Louis IV de Germanie

Louis IV de Germanie
Illustration.
Louis l'Enfant sur le fourreau de l’épée impériale, reproduit dans une gravure du XVIIIe siècle.
Titre
Roi de Francie orientale (Germanie)

(11 ans, 7 mois et 20 jours)
Prédécesseur Arnulf de Carinthie
Successeur Conrad Ier
Biographie
Dynastie Carolingiens
Date de naissance vers
Lieu de naissance Ötting (Bavière)
Date de décès 20 ou
Lieu de décès Francfort (Franconie)
Sépulture Abbaye Saint-Emmeran, Ratisbonne
Père Arnulf de Carinthie
Mère Oda

Louis IV dit l'Enfant[1], né vers à Ötting en Bavière et mort le 20 ou probablement à Francfort, fut roi de Francie orientale (le futur « royaume de Germanie ») de 900, à l'âge de six ans, à 911. La lignée des Carolingiens du royaume franc oriental s'éteignit à sa mort, soixante quinze ans avant de le faire à son tour dans le royaume franc occidental, à la mort de Louis V dit le Fainéant.

Règne

Louis est le seul fils légitime de l'empereur Arnulf (mort le ), roi de Francie orientale, et de son épouse Oda, de la dynastie des Conradiens. Unanimement proclamé roi le au palais royal de Forchheim en Bavière, il succède à son père dans l'enfance. Du fait de son jeune âge et de sa faible constitution, la régence de facto est assurée par trois ecclésiastiques : son parrain Hatton Ier, archevêque de Mayence, Adalbéron, évêque d'Augsbourg, ainsi que Salomon III, évêque de Constance et abbé de Saint-Gall[2].

L'impuissance du pouvoir central a favorisé la montée des duchés tribaux et le royaume de Louis est exposé au risque croissant de se désintégrer en plusieurs entités. En Franconie, les fils du marquis Henri de Babenberg (Popponides) et les Conradiens se livraient à des affrontements sanglants. Le comte Conrad l'Ancien y a trouvé la mort en 906, mais son fils Conrad le Jeune sort vainqueur de ce combat et devient duc de Franconie. En Lotharingie, anciennement intégrée à la Francie médiane, un certain nombre de nobles dirigés par le comte Régnier au Long Col fait appel au roi Charles le Simple de Francie occidentale, mais les autres grands se prononcent en faveur de Louis et lui ont rendu hommage à Thionville en . Il demeure sans opposition après la mort de son demi-frère illégitime Zwentibold le [3]. Dès 903, Louis IV ou plutôt ses régents doivent cependant nommer le comte Gebhard († 910), de la dynastie des Conradiens, duc de Lotharingie et l'archevêque Radbod de Trèves son archichancelier.

Un accent de la suprématie du roi Louis IV a été placé dans les duchés de Bavière et de Franconie ; il a tenu des diètes à Ratisbonne en 901, à Forchheim en 903 et à Trebur en 906. Pendant son court règne, son royaume fragile doit faire face à de nombreuses invasions hongroises. En 906, ils anéantirent la Grande-Moravie et attaquent pour la première fois le duché de Saxe. La riposte échoua dans une terrible défaite à la bataille de Presbourg le  ; le margrave Léopold de Bavière et l'archevêque Theotmar de Salzbourg sont tués au combat. Le de l'année suivante, le margrave Burchard de Thuringe et l'évêque Rodolphe de Wurtzbourg connaissent le même sort[4]. En 910, Louis IV sans fortune est en personne vaincu par l'envahisseur hongrois sur les rives du Lech près d'Augsbourg. En 911, les Hongrois dévastent la Souabe et la Franconie puis passent le Rhin et envahissent la Bourgogne[5].

Louis l'Enfant, en mauvaise santé, meurt sans descendance entre le et . Selon la tradition, il est inhumé dans l'église de l'abbaye Saint-Emmeran à Ratisbonne en Bavière, à côté de son père. Il est le dernier roi carolingien de la Francie orientale. Pour lui succéder, les grands vassaux, réunis à Forchheim en novembre, élisent un des leurs, le duc de Franconie Conrad le Jeune, peut-être parce que la mère de celui ci, Glismonde, est la fille putative de feu l'empereur Arnoulphe. Tandis que les ducs de Souabe, de Bavière et de Saxe deviennent pratiquement indépendants, les aristocrates de Lotharingie, fidèles à la dynastie carolingienne, rejettent totalement la suzeraineté de Conrad. Ils se rallient au roi de Francie occidentale, Charles le Simple. Leur chef, Régnier au Long Col, est nommé marquis de Lotharingie et mourra couvert d'honneurs à la fin de l'année 915 ou au tout début de l'année 916.

Généalogie

   ┌─ Carloman de Bavière (830-† 882), roi de Bavière (876-882). 
┌─ Arnulf de Carinthie (?-† 899), roi de Germanie. 
│  └─ X
│
Louis IV de Germanie
│
│  ┌─ X
└─ Oda (?-?). 
   └─ X

Annexes

Bibliographie

  • Joseph Calmette Le Reich allemand au Moyen Âge, Payot, Paris 1951.
  • Pierre Riché, Les Carolingiens, une famille qui fit l'Europe, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », (réimpr. 1997), 490 p. (ISBN 2-01-278851-3, présentation en ligne)
  • Jean-Charles Volkmann, Bien connaître les généalogies des rois de France, Éditions Gisserot, , 127 p. (ISBN 978-2-87747-208-1)
  • Michel Mourre, Le Petit Mourre. Dictionnaire d'Histoire universelle, Éditions Bordas, (ISBN 978-2-04-732194-2)

Sources

  1. Sa généalogie sur le site Medieval Lands
  2. Joseph Calmette Le Reich allemand au Moyen Âge, Payot, Paris 1951 p. 39.
  3. Joseph Calmette op. cit. p. 39.
  4. Pierre Riché Les Carolingiens, Hachette Paris 1983 (ISBN 2010196384) réédition « Pluriel » 1992 p. 223.
  5. Gyula Kristo Histoire de la Hongrie médiévale, Presses universitaires de Rennes, Rennes 2000 (ISBN 2868475337) p. 19

Articles connexes