Liste des saints dont le corps est visible à Paris

Cinq corps de saints sont visibles à Paris :

Les corps sont placés dans des châsses qui sont des reliquaires.

Madeleine-Sophie Barat

La châsse, installée le 19 juin 2009, dans la chapelle du Sacré-Cœur de l'église Saint-François-Xavier à Paris.

Le corps de Madeleine-Sophie Barat (1779-1865), fondatrice en 1800 de la Société du Sacré-Cœur de Jésus (Congrégation des Sœurs du Sacré-Cœur) a été exhumé en 1893, 28 ans après sa mort. Le corps était incorrompu, malgré l'humidité et le pourrissement du cercueil[1].

La châsse contenant le corps de sainte Madeleine-Sophie Barat, qui était en Belgique depuis 1904, a été transférée le vendredi , fête du Sacré-Cœur, en l'église Saint-François-Xavier, place du Président-Mithouard dans le 7e arrondissement.

Ce jour-là a eu lieu une très importante cérémonie, présidée par le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, entouré de Mgr Georges Gilson, archevêque émérite de Sens-Auxerre, Mgr Yves Patenôtre, archevêque titulaire de Sens-Auxerre, Mgr Antoine Hérouard, secrétaire général de la Conférence des évêques de France, Mgr Patrick Chauvet, curé de Saint-François-Xavier, d'une quarantaine de prêtres, de quelques centaines de religieuses de la Société du Sacré-Cœur de Jésus, et de plus de 1 000 fidèles[2]. La direction de la congrégation avait en effet décidé d'installer la châsse dans cette église qui se trouve à côté des bâtiments où Madeleine-Sophie a vécu : le siège de la congrégation (aujourd'hui musée Rodin) et l'établissement d'enseignement pour les jeunes filles (aujourd'hui lycée Victor-Duruy).

Pierre Julien Eymard

Le corps de Pierre-Julien Eymard ( à La Mure en France - à La Mure) repose dans la chapelle des Pères du Saint Sacrement, 23 avenue de Friedland à Paris 16e. Il est considéré comme l'apôtre de l'Eucharistie.


Catherine Labouré

Châsse de sainte Catherine Labouré.

Le corps de Catherine Labouré (1806-1876) a été exhumé en 1933, 56 ans après sa mort. Le corps était incorrompu, parfaitement intact et souple[3].

Le corps a été placé dans une châsse dans la chapelle de la Médaille miraculeuse, 140, rue du Bac dans le 7e arrondissement.

Louise de Marillac

Châsse de sainte Louise de Marillac.

Le corps de sainte Louise de Marillac (1591-1660), tout d’abord inhumé en l’église Saint-Laurent de Paris, repose aujourd’hui dans une châsse en la chapelle de l’actuelle maison-mère des filles de la Charité, au 140, rue du Bac, à Paris.

Vincent de Paul

Châsse de saint Vincent de Paul.

Le corps de Vincent de Paul (1581-1660) a été exhumé en 1712, 52 ans après sa mort. Le corps était incorrompu, sauf les yeux et le nez[1].

La châsse de saint Vincent de Paul a été installée en 1830 dans la chapelle des Lazaristes, 95, rue de Sèvres dans le 6e arrondissement.

Pour approfondir

Bibliographie

  • Inventaire de Chrétiens dont les corps ont été incorruptibles, annexe de l'ouvrage du docteur Patrick Mahéo et de l’abbé René Laurentin, L'amour plus fort que la souffrance - Histoire médicale d'Yvonne-Aimée de Malestroit, éditions F.X. de Guibert, [lire en ligne]

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  1. a et b Herbert Thurston, Les phénomènes physiques du mysticisme, 1938, traduction française aux Éditions du Rocher, 1986, p.  281-325 : 55 cas de saints ou réputés tels dont les corps n'ont pas été corrompus, cité dans l'ouvrage du Dr P. Mahéo et de René Laurentin, L'amour plus fort que la souffrance - Histoire médicale d'Yvonne-Aimée de Malestroit, éditions F.X. de Guibert, [lire en ligne].
  2. « Bienvenue à Paris, Sainte Madeleine-Sophie ! », sur www.rscjinternational.org (consulté le 29 juin 2009).
  3. René Laurentin, Travaux sur Catherine Labouré et Bernadette Soubirous, 3 cas de saints ou réputés tels dont les corps n'ont pas été corrompus, cité dans l'ouvrage du Dr P. Mahéo et de René Laurentin, L'amour plus fort que la souffrance - Histoire médicale d'Yvonne-Aimée de Malestroit, éditions F.X. de Guibert, [lire en ligne].