Liliane Sprenger-Charolles

Liliane Sprenger-Charolles
Biographie
Naissance
(73 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de

Liliane Sprenger-Charolles, née en 1946, est une linguiste et psycholinguiste française, directrice de recherche émérite au CNRS, membre du laboratoire de psychologie cognitive à l'université d'Aix-en-Provence. Spécialiste de l'apprentissage de la lecture, elle est, depuis , membre du Conseil scientifique de l'Éducation nationale français.

Carrière

Liliane Sprenger-Charolles a effectué des études de lettres et de linguistique de 1969 à 1974, à l'université de Dijon puis à l'École des hautes études en sciences sociales.

Elle a mené des recherches en parallèle d'une carrière d'enseignante commencée en 1972, d'abord professeure de lettres modernes en collège et en lycée, puis chargée de cours à l’université, avec un cours d’introduction à la psycholinguistique à Metz, de 1986 à 1990 puis un cours sur l’apprentissage de la lecture à Genève, de 1985 à 1986[1].

En 1980, elle a intégré l’Institut national de recherche pédagogique où elle a codirigé, entre autres, un projet franco-canadien dans l'objectif de constituer une base de données sur les travaux de recherche en didactique du français[2] et une synthèse des recherches dans ce domaine, incluant les études sur l’apprentissage de la lecture[3].

Elle a alors également effectué des recherches sur les marques facilitant la compréhension en lecture. Son expertise dans ce domaine l’a amenée à collaborer à une étude sous contrat INSERM (1985-1988) dans laquelle elle a suivi des enfants en difficultés sévères d’apprentissage de la lecture. Ce travail, qui a donné lieu à une thèse (1988, université Paris 5), a mis en relief des difficultés qui ne s’expliquaient pas par des problèmes de compréhension spécifiques à la lecture, mais par un déficit des mécanismes d’identification des mots écrits.

En 1990, elle a intégré le CNRS. Pendant plusieurs années, elle a dirigé l’équipe "Littératie : Approches Cognitives" du LEAPLE (CNRS-Paris 5). Ses activités de recherche (voir pour une synthèse[1]) ont porté sur la mise en place des mécanismes spécifiques à la lecture dans le développement normal[4],[5],[6], sur leurs dysfonctionnements dans la dyslexie[7] et sur l’origine possible de ces dysfonctionnements[8],[9]. À cette époque, elle a participé également à l’élaboration d’instruments d’aide à la recherche : une batterie d’évaluation de la lecture et des capacités reliées (EVALEC)[10] et une base de données sur le lexique écrit adressé à l’enfant (MANULEX)[11].

Début 2006, elle a rejoint l’équipe "Développement" du laboratoire "Psychologie de la Perception" (CNRS-Paris 5), au sein duquel elle a poursuivi ses études sur la dyslexie[12],[13],[14],[15],[16]. Elle a également collaboré à d'autres projets de recherche, en particulier un sur l'évaluation de la lecture et des capacités reliées pour les pays francophones en voie de développement (EGRA: 2006-2011)[17], et un sur l'évaluation de la lecture et des capacités reliées pour les pays francophones en voie de développement, en lien avec la Banque Mondiale et USAID (EGRA, [Early Grade Reading Assessment], 2006-2011)[18].

En , elle a rejoint l’équipe "Langage" du "Laboratoire de Psychologie Cognitive" (CNRS-AMU), au sein duquel elle poursuit ses études sur le développement typique de la lecture[19] ainsi que sur la dyslexie[20]. Elle collabore aussi à d'autres projets,, en particulier à la mise en place d'une base de données sur la consistance des relations graphème-phonème et phonème-graphème en français qui tient compte de la morphologie (Manulex-Morpho)[21]. D'autres études portent sur les relations entre troubles spécifiques du langage oral et écrit[22],[23] ainsi que sur les relations entre identification des mots et compréhension[24],[25].

Travaux

Les travaux de Liliane Sprenger-Charolles portent sur les premiers apprentissages de la lecture et de l’écriture en français[1]. Ils se situent à l'interface de différentes disciplines, notamment la linguistique, la psycholinguistique, les neurosciences et les sciences de l’éducation. Ils sont centrés sur les principales capacités impliquées dans l’apprentissage de la lecture (identification des mots écrits et compréhension en lecture) et sur leurs relations.

Les travaux de Liliane Sprenger-Charolles ont montré que la quantité de temps requise pour apprendre à lire dépend de la transparence de l'orthographe de la langue dans laquelle s'effectue cet apprentissage[16]. La transparence de l'orthographe permet également d'expliquer des différences entre dyslexiques français et anglais, par exemple. Toutefois, au-delà de cette variabilité, ce sont généralement les compétences phonologiques qui sont détériorées chez les dyslexiques[16].

Interrogée sur les faibles scores des élèves français aux évaluations internationales de type PISA, elle préconise que "des évaluations soient effectuées plus tôt que celles de Pisa (ou de PIRLS) et comportent des observations permettant de cerner l’origine des difficultés de compréhension de l’écrit : sont-elles dues à un faible niveau de compréhension orale ou à des difficultés à lire correctement et rapidement des mots écrits, présentés de manière isolée, difficultés dites de décodage. Ces évaluations devraient permettre la mise en place rapide d’interventions pédagogiques ciblées sur les difficultés de chaque élève. Il est en effet avéré que les interventions précoces, en particulier celles permettant d’améliorer le niveau de décodage, sont les plus efficaces"[26],[27].

Publications

Ouvrages

  • (coll.) « Les dyslexies » Elsevier Masson Hors collection, 2018 (ISBN 978-2-294-75279-7).
  • « Reading acquisition and developmental dyslexia in alphabetic writing systems » avec P. Colé & W. Serniclaes, London, Psychology Press.
  • « Lecture et Dyslexie : Approches cognitives », avec Pascale Colé, Paris, Dunod, 2003.
  • « Lire. Lecture/écriture: Acquisition et troubles du développement », avec Séverine Casalis, Paris, PUF, 1996 (ISBN 9782130477051).
  • Psychologie cognitive de la lecture, avec Jean-Émile Gombert, Pierre Lecocq, Michel Fayol & Daniel Zagar, PUF, 1992.

Articles principaux

  • avec G. Dehaene-Lambertz, C. Pallier, W. Serniclaes, A. Jobert & S. Dehaene, « Neural correlates of switching from auditory to speech perception », NeuroImage, 2005, 24, 21-33.
  • avec D. Béchennec (2004), « Variability and invariance in learning alphabetic orthographies: From linguistic description to psycholinguistic processing ». Journal of Written Language and Literacy, 7(1), 9-33.
  • avec L. Siegel , D. Béchennec & W. Serniclaes (2003), « Development of phonological and orthographic processing in reading aloud, in silent reading and in spelling: A four year longitudinal study », Journal of Experimental Child Psychology. 84, 194-217.
  • avec W.Serniclaes, R. Carré & J.F. Démonet (2001), « Perceptual categorization of speech sounds in dyslexics ». Journal of Speech, Language and Hearing Research, 44, 384-399.
  • avec P. Colé, W. Serniclaes & P. Lacert (2000), « On Subtypes of developmental dyslexia: Evidence from processing time and accuracy », Canadian Journal of Experimental Psychology. 197, 25-52.

Distinctions

Références

  1. a b et c Les premiers apprentissages de la lecture et de l’écriture en français, CNDP.
  2. Gagné, G., Sprenger-Charolles, L., Lazure, R., & Ropé, F. (1989). Recherches en didactique et acquisition du français langue maternelle (1970-1984): Cadre conceptuel (200p.) ; Répertoire bibliographique (497p.). Bruxelles: De Boeck.
  3. Sprenger-Charolles, L. (1991). Premiers apprentissages de la lecture: Bilan de 20 ans de recherches francophones. Études de Linguistique Appliquée, 84, 65-84.
  4. Sprenger-Charolles, L., Siegel, L. S., & Béchennec, D. (1998b). Phonological mediation and semantic and orthographic factors in silent reading in French. Scientific Studies of Reading, 2, 3-29.
  5. Sprenger-Charolles, L., Siegel, L. S., & Bonnet, P. (1998a). Phonological mediation and orthographic factors in reading and spelling. Journal of Experimental Child Psychology, 68, 134-155.
  6. Sprenger-Charolles, L., Siegel, L. S., Béchennec, D., & Serniclaes, W. (2003). Development of phonological and orthographic processing in reading aloud, in silent reading and in spelling: A four year longitudinal study. Journal of Experimental Child Psychology, 84, 194-217.
  7. Sprenger-Charolles, L., Colé P., Serniclaes, W., & Lacert, P. (2000). On Subtypes of Developmental Dyslexia: Evidence from Processing Time and Accuracy Scores. Canadian Journal of Experimental Psychology. 197, 25-52.
  8. Serniclaes, W., Sprenger-Charolles, L., Carré, R., & Démonet, J.F. (2001). Perceptual categorization of speech sounds in dyslexics. Journal of Speech, Language and Hearing Research, 44, 384-399.
  9. Serniclaes, W., Van Heghe, S., Mousty, Ph., Carré, R., & Sprenger-Charolles, L. (2004). Allophonic mode of speech perception in dyslexia. Journal of Experimental Child Psychology. 87, 336-361.
  10. Sprenger-Charolles, L., Colé, P., Béchennec, D., & Piquard-Kipffer, A. (2005). French normative data on reading and related skills: From 7 to 10 year-olds. European Review of Applied Psychology, 55, 157-186.
  11. Lété, B., Sprenger-Charolles, L., & Colé, P. (2004). MANULEX: A lexical database from French readers. Behavioral Research Methods, Instruments and Computers. 36, 56-166.
  12. Dufor, O., Serniclaes, W., Sprenger-Charolles, L., & Démonet, J.F. (2007). Top-down processes during auditory phoneme categorization in dyslexia: A PET study. NeuroImage, 34-4, 1692-1707.
  13. Dufor, O., Serniclaes, W., Sprenger-Charolles, L., & Démonet, J.F. (2009). Left premotor cortex and allophonic speech perception in dyslexia: A PET study. NeuroImage, 46(1), 241-248.
  14. Bogliotti, C., Serniclaes, W., Messaoud-Galusi, S., & Sprenger-Charolles, L. (2008). Discrimination of speech sounds by dyslexic children: Comparisons with chronological age and reading level controls. Journal of Experimental Child Psychology. 101, 137-155.
  15. Sprenger-Charolles, L., Colé, P., Kipffer-Piquard, A., Pinton, F., & Billard, C. (2009). Reliability and prevalence of an atypical development of phonological skills in French-speaking dyslexics. Reading and Writing, 22(7), 811-842.
  16. a b et c Sprenger-Charolles, L., Siegel, L., Jimenez, J., & Ziegler, J. (2011). Prevalence and Reliability of Phonological, Surface, and Mixed Profiles in Dyslexia: A Review of Studies Conducted in Languages Varying in Orthographic Depth. Scientific Study of Reading. 6, 498-521.
  17. Sprenger-Charolles, L. (2008). Early grade reading assessment (EGRA). Résultats d'élèves sénégalais des trois premiers grades ayant appris à lire en français et en wolof—Rapport pour la Banque Mondiale : en ligne le 20 mai 2017.
  18. Contrats Nationaux LPP.
  19. Piquard-Kipffer, A. & Sprenger-Charolles, L. (2013). Early predictors of future reading skills. Année Psychologique, 4, 491-521.
  20. Serniclaes, W., Collet, G., & Sprenger-Charolles, L. (2015). Review of neural rehabilitation program for dyslexia: How can an allophonic system be changed into a phonemic one? Frontiers in psychology, 6 (190); doi 10.3389/fpsyg.2015.00190.
  21. Peereman, R., Sprenger-Charolles, L. & Messaoud-Galusi, S. (2013). The contribution of morphology to the consistency of spelling-to-sound relations: A quantitative analysis based on French elementary school readers. Topics in Cognitive Psychology – L’Année Psychologique, 113, 3-33 en ligne.
  22. Talli, I., Sprenger-Charolles, L., & Stavrakaki, S. (2015). Is there an overlap between Specific Language Impairment and Developmental Dyslexia? New insights from French. In S. Stavrakaki (Ed.), Specific language impairment. Current trends in research (LALD) 58 (pp. 57–87). Amsterdam: John Benjamins.
  23. Talli, I., Sprenger-Charolles, L., 1 Stavrakaki, S. (2016). Specific Language Impairment and Dyslexia: What are the boundaries? Data from Greek Children. Research in Developmental Disabilities, 49-50, 339-353.
  24. Gentaz, E., Sprenger-Charolles, L., & Theurel, A. (2015). Differences in the predictors of reading comprehension in first graders from low socio-economic status families with either good or poor decoding skills, Plos One, 0119581. en ligne.
  25. Gentaz, E., Sprenger-Charolles, L., Theurel, A., & Colé (2013). Reading comprehension in a large cohort of French first graders from low socio-economic status families: A 7-month longitudinal study. Plos ONE, 8(11): e78608.2. en ligne.
  26. Dany Stive, « Comment l’école peut-elle apprendre à lire à tous ? », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  27. Sprenger-Charolles & Colé (2013). « Quelles sont les méthodes les plus efficaces pour apprendre à lire ? » Anae, 123, 127-134.
  28. Florence Rosier, « Un Conseil scientifique pluridisciplinaire pour l’école », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 17 janvier 2018).

Liens externes