Louis de Jarente de Sénas d'Orgeval

Louis-François-Alexandre de Jarente de Sénas d'Orgeval de La Bruyère
Image illustrative de l’article Louis de Jarente de Sénas d'Orgeval
Biographie
Naissance
Bressieux
Décès
Paris
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
par Louis Sextius Jarente de La Bruyère
Évêque d'Orléans puis évêque constitutionnel du Loiret

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Louis-François-Alexandre de Jarente de Sénas d'Orgeval de La Bruyère, né le à Bressieux, mort le à Paris, est évêque d'Orléans puis évêque constitutionnel du Loiret.

Famille

Né au château de Soissons, à Bressieux, le , Louis de Jarente est le fils de Balthazar-Alexandre de Jarente, marquis de Sénas et d'Orgeval[1] et d'Elisabeth Rambault de Saint-Maurice.

Deux de ses deux sœurs épousent des parents d'évêques :

Carrière ecclésiastique

Prêtre du diocèse de Vienne, il est vicaire général de Loménie de Brienne à Toulouse en 1770[3],[4].

Il est nommé agent général du clergé par la province de Toulouse le [5],[6] et coadjuteur de l'évêque d'Orléans, avec future succession le , puis sacré le évêque d'Olba, en Cilicie[7].

Très dépensier, il mène une vie fastueuse, ce qui ne l’empêche pas de devenir coadjuteur de son oncle Mgr de Jarente de la Bruyère, puis évêque d'Orléans à la mort de ce dernier, en 1788, diocèse pour lequel il perçoit 50 000 livres de rente annuelle.

Le 5 août 1788, il célèbre l'union de Paul Anne François Elisabeth, comte de Navailles et de la nièce de Mirabeau, Elisabeth Victorine Pauline de Clapiers de Grasse-Cabris[8].

Il est l'un des quatre évêques d'Ancien Régime ralliés à l'Église constitutionnelle. Mais il se dérobe quand il faut donner l'investiture aux nouveaux évêques élus. Il envoie sa démission au pape Pie VI le et se marie. Il n'est pas remplacé à la tête du diocèse du Loiret qui est administré ?par un presbytère?. Lors du Concordat de 1801 il doit réitérer sa démission le [9].

Pour subsister, il doit obtenir une place de bibliothécaire à l'Arsenal puis de professeur en collège. Il meurt à Paris le [1].

Notes et références

  1. a et b Philippe Prévost, La France et les nominations épiscopales au Canada de 1921 à 1940, Editions du Blé, , p. 1053-1054.
  2. Archives départementales du Loiret, 3 NUM 203/35, registre de la paroisse Saint-Nicolas de Meung-sur-Loire (1761-1770), vues 84-85/171, 25 juin 1765, mariage de Jacques du Bausset et Félicité-Justine de Jarente d'Orgeval,.
  3. Arthur Émile Prévost, Histoire du diocèse de Troyes pendant la Révolution, vol. 1, G. Frémont, , p. 218.
  4. Gérard Pelletier, Rome et la révolution française: la théologie et la politique du Saint-Siège devant la révolution française, 1789-1799, École française de Rome, , 769 p., p. 341
  5. Collection des procès-verbaux des Assemblées-générales du Clergé de France depuis l'année 1560 jusqu'à présent: rédigés par ordre de matières, et réduits à ce qu'ils ont d'essentiel. Qui comprend les Assemblées de 1762, 1765, 1770, 1772 & 1775, vol. 8, Desprez, (lire en ligne), p. 2073
  6. Elisabeth Besnier, Les Agents généraux du clergé de France spécialement de 1780 à 1785, Bernard frères, , 224 p., p. 59.
  7. Armand Jean, Les évêques et les archevêques de France depuis 1682 jusqu'à 1801, A. Picard, , 544 p., p. 292.
  8. Journal de Paris, 10 août 1788, p. 966. En ligne.
  9. Paul Pisani, Répertoire biographique de l'épiscopat constitutionnel (1791-1802), A. Picard & Fils, Paris, 1907, p. 73-74

Bibliographie

  • Illiers (Louis d'), Deux prélats d'Ancien Régime : les Jarente, Monaco, Editions du Rocher, 1948, p. 77-116.

Voir aussi