moins d'accord ; […]. Comme le fait remarquer le comte Colonna de Cesari-Rocca dans son Armorial Corse, les noms de Bonaparte, Buonaparte, etc., furent portés en Italie au Moyen âge par un grand nombre de familles appartenant aux situations sociales les plus variées[4]. » Trois principales familles originaires respectivement de San Miniato, Sarzane et Trévise[Notes 1],[5] ont porté ce nom mais il n'est pas possible de prouver un lien généalogique entre elles.

Gustave Chaix d'Est-Ange précise que par un acte du 28 juin 1759 les Bonaparte de Corse se firent reconnaître officiellement parents par les Bonaparte de Florence, issus de ceux de San Miniato[4] : « Cette reconnaissance, étant antérieure à la grande fortune des Bonaparte de Corse, était assurément bien désintéressée de la part de ceux de Toscane. Toutefois on ne doit y attacher qu'une importance relative ; on sait, en effet, combien les actes de ce genre, dictés uniquement d'ordinaire par la complaisance ou par la courtoisie, ont peu de valeur en matière généalogique quand ils ne sont pas appuyés sur des preuves sérieuses[4] ». Il précise : « Toutefois leur point de jonction avec ceux de Toscane n'a pu encore être établi[4]. » Cette famille eut pour dernier représentant l'abbé Grégoire Bonaparte qui mourut en 1803 après avoir rencontré Napoléon Bonaparte et tenté en vain de convaincre ce dernier de favoriser la canonisation de son parent l'abbé Bonaventure Bonaparte[Notes 2],[6].

Gustave Chaix d'Est-Ange établit cependant un lien entre les Bonaparte de Corse et ceux de Sarzane, suite notamment aux travaux du comte Colonna de Cesari-Rocca ; l'histoire des Bonaparte de Corse a ainsi pu être reconstituée et la filiation à peu près suivie depuis le XIIIe siècle à Sarzane, près de Gênes, et peut-être originaire du village de San Stephano où il existait une famille de notaires du nom Bonaparte[4].

Sur la famille Bonaparte, de Sarzane, il écrit : « La descendance de Janfald [Bonaparte] occupa à Sarzane un rang distingué sans que l'on puisse affirmer toutefois qu'elle ait appartenu à la noblesse ; le nom des Bonaparte de Sarzane ne figure pas, en tout cas, au Livre d'Or de Gênes[4]. »

Généalogie de la famille Bonaparte, de Sarzane.

Selon la généalogie de la famille Bonaparte, de Sarzane (1200-1567), donnée par Napoléon III aux archives nationales de France le 13 septembre 1861, c'est de cette famille remontant à la fin du XIIe siècle que sont issus les Bonaparte de Corse[7],[Notes 3].

Le membre le plus ancien de la lignée est Gianfaldo, patricien de Sarzane, qui a vécu dans cette ville entre 1180 et 1200 et a prêté serment à l'évêque de Luni en 1219 ou 1229[8].

Le , Giovanni Bonaparte, notaire, maire de Sarzane, commissaire de Giovanni Maria Visconti en 1408 pour la Lunigiana, épouse à Lucques Isabella Calandrini, fille de Federico Calandrini, Officiale della Porta San Donato, et de Maddalena de Griffi. Isabella Calandrini est la cousine du cardinal Filippo Calandrini[9], demi-frère du pape Nicolas V[Notes 4].

La famille Bonaparte en Corse

Avec Francesco Bonaparte, la famille s'implante dès la fin du XVe siècle en Corse et plus précisément à Ajaccio[4],[10]. Francesco Bonaparte, dit « Moro ou encore Moro de Sarzane »[4] (« le Maure »), soldat dans la cavalerie génoise, et arrière-petit-fils de Giovanni Bonaparte et d'Isabella Calandrini, est mentionné dans cette ville dès 1490 comme arbalétrier[4]. Ses descendants, citadins et membres du Conseil des Anciens d'Ajaccio à partir de 1616, exercent principalement des fonctions de juristes et d'administrateurs pour la République de Gênes ou pour les seigneurs locaux. On comptera parmi eux des notaires, des hommes de loi, des greffiers, des militaires (mercenaires, arbalétrier, soldat)[4]. Elle siégera au conseil des Anciens d'Ajaccio[4]. La famille Bonaparte s'alliera à des familles occupant des charges similaires (de Castelletto, Lubera)[4].

À partir de la fin du XVIe siècle, les Bonaparte tissent des parentés avec les familles seigneuriales du sud de la Corse[10],[11] dont ils revendiqueront systématiquement l'ascendance lors de leurs demandes de reconnaissance de noblesse[12].

Gustave Chaix d'Est-Ange écrit : "Guiseppe Bonaparte s'apparenta à toute la vieille noblesse de l'île par le mariage qu'il contracta en 1682 avec Maria, fille de Guglielmo, coseigneur de Bozzi."[4] Il cite également les principales alliances de la famille Bonaparte sous l'Ancien Régime, à savoir : Colonna de Bozzi (1682), d'Ornano, Ramolino di Coll'Alto (1767)[4]. L'arbre généalogique de la famille Bonaparte est de fait bien fourni en figures de l'histoire de la Corse : par les alliances et parentés de sa famille Napoléon Bonaparte est ainsi un descendant de :

Les Bonaparte sont alliés à la famille d'Ornano[13], à laquelle se rattache Sampiero Corso, grande figure nationaliste mort en 1567, et marié à Vannina d'Ornano : leur fils, Alphonse d'Ornano a été maréchal de France. Sampiero Corso est connu pour avoir conquis la Corse (reprise à la République de Gênes) avec l'aide du roi Henri II de France, ouvrant ainsi la première période française de l'Histoire corse, de 1553 à 1559.

Napoléon Bonaparte, de surcroît, cousine avec Sebastiano Costa, petit-fils d'une Bonaparte, filleul d'une Bonaparte et surtout chancelier de Théodore de Neuhoff (roi de Corse pendant sept mois en 1736) et créateur des premiers textes constitutionnels corses en 1735-1736.

À la suite d'une ordonnance royale du , est créée une chancellerie près le conseil supérieur de la Corse, qui a pour mission de vérifier la noblesse des familles corses. Les familles souhaitant obtenir cette reconnaissance doivent fournir des pièces prouvant deux cents ans de patriciat. La famille Bonaparte remet une série de documents à cette fin, et, par un arrêt du conseil supérieur de la Corse, se voit reconnaître sa noblesse[14].

La famille « de Bonaparte » n'est donc pas une obscure famille corse mais une famille bien implantée dans les réseaux complexes de l'île[13].

Charles-Marie Bonaparte, père de Napoléon Bonaparte et descendant de Francesco Bonaparte, dit « Moro », à la neuvième génération, est à l'origine de la lignée impériale des Bonaparte.

La famille Bonaparte, maison impériale française

Son héritage corse et ses ascendants nobles n'intéressent guère Napoléon Bonaparte, qui affirme ainsi dans le Moniteur du  :

« On a mis dans les journaux une généalogie aussi ridicule que plate de la maison Bonaparte. Ces recherches sont bien puériles. À tous ceux qui demanderaient de quel temps date la maison Bonaparte, la réponse est bien facile : Elle date du 18 brumaire[15]. »

Devenue maison impériale de France à partir du , la famille Bonaparte ne puise pas sa légitimité dynastique dans ses origines et son ascendance mais dans le sénatus-consulte, le plébiscite qui s'ensuit et le sacre[16], ainsi que dans toute une mythologie reconstruite qui en appelle à la Révolution comme à Charlemagne, sur le tombeau duquel Napoléon Bonaparte se recueille le [17], et enfin en grande partie sur l'aura du premier empereur[16].

Les alliances (dynastiques et autres)

Après la chute du Premier Empire, on a tenté d'abord les alliances entre Bonaparte, souhaitées par Napoléon Bonaparte lui-même. On marie ainsi, en 1822, la princesse Zénaïde Bonaparte, fille du roi Joseph, avec son cousin germain, Charles-Lucien Bonaparte, fils du prince Lucien Bonaparte. On réitère l'expérience quatre ans plus tard, en 1826, avec sa sœur, la princesse Charlotte Bonaparte, qui épouse également un de ses cousins germains, le prince Napoléon-Louis Bonaparte, fils du roi Louis Bonaparte et de la reine Hortense de Beauharnais mariés en 1802. Enfin, on cherche à marier le futur Napoléon III avec sa cousine germaine, la princesse Mathilde Bonaparte mais le projet échoue à la suite du coup d'État avorté de Strasbourg de 1836.

Sans être des unions strictement endogames comme les précédentes, on peut aussi trouver quelques « unions napoléoniennes » entre Bonaparte et descendants des plus illustres figures du Premier Empire : la princesse Bathilde Bonaparte, petite-fille de Lucien Bonaparte, épouse ainsi Louis de Cambacérès en 1856, à la fois petit-neveu de Jean-Jacques-Régis de Cambacérès et petit-fils de Nicolas Davout ; la princesse Eugénie Bonaparte, également, arrière-petite-fille de Lucien Bonaparte, épousa Napoléon Ney en 1898, arrière-petit-fils de Michel Ney. Pour les hommes, Joachim Murat, 4e prince Murat épouse Malcy Berthier de Wagram en 1854, petite-fille du maréchal Louis-Alexandre Berthier : leur fils, Joachim Murat, 5e prince Murat, épouse quant à lui, en 1884, Cécile Ney d'Elchingen, arrière-petite-fille du maréchal Ney.

En dehors de ces unions internes, à la famille Bonaparte ou à la légende napoléonienne, les alliances contractées par les membres de la Maison impériale sont diverses. Dans la famille civile on retrouve de manière significative beaucoup d'unions avec la noblesse italienne, ainsi de la descendance de Lucien où on peut rencontrer, sur les unions avec les princes Borghese et les princes Ruspoli, des Bonaparte devenues marquise del Gallo di Roccagiovine, princesse de Prossedi, marquise Honorati, comtesse di Laviano, comtesse Primoli di Foglia, comtesse Campello della Spina, et Marie Bonaparte, qui épouse Georges de Grèce, un fils du roi des Hellènes Georges Ier de Grèce.

Par ailleurs, la maison impériale de France ne semble pas connaître de règles de « parité nobiliaire » aussi stricte que pouvait en connaître, par exemple, la maison royale de France : on peut voir Napoléon III, empereur des Français, épouser en 1853 Eugénie de Montijo, issue d'une noblesse espagnole importante sans être particulièrement prestigieuse[18]. On constate cependant dans la maison impériale quelques mariages royaux, que ce soit entre le roi Jérôme et Catherine de Wurtemberg en 1807, le prince Napoléon-Jérôme Bonaparte et Clotilde de Savoie en 1859, ou encore le prince Victor Bonaparte et Clémentine de Belgique. De même, la princesse Laetitia Bonaparte, sœur de Victor Bonaparte, épouse en 1888, le duc d'Aoste Amédée de Savoie-Carignan, éphémère roi d'Espagne entre 1870 et 1873. Cette recherche d'unions prestigieuses remonte aux premières années de l'EmpireNapoléon Ier cherche par l'union et le sang à grandir la légitimité d'une dynastie dont la particularité est d'être assise sur l'élection. Napoléon Ier lui-même épouse en 1810 Marie-Louise d'Autriche, fille de l'empereur François Ier d'Autriche.

À ces alliances on peut ajouter : Clary (1794), Tascher de la Pagerie (veuve de Beauharnais) (1796), Borghèse (1803), Bacciochi, Gabrielli, Posse, Dudley-Stuart (1824), Wyse, Honorati, Demidoff de San-Donato (1841), del Gallo de Roccagiovine (1847), Primoli (1848), Campello (1851), Ruspoli (1859), de Villeneuve-Escaplon (1882), de Moltke (1896), de Foresta (1949), de Bourbon des Deux-Siciles (1978), etc.[4].

Composition et statut

Famille impériale et famille civile

La maison impériale de France est réglementée par les constitutions impériales (sénatus-consultes du 18 mai 1804 et du 7 novembre 1852) et les statuts de la famille impériale (Premier Empire : [19] / Second Empire : [20]). Elle est composée de deux entités distinctes :

  • la famille impériale qui est composée « de la descendance légitime ou adoptive de l'Empereur [et] des autres Princes appelés éventuellement à l'hérédité par le sénatus-consulte du 7 novembre 1852, de leurs épouses, et de leur descendance légitime », selon les termes de l'article 3 du statut de 1853 ;
  • la famille civile, à l'inverse, qui réunit les membres non dynastes de la maison impériale, en l'occurrence les descendants de Lucien Bonaparte, Élisa Bonaparte (épouse Baciocchi), Pauline Bonaparte (épouse Borghèse) et Caroline Bonaparte (épouse Murat) ; la descendance de ces trois dernières est intégrée à la maison impériale grâce à l'article 3 du statut de 1806 qui stipule que celle-ci « [...] se compose [...] des princesses nos sœurs, de leurs époux et de leur descendance en légitime mariage, jusqu'au cinquième degré inclusivement [...] ». Incluse par Napoléon Ier dans la famille impériale pour certains de ses membres, ces quatre branches sont définitivement placées dans la famille civile par Napoléon III et le statut de 1853. Les branches de Élisa et Pauline sont aujourd'hui éteintes ; quant à celle issue de Caroline, elle a atteint le dernier degré d'appartenance précisé dans l'article 3.

Selon les traditions monarchiques et familiales, ainsi que selon les termes des statuts de 1806 et 1853, les épouses intègrent la maison mais non les époux ; à l'exception notable des maris des trois sœurs de Napoléon Ier.

Tous les membres de la maison impériale portent le patronyme « Bonaparte ». Cependant, les membres de la famille civile issus de Lucien sont les seuls à véritablement le porter. Les autres branches de la famille civile étant d'origine féminine, elles portent les patronymes de Baciocchi, Borghèse ou Murat ; quant à la famille impériale, elle utilise aujourd'hui le patronyme « Napoléon ». Celui-ci est le produit d'une tradition à la fois historique et familiale : dans certaines monarchies, le patronyme originel est abandonné au profit d'un patronyme dynastique (ainsi des Bourbons, utilisant pour leur branche aînée le patronyme « de France » et des Habsbourg, utilisant — même pour leurs infantes d'Espagne — le patronyme « d'Autriche ») et, au sein de l'actuelle famille impériale, descendant du roi Jérôme, l'habitude a été prise d'utiliser « Napoléon » par analogie avec le titre de « prince Napoléon » que porte l'aîné de la famille. Cette substitution a été opérée d'autant plus facilement que, durant les années d'exil, nombre d'actes d'état civil étaient établis sur simple déclaration verbale, mais elle demeure une erreur historique. En effet, si « Napoléon » peut être considéré comme un nom dynastique, le patronyme reste, pour tous les membres de la maison impériale celui de « Bonaparte ». C'est ainsi que la mort du prince Napoléon (Louis) fut annoncée, le , comme le décès de « Son Altesse Impériale » Louis Jérôme Victor-Emmanuel Léopold Marie Bonaparte, prince Napoléon[21].

Titres et prédicats

Selon l'article 9 du sénatus-consulte du 18 mai 1804[Notes 5] et l'article 6 du sénatus-consulte du 7 novembre 1852[Notes 6], confirmé par l'article 8 de la constitution de 1870[Notes 7], les membres de la famille impériale portent le titre de « prince français », et le fils aîné de l'Empereur le titre de « prince impérial ». Ils reçoivent traitement d'« Altesse Impériale ». Quant aux membres de la famille civile, ils portent le titre de « prince » sans prédicat, excepté pour ceux ayant rang à la Cour et pour les aînés, titrés « Altesses »[21].

Joseph, Louis et Jérôme Bonaparte portent le titre de « roi », charge qu'ils exercent sous le règne de leur frère Napoléon Ier. C'est ainsi qu'on parle par exemple de la « reine Hortense » (Hortense de Beauharnais, épouse de Louis Bonaparte).

Les actuels chefs de famille portent le titre de « prince Napoléon » par tradition familiale remontant au prince Napoléon-Jérôme Bonaparte, titre qu'il a adopté avec l'accord de Napoléon III pour ne pas abandonner son prénom (Napoléon) et souligner sa qualité de « premier prince du sang »[21].

Les titres de courtoisies impériaux sont quant à eux inexistants, les rares pouvant être portés par les princes de la maison impériale étant d'origine étrangère : « prince de Montfort » (titre wurtembourgeois, Jérôme Bonaparte), « comte de Moncalieri » (titre italien, prince Napoléon (Jérôme)), « prince de Canino et Musignano » (titre romain, Lucien Bonaparte, porté par l'aîné de sa branche). Le titre de « prince Murat » est une institution héritée du maréchal Joachim Murat, titré « prince français » par Napoléon Ier ; celui de « prince de Pontecorvo » est repris d'un titre souverain donné par Napoléon Ier au fils aîné de Joachim Murat et qui désigne aujourd'hui l'aîné (et héritier) du « prince Murat »[21].

Les armoiries

Article détaillé : Armorial de la maison Bonaparte.

Sous la Révolution française, la famille Bonaparte abandonne ses armes traditionnelles (qui sont : de gueules à deux barres d'or accompagnées de deux étoiles du même, une en chef, une en pointe). Avec la proclamation de l'Empire, Napoléon Ier choisit de nouvelles armoiries, reprenant les couleurs des armes de France (azur et or), mais en substituant aux trois fleurs de lis une aigle contournée[22], c'est-à-dire tournant la tête à gauche (ou senestre en héraldique), ce qui la différencie de la plupart des aigles des autres états européens, et empiétant un foudre.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les princes de la famille impériale adoptent ensuite pour la plupart ces nouvelles armes, mais en ajoutant leurs chiffres personnels, c'est-à-dire l'initiale de leurs prénoms sur le foudre. Puis, ils portent les armes des états sur lesquels ils sont appelés à régner. Lucien Bonaparte et sa descendance conservent quant à eux les anciennes armes traditionnelles de la famille Bonaparte.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sous le Second Empire, les armoiries de l'empereur des Français, Napoléon III, chef de la famille Bonaparte, sont dans un premier temps semblables à celles du Premier Empire selon un décret du , seul change le collier de grand maître de la Légion d'honneur. Puis apparaît dans le Bulletin des lois de juin 1853 une composition similaire à la précédente mais sans le heaume[23].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Histoire du patronyme

Le nom de la famille vient du fils du membre le plus ancien de la lignée, Guglielmo, notaire et fils de Gianfaldo, qui reçut le surnom de Pace Bonaparte et transmit ce dernier à sa descendance[24]. Dans les actes anciens qui furent recensés et mis en avant par les Bonaparte pour prouver leur noblesse, le nom de la famille était presque systématiquement Bonaparte, sans u avant le o, ni particule[25]. Sur l'acte de mariage de Charles-Marie Bonaparte, celui est mentionné sous le nom de Carlo de Bonaparte (avec la particule mais sans le u avant le o). La plupart des familles nobles portant une particule en France ; même si la particule ne prouve pas la noblesse et que des familles nobles n'en portent pas, Charles-Marie Bonaparte préféra la porter et il fit donc enregistrer le nom de sa famille avec une particule puis il introduit le u devant le o afin de faire coïncider le nom de sa famille avec celui des Buonaparte de Florence. Ainsi, Napoléon, ses frères et sœurs, entrèrent dans les écoles de la noblesse française avec le nom de famille de Buonaparte. Le 8 mars 1779, alors qu'il était député de la noblesse de Corse à Versailles, Charles-Marie Bonaparte reçut une lettre avec un questionnaire de la part du juge d'armes Antoine-Marie d'Hozier de Serigny qui l'interrogeait sur son nom et à la quelle il répondit le jour même[26]. Pour justifier la particule et le u avant le o absents de la très grande majorité des actes anciens qu'il avait récupérés pour prouver sa noblesse, Charles-Marie Bonaparte pouvait mettre en avant deux faits : d'une part, un de ses ancêtres est cité sous le nom de Hieronimus de Buonaparte dans un des actes qu'il avait recensés pour faire reconnaître sa noblesse[27] ; d'autre part, les Bonaparte de Corse ayant cherché à se faire reconnaître comme parents par la famille « de Buonaparte » de Florence, censée être issue des Bonaparte de San Miniato, ils obtinrent cette reconnaissance de parenté (bien que celle-ci soit non prouvée jusqu'à ce jour) le 28 juin 1759[28],[Notes 8]. En abandonnant sous la Révolution la particule puis le u avant le o, les Bonaparte ne faisaient que reprendre l'orthographe traditionnelle du nom de la famille Bonaparte en Corse.

Depuis, bien que, comme cela se pratique dans les maisons souveraines régnantes, les actes d'état civil concernant les princes et princesses dynastes de la famille impériale ne comportèrent plus jusqu'en 1870 que les prénoms précédés du prédicat d'altesse impériale, à l'exclusion du nom patronymique, celui-ci n'en fut pas moins constamment revendiqué[29],[Notes 9] :

  • Le futur Napoléon III s'est fait élire député puis président de la République sous le nom de Louis-Napoléon Bonaparte. De même, son cousin, fils de Jérôme, s'est fait élire député sous le nom de Napoléon Bonaparte ;
  • Le Prince impérial (1856-1879), dont l'acte de naissance porte seulement les prénoms de Napoléon Eugène Louis Jean Joseph, fut inscrit sur les listes de conscription, pour le tirage au sort de 1878, sous le nom de Bonaparte ;
  • Dans son testament, rédigé le 26 février 1879, à Chislehurst, le Prince impérial affirme que « tant qu’il y aura des Bonaparte, la Cause Impériale aura des Représentants » ;
  • Le prince Jean-Christophe, né le 11 juillet 1986, est déclaré dans son acte de naissance sous le nom de Jean-Christophe Albéric Ferdinand Napoléon Bonaparte, du sexe masculin ;
  • Le 3 mai 1997, le décès du prince Napoléon a été annoncé comme étant celui de Son Altesse impériale Louis Jérôme Victor-Emmanuel Léopold Marie Bonaparte.

Survivance du patronyme dans les branches extérieures

Deux branches non dynastes et extérieures à la maison impériale (la première est une branche illégitime, la seconde une branche féminine) ont conservé le patronyme Bonaparte : les Bonaparte-Patterson et les Bonaparte-Wyse.

Généalogie

Le point de convergence dans les ascendants de la maison impériale se trouve dans le mariage (07/06/1764 à Ajaccio) de Charles Marie Bonaparte (27/03/1746 à Ajaccio – 24/02/1785 à Montpellier) et de Maria Letizia Ramolino (27/08/1750 à Ajaccio – 02/02/1836 à Rome)[30], connue sous son titre semi-officiel de « Madame, Mère de l'Empereur[32] », abrégé en « Madame Mère ».

Parmi leurs enfants, les huit survivants (cinq garçons et trois filles) donnent naissance aux huit branches de la maison impériale :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Branches dynastes (famille impériale)

Branche issue de Napoléon Ier

Napoléon Bonaparte
(1769-1821)

Cette branche fondatrice est à la fois la plus prestigieuse, avec deux empereurs et deux impératrices, et à la fois la plus courte des branches dynastes, avec seulement quatre membres.

Cette branche naît avec Napoléon Bonaparte (15/08/1769 à Ajaccio – 05/05/1821 à Jamestown)[30], général de la République, Premier consul de la République, puis empereur des Français proclamé le . Il perd le pouvoir en , le retrouve brièvement en mars 1815 avant de le perdre définitivement en juin suivant.

Napoléon Bonaparte épouse le à Paris Joséphine de Beauharnais (23/06/1763 aux Trois-Îlets – 29/05/1814 à Rueil-Malmaison) qui devient impératrice à l'avènement de son mari. Le mariage de Napoléon et de Joséphine demeure stérile, cause de leur divorce le  ; Joséphine devient alors impératrice douairière.

Napoléon Bonaparte se remarie le à Saint-Cloud avec Marie-Louise d'Autriche (12/12/1791 à Vienne – 18/12/1847 à Vienne), impératrice des Français jusqu'à la chute de l'Empire[30].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Branche issue de Joseph Bonaparte

Joseph Bonaparte
(1768-1844)

Il s'agit en fait de la branche aînée de la famille Bonaparte, rétrogradée cadette à la suite de l'avènement de Napoléon Ier, puis (de nouveau) branche aînée de 1832 à 1844. Elle se compose de quatre membres, Joseph Bonaparte, son épouse et ses deux filles. Éteinte en 1844 avec la mort de son seul représentant mâle, elle survit dans la branche non dynaste de Lucien grâce au mariage de la fille aînée avec un de ses cousins germains.

Cette branche commence (et se termine, dans les mâles) avec Joseph Bonaparte (07/01/1768 à Corte – 28/07/1844 à Florence), roi de Naples de 1806 à 1808 et roi d'Espagne de 1808 à 1813.

Il épouse Julie Clary (26/12/1771 à Marseille – 07/04/1845 à Florence) le à Cuges-les-Pins[30]. À la mort de Napoléon II en 1832, Joseph (re)devient l'aîné des Bonaparte et le chef de la famille impériale.

Du mariage de Joseph Bonaparte et Julie Clary naissent trois filles :

À la mort de Joseph Bonaparte en 1844, la branche s'éteint dans les mâles, mais le sang de ce dernier continue à couler dans les veines des enfants issus du mariage de Zénaïde Bonaparte. La branche de Louis Bonaparte lui succède à la tête de la famille impériale. Quant à celle de Joseph, elle s'éteint définitivement (dans les femmes) en 1854 avec la mort de la princesse Zénaïde Bonaparte en 1854.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Branche issue de Louis Bonaparte

Louis Bonaparte
(1778-1846)

Cette branche fournit à la France son troisième et dernier empereur avec Napoléon III. Comportant six membres, elle est l'aînée des branches de la famille impériale de 1844 à 1879.

Louis Bonaparte (02/09/1778 à Ajaccio – 25/07/1846 à Livourne) est le troisième frère de Napoléon Ier et le second dynaste ; il devient roi de Hollande de 1806 à 1810.

En 1802, le Napoléon Bonaparte, alors Premier consul, le pousse à se marier avec la fille de Joséphine de Beauharnais : Hortense de Beauharnais (10/04/1783 à Paris – 05/08/1837 à Salenstein)[30], ce qu'il fait le à Paris. À la mort de son frère aîné Joseph en 1844, Louis Bonaparte devient chef de la famille impériale pendant deux ans.

Le mariage forcé, et sans amour[33], de Louis Bonaparte et Hortense de Beauharnais donne trois fils :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Branche issue de Jérôme Bonaparte

Jérôme Bonaparte
(1784-1860)

Initialement privé de droits héréditaires par les articles 5[Notes 10], 6[37] et 7[Notes 11] du sénatus-consulte du 18 mai 1804[38], Jérôme Bonaparte, dernier frère de Napoléon Ier, et ses descendants sont réhabilités dans l'ordre dynastique par le sénatus-consulte du [39] : la branche de Jérôme Bonaparte devient ainsi branche aînée (et dernière survivante des branches dynastes), le  ; la famille impériale actuelle en est issue.

Le troisième et dernier frère dynaste de Napoléon Bonaparte est Jérôme Bonaparte (15/11/1784 à Ajaccio – 24/06/1860 à Massy), qui devient roi de Westphalie de 1807 à 1813 et est titré prince de Montfort en 1816 par son beau-père le roi Frédéric Ier de Wurtemberg.


Jérôme Bonaparte se marie une première fois le à Baltimore à une Américaine, Elizabeth Patterson (06/11/1785 à Baltimore – 04/04/1879 à Baltimore), dont il a un fils :

Une fois le mariage de Jérôme Bonaparte et Elizabeth Patterson invalidé par Napoléon Ier, Jérôme Bonaparte est marié le à Paris à Catherine de Wurtemberg (21/11/1783 à Saint-Pétersbourg – 29/11/1835 à Lausanne). Il finira sa vie gouverneur des Invalides (à partir de 1848), maréchal de France (à partir de 1850) et président du Sénat en 1852[30].

Jérôme Bonaparte et Catherine de Wurtemberg donnent naissance à trois enfants :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Branches non dynastes (famille civile)

Branche issue de Lucien Bonaparte

Branche issue d'Élisa Bonaparte

Branche issue de Pauline Bonaparte

Branche issue de Caroline Bonaparte

Chefs de la famille impériale

Querelles dynastiques

Querelle de 1879

Le prince impérial
Louis-Napoléon Bonaparte
(1856-1879)
Le prince
Napoléon-Jérôme Bonaparte
(1822-1891)
Le prince
Victor Napoléon
(1862-1926)

La première querelle dynastique éclate à la suite de la mort du prince impérial Louis-Napoléon Bonaparte, fils unique de Napoléon III, le . Par un codicille ajouté à son testament, daté du [43], l'héritier du dernier empereur à avoir régné sur la France désigne pour lui succéder le prince Victor Napoléon (1862-1926), son cousin au 6e degré, petit-fils de son grand-oncle, le roi Jérôme Bonaparte :

« Les devoirs de notre maison envers le pays ne s'éteignent pas avec ma vie ; moi mort, la tâche de continuer l'œuvre de Napoléon Ier et de Napoléon III incombe au fils aîné du prince Napoléon [...][44]. »

Par ce document, l'héritier légitime (selon la constitution de l'Empire), le prince Napoléon-Jérôme, fils du roi Jérôme Bonaparte et cousin au 5e degré du prince impérial Louis-Napoléon Bonaparte, est privé de facto de ses droits dynastiques au profit de son fils, Victor Napoléon, alors âgé de 17 ans. Cette mise à l'écart est due aux convictions radicales trop souvent exprimées par le prince Napoléon-Jérôme sous le règne de son cousin germain, Napoléon III, mais aussi à son outrancière opposition à l'impératrice Eugénie, à ses déplaisantes manœuvres après la mort de l'Empereur et à son incapacité, selon le prince impérial, à rassembler les bonapartistes autour de son nom[45].

Dans un premier temps, le testament du prince impérial Louis-Napoléon Bonaparte est ignoré, et le mouvement bonapartiste se range derrière l'héritier légitime mais les dissensions ne s'effacent pas pour autant. D'un côté, les chefs politiques du bonapartisme ont fait le choix de l'alliance avec les royalistes et les cléricaux dans une union conservatrice clairement ancrée à droite ; de l'autre côté, le nouveau chef de la famille impériale défend des convictions avancées, prônant un bonapartisme plus populaire, plus à gauche, proche du républicanisme. Ainsi, en novembre 1879, aux élections sénatoriales en Charente, le Prince Napoléon-Jérôme soutient le candidat Raoul-Duval (bonapartisme populaire) face au maréchal François Certain de Canrobert (bonapartisme clérical), ce dernier l'emportant. Une fronde commence dès lors à s'esquisser, notamment initiée par Paul de Cassagnac et Jules Amigues, bientôt rejoint par le cardinal Henri de Bonnechose (bonapartistes catholiques) et Eugène Rouher[46].

Dès 1880, la désintégration du parti est consommée à la suite des propos du prince Napoléon-Jérôme se déclarant favorable à l'expulsion des Jésuites, et opposé à l'alliance avec les monarchistes et les conservateurs. Tandis que la fronde menée par Paul de Cassagnac et Jules Amigues s'amplifie, l'aile gauche du bonapartisme se rallie à la Troisième République et l'aile droite au royalisme[46]. Très rapidement abandonné par les grandes figures du mouvement, l'héritier légitime se retrouve minoritaire. Le bonapartisme se divise dès lors entre jérômistes (minoritaires, bonapartistes républicains et sociaux) et victoriens (majoritaires, bonapartistes dynastiques et conservateurs). L'unité a tenu à peine une année.

Le prince Napoléon-Jérôme et le prince Victor Napoléon s'opposent alors, parfois violemment[47], jusqu'à la mort du premier, le . Par son testament, il déshérite son fils :

« Je ne laisse rien à Victor, mon fils aîné, c'est un traître et un rebelle, sa conduite me cause une grande douleur et un profond mécontentement. Je ne veux pas qu'il assiste à mes obsèques[48]. »

Il fait ainsi de son fils cadet, Louis Bonaparte (1864-1932), « le représentant de la cause des Napoléon […] ». Cependant, Louis, officier en Russie, ne désirant pas cette charge, et le testament étant contraire à la loi française, celui-ci est annulé. Avec le soutien de son frère, Louis, de sa sœur, Laetitia Bonaparte (également déshéritée), et de sa mère, la princesse Clotilde de Savoie (elle aussi écartée de la succession), Victor Napoléon, désormais « prince Napoléon », devient le chef légitime et incontesté de la famille impériale et l'unique incarnation du bonapartisme, un mouvement en partie désintégré à cause de cette querelle dynastique doublée d'un différend idéologique[49].

Querelle de 1997

Le prince
Jean-Christophe Napoléon
(1986)

La seconde querelle dynastique s'est ouverte en 1997 et n'est pas encore résolue. Elle se déclenche après la mort du prince Louis Napoléon (1914-1997), fils du prince Victor Napoléon, le , et l'ouverture de son testament par Me Jean-Marc Varaut, le 2 décembre suivant[50]. En effet, tout comme le prince impérial Louis-Napoléon Bonaparte avait déshérité en 1879 le prince Napoléon-Jérôme, grand-père de Louis, ce dernier déshérite également, par voie testamentaire et uniquement en ce qui concerne la succession dynastique, l'héritier légitime de la famille impériale, en l'occurrence son fils, le prince Charles Napoléon, dont il désapprouvait à la fois le divorce en 1989, le remariage en 1996 et les convictions politiques : républicain, étiqueté à gauche et autonomiste corse[51]. Louis, prince Napoléon, désigne pour lui succéder son petit-fils, Jean-Christophe Napoléon, le fils de Charles Napoléon, alors âgé de 11 ans.

Pour accomplir cet acte, le prince Louis s'appuie sur plusieurs sources juridiques du droit impérial :

« [Le chef de famille est] autorisé par le Sénatus-consulte du 7 novembre 1852, le Statut de la famille impériale du 21 juin 1853 et la Tradition à désigner dans certaines hypothèses, notamment par application de l'article 4 du Statut, l'héritier dynaste dans la famille impériale pour succéder à la dignité impériale [...][52]. »

Il invoque ici l'article 6 du Sénatus-consulte de 1852 qui stipule que :

« [les membres de la famille impériale] ne peuvent se marier sans l'autorisation de l'empereur. Leur mariage fait sans cette autorisation emporte privation de tout droit à l'hérédité [...][53]. »

Ainsi que l'article 4 du statut de 1853 qui ajoute que :

« Le mariage des membres de la famille impériale […] sera nul de plein droit, et sans qu'il soit besoin de jugement, toutes les fois qu'il aura été contracté sans le consentement formel de l'Empereur[54]. »

Enfin, il fait référence à la Tradition, rappelant ici le précédent de 1879 où le testament du prince impérial Louis-Napoléon Bonaparte avait été majoritairement approuvé et considéré comme valide (une fois l'union autour du prince Napoléon-Jérôme consommée)[46]. Mais cette invocation de l'Histoire de la dynastie ne doit pas occulter que le prince Louis fonde la légalité de son acte sur l'application des dispositions constitutionnelles relatives au mariage des membres de la famille impériale.

Bien que républicain et donc étranger aux querelles dynastiques (selon ses propres termes), le prince Charles Napoléon conteste le testament de son père Louis et estime être le chef légitime de la famille impériale, invoquant les lois actuelles de la République française concernant le divorce pour invalider un testament bâti sur les lois et statuts de l'ère impériale[50]. Charles Napoléon a également toujours affirmé que cette querelle ne troublerait en aucun cas ses relations avec son fils, Jean-Christophe Napoléon, chef de famille désigné. Cette querelle ne divise pas profondément les bonapartistes, devenus très minoritaires dans le paysage politique français : les bonapartistes dynastiques, ultra-minoritaires, reconnaissent Jean-Christophe Napoléon comme prétendant au trône, Charles Napoléon déclarant de toute manière ne pas l'être ; quant aux bonapartistes républicains, ils se désintéressent d'une question de droit héréditaire et de l'identité du chef de famille[55].

La princesse Alix de Foresta, veuve du prince Louis est la principale représentante de la famille impériale[56], ayant exercé comme une sorte de régence durant la minorité de son petit-fils Jean-Christophe Napoléon. Depuis quelques années maintenant, on voit le prince Jean-Christophe dans la plupart des commémorations napoléoniennes[57],[58],[59],[60], en qualité de prince Napoléon, en application des dispositions testamentaires de son grand-père. Charles Napoléon, quant à lui, publie régulièrement des ouvrages sur son illustre ancêtre.

Ordre de succession actuel

L'ordre de succession au trône impérial de France se résume aujourd'hui à seulement deux personnes : Jean-Christophe Napoléon, né en 1986, actuel chef de famille, et Jérôme Napoléon, né en 1957, oncle du précédent.

Liste des chefs de famille successifs

Les chefs de famille ayant régné sur la France sont indiqués en gras alors que ceux qui n'ont pas prétendu au rétablissement du trône impérial sont indiqués en italique.

Les titres portés actuellement par les membres de la famille Bonaparte sont des titres de courtoisie. Ils sont traditionnellement admis mais n’ont aucune d’existence juridique, le « chef de la maison impériale » n’ayant pas, au regard des lois de la République, la faculté d’octroyer des marques d’honneur et de distinction ou des titres.

Portrait Nom Période Notes
Napoléon Ier Heraldic Crown of the First French Empire.svg
Napoléon Ier
Napoléon Bonaparte
(15/08/1769-05/05/1821)
18041821 Proclamé empereur des Français le , il abdique une première fois le avant de revenir sur le trône, le  ; il est de nouveau contraint d'abdiquer le . Il finit sa vie en exil, sur l'île de Sainte-Hélène.
Napoléon II Imperial Crown of Napoleon Bonaparte.png
Napoléon II
Napoléon François Joseph Charles Bonaparte
(20/03/1811-22/07/1832)
18211832 Brièvement proclamé empereur des Français après chaque abdication de son père, il doit laisser le trône à Louis XVIII. Il finit ses jours en Autriche, sous le titre de duc de Reichstadt, sans jamais avoir pris la tête du mouvement bonapartiste.
Joseph Bonaparte Joseph Bonaparte
Joseph Napoléon Bonaparte
(07/01/1768-28/07/1844)
18321844 Frère aîné de Napoléon Ier, il devient, à la mort de son neveu, l'Aiglon, le chef légitime de la famille impériale. Cependant, il ne revendique pas le trône et ne prend pas la tête du mouvement bonapartiste.
Louis Bonaparte Louis Bonaparte
Louis Napoléon Bonaparte
(02/09/1778-25/07/1846)
18441846 Frère cadet de Napoléon Ier, il devient, à la mort de son frère, Joseph, le chef légitime de la famille impériale. Tout comme son prédécesseur, il ne revendique pas le trône et ne prend pas la tête du mouvement bonapartiste.
Napoléon III Imperial Crown of Napoleon Bonaparte.png
Napoléon III
Charles Louis-Napoléon Bonaparte
(20/04/1808/09/01/1873)
18461873 Fils de Louis Bonaparte, il est élu président de la République le puis mène un coup d'État en 1851, rétablissant l'Empire l'année suivante. Son pouvoir s'écroule après le désastre de Sedan et la défaite face à la Prusse en 1870.
Le prince impérial Louis-Napoléon Bonaparte
Napoléon Eugène Louis Jean Joseph Bonaparte
(16/03/1856-01/06/1879)
18731879 Prince impérial, fils de Napoléon III et de l'impératrice Eugénie, il succède à son père en 1873 avant de mourir six ans plus tard, en Afrique du Sud ; les bonapartistes le reconnaissaient sous le nom de Napoléon IV.
Le prince Napoléon (Jérôme) Napoléon-Jérôme Bonaparte
Napoléon Joseph Charles Paul Bonaparte
(09/09/1822-17/03/1891)
Querelle
dynastique


18791891
Fils de Jérôme, dernier frère de Napoléon Ier, le testament du prince impérial le prive de ses droits héréditaires, mais, aîné des Bonaparte, il s'estime chef légitime de la famille impériale. Ses quelques partisans monarchistes le reconnaissent comme Napoléon V.
Le prince Victor Napoléon Victor Bonaparte
Napoléon Victor Jérôme Frédéric Bonaparte
(18/07/1862-03/05/1926)
Fils du prince Napoléon (Jérôme) et de la princesse Clotilde, il est désigné par le testament du prince impérial pour lui succéder. Il se réclame activement chef de la Maison impériale de France à partir de mai 1884, après avoir rompu avec son père. Ses partisans, majoritaires parmi les bonapartistes, le reconnaissent alors comme Napoléon V.
Le prince Victor Napoléon Victor Napoléon
Napoléon Victor Jérôme Frédéric Bonaparte
(18/07/1862-03/05/1926)
18911926 À la mort de son père, il devient le chef légitime et incontesté de la famille impériale, héritant du titre de prince Napoléon.
Le prince Louis Napoléon Louis Napoléon
Louis Jérôme Victor-Emmanuel Léopold Marie Bonaparte
(23/01/1914-03/05/1997)
19261997 Fils du prince Victor et de la princesse Clémentine, il succède à son père en 1926 et préside aux destinées de la famille impériale pendant 71 ans. Certains bonapartistes dynastiques peuvent le considérer comme Napoléon VI.
Image indisponible Charles Napoléon
Charles Marie Jérôme Victor Napoléon
(19/10/1950)
« Querelle
dynastique »


depuis 1997
Fils du prince Louis, le testament de son père le prive de ses droits dynastiques ; il se considère comme l'aîné des Bonaparte, sans être toutefois prétendant au trône par conviction républicaine. Il reconnaît son fils comme légitime chef de la Maison impériale, sans jamais l'avoir cependant déclaré par acte officiel.
Le prince Jean-Christophe Napoléon Jean-Christophe Napoléon
Jean-Christophe Louis Ferdinand Albéric Napoléon
(11/07/1986)
Petit-fils du prince Louis et fils du prince Charles, il devient chef de la famille impériale en 1997 par le testament de son grand-père. Les bonapartistes dynastiques le reconnaissent comme Napoléon VI ou Napoléon VII, voire Napoléon VIII si son père est intégré dans le décompte.

Sources

Notes et références

Notes

  1. Les Bonaparte de Trévise ont fourni des podestats à Vérone et Padoue. Elle s'éteignit en 1397 avec Servadius Bonaparte, prieur des chevaliers Gaudens.
  2. L'abbé Grégoire Bonaparte légua ses biens à Napoléon Bonaparte qui les céda à un établissement public de Florence.
  3. La filiation est établie sur pièce à partir de Gianfaldo né et demeurant à Sarzane à la fin du XIIe siècle.
  4. Ser Giarente Calandrini, de Sarzane a épousé Andreola Tomeo dei Bosi veuve de Bartolomeo Lucando, alias Parentuccelli dont elle avait eu Nicolas V.
  5. Article 9.
    • Les membres de la famille impériale, dans l'ordre de l'hérédité, portent le titre de Princes français.
    • Le fils aîné de l'Empereur porte celui de Prince impérial.
  6. Article 6. Les membres de la famille impériale appelés éventuellement à l'hérédité et leurs descendants, portent le nom de princes français. Le fils aîné de l'empereur porte le titre de prince impérial.
  7. Article 8. Les membres de la famille impériale appelés éventuellement à l'hérédité prennent le titre de princes français. Le fils aîné de l'empereur porte le titre de prince impérial
  8. La famille de Buonaparte de Florence avait été elle-même reconnue patricienne le 28 mai 1757 par un extrait de lettres de noblesse du grand-duc de de Toscane.
  9. Durant les années de la loi d'exil des chefs de famille ayant régné sur la France et de leur héritier, entre 1886 et 1950, nombre d'actes d'état civil, naissances, mariages, décès, furent rédigés à l'étranger (Belgique : Bruxelles – Italie : Rome, Moncalieri) sur déclarations verbales. C'est ainsi que fut parfois, sans justification légale, substitué Napoléon à Bonaparte comme nom patronymique.
  10. Article 5. - À défaut d'héritier naturel et légitime ou d'héritier adoptif de Napoléon Bonaparte, la dignité impériale est dévolue et déférée à Joseph Bonaparte et à ses descendants naturels et légitimes, par ordre de primogéniture, et de mâle en mâle, à l'exclusion perpétuelle des femmes et de leur descendance.
  11. Article 7. - À défaut d'héritier naturel et légitime et d'héritier adoptif de Napoléon Bonaparte ; - À défaut d'héritiers naturels et légitimes de Joseph Bonaparte et de ses descendants mâles ; - De Louis Bonaparte et de ses descendants mâles ; - Un sénatus-consulte organique, proposé au Sénat par les titulaires des grandes dignités de l'Empire, et soumis à l'acceptation du peuple, nomme l'Empereur, et règle dans sa famille l'ordre de l'hérédité, de mâle en mâle, à l'exclusion perpétuelle des femmes et de leur descendance.
  12. Fille de Gottfried Waldner von Freundstein (26/02/1757 à Wuenheim – 04/10/1818 à Mulhouse), comte de Waldner de Freundstein, homme politique, conseiller général, député du Haut-Rhin, et de Friederike von Stein zu Nord- und Ostheim (1767-1797).
  13. Fille de Frédéric Ier de Wurtemberg (06/11/1754-30/10/1816) et de Auguste Karoline Friederike Luise von Braunschweig-Wolfenbüttel (03/12/1764 à Brunswick – 27/09/1788).
  14. Fille de Bernardo Pecori-Giraldi.
  15. a une relation avec Adélaïde Mélanie Denizot (1788-1844) ; mariage avec (24/12/1803 à Baltimore – 11/03/1805) « Betsy » Elizabeth Patterson (06/11/1785 à Baltimore – 04/04/1879 à Baltimore) ; relation avec Diana Waldner Von Freundstein[Notes 12] (25/01/1788-18/12/1844) ; relation avec ? ; mariage (22/08/1807 à Paris) avec Friederike Katharina Sophie Dorothea Von Wurtemberg[Notes 13] (21/11/1783 à Saint-Pétersbourg – 29/11/1835 à Lausanne), dite « Catherine de Wurtemberg », duchesse de Souabe et de Teck, reine de Westphalie ; relation Avec Atcha MINOAR ; relation avec Marie Justine SEMPLAIS ; mariage (19/01/1853 à Paris) avec Giustina Pecori-Suarez[Notes 14] (27/11/1811 à Florence – 30/01/1903 à Florence)
  16. Fille de Benjamin Williams.
  17. Fille de Samuel Appleton et de Julia Webster.
  18. Fille d'Edward Pierce et d'Emily.
  19. Fille de Thomas Mills Day et d'Anna Jones Dunn.
  20. Fille de Sigismond-Ferdinand de Stetten (1772-????), baron de Stetten.
  21. Fils de Nikolaï Nikititch Demidoff (09/11/1773-22/04/1828 à Florence), industriel et mécène, et de Élisabeth Alexandrovna Stroganoff (05/02/1779-08/04/1818).
  22. Fille de Victor-Emmanuel II de Savoie-Carignan (14/03/1820 à Turin – 09/01/1878 à Rome), prince de Piémont, duc de Savoie, comte de Nice, roi de Sardaigne, roi d'Italie, et de Adelheid Franziska Marie Rainera Elisabeth Clotilde von Habsburg-Lothringen (03/06/1822 à Milan – 20/01/1855 à Turin).
  23. Fille de Léopold II de Belgique (09/04/1835 à Bruxelles – 17/12/1909 à Laeken), roi des Belges, souverain de l'État indépendant du Congo, et de Marie Henriette Anne von Habsburg-Lothringen (23/08/1836 à Budapest – 19/09/1902 à Spa), archiduchesse d'Autriche.
  24. Fille d'Albéric de Foresta (1895-1987) et de Geneviève Frédet (1904-1994).
  25. Fille de Ferdinand IV de Bourbon-Siciles (28/05/1926 à Maciejowice – 20/03/2008 à Roquebrune-sur-Argens), duc de Castro et de Calabre, et de Chantal de Chevron-Villette (10/01/1925-2005).
  26. Fille de Paul Valliccioni et de Padoue Piacentini.
  27. Fils de François Quérénet-Onfroy de Bréville et de Christiane Vincent de Vaugelas.
  28. Fils de Victor-Emmanuel II de Savoie-Carignan (14/03/1820 à Turin – 09/01/1878 à Rome), prince de Piémont, duc de Savoie, comte de Nice, roi de Sardaigne, roi d'Italie, et de Adelheid Franziska Marie Rainera Elisabeth Clotilde von Habsburg-Lothringen (03/06/1822 à Milan – 20/01/1855 à Turin).

Références

  1. (en) Gérard Lucotte, Thierry Thomasset et Peter Hrechdakian, « Haplogroup of the Y Chromosome of Napoléon the First », (consulté le 1er août 2012)
  2. (en) Cruciani, La Fratta, Santolamazza et Sellitto, « Phylogeographic Analysis of Haplogroup E3b (E-M215) Y Chromosomes Reveals Multiple Migratory Events Within and Out Of Africa », American Journal of Human Genetics, no 74 (5),‎ , p. 1014–1022 (PMID 15042509, DOI 10.1086/386294, lire en ligne [PDF])
  3. Albert Benhamou, « L'ADN de Napoléon », (consulté le 1er août 2012)
  4. a b c d e f g h i j k l m n et o Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome 5, pages 177 à 183 Bonaparte.
  5. M. Foissy, La famille Bonaparte depuis 1264 jusqu'à nos jours, éd. Libraire de Mme Vergne, 1830, p. 17.
  6. M. Foissy, La famille Bonaparte depuis 1264 jusqu'à nos jours, éd. Libraire de Mme Vergne, 1830, p. 39.
  7. François Demartini et Antoine Marie Graziani, Les Bonaparte en Corse, éd. Alain Piazzola, 2001, p. 18 et 19.
  8. François Demartini et Antoine-Marie Graziani, Les Bonaparte en Corse, éd. Alain Piazzola, 2001, p. 19.
  9. Federico Galantini (traduit de l'italien par Bertrand Levergeois, Napoléon et Sarzane, Les origines italiennes des Bonaparte, Éditions Michel de Maule, Paris, septembre 2004.
  10. a et b Jean Tulard, Napoléon ou le mythe du sauveur, p. 40.
  11. Voir aussi Valynselee, Le sang des Bonaparte, 1954.
  12. Demartini François, Graziani Antoine-Marie, Les Bonaparte en Corse, Ajaccio, 2001.
  13. a b et c Raphaël Lahlou, « ?? », Magazine Napoléon Ier, no 53,‎ août-septembre-octobre 2009.
  14. Hervé Pinoteau, Vingt-cinq ans d'études dynastiques, Paris, Ed. Christian, 1982, p. 262.
  15. Rapetti, Quelques mots sur les origines des Bonaparte, 1858, p. 14.
  16. a et b Thierry Lentz, Nouvelle histoire du premier Empire[réf. non conforme]
  17. Chronologie tirée du site de la Fondation Napoléon
  18. Jean des Cars, Eugénie, la dernière impératrice
  19. Statut de 1806
  20. Statut de 1853
  21. a b c d e et f Article de la Fondation Napoléon sur les titres et patronymes
  22. Denis-François Gastelier de La Tour, Dictionnaire héraldique contenant tout ce qui a rapport à la science du blason, Paris, Chez Lacombe, Libraire, rue Christine, 1774, p. 102.
  23. Hervé Pinoteau, Le chaos français et ses signes, PSR éditions, 1998, p. 342.
  24. François Demartini et Antoine Marie Graziani, Les Bonaparte en Corse, éd. Alain Piazzola, 2001, p. 20.
  25. Hervé Pinoteau, Vingt-cinq ans d'études dynastiques, Paris, Ed. Christian, 1982, p.228.
  26. Hervé Pinoteau, Vingt-cinq ans d'études dynastiques, Paris, Ed. Christian, 1982, p.238.
  27. Hervé Pinoteau, Vingt-cinq ans d'études dynastiques, Paris, Ed. Christian, 1982, p.228.
  28. François Demartini et Antoine Marie Graziani, Les Bonaparte en Corse, éd. Alain Piazzola, 2001, p. 15.
  29. Jean-Claude Lachnitt, « Note sur le patronyme et les titres dans la famille Bonaparte », Revue du Souvenir napoléonien, février-mars-avril 1999, n° 422, p. 37-39.
  30. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x et y Généalogie de la famille Bonaparte
  31. Joseph Valynseele, Le sang des Bonaparte, p. 51
  32. Thierry Lentz, Nouvelle histoire du premier Empire, p. 96
  33. Eric Anceau, Napoléon III, ch. 1[réf. non conforme].
  34. Jean des Cars, Eugénie, la dernière impératrice, p. 171
  35. Jean des Cars, Eugénie, la dernière impératrice, p. 14
  36. Jean des Cars, Eugénie, la dernière impératrice, p. 603
  37. Article 6. - À défaut de Joseph Bonaparte et de ses descendants mâles, la dignité impériale est dévolue et déférée à Louis Bonaparte et à ses descendants naturels et légitimes, par ordre de primogéniture, et de mâle en mâle, à l'exclusion perpétuelle des femmes et de leur descendance.
  38. Texte de la constitution de l'an XII
  39. Clémence Zacharie, Napoléon et les règles de dévolution de la couronne : contribution à l'étude du droit constitutionnel impérial, p. 5.
  40. Spyridion Pappas, Un Napoléonide mort pour la Grèce, Paul-Marie Bonaparte in Revue d'histoire diplomatique, janvier-mars 1934, p.500
  41. ducs.htm|Titres souverains : grands ducs et princes
  42. Laetitia de Witt, Le prince Victor Napoléon, ed. Fayard, p. 120.
  43. Testament du prince impérial
  44. Laetitia de Witt, Le prince Victor Napoléon, ed. Fayard, p. 121, 122 et 124.
  45. a b et c Laetitia de Witt, Le prince Victor Napoléon, ed. Fayard, chapitre 11.
  46. Laetitia de Witt, Le prince Victor Napoléon, ed. Fayard, chapitre 13.
  47. Laetitia de Witt, Le prince Victor Napoléon, ed. Fayard, p. 203.
  48. Laetitia de Witt, Le prince Victor Napoléon, ed. Fayard, p. 204.
  49. a et b C. de Badts de Cugnac et G. Coutant de Saisseval, Le Petit Gotha, Paris, 2002, p. 441-442.
  50. Article de Paris Match sur le prince Charles Napoléon
  51. Testament du prince Napoléon (Louis)
  52. Sénatus-consulte du 7 novembre 1852
  53. Statut réglant la Condition et les Obligations des membres de la Famille Impériale (21 juin 1853)
  54. (en) F. Billaut, « Guerre de succession chez les Napoléon », Point de Vue,‎ , p. 18–19
  55. La princesse Napoléon remet le prix Second Empire de la Fondation Napoléon
  56. Commémoration du 200e anniversaire de la naissance de Napoléon III (site d'une association de Chislehurst)
  57. Commémoration du 200e anniversaire de la naissance de Napoléon III (site de la Fondation Napoléon)
  58. Commémoration du 5 mai 2008
  59. Commémoration du 5 mai 2010
  60. Archives nationales

Bibliographie

  • Damiano Morali, Storia geneologica della famiglia Bonaparte, Firenze 1846, Branche des Bonaparte de San Miniato Pisa Toscana
  • Federico Galantini (traduit de l'italien par Bertrand Levergeois), Napoléon et Sarzane, Les origines italiennes des Bonaparte, éd. Michel de Maule, Paris, septembre 2004.
  • François Demartini et Antoine Marie Graziani, Les Bonaparte en Corse, éd. Alain Piazzola, 2001.
  • Frédéric de Stefani, Sur les origines des Bonaparte: Rapport à S. E., M. le Ministre de l'instruction et des cultes de l'empire français, éd. Bocca frères, 1859.
  • Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Maison Bonaparte » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, (lire sur Wikisource)
  • Félix Wouters, Histoire de la famille Bonaparte, 1860.
  • Jacques-Olivier Boudon, Les Bonaparte. Regard sur la France impériale, La Documentation française, dossier no 8073 de janvier-.
  • M. Foissy, La Famille Bonaparte depuis 1264 jusqu'à nos jours, éd. Libraire de Mme Vergne, 1830.
  • Eddie de Tassigny, Les Napoléonides - L'album des Bonapartes - Généalogie de la IVe Dynastie, 184 pages, 229 illustrations couleur, Éditions Mémoire et Documents, 2012, (ISBN 979-1-09-036100-3) - en vente directe chez Mémodoc : Mémoire et Documents - NAPOLEONIDES.
  • Jean-Fred Tourtchine, L’Empire des Français, collection « Les manuscrits du CEDRE, dictionnaire historique et généalogique », Paris : Cercle d’études des dynasties royales européennes (CEDRE), 1999-2000, 2 volumes (232 pages, 208 pages), 31 cm (ISSN 0993-3964)
  • Pierre Branda, La saga des Bonaparte, du XVIIIe siècle à nos jours, Perrin, 2018, 478 p.
  • Vincent Haegele, Napoléon et les siens : un système de famille, Paris, Perrin, , 425 p. (ISBN 9782262064433)
  • Nathalie Pigault, Les faux Napoléon, CNRS éditions, 2018, 237 p.
  • Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome 5, pages 177 à 183 Bonaparte
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Laetitia de Witt, Le Prince Victor Napoléon, Paris, Fayard, coll. « Histoire », , 554 p. (ISBN 978-2-213-63127-1)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes